Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 23:49
Palestine : Shimon Peres défend toujours la solution à deux Etats

Il n'est pas inutile de rappeler qu'au moment ou un nouveau gouvernement d'Union Palestinienne est mis en place (regroupant le Fatah et le Hamas), ou de nouvelles élections présidentielle et législatives sont prévues d'ici à la fin de l'année, l’État d’Israël bafoue constamment le droit international. Dans le même temps, alors que l’Irak, la Syrie et, dans une moindre mesure, le Liban s’enfoncent dans la guerre confessionnelle, les opérations militaires en cours à Gaza et en Cisjordanie, à la suite de l’enlèvement et du meurtre de trois jeunes colons, font craindre une nouvelle explosion de violence.

 

Car la situation étant tendue après les meurtres d’adolescents israéliens et palestinien Netanyahou en profite pour bombarder Gaza, tenter d'obtenir des ripostes palestiniennes lui servant à justifier un engrenage guerrier avec en arrière pensée..... briser l'unité palestinienne retrouvée.

 

 

- Car la bande de Gaza est toujours sous blocus illégal.

Palestine : Shimon Peres défend toujours la solution à deux Etats

Elle constitue une véritable prison à ciel ouvert pour ses 1,5 millions d’habitants. Israël détient toujours des milliers de prisonniers politiques palestiniens, et ce n’est pas la libération de 26 d’entre eux tout récemment qui change la situation, d’autant que quelques jours après, quatre Palestiniens ont encore été tués par l’armée israélienne.

 

Le plan israëlien Prawer de judaïsation du Néguev prévoit toujours de déplacer près de 70 000 bédouins palestiniens de citoyenneté israélienne dans des cités réserves. La colonisation de la Cisjordanie se poursuit sans faiblir : alors même que le secrétaire d’Etat américain, John Kerry - visiblement lui-même gêné par les agissements du gouvernement israélien - était en visite dans le pays, les autorités annonçaient de nouvelles autorisations pour la construction de 5000 logements, à Jérusalem Est et en Cisjordanie. Enfin, le gouvernement israélien n’a aucunement l’intention de respecter les frontières d’un hypothétique Etat palestinien puisqu’il a bien indiqué sa volonté de maintenir une présence militaire dans la vallée du Jourdain, accompagnée d'un projet de construction d'une nouvelle "barrière de sécurité" entre la Cisjordannie et la Jordanie, dès lors que celle entre Israël et le Sinaï égyptien serait terminée.

 

Après le vote favorable de la France pour que la Palestine soit intégrée à l’Assemblée générale des Nations unies comme membre observateur, notre pays doit reconnaître l’Etat palestinien de manière bilatérale.

 

 

- Il est urgent :

  • de passer des discours aux actes, en prenant de réelles sanctions à l’égard du gouvernement israélien pour le contraindre à appliquer les dizaines de résolutions des Nations unies le concernant ;
  • de procéder à la libération de tous les prisonniers politiques palestiniens ;
  • de geler et de démantèler les colonies ;
  • de lever le blocus de Gaza et de reconnaitre l’Etat Palestinien dans les frontières de 1967.

 

Le peuple palestinien a  le droit de vivre dans un Etat viable en toute souveraineté, dans les frontières de 1967, et égalité des droits pour ceux résidant en Israël.

 

 

- La solution à deux États toujours d'actualité

- Après le discours prononcé le 25 mai 2014 par le pape François devant les autorités israéliennes à Tel-Aviv  « ........Par conséquent, je renouvelle l’appel que, de ce lieu, Benoît XVI a lancé : qu’il soit universellement reconnu que l’État d’Israël a le droit d’exister et de jouir de la paix et de la sécurité dans des frontières internationalement reconnues. Qu’il soit également reconnu que le peuple palestinien a le droit à une patrie souveraine, à vivre avec dignité et à voyager librement. Que la “solution de deux États” devienne réalité et ne demeure pas un rêve.» ;

 

- C'est maintenant le président israëlien sortant Shimon Peres qui s'est exprimé dimanche 6 juillet 2014 devant l'association de la presse étrangère en Israël. Il a précisé «... être toujours pour une solution à deux États et une reprise des négociations de paix.».

 

- Poursuivre la pression sur le gouvernement israélien

De plus, face au renforcement de la politique d'oppression du gouvernement isralien à l'encontre de l'ensemble des Palestiniens (la politique d'Israël dans ces territoires, présente pour l'ONU les caractéristiques de "l'apartheid" et du "nettoyage éthnique"[1]), il est plus que nécessaire d'apporter son soutien aux campagnes de BDS France (Boycott-Désinvestissement-Sanctions).

 

Chacun peut agir, notamment en boycottant les produits israéliens, en exigeant des entreprises françaises qu'elles ne participent pas à la colonisation et la politique d'apartheid du gouvernement israélien, et en demandant au Président et au gouvernement français d'appliquer de réelles sanctions à l'encontre de l'État d'Israël.

 

Le gouvernement français pratique la politique des "petits pas" dans la bonne direction.... c'est INSUFFISANT !

Le 24 juin 2014, le site Internet du ministère français des Affaires étrangères a publié une information peu visible mais inédite : "Il existe des risques liés aux activités économiques et financières dans les colonies israéliennes. Les transactions financières, les investissements, les achats, les approvisionnements ainsi que d'autres activités économiques dans les colonies ou bénéficiant aux colonies, entraînent des risques juridiques et économiques liés au fait que les colonies israéliennes, selon le droit international, sont construites sur des terres occupées et ne sont pas reconnues comme faisant partie du territoire d'Israël".

 

Notre gouvernement déconseille donc aux entreprises françaises de mener des activités économiques dans les colonies israéliennes. Voilà, enfin, une mesure concrète des pouvoirs publics français contre la colonisation.

Mais il ne s’agit que d’un petit pas tardif et surtout insuffisant dans la mise en oeuvre de l'avis de la Cour Internationale de justice en date du 9 juillet 2004.

 

- La paix ne pourra advenir qu'en obligeant Israël à respecter les Palestiniens et leurs droits universels et le boycott commence à faire peur à Israël. Pourquoi ?.... la réponse  ICI

 

Note :

[1] le Figaro : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/03/21/97001-20140321FILWWW00210-israel-l-onu-denonce-un-nettoyage-ethnique.php

 

Pour en savoir plus :

- Israéliens et Palestiniens paient des années de blocage du «processus de paix» : Abîme

- Le plateau du Golan est syrien : Les oubliés du Golan

- Par le Parti de Gauche : La coopération Europe-Israël : un appui pour la colonisation de la Palestine

- Palestine : Faudra-t-il attendre encore dix ans ?

- Un texte de 2009 d'une actualité criante : Israël a-t-il perdu la guerre ? Entretien avec l’historien israélien Shlomo Sand

- Israël-Palestine : Hollande choisit son camp, celui de la droite israélienne contre le peuple palestinien

- Rassemblement contre l'aggression : Halte à la terreur et au massacre du peuple palestinien !

De plus, face au renforcement de la politique d’oppression du gouvernement israélien à l’encontre de   l’ensemble des Palestiniens, le Bureau national du Parti de Gauche réuni le 16 novembre a décidé d’engager le Parti de Gauche dans le soutien aux campagnes de BDS France : Boycott Désinvestissement Sanctions. Chacun peut agir, notamment en boycottant les produits israéliens, en exigeant des entreprises françaises qu’elles ne participent pas à la colonisation et la politique d’apartheid du gouvernement israélien, et en demandant au Président et au gouvernement français d’appliquer de réelles sanctions à l’encontre de l’Etat d’Israël. La paix ne pourra advenir qu’en obligeant Israël à respecter les Palestiniens et leurs droits universels. - See more at: http://www.lepartidegauche.fr/actualites/communique/le-parti-gauche-s-engage-dans-les-campagnes-boycott-desinvestissement-sanctions-l-egard-d-israel-25718#sthash.QYbKsMg2.dpuf
Palestine : Shimon Peres défend toujours la solution à deux Etats
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans International Analyse Europe Palestine Paix Politique
commenter cet article
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 14:41
Crédit photo : l'Humanité

Crédit photo : l'Humanité

- Le système de la mystérieuse Corsica Ferries : un voyage en eaux troubles.

Une enquête du journaliste Enrico Porsia, diffusée par les magazines Marsactu le 3 juillet 2014. et Option de la CGT.

- Dumping social, dumping fiscal, captation de subventions publiques : voici le principal combustible de la compagnie maritime qui se définit comme le low cost de la mer.

- Une étrange compagnie maritime, contrôlée par un holding suisse qui cache jalousement sa comptabilité.

- Une étrange compagnie maritime qui peut compter sur des appuis solides aussi bien à Ajaccio, Bruxelles, Rome qu'à Paris.

  • Qui se cache derrière le compliqué organigramme des societés basées en Italie, en Suisse et au Luxembourg ?
  • Quelle est la stratégie de ce mystérieux groupe dont le but est de faire naufrager la compagnie nationale française SNCM et de récupérer le monopole du transport des passagers entre le continent et la Corse ?
Enquête sur la compagnie Corsica Ferries et ses financements occultes avec la complicité de l'État.
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans vidéos Analyse Europe Social
commenter cet article
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 11:11
Le grand trafic néolibéral. Les lobbys en Europe

Dans Le Grand Trafic néolibéral, Gabriel Amard démonte la manière dont est née et surtout la façon dont fonctionne l’Europe austéritaire. Un « manuel de désobéissance européenne », voilà la nouvelle arme qu’il propose pour expliquer et lutter contre l’Europe des lobbys, pour débusquer les endroits où les intérêts particuliers se substituent à l’intérêt général.

 

Gabriel Amard a lutté pendant 25 ans, pour sortir les lobbys et la finance de la vie communale. Son combat le plus emblématique est sans nul doute celui contre les multinationales de l’eau, qu’il raconte dans La Guerre de l'eau, et L'eau n'a pas de prix. Pour toutes ses actions en faveur des biens communs du vivant, il s’est vu remettre un passeport de citoyenneté universelle à la Maison de l’UNESCO en mai 2013.


Dans Le Grand Trafic néolibéral, il démonte la manière dont est née et surtout la façon dont fonctionne l’Europe austéritaire. Un « manuel de désobéissance européenne », voilà la nouvelle arme qu’il propose pour expliquer et lutter contre l’Europe des lobbys, pour débusquer les endroits où les intérêts particuliers se substituent à l’intérêt général.


Cette clarification est plus que nécessaire au moment où les extrémistes et les intégristes de tous bords prospèrent sur la peur de l’Europe. Europe 2020, Politique agricole commune, TSCG, le militant du parti de gauche décrypte pour vous avec précision chaque recoin de la novelangue européenne. Il explore chacun des lieux de la domination des marchés, pour que le peuple s’en mêle, pour qu’une remise en cause de ce système puisse avoir lieu et plaide pour l’interdiction des lobbys.

 

- Pour commander : ici

 

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Europe Analyse Choix de lecture - Culture
commenter cet article
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 09:18
L’aveuglement des Occidentaux n’est pas seulement ridicule et regrettable, il devient dangereux

"Le seul pays à même de casser la zone euro et sa logique destructrice, c’est la France"

 

Source : "AtlantiCO UN VENT NOUVEAU SUR L'INFO par Emmanuel Todd

L'affaiblissement de la puissance américaine, le délitement de l'Union européenne et le retour de la Russie sur la scène internationale redessinent la géopolitique du monde. Un nouveau paradigme dans lequel la France peine à trouver sa place.

 

- "AtlantiCO : Après avoir un temps cru à l’émergence d’une démocratie modèle en Ukraine, les chancelleries européennes et américaines semblent avoir été prises de court par la diplomatie de Moscou et les mouvements dans l’Est du pays. En quoi l’engagement de l’Occident a-t-il pu reposer sur un malentendu ?
Emmanuel Todd : Lorsque je repense à cette crise, je m’étonne de voir qu’elle ne s’inscrit pas dans la logique qui était en train de se dessiner en Europe jusqu’ici. Le début du XXIe siècle avait été marqué par un rapprochement des “Européens” et des Russes, avec l’établissement de positions communes assez fortes dans des moments de crise. On se souvient de la conférence de Troyes en 2003, où Chirac, Poutine et Schroeder avaient manifesté ensemble leurs refus de l’intervention américaine en Irak. Cet événement laissait l’impression d’un Vieux Continent évoluant globalement vers la paix tandis que l’Amérique de Georges W.


Bush, fidèle à la ligne Brezinski, restait dans un esprit de confrontation à l’égard de Moscou en s’appuyant sur d’anciens satellites soviétiques, avec les Pays baltes et la Pologne comme partenaires anti-russes privilégiés.


L’arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche a coïncidé avec un retournement de la posture américaine. Sa ligne, telle que je la percevais à l’époque, était d’apaiser les tensions avec l’Iran et la Russie pour mieux pouvoir engager le fameux “pivot” vers l’Asie où réside la menace de long-terme pour la puissance américaine. Ce retrait de Washington aurait dû renforcer la volonté des Européens, et particulièrement des Allemands, de se rapprocher de Poutine pour parachever un grand partenariat commercial, énergétique et industriel. Aurait ainsi pu se dessiner une Europe d’équilibres basée sur un moteur franco-germano-russe. Il est difficile de contester que l’Histoire a pris une toute autre direction : nous sommes en pleine confrontation entre la Russie et l’Union européenne, désormais sous leadership économique et diplomatique allemand.

 

Ce renversement s’explique je crois par un changement rapide de la posture allemande. On me déclare souvent germanophobe mais je ne pense être ni insultant, ni très loin de la vérité, en diagnostiquant que les élites de ce pays souffrent d’une certaine “bipolarité”psychologique et historique dans leurs rapports avec la Russie, hésitant, oscillant sans cesse entre bienveillance et conflit. Cette dualité est manifeste dans le glissement de Bismarck à Guillaume II, le premier souhaitant devenir le partenaire de l’Empire des Tsars, le second rentrant brutalement dans l’engrenage menant à 1914. Dans une séquence encore plus courte, nous aurons le Pacte Molotov Ribbentrop d’août 1939 , rapidement annulé par l’invasion par Hitler de la Russie en 1941. Les historiens évoqueront-ils un jour un basculement de Schröder à Merkel ?


C’est bien l’Allemagne qui désormais fait le jeu du côté occidental, mais un jeu hésitant entre phases agressives et moments de repli durant lesquels elle reprend sa posture conciliante, moments il est vrai de plus en plus brefs. C’est bien le voyage en Ukraine du ministre allemand des Affaires étrangères, Steinmeier, qui a marqué le début de la séquence actuelle. La présence de son homologue polonais Sikorski à Kiev était comme la garantie d’une posture agressive de la mission. On ne peut jamais soupçonner la Pologne de bipolarité vis-à-vis de la Russie : son hostilité est stable, atemporelle, une sorte de manie qui ne fait jamais place à la dépression. Laurent Fabius, fidèle à lui-même, ne savait sans doute pas ce qu’il faisait-là. Un Rainbow Warrior de plus à sa collection. Au-delà du blabla sur les valeurs libérales et démocratiques, rendu ridicule par le nouveau partenariat européen avec l’extrême-droite ukrainienne,le voyage de Kiev nous a révélé une nouvelle politique de puissance de l’Allemagne, dont l’objectif à moyen terme est dans doute de rattacher l’Ukraine (unie ou divisée, c’est secondaire) à sa zone d’influence économique en tant que source de main-d’œuvre bon-marché. C’est une opération que le Schroeder de 2003 n’aurait jamais mené.

 

 

- "AtlantiCO : Selon vous, Vladimir Poutine jouerait l’apaisement et non l’escalade. L’Occident n’aurait-il donc rien compris ?
Emmanuel Todd : J’ai commencé ma “carrière” avec un livre qui prédisait l’effondrement du système soviétique, qu’on ne m’accuse donc pas de soviétophilie régressive. Je suis pourtant effaré de constater que durant les vingt dernières années s’est développée à l’inverse une véritable russophobie des élites occidentales. Les médias français sont en pointe dans ce délire, avec Le Monde en pole position. Pour suivre les évènements d’Ukraine je dois consulter les sites du Guardian, du Daily Telegraph, du New York Times, du Washington Post, du Spiegel et même du journal israélien Haaretz pour les questions d’antisémitisme. Tous hostiles à la Russie, ces journaux contiennent néanmoins de l’information exacte. Le Monde ne relaie même pas correctement les informations les plus élémentaires.

 

J’ai eu, ces derniers mois, le sentiment angoissant de vivre dans un pays sous-développé, coupé du monde réel, totalitaire d’une façon subtilement libérale. Mais je dois lire aussi les sites russes Ria Novosti en français et Itar-Tass en anglais parce qu’ aucun média occidental n’est capable de nous informer sur le point de vue russe. Exemple : au beau milieu d’une crise que nous devons d’abord analyser en termes de rapports de force géopolitiques, j’ai pu voir passer une foultitude d’articles, français comme anglo-saxons, s’acharnant sur l’”homophobie” du régime Poutine. Il est inquiétant pour l’anthropologue que je suis de voir les relations internationales sortir d’une logique rationnelle et réaliste pour rentrer dans des confrontations de moeurs dignes de sociétés primitives.


On surreprésente les différences culturelles, différences qui d’ailleurs ne sont en général pas celles que l’on croit. La question du machisme et de l’antiféminisme du régime russe a été de nouveau soulevée suite aux récents propos de Poutine sur Madame Clinton mais sur la base d’une ignorance radicale du statut des femmes en Russie. On compte à l’université russe 130 femmes pour 100 hommes, contre 115 en France, 110 aux Etats-Unis et… 83 en Allemagne. Selon ces critères la Russie est l’un des pays les plus féministes du monde, tout juste derrière la Suède (140 femmes pour 100 hommes)…

 

Le point de vue diplomatique russe dans cette crise n’est pas culturaliste et il est très simple: le groupe dirigeant russe ne veut pas de bases de l’Otan en Ukraine, s’ajoutant à l’encerclement balte et polonais. Point. La Russie veut la paix et la sécurité. Elle en besoin pour achever son redressement et elle a désormais les moyens de l’obtenir ainsi qu’on vient de le voir en Crimée. Un conseil final d’anthropologue : les Occidentaux agressifs qui veulent imposer leur système de moeurs à la planète doivent savoir qu’ils y sont lourdement minoritaires et que les cultures patrilinéaires dominent quantitativement. Notre mode de vie me convient personnellement, je suis heureux du mariage pour tous. Mais en faire la référence principale en matière de civilisation et de diplomatie, c’est engager une guerre de mille ans, que nous ne gagnerons pas.

 

 

- "AtlantiCO : Vous voyez les Etats-Unis comme dépassés par la situation ukrainienne. En quoi le sont-ils ?

Emmanuel Todd : Les Américains ne savent pas où ils vont. La crise née en Europe les a lancés sur une trajectoire régressive et agressive parce qu'ils ont peur de perdre la face. L'affaire de Géorgie en 2008 avait déjà sérieusement entamé leur crédit de protecteurs du Continent. C'est ce qui peut expliquer le retour de bellicisme impérial qui s'est manifesté avec l'Ukraine, à rebours de la doctrine "nationale et reconstructrice "dessinée jusqu'ici par Obama. J'espère que ce revirement n'est que temporaire et que l'actuel locataire de la Maison Blanche saura reprendre le contrôle de sa politique étrangère, ce qui pour l'instant est loin d'être acquis.

 

Etant donné l'opposition toujours majoritaire de l'opinion américaine vis-à-vis d'une intervention militaire en Ukraine, j'ose toutefois me dire que cet espoir n'est pas totalement vain. 

 

Bien qu'ils se soient fait assez brutalement ”moucher” par Poutine avec le rattachement de la Crimée, les Américains ont toutefois une autre crainte, plus profonde, celle de voir l'Allemagne s'émanciper complètement de leur sphère d'influence. Si vous lisez Le grand échiquier de Brzezinski, œuvre majeure pour comprendre la diplomatie actuelle, vous comprendrez que la puissance américaine d'après-guerre repose sur le contrôle des deux plus grands pôles industriels de l'Eurasie : le Japon et l'Allemagne. La crise économique nous a montré que la Maison Blanche n'a pas su contraindre Berlin à abandonner les politiques d'austérités, de changer la politique monétaire de l'euro et plus largement de prendre part aux dispositifs de relance mondiale. L'inavouable vérité est qu'aujourd’hui les Etats-Unis ont perdu le contrôle de l'Allemagne et qu'ils la suivent en Ukraine pour que cela ne se voie pas.

 

Le recul de la puissance américaine devient réellement préoccupant. Washington est en état de choc après la prise de Mossoul en Irak par des combattants djihadistes. La stabilité du monde ne saurait donc dépendre de la seule puissance américaine. Je vais faire une hypothèse surprenante. L'Europe devient instable, simultanément rigide et aventuriste. La Chine est peut-être au bord d'un effondrement de croissance et d'une crise majeure. La Russie est une grande puissance conservatrice. Un nouveau partenariat américano-russe pourrait nous éviter de sombrer dans une « anarchie mondialisée » dont l’éventualité semble chaque jour plus réalisable. 

 
 

- "AtlantiCO : Dans toute cette analyse la France semble totalement absente du jeu...

Emmanuel Todd : La France n'a selon moi pas à s'impliquer outre-mesure dans la crise ukrainienne, son histoire et sa géographie l'en éloignent naturellement. La seule place qu'elle pourrait concrètement occuper serait celle d'un bras droit de Berlin, une "ligne Charlemagne" aggravant le potentiel déstabilisateur du nouveau cours diplomatique allemand. L'idée d'une puissance française autonome n'a ici pas de sens. Trois nations ont une réelle importance dans le jeu ukrainien et plus largement européen : deux sont résurgentes, l'Allemagne et la Russie, l'une est dominante depuis 70 ans : les Etats-Unis. 

 

 

- "AtlantiCO : Peut-on voir cette croisade du camp occidental en Ukraine comme le symptôme d'une difficulté toujours plus grande à se définir et à définir ce qui l'entoure, comment en est-il arrivé là ?

Emmanuel Todd : Les Occidentaux ont effectivement un grand mal à savoir ce qu'ils sont : les Allemands hésitent entre pacifisme et expansionnisme économique, les Américains oscillent entre la ligne impériale et la ligne nationale, et les Français ne savent plus vraiment où se placer dans cette situation confuse. Tout cela entraîne une lecture assez pauvre par les élites occidentales des événements, fait qu’illustre assez bien les interrogations de nombreux journalistes sur “ce que veut Poutine”, interrogations qui aimeraient sous-entendre que les “Européens” et les Américains savent très bien à l’inverse ce qu'ils veulent. C'est en vérité l'exact opposé qui est à l'œuvre, les Russes étant dans une volonté de puissance définie, importante mais limitée, tandis que l'Occident n'a in fine aucun objectif clair et lisible dans cette affaire. On peut même aller jusqu’à dire dans le cas des "Européens" que la russophobie est peut-être inconsciemment le seul cordon qui reste capable de faire tenir ensemble un espace politique et monétaire qui ne signifie déjà plus grand-chose. 

 

Dans un contexte de résurgence des Nations et de l'Histoire et sur fond de déliquescence de la zone euro, cet aveuglement des Occidentaux n'est pas seulement ridicule et regrettable, il devient dangereux. On doit cependant relativiser : nos problèmes comportent paradoxalement des avantages pour la stabilité du Continent. L'Europe de l'Ouest est habitée par une population vieille, encore très riche, et qui a beaucoup à perdre tandis que les Russes commencent tout juste à “souffler” après des années d'un déclin économique ravageur. La mortalité s'inverse , l'économie se stabilise, l'agriculture repart, et l'on peut parier qu'en dépit d'une véritable fierté d'appartenance nationale les Russes ne sont pas prêts à tomber d'ici demain dans un délire belliciste incontrôlable. 

 

 

- "AtlantiCO : Vous semblez beaucoup moins critique à l’égard des Etats-Unis que du temps d’Après l’Empire. Vous vous dites même “pro-américain de gauche”…
Emmanuel Todd : Après l’Empire a effectivement été considéré un peu trop vite comme un classique de l’anti-américanisme alors que je m’étais donné du mal, tant dans les entretiens de promotions que dans le livre lui-même, pour expliquer qu’il n’était en rien motivé par une phobie . En vérité je prenais le contre-pied du Grand échiquier de M. Brzezinski, personnalité que je suis obligé de respecter pour son intelligence mais dont les rêves sont assez loin des miens. Ma posture était finalement celle d’un démocrate de gauche, et c’est d’ailleurs comme tel que le livre a été compris outre-Atlantique.


Je pense en réalité que la prédominance américaine en Europe est, à l’instar de la démocratie comme régime politique, la moins pire des solutions étant donné l’état d’effondrement idéologique dans lequel se trouve notre continent. Je pourrais même accepter sans inquiétude cette prédominance si était respecté le principe des contre-pouvoirs, principe si cher aux Pères Fondateurs. La Russie pourrait jouer le rôle salutaire de garde-fou, bien que le système interne en vigueur là-bas soit loin d’être ma tasse de thé. Il s’agirait là non seulement d’un équilibre bénéfique à la stabilité des relations internationales dans leur ensemble mais aussi bénéfique aux Américains eux-mêmes. Il n’est jamais sain pour soi-même de se croire tout puissant. Après l’échec du couple franco-allemand, je me dis, avec un brin d’ironie, qu’un couple américano-russe pourrait tenter sa chance. Ma déclaration n’est en rien un acte de “foi” à l’égard du modèle américain, j’y suis simplement poussé par l’inévitable deuil d’une Europe aujourd’hui dénuée de projet et d’identité.

 

 

- "AtlantiCO : Vous avez justement parlé récemment d’une faillite de l’Europe nouvelle. Le Vieux Continent porte-t-il une responsabilité particulière dans l’incapacité de l’Occident à définir une nouvelle politique ?
Emmanuel Todd : Il n’y a selon moi plus rien à attendre de l’Europe. Que peut-on sérieusement attendre d’un espace qui n’arrive même pas à se débarrasser de l’euro alors que cela représente un intérêt crucial pour sa survie ? C’est en ce sens que je m’avoue aujourd’hui plus intéressé par ce qui se passe aux Etats-Unis. Le premier mandat d’Obama ne m’avait pas particulièrement impressionné mais force est de constater que la politique menée depuis la réélection de 2012, particulièrement la politique étrangère jusqu’à la crise ukrainienne, faisait preuve d’une réelle intelligence innovatrice… La vraie question reste donc de savoir si les Etats-Unis seront à même de se maintenir ou même de rebondir ou s’ils sombreront dans le déclin. Le cas européen est selon moi réglé.

 


- "AtlantiCO : Vous disiez en 1995 lors de la réédition de L’Invention de l’Europe : “ce livre permettra de comprendre, dans vingt ans, pourquoi une unification étatique imposée en l’absence de conscience collective a produit une jungle plutôt qu’une société”. Comment envisagez-vous aujourd’hui l’avenir ?
Emmanuel Todd : Si j’ai pu réussir quelques « coups » prédictifs par le passé avec la chute de l’URSS, l’affaiblissement des Etats-Unis, les révolutions arabes et l’échec d’un euro mort-né, je suis bien obligé de reconnaître que l’aspect totalement nouveau de la situation actuelle me déroute. Si je n’arrête évidemment pas mes recherches, je suis bien obligé d’admettre que la multiplication des facteurs inédits rendent la prédiction quasiment impossible.

 

L’Europe est aujourd’hui riche, vieille, très civilisée et paisible, en dépit d’une dynamique incontestable de renaissance des nations. C’est un contresens historique d’affirmer que le racisme y progresse. Quand je compare cette époque à celle des années 1970 je suis frappé de voir à quel points les gens sont devenus plus tolérants aux différences(physiques, sexuelles…). Nous vivons dans un monde où la violence à grande échelle, la guerre, est difficilement concevable. Je resterais donc sceptique quant à un scénario apocalyptique au cœur même du Vieux Continent.


Pour ce qui est de l’euro, on voit bien aujourd’hui que cette monnaie ne pourra jamais fonctionner dans une accumulation de sociétés dont les langues, les structures et les mentalités n’ont finalement que très peu en commun. D’un autre côté, il est clair pour moi que le seul pays qui serait à même de casser la zone euro et sa logique destructrice, c’est la France. Mais j’ai fait le deuil d’une élite politique française capable d’affronter la réalité de son échec et de passer à autre chose.


Mais je suis historien avant tout. Ma tristesse de citoyen est atténuée par la possibilité d’observer une histoire qui continue, même gérée par des idiots, et qui est sur le point de s’accélérer.

 

Propos recueillis par Théophile Sourdille

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Analyse Europe Paix International Politique Europe centrale
commenter cet article
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 11:27
L’écologie peut-elle être apolitique ?
 

Source : blog de Robert Mascarell membre du Parti de Gauche 12

Après une succession de découvertes scientifiques qui nous avaient, pour un temps, rendus semblables aux dieux, nous sommes arrivés à une prise de conscience assez sereine des limites de l’homme et de la Terre.

 

Nous n’avons plus tout à fait le sentiment qui animait Pascal le croyant lorsqu’il écrivait : « En regardant tout l’univers muet et l’homme sans lumière, abandonné à lui-même et comme égaré dans ce recoin de l’univers, sans savoir qui l’y a mis, ce qu’il y est venu faire, ce qu’il deviendra en mourant, incapable de toute connaissance, j’entre en effroi comme un homme qu’on aurait porté endormi dans une île déserte et effroyable et qui s’éveillerait sans connaître où il est, sans moyen d’en sortir. Et sur cela, j’admire comment on entre point en désespoir d’un si misérable état. »

 

Il y a eu un écho contemporain de ce cri d’angoisse. On le trouve dans le livre titré « L’Homme » d’un athée, le biologiste Jean Rostand : « Que l’homme terrestre soit ou non, dans l’univers, seul de son type, qu’il ait ou non des frères lointains et disséminés dans les espaces, il n’en résulte guère pour lui de différence dans la façon d’envisager sa destinée. Atome dérisoire perdu dans le cosmos inerte et démesuré, il sait que sa fiévreuse activité n’est qu’un petit phénomène local, éphémère, sans signification et sans but. Aussi n’a-t-il d’autre ressource que de s’appliquer à oublier l’immensité brute qui l’écrase et qui l’ignore. » Et le même savant de pousser dans « Pensées d’un biologiste » un cri de colère : « L’espèce humaine passera, comme ont passé les dinosauriens et les stégocéphales. Peu à peu la petite étoile qui nous sert de soleil abandonnera sa force éclairante et chauffante. Toute vie alors aura cessé sur la Terre qui, astre périmé, continuera de tourner sans fin dans les espaces sans bornes. Alors, de toute la civilisation humaine ou surhumaine, découvertes, philosophies, idéaux, religions, rien ne subsistera. Il ne restera même pas de nous ce qui reste de l’Homme de Néanderthal dont quelques débris au moins ont trouvé un asile dans les musées de son successeur. En ce minuscule coin d’univers sera annulée pour jamais l’aventure falote du protoplasma, aventure qui, déjà, peut-être s’est achevée sur d’autres mondes, aventure qui en d’autres mondes peut-être se renouvellera. Et partout soutenue par les mêmes illusions, créatrice des mêmes tourments, partout aussi absurde, aussi vaine, aussi nécessairement promise dès le principe à l’échec final et à la ténèbre infinie. »

 

J’ai tenu à citer en entier cette page salubre parce qu’elle nous accule absolument à découvrir ce qui rend acceptable d’une part la nature de l’homme et d’autre part, la condition humaine.

 

Mais puisque, décidément, notre présence sur Terre n’est qu’une aventure passagère, constatons que l’aventure humaine oppose deux forces, comme Nietzsche l’a si bien démontré.

 

La première c’est physis (étymologiquement nature), certains hellénistes disent aussi phusis, c’est-à-dire la loi de la nature. Le libéralisme économico-politique a son origine dans ce mouvement naturel. Le personnage platonicien de Calliclès dans Gorgias éclaire la philosophie de ce mouvement, « qui oppose ce qui est vrai et beau selon la nature, c’est-à-dire le déploiement spontané de la force vitale, aux multiples entraves que, sous le nom de « lois », la coalition des faibles a progressivement établies pour empêcher LA JUSTE DOMINATION DES FORTS. »

 

La seconde c’est nomos (étymologiquement loi). C’est l’effort des hommes à travers des institutions pour maîtriser les effets de cette force. Il est à l’origine de la loi des hommes.

 

Nietzsche voyait dans la loi des hommes l’expression et le moyen pour les plus faibles de survivre en empêchant les plus forts de vaincre.

 

En résumé, physis la nature, ce sont les tenants de l’inné, l’individu, l’individualisme. Nomos, la loi, ce sont les tenants de l’acquis, le peuple, le collectif, la masse.

 

Tel Janus, ces deux composantes de notre monde ont depuis des temps très lointains pris différentes apparences.

 

Physis, la nature, et sa loi, maîtresse incontestée des êtres, des choses, pendant des millénaires, fut un jour menacée par l’apparition de l’imaginaire et plus précisément de la conscience. Nomos s’incarna et devint l’Etat moderne avec sa justice et sa police. Le rôle de la police résulte de la délégation par la collectivité d’un droit légal à la violence, pour la survie du plus grand nombre. Les deux conceptions de l’existence se rejoignent pourtant dans la mesure où il faut sauver le total et penser au salut individuel.

 

Ainsi, l’homme est pris entre le désir de dépasser les autres et la nécessité d’être avec les autres à l’exemple de la communion chrétienne et de l’égalitarisme socialiste. La maçonnerie tendant à vouloir équilibrer le désir et la nécessité. Notre histoire n’est que l’alternance et l’opposition de ces deux forces. Tantôt, Physis règne : c’est la guerre (« que le plus fort gagne », « nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts »), c’est le temps des pulsions où l’homme dépasse en férocité l’animal qui se borne à détruire par instinct et donc sans aucun sadisme son ennemi. La perversité atteint son summum quand Physis, pour continuer à dominer, convoque délibérément Nomos à son service. Ce que Jean-Jacques Rousseau a constaté avec beaucoup de pertinence : « Nul n’est assez fort pour être toujours le maître s’il ne transforme sa force en droit et l’obéissance en devoir. »

 

Tantôt, mais très rarement, Nomos, non perverti, règne : c’est la paix civile (« aidons-nous les uns les autres »).

 

L’enjeu est donc de résoudre cette contradiction sans faire disparaître l’un des deux composants, car inéluctablement le composant disparu renaîtrait sous une autre forme.

 

Aujourd’hui, alors que « la maison brûle », comme l’a si justement dit le président de la République, Jacques Chirac, en 2002, à Johannesburg, de la résolution de cette contradiction il dépend que l’échéance menaçant la survie de notre espèce et de toutes les espèces vivantes, soit retardée.

 

La bataille est loin d’être gagnée. Pour preuve, les propos tenus en 2000 par le président du Medef à ce moment-là, Monsieur Ernest-Antoine Seillières, dans la revue des sociétés d’assurance « Risques » : « Autour du risque, on retrouve une sorte de succédané de la lutte des classes » (que voilà une parole de connaisseur. Au passage, je suis heureux de ne pas être le seul à en constater l’existence). Et Seillières d’expliquer que : « Les batailles sur le risque, la sécurité alimentaire ou sanitaire, la sécurité des produits, sont aussi la manière moderne de lutter contre les entreprises innovantes, une manière d’en contester la légitimité ». « Quand on ne peut plus combattre l’entreprise au nom du profit et de l’exploitation, on utilise le risque, la protection de la santé et de l’environnement. » Monsieur Seillières en déduit donc que la société se divise « en riscophiles et en riscophobes », et il se dit convaincu que « dans une période de transformations aussi fortes que celles que nous connaissons, l’avenir appartient davantage aux riscophiles qu’aux riscophobes ».

 

Soulignons que nos « bons » riscophiles se ménagent des parachutes dorés et ne prennent des risques qu’avec la peau des autres.

 

Quand je vous disais que l’opposition entre la physis et la nomos continue à faire rage.

Ainsi, non contents d’être à l’origine des pollutions industrielles du passé, voilà que des entrepreneurs revendiquent le droit de continuer à polluer, sans état d’âme, au nom de la liberté de produire et de créer de la valeur.

 

A propos de liberté, je ne résiste pas au plaisir de citer Albert Einstein : « Je me refuse à croire en la liberté et en ce concept philosophique. Je ne suis pas libre, mais tantôt contraint par des pressions étrangères à moi ou tantôt par des convictions intimes. » ; ou bien encore Lacordaire, chrétien social : « Entre le pauvre et le riche, c’est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit ».

 

Arrivé à ce stade de ma planche, je ressens que certains frères se disent : « Mais où Robert veut-il nous emmener ? Quand va-t-il répondre à la question posée dans le titre de sa planche ? ».

 

Vous allez voir, je l’espère, que le détour que j’ai pris n’est pas si incongru que cela, et qu’aujourd’hui encore, Physis et Nomos ne sont pas mortes, y compris et surtout dans les débats relatifs à l’environnement.

 

Avant d’en arriver à traiter le cœur du sujet annoncé dans le titre de cette planche, s’est posé à moi un problème de méthodologie :

  • soit, m’appuyant sur les travaux de scientifiques produits lors de la convention de Rio en 1992, ou à l’occasion de la ratification par quelques pays du protocole de Kyoto en 1997, ou à l’occasion de la tenue de la conférence internationale sur la gouvernance écologique à Paris en février 2007, je vous assène une quantité astronomique de chiffres prouvant tous que le réchauffement climatique va s’accélérant et que l’homme en est le principal responsable,
  • soit, nous convenons tous ensemble que ce phénomène n’est plus discutable et, dès lors, nous pouvons passer à l’étape supérieure de la réflexion. Celle qui consiste à tenter d’analyser les raisons d’une telle situation, voilà pour hier, et à réfléchir sur les moyens de faire face à sa dégradation, voilà pour demain.

 

Vous avez compris que je ne vais pas vous asséner des chiffres, mais je vais vous proposer de réfléchir, en vous demandant de garder constamment en mémoire le débat existant entre les notions de physis et de nomos.

 

Convenons que l’état écologique de notre planète est en raison directe de la révolution industrielle apparue il y a un peu plus de deux siècles. Jusque-là, l’homme vivait essentiellement des produits de la culture et de l’élevage, suivant le rythme des saisons. Avec la multiplication des inventions, nous sommes entrés progressivement dans l’ère industrielle. Le productivisme s’est installé en maître de tous nos modèles économiques, qu’ils soient d’essence capitaliste ou communiste.

 

Il n’y avait rien à redire à cette orientation, tant la misère était grande. Peu importait, à la limite, la façon de répartir les fruits du travail des hommes. Même s’ils étaient mal partagés, les plus pauvres voyaient, néanmoins, leur sort s’améliorer.

 

Les luttes des déshérités pour une meilleure répartition des richesses, pouvant aller jusqu’à vouloir maîtriser le pouvoir politique, comme la détermination des privilégiés à vouloir le garder à tout prix, avaient la même finalité : produire et consommer toujours plus. Peu importait les retombées sur l’environnement. Nul ne s’en souciait, à droite comme à gauche. C’est que les ressources de la Terre paraissaient inépuisables, et l’aptitude des forces de la nature à se régénérer indestructible.

 

Si bien que du strict point de vue étroitement partisan, les hommes et femmes de gauche n’ont pas davantage qualité que ceux et celles de droite à se prétendre meilleurs défenseurs de l’environnement. Si là s’arrêtait ce travail, il serait logique de dire que l’écologie peut être un courant de pensée apolitique, n’ayant à s’inspirer ni des pratiques de droite ni des pratiques de gauche.

 

Mais, croissance démographique et économique aidant et, à l’inverse, épuisement des réserves fossiles et réchauffement climatique de la Terre à un horizon proche avérés ont obligé l’ensemble de la classe politique de la plupart des pays à prendre en compte ces phénomènes dans leur approche du pouvoir. On pourrait s’en féliciter si l’occasion était saisie de poser les problèmes sans aucun tabou. Tel n’est pas le cas, y compris par ceux qui font profession de foi écologiste.

 

Pour illustrer mon propos je vais m’en tenir au débat franco-français pour cette élection présidentielle.

 

Trois têtes d’affiche expriment les diverses nuances du courant écologique : Nicolas Hulot, Corinne Lepage et Dominique Voynet. Deux se disent apolitiques, mais s’affichent dans les entourages de Jacques Chirac pour l’un, de François Bayrou pour l’autre. La dernière ne cache pas son ancrage à gauche. Voilà pour leur engagement partisan. Mais au-delà, où sont leurs différences ? Elles sont ténues. Tous les trois inscrivent leur action dans l’acceptation des règles du libéralisme économique, tout en préconisant un autre mode de production et de consommation.

 

Autant dire qu’ils essaient de réaliser la quadrature du cercle.

 

Notez que, en soi, ce positionnement constitue un véritable engagement politique, quoi qu’en disent ceux qui prétendent à l’apolitisme de leur combat écologique. Si vous doutiez de la justesse de cette affirmation, je tiens à rappeler que tous les responsables écologistes, sans exception, ont pris position, le 29 mai 2005, lors du référendum, pour ou contre le traité constitutionnel européen. Les trois têtes d’affiche susdites ont d’ailleurs voté et appelé à voter pour ce projet. Des étoiles du mouvement écologiste de moindre magnitude ont, elles, voté et appelé à voter non.

 

Personne ne niera, j’en suis convaincu, que le traité constitutionnel avait un contenu éminemment politique, sauf à considérer que son inscription dans la perspective exclusive du renforcement des règles du libéralisme économique ne soit pas un choix politique.

 

A ce stade de ma planche, je tiens à dire que je ne fais reproche à aucun des écologistes d’avoir pris position pour ou contre le traité constitutionnel européen. Ce disant, je suis, en revanche, beaucoup plus sévère à l’encontre des écologistes qui, passé l’intermède du débat européen, se drapent à nouveau dans la posture de l’apolitisme, qui serait seul vertueux, par opposition à ceux dont l’engagement écologique serait sali par leur choix partisan.

 

Mais laissons là ces batailles picrocholines et revenons à l’essentiel, c’est-à-dire à la question : L’écologie peut-elle être apolitique ?

 

Nous venons de voir que ses hérauts, même quand ils s’en défendent, se complaisent dans la politique politicienne. Le devenir de l’humanité sur Terre vaut mieux que cela. Et là, je vais en revenir à physis et à nomos.

 

Tout d’abord je vais m’appesantir sur un paradoxe : physis, je le soulignais au début de ma planche, c’est la primauté de la loi de la nature. Or, qui dit nature dit environnement. On pourrait donc être tenté de dire que ceux qui font souvent référence au respect des lois de la nature en sont donc les meilleurs défenseurs. Mais là tout se complique.

 

Les proclamateurs du retour aux lois de la nature sont ceux-là même qui, au nom de ces lois, justifient que les relations entre les hommes ne sont mues que par l’esprit de compétition.

 

En avril 1998, je vous ai présenté un travail intitulé : La compétition : moteur du progrès ou suicide collectif ? J’y pourfendais les tenants des lois de la nature, à l’occasion lois divines, et j’y soutenais que, en résumé, avec force exemples : « La lutte pour la vie n’est pas réductible à une compétition sans règles, et le plus souvent au contraire, elle prend la forme de ce qu’il faut bien appeler une coopération, même si certains individus y laissent leur vie. »

 

Plus loin, je continuais : « La coopération m’apparaît plus que jamais nécessaire même sur le plan de la pensée, qu’elle soit rationnelle ou symbolique. Dans notre humanité, la pensée sous-tend l’action et l’action sous-tend la vie, laquelle sous-tend le devenir de notre espèce. N’oublions jamais que, heureusement, la compétition est volontairement encore freinée par la crainte de la destruction de la planète. »

 

Si j’avais un mot à changer à ce que je vous disais en avril 1998, ce serait pour dire que j’étais encore trop optimiste quand j’écrivais « que, heureusement, la compétition est volontairement encore freinée par la crainte de la destruction de la planète. »

 

Depuis lors, cette crainte de la destruction de la planète n’arrête plus les dirigeants économiques et politiques de ce monde. L’arrivée au pouvoir du sinistre Busch, début 2001 aux USA, entraîne l’humanité entière et toutes les formes de vie inéluctablement vers l’abîme, dans le silence complice des dirigeants des autres pays, profitant de la crétinisation des peuples à laquelle ils ont d’ailleurs pris une part active.

 

Partout, les Etats et les collectivités publiques, pourtant seuls dépositaires de l’intérêt général, sont tournés en dérision. Priorité est donnée aux intérêts particuliers, via les entreprises, plus précisément via les grands groupes multinationaux. Eh bien ! je ne retiens pas la doctrine selon laquelle la somme des égoïsmes individuels aboutirait à l’optimum économique. Comme Einstein dans « Comment je vois le monde ? », je pense que : « L’argent pollue toute chose et dégrade inexorablement la personne humaine. »

 

Un écologiste digne de ce nom ne peut pas faire l’économie d’une analyse de l’évolution du capitalisme. Car, ne nous y trompons pas, le capitalisme d’aujourd’hui n’est pas dirigé par des ultra-libéraux intrinsèquement mauvais, par opposition à des libéraux moins ultras qui le dirigeraient avec plus d’humanité. Rien ne tient à la qualité des hommes, tout dépend des changements structurels du capitalisme inscrits dans sa matrice.

 

Le capitalisme moderne est né il y a un peu plus de deux cents ans, et par accumulation et concentrations successives au fil des décennies, les petites entreprises, terreau du capitalisme, devenant de plus en plus grandes, ont commencé à être dirigées par leur fondateur, puis par leurs héritiers de sang, puis par des petits groupes d’actionnaires nationaux, puis par des actionnaires croisés détenant des actions dans plusieurs entreprises du même pays, puis par de gros actionnaires transnationaux, puis par des actionnaires transnationaux gros et petits. Les petits confiant la gestion de leurs économies à de grands financiers à la tête des banques, sociétés d’assurance, fonds de pension. C’est à ce stade de développement que se trouve le capitalisme aujourd’hui. Mais nous ne sommes pas arrivés au stade ultime de ces mouvements de concentration, accumulations capitalistes aidant.

 

Le résultat, c’est que le capitalisme, qui longtemps a vécu de la production et pour la production industrielle, via le travail des hommes et les investissements, devient de plus en plus un capitalisme financier anonyme se gobergeant du rapport de l’argent, via la spéculation, et de moins en moins de la production.

 

L’autre résultat, c’est que toutes les économies sont mesurées à l’aune de leur taux de croissance, sans considération du contenu de cette croissance. Toutes les activités économiques sont donc comptabilisées : celles utilement sociales, comme celles qui ne le sont pas, voire qui sont nuisibles. Si bien que l’humanité entière est engagée dans une fuite en avant, au péril des forêts, des ressources naturelles, de nombre d’espèces vivantes,….

 

Le système capitaliste mondial est donc appelé à être dirigé selon des critères encore plus contraignants que ceux d’aujourd’hui pour l’énorme majorité des hommes. Ses dirigeants nous paraîtront donc encore plus ultra-libéraux que nos plus ultra-libéraux actuels. C’est consubstantiel au capitalisme. Par égoïsme, ses dirigeants sont prêts à nous conduire jusqu’à la chute finale de l’humanité. Et le fait que le système capitaliste ait triomphé du système communiste ne le rend pas meilleur pour autant. Au contraire, et là j’en viens, paradoxalement, à regretter l’absence de concurrence.

Je ne suis pas un scientifique, mais je suis persuadé que l’irréversible est d’ores et déjà atteint. Le train du capitalisme mondial est lancé à une telle allure que, même si dès demain le genre humain était gagné par la raison, au point qu’il mette en place un système mondial philosophico-politico-économique idéal, la catastrophe n’en serait que retardée. Puissé-je me tromper.

 

Et une fois n’est pas coutume, je n’emprunterai pas à Marx, bien que je m’en réclame plus que jamais, pour vilipender le capitalisme, je m’en tiendrai au regard des catholiques sociaux sur le libéralisme, tel qu’il est publié dans l’Encyclopédie Universalis : « Le catholicisme social –ce trait est particulièrement accusé à ses origines- se présente doublement comme l’adversaire du libéralisme, non seulement il en récuse les thèses et les maximes, mais il lui impute la responsabilité des maux qui affligent la condition ouvrière : la libre-concurrence érigée en règle, l’intérêt particulier élevé à la hauteur d’un principe, le culte du progrès ont engendré cette société inhumaine. »

 

Mais même si la bataille me paraît perdue, je me battrai de toutes mes forces pour faire reculer l’échéance. Et c’est là que revient Nomos.

 

Seule la loi des hommes et non la loi de la nature, et encore moins la loi divine, peut permettre d’arbitrer entre les intérêts particuliers et l’intérêt général. Mon propos ne consiste pas à vouloir opposer ces deux types d’intérêt. Leur coexistence est nécessaire pour favoriser l’harmonie entre les hommes eux-mêmes, mais également entre les hommes et toutes les autres formes de vie sur Terre. Etant bien entendu, toutefois, que prééminence devra être redonnée à l’intérêt général, au détriment, s’il le faut, des intérêts particuliers.

 

Le choix du contenu de la croissance, par exemple, ne peut être dévolu au secteur privé. Il ne s’agit pas de produire pour produire, sans égard pour l’environnement. Si bien que l’acte de produire doit être collectivement déterminé non plus en pensant taux de croissance indifférenciée, mais en forgeant un modèle mathématique pour fixer le taux d’utilité sociale. Pour illustrer ma pensée, je prends pour exemple, a contrario, de l’ineptie économique dévastatrice de l’environnement, la pratique, se généralisant, de la production éclatée à travers le monde d’un article composite. Ainsi, dans mon exemple, l’assemblage des pièces composant cet article dont la première pièce, fabriquée en France, est ensuite assemblée avec la deuxième fabriquée en Turquie, puis avec la troisième fabriquée à Singapour, et ainsi de suite, pour enfin revenir finie en France. Que d’énergie gaspillée et de pollution générée. Or, selon les critères d’aujourd’hui fondant le taux de croissance, la multitude des allées et venues de cet article à travers le monde crée de l’activité économique de transport entrant positivement dans la détermination du taux de croissance.

 

Les tenants de la liberté façon renard libre dans le poulailler, peu soucieux de l’intérêt économique général, n’intègrent évidemment pas les coûts financiers occasionnés sur l’environnement par ces pratiques : gaspillage de fluides énergétiques en voie de raréfaction, production inconsidérée de CO2 provoquée par les transports multiples. Les peuples sont les cochons de payants de cette gabegie.

 

Pour faire cesser cette absurdité, on voit bien que seule une puissance publique mondiale, ce serait l’idéal, mais si ce n’est pas possible un service public d’échelon géographique inférieur, pourrait y mettre un frein.

 

Dans le même but, il revient à la société de déterminer les secteurs de l’activité économique devant être gérés sous le contrôle étroit de la puissance publique. Il devrait en être ainsi de la gestion de tous les fluides énergétiques en général, de celle de l’eau, de la production des médicaments, des services de l’enseignement, des dépenses militaires, des infrastructures des transports (routes, voies ferrées),….

 

Une telle organisation socio-économique va à l’encontre du tout libéral, à l’œuvre dans le monde entier. Ce disant, je ne me fais pas le chantre de la croissance zéro, encore moins de la décroissance, je défends une croissance raisonnable, mesurée à l’aune de l’intérêt général.

 

Que ce soit sous l’empire de la nécessité ou sous celui de la raison, l’heure n’est certainement pas si éloignée que cela où le genre humain, pour son salut, devra se détourner des billevesées des gourous du capitalisme. Quant à ceux qui se disent écologistes, ils ne pourront pas indéfiniment s’abriter dans le cocon du non-choix, sauf à se discréditer.

 

La domination écrasante des forces de l’argent, sous le joug desquelles nous vivons aujourd’hui, ne m’émeut guère. Sauf à accepter de se suicider collectivement, nous devrons obligatoirement passer d’une société de concurrence généralisée à une société de coopération.

 

In petto, certains d’entre-vous pensent probablement que tout n’est pas perdu, depuis que les ci-après Al Gore, ex-vice-président des Etats-Unis, et Nicholas Stern, ex-dirigeant de la Banque mondiale, nous alertent, le premier à travers son film « Une vérité qui dérange », le second par son rapport chiffrant à 5 500 milliards d’euros le coût de l’inaction face au changement climatique. Et ces frères de se dire, que s’il s’avère que les actions écologiques peuvent être un marché juteux, les financiers s’y engouffreront et dès lors tous les espoirs seront permis. Il n’est pas interdit de croire, et puis si cela en aide certains à vivre, grand bien leur fasse. Pour ma part, je persiste à dire qu’il est illusoire d’attendre la félicité d’un système fondé sur l’égoïsme.

 

Mon scepticisme se trouve renforcé par l’attitude de la quasi totalité des classes politiques à travers le monde. La nôtre ne déroge pas à la règle. Les palinodies autour de la signature du pacte écologique proposé par Nicolas Hulot ont plutôt été pitoyables. Mais là n’est pas l’essentiel. Il se trouve dans les programmes de tous les candidats à notre élection présidentielle, y compris ceux que je soutiens plus que les autres : ceux de la gauche antilibérale. Alors que chaque jour qui passe confirme la responsabilité de l’homme dans la gravité et plus encore l’urgence du péril écologique, aucun des programmes n’est infléchi radicalement.

 

Tous se situe dans la logique du gagner, du produire et du consommer toujours plus, comme dans celle de la nécessité d’un taux de croissance économique et démographique le plus élevé possible, sans considération de contenu.

 

Autant l’objectif que les plus pauvres puissent raisonnablement consommer davantage est juste, autant il faut avoir le courage de dire que ce ne sera possible que si, parallèlement, la consommation des plus riches diminue considérablement. Je vais même jusqu’à dire que cette réduction pourrait me frapper personnellement, à la marge certes, tant je suis conscient de consommer le superflu, du superflu, du superflu. Il va sans dire que, simultanément, les revenus des plus pauvres devront augmenter sensiblement, pendant que ceux des plus riches devront largement diminuer.

 

Là, je veux tordre le cou au principe, unilatéral, des vases communicants défendu par les plus fortunés, consistant à dire qu’il est difficile d’augmenter les bas salaires, au risque d’augmenter le coût du travail et donc d’affaiblir la compétitivité de notre économie. Curieusement, le même principe ne vaudrait pas pour les revenus pharamineux perçus par les plus riches. Il ne faut donc pas y toucher.

 

Ne pas poser le problème des contenus de la production, de la consommation, des taux de croissance économique et démographique, comme de celui des écarts de revenus, c’est condamner nos descendants au pire, plus vite qu’on ne le croit. Aujourd’hui cette sentence ressortit à l’utopie.

 

Les prudes disent fautivement que la masturbation rend sourd, les écologistes, dignes de ce nom, devraient dire : l’égoïsme rend à coup sûr sourd et aveugle.

 

Mais qui mieux que Albert Einstein pouvait conclure mon exposé : « Les excès du système de compétition et de spécialisation prématurée sous le fallacieux prétexte d’efficacité, assassinent l’esprit, interdisent toute vie culturelle et suppriment même les progrès dans les sciences d’avenir. »

 

Inverser cette réalité nécessite que dans le couple physis-nomos, nomos occupe enfin la place prépondérante.

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Analyse Politique Si on parlait ENVIRONNEMENT
commenter cet article
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 17:28
La gauche a commencé à débattre pour renaitre sans Valls ni Hollande... mais pour quelle politique ?

Source : Médiapart le blog de Paul Alliès

Les 21 et 22 juin, deux centaines de militants socialistes se sont réunis à Bellerive-sur Allier près de Vichy pour débattre du thème: "Rassembler la gauche et les écologistes" proposé par la revue "Démocratie et socialisme" de Gérard Filoche. L'échange entre membres de diverses tendances du PS mais aussi avec les représentants des diverses formations de gauche a été une incontestable réussite. Un moment heureux dans ce contexte de démoralisation entretenu par les propos mortifères de M. Valls et J.C. Cambadelis.

 

La palette des opinions représentées était très large: pour ce qui est du PS, les membres de divers courants de gauche, mais aussi des parlementaires proches de B. Hamon et des amis d'A. Montebourg étaient là. Emmanuel Maurel, l'efficace leader de l'opposition montante (et tout nouveau député européen) incarnait une synthèse des sensibilités qui se dessine semaine après semaine. On croisait des parlementaires comme Marie-Noelle Lienemann, Barbara Romagnan ou Pourria Amirshahi, une bonne dizaine de membres du Bureau National et pas mal d'élus locaux. Tous se sont accordés sur une "ligne anti-austérité" en parfait écho au combat des députés sur le Pacte de responsabilité et le collectif budgétaire (l'appel des 100). Mais ce qui a fait le grand intérêt de leur présence c'est le dialogue public avec la quasi totalité des représentants des formations de gauche : d'Europe Ecologie les Verts au PCF en passant par quatre autres composantes du Front de Gauche ("République et Socialisme", "Ensemble", "Gauche unitaire", "Parti de Gauche"). Julien Bayou, porte-parole d'EE-LV côtoyait le nouveau maire communiste de Montreuil Patrice Bessac ou la première adjointe (PG) au maire de Grenoble, Elisa Martin.

 

De cette confrontation devenue particulièrement rare par les temps qui courent, on retiendra deux choses: la crédibilité d'une alternative à gauche et la promotion d'une 6° République comme bien commun à celle-ci.

 
  • L'alternative à gauche: elle est à plusieurs détentes. Dans le PS, la question est clairement posée d'un dépassement des frontières de motions, donc des courants tels que représentés dans les instances du parti depuis le congrès de Toulouse. Il apparaît que les gauches peuvent converger sur la base de la bataille engagée par les parlementaires contre la politique économique et sociale du gouvernement.  Parmi ces derniers, les amis de Martine Aubry sont aux avant-postes (Jean-Marc Germain et Christian Paul notamment); ils n'étaient pas là ce week-end mais leur travail a été invoqué et ils sont un pôle important dans la construction de cette alternative. L'accord sur quelques points de principe (l'Europe, la République démocratique, la justice fiscale et budgétaire, la relance par l'investissement) devrait faciliter celle-ci. Se dessinerait alors la possibilité d'une majorité de congrès capable de faire le lit des démoralisations et abandons cumulés depuis deux ans. Cette alternative est aussi en débat en dehors du PS. L'échange avec cinq composantes du Front de Gauche (PCF inclus) a fait apparaitre un point d'accord essentiel: la volonté de trouver des bases communes de rassemblement lesquelles se dessinent déjà contre les politiques européennes et nationales d'austérité. Comme l'a souligné Christian Picquet: "on ne s'en sortira pas les uns sans les autres et encore moins les uns contre les autres. Sous quelque forme que ce soit, la "théorie" des deux gauches est un piège mortel".  Dés lors que l'alternance se bâtit avec des socialistes qui concrétisent une démarche autonome (réclamée par Elisa Martin), tout le monde s'accorde en dehors du PS pour considérer celui-ci est un enjeu: ni un cadavre à la renverse, ni un parti de droite ou sans militant ; il peut être, si une nouvelle gauche s'y construit,  un des chainons susceptible d'interrompre le cycle dépressif décrit comme à plaisir par ses actuels dirigeants. Du côté du Front de Gauche, plusieurs comme Lucien Jallamion (République et Socialisme) avancent l'idée qu'il faut aussi revoir le clivage "dans et hors le PS" en allant jusqu'à un travail d'inventaire  de "la gauche de la gauche". Et le dialogue sur des "points de rassemblement" devrait le faciliter, l'exigence d'une nouvelle République étant l'un des plus évidents.

 

  • La  Sixième République est apparue en effet comme un bien commun à toutes les sensibilités présentes.  Le "désastre du présidentialisme" (François Calavet d'Ensemble-Front de Gauche) conduit une nouvelle fois la gauche à un point de non-retour. Le grand renoncement de celle-ci à changer les institutions une troisième fois alors qu'elle est au pouvoir, est un refus d'engager une révolution démocratique qui éloigne encore un plus ses électeurs des urnes et ses militants de l'engagement. Le propos de Mendès-France a été rappelé selon lequel "la question démocratique est partie intégrante de la question sociale: si vous ne réformez pas la République, vous ne pourrez réformer l'école ni mener une bonne politique économique". De même qu'a été rappelé le fait que M. Valls a été l'auteur d'un rapport ("Pour un pacte républicain rénové") en février 2011 où il faisait l'apologie du régime en place. Il avait été retiré de l'ordre du jour du Bureau National du PS par Martine Aubry devant la probabilité de son rejet s'il avait été soumis au vote. Pour autant le PS est le seul parti qui n'ait jamais abordé au fond la question du changement de République. C'est donc un sujet qui devra être au centre de l'alternative de gauche au prochain congrès; mais pas tant sur le principe même du changement que sur ses modalités concrètes, sociales, politiques et juridiques. Sur ce point aussi, le débat de Bellerive a fait bouger les choses: le problème de la Constituante comme point de passage obligé (revendiqué avec force, on s'en souvient par Jean-Luc Melenchon lors da la dernière campagne présidentielle)  a été posé pour ouvrir la voie, a dit Emmanuel Maurel,  "tout de suite, sans attendre, à une 6° République essentielle pour affirmer que la démocratie est une condition préalable d'exercice du pouvoir par la gauche".  Et il a été proposé que ce débat se décline dès la rentrée en débats locaux de tous ordres et dans toutes les formations, avec le concours éventuel de la Convention pour la 6° République, représentée à cette réunion.

 

Une réunion qui vient s'jouter à d'autres du même type. Le samedi 14 juin devant un public nombreux, s'était tenue à la Mairie du XI° arrondissement à Paris une rencontre du même type à l'initiative d'"Un monde d'avance" (le courant de B. Hamon au PS). Jean-Marc Germain (proche de M. Aubry) et Pierre Laurent (secrétaire général du PCF) y avaient pris la parole. Ces réunions sont le signe qu'un mouvement est lancé et qu'il y a une gauche en forme. "Elle peut mourir" a cru pronostiquer M. Valls. Elle a déjà commencé à renaitre. Sans lui.

Paul Alliès

 

- Un appel de Bellerive sur Allier a été adopté à l'unanimité des socialistes présents le dimanche 22 juin.

 

- Notes complémentaires :

  • Expression d'Éric Coquerel Secrétaire National du Parti de Gauche dont l'auteur de l'article omet volontairement de mentionner la présence et l'intervention.
  • Mon commentaire :

Toutes les motions ou résolutions ne valent que pour l’instant ou elles sont adoptées et n’engagent que ceux qui y croient !
La vérité sortira des « actes » !


Et l’appel des 100 députés socialistes va être sous les projecteurs de l’actualité sociale.
En effet, l’examen du projet de loi ferroviaire s’est achevé vendredi 20 juin. Les députés ont voté des amendements au texte notamment en faisant de la SNCF « mère » l’employeur unique pour tous les cheminots, avec un seul comité d’entreprise et un seul CHSCT à l’échelle de la future holding SNCF. C’est sans doute une garantie utile pour les cheminots.

 

En revanche en ce qui concerne le retour à une seule société, force est de constater que le compte n’y est pas. Le Parlement va être amené à voter sur une loi qui entérine la séparation du gestionnaire de réseau et de l’exploitant. Cette absurde gestion par activité qui n’a d’autre but que de préparer l’ouverture totale à la concurrence du rail est maintenue.


C’est à l’examen du vote de chacun d’entre eux sur ce dossier que nous pourrons nous faire une opinion sur la sincérité de leur démarche politique d’opposition aux politiques libérales et d’austérité et visant à un sursaut des socialistes et de toute la gauche.

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Politique Analyse Front de Gauche et Front du Peuple
commenter cet article
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 17:05
Les réseaux de François Hollande dans le monde de la finance

François Hollande et ses réseaux. Cet article est le reproduction du chapitre 3 (pages 89 à 97) de l'excellent ouvrage "La violence des riches" de Michel et Monique Pinçon Charlot (éd. Zones).

 

Source : Le Parti de Gauche Midi-Pyrénées par Hervé Debonrivage - Mis à jour le 17 juillet 2015

- Introduction

Cet extrait (le chapitre 3) répond à une question que de très nombreuses personnes se posent : comment se fait-il que le gouvernement actuel persévère dans une politique d’austérité et de l’offre ne remettant pas en cause la toute-puissance de la finance, alors que l’on ne compte plus les économistes qui contestent sa rationalité, son efficacité économiques et sociale ? Le comment et le pourquoi de la politique de François Hollande, de Jean-Marc Ayrault (et aujourd'hui de Manuel Valls) trouvent leur explication dans l’adoption depuis 1985 par François Hollande d’une vision politique ultralibérale et dans son réseau qui se déploie dans le monde de la finance et de l’industrie. On peut lire dans un article qui vient de paraître sur ce site : " Austérité : enfin, l'aveu"

 

"Le seul bilan positif de ces politiques est au bénéfice des oligarchies. Les 500 plus grandes fortunes professionnelles françaises ont augmenté de 25 % en un an, tandis que la France figure au troisième rang mondial et au premier européen pour le nombre de millionnaires en dollars"

 

En effet, c’est ce que montrent les auteurs dans leur livre La violence des riches : c’est la logique qui sous-tend la politique du gouvernement actuel dans la continuité de la politique sarkozyste. Il ne faut donc pas attendre à ce qu’une politique de compassion budgétaire remplace la politique de compression budgétaire qui asphyxie l’économie, mais, au contraire, à sa continuation dans son mépris ou ignorance de l’intérêt général et de sa bonne compréhension de l’intérêt des riches.

 

La finance fonctionne avec des humains faits de chair et d’os qui possèdent un visage et un nom, même si son fonctionnement fait système. C’est en cernant ce double aspect : abstrait/concret ; finance/individus dans son articulation de classe : classe des dominants/classe des dominés que Michel et Monique Pinçon – Charlot permettent de comprendre le système de domination actuel du capitalisme et les raisons de la grande " casse sociale".

 

----------------------------

 

- chapitre 3 : "L’oligarchie dans la France de François Hollande".

(En italique sont reproduits les encadrés figurant dans le texte de l'ouvrage.)

La violence de classe ne peut s’exercer sans la complicité et la collaboration du personnel politique au pouvoir. Cette connivence entre les gouvernants et les dominants, nous l’avons démontrée dans l’enquête sur le Président des riches et ses relations privilégiées avec les grandes fortunes et toute l’oligarchie des affaires note. Durant sa campagne électorale, François Hollande a martelé que « le changement c’est maintenant » et que son ennemi principal est le monde de la finance. Aussi, comme nous l’avions fait dès le 7 mai 2007, nous avons, cinq ans plus tard, tenu un journal au quotidien et passé au crible des outils de la sociologie les choix politiques et sociaux du nouveau pouvoir socialiste, donnant à voir une nouvelle dérive des valeurs de la gauche.

 

  • François Hollande et ses réseaux

En pleine campagne pour la présidentielle, le 22 janvier 2012, au Bourget, François Hollande prononce un discours qui lui permettra d’emporter la victoire le 6 mai 2012. Il déclare que son véritable adversaire « n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu, et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance ». En s’en prenant à la finance, il espère bien récupérer des voix auprès des millions de Français qui subissent les conséquences de la spéculation financière qui a abouti à la crise de 2008.

 

  • François Hollande louvoie et esquive la réalité.

En effet, il est très bien placé pour savoir que la finance a des visages et des noms. Son trésorier de campagne, Jean-Jacques Augier, devenu un homme d’affaires avisé, est alors actionnaire de deux sociétés offshore dans les îles Caïman, paradis fiscal des Caraïbes, sous « souveraineté » britannique. Quelques semaines seulement après le discours du Bourget, François Hollande déclare, lors d’un entretien accordé à la presse anglaise : « La gauche a été au gouvernement pendant quinze années, au cours desquelles nous avons libéralisé l’économie et ouvert les marchés à la finance et aux privatisations. » Sa conclusion est claire : « Il n’y a pas à avoir peur. » Les visages et les noms de la finance lui sont en effet beaucoup moins inconnus qu’il ne l’a laissé entendre. Rappelons quelques-uns de ses amis ou de ses proches.

 

  • Jean-Pierre Jouyet :

Fils de notaire, est inspecteur général des finances après son passage à l’ENA où il a fait partie de la promotion Voltaire, celle de François Hollande. Et c’est donc tout naturellement qu’ils ont rédigé ensemble le livre La Gauche bouge, avec trois autres socialistes, sous le pseudonyme de Jean-François Trans.

 

Jean-Pierre Jouyet, socialiste, très ami du couple formé alors par François Hollande et Ségolène Royal, n’hésite pas à collaborer avec la droite lorsque l’intérêt l’exige. Directeur du Trésor de 2000 à 2004, il sera nommé par Nicolas Sarkozy, lorsque celui-ci devient ministre de l’Économie et des Finances en 2004, « ambassadeur chargé des questions économiques ». Dès l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, en mai 2007, il devient secrétaire d’État aux Affaires européennes, poste qu’il quitte en décembre 2008 pour accéder à la présidence de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

 

Jean-Pierre Jouyet a été nommé le 19 octobre 2012 à la tête de la Caisse des dépôts et consignations, le bras financier de l’État. Il est également le président de la Banque publique d’investissement (BPI), créée pour venir en aide aux petites et moyennes entreprises.

 

  • Brigitte Taittinger :

Elle est son épouse, fille de Claude Taittinger et de Catherine de Suarez d’Aulan, est membre, selon le Bottin mondain, de l’Association d’entraide de la noblesse française (ANF). Elle a eu cinq enfants de son premier mariage avec le comte Nicolas de Warren, puis un enfant avec son second mari, Jean-Pierre Jouyet. Elle travaille dans le marketing et le luxe et a coprésidé Baccarat de 1997 à 2005, et elle est aujourd’hui PDG des parfums Annick Goutal. Elle organise des dîners auxquels François Hollande est toujours le bienvenu. Autour de la table, son cousin germain Christophe de Margerie, le PDG de Total depuis 1974, vient apporter les dernières nouvelles du CAC 40 à ceux qui sont au cœur de la politique et des finances.

 

  • Matthieu Pigasse :

Il est membre du Parti socialiste et soutien inconditionnel de la candidature de François Hollande à l’Élysée, tout en étant banquier d’affaires à la tête de Lazard France et Europe. Il a travaillé au cabinet de Dominique Strauss-Kahn à Bercy. Puis il a continué chez Laurent Fabius où il a contribué à quelques privatisations. Il doit son entrée chez Lazard à Alain Minc, mais c’est par goût personnel que, durant l’été 2009, il a acheté l’hebdomadaire Les Inrockuptibles.

 

  • Henri de La Croix de Castries :

Il est de la même promotion Voltaire que François Hollande. De sensibilité catholique et conservatrice, ce directeur général du groupe d’assurance AXA, neuvième groupe au monde, après avoir été suffisamment proche de Nicolas Sarkozy pour faire partie des invités de la fameuse fête du Fouquet’s le 6 mai 2007, a soutenu la campagne de François Hollande avec une contribution de 7 500 euros au cercle animé par Jean-Jacques Augier « Répondre à gauche avec François Hollande ».

 

  • Charles-Henri Filippi :

Inspecteur des finances, fut conseiller au cabinet de Jacques Delors alors que celui-ci était ministre des Finances dans les années cruciales 1983-1984, lorsque les socialistes mirent en place la dérégulation du système bancaire et financier. Charles-Henri Filippi a eu de très hautes responsabilités dans le domaine de la banque et de la finance en étant directeur de la banque Stern puis de la Banque HSBC France.

 

  • Pierre Duquesne :

Il fut un autre camarade de classe de la promotion Voltaire à l’ENA. Il a été responsable de la division commerciale des marchés de devises à la Banque Indosuez, secrétaire général adjoint de la Commission bancaire, président du comité d’audit de la Banque mondiale et du comité d’éthique du Fonds monétaire international (FMI). Il fut aussi conseiller de Lionel Jospin en 2000 et 2001, à un moment où François Hollande était le premier secrétaire du Parti socialiste.

 

  • Jean-Hervé Lorenzi :

Professeur d’économie à l’université Paris-Dauphine, président du Cercle des économistes, a participé en tant qu’expert aux réflexions du candidat François Hollande. Il est également conseiller du directoire et banquier-conseil de la Compagnie financière Edmond de Rothschild Banque, administrateur de BNP Paribas Assurances et membre du conseil de surveillance de la compagnie financière Saint-Honoré.

 

  • Emmanuel Macron :

Jeune associé-gérant de la banque Rothschild, est secrétaire général adjoint de l’Élysée. Il a fallu le limogeage de la ministre de l’Écologie, Delphine Batho, pour apprendre, lors de sa conférence de presse du 4 juillet 2013, que Sylvie Hubac, directrice de cabinet de François Hollande, avait fait l’ENA dans la même promotion Voltaire que le président.[1]

 

  • Philippe Crouzet :

Membre du Conseil d’État et président du directoire du groupe Vallourec, il est le mari de Delphine Batho. Or Delphine Batho n’a cité qu’un cas concret de lobbying, celui de ce conseiller d’État à la tête du leader mondial des tubes sans soudure utilisés précisément pour l’exploitation des huiles et gaz de schiste.

 

  • Un ministre socialiste de l’Économie bien introduit dans le monde des affaires, Pierre Moscovici  :

Il est en phase avec les réseaux qui comptent. Membre du Cercle de l’Union interalliée, à deux pas de l’Élysée, rue du Faubourg-Saint-Honoré, il fréquente aussi le Siècle, dont les célèbres dîners, réunissant l’élite des hommes politiques et des journalistes, ont connu un certain succès médiatique, malgré la discrétion de l’Automobile Club de France qui les accueille place de la Concorde.

 

Pierre Moscovici fut aussi, de 2004 à 2012, l’un des vice-présidents du Cercle de l’industrie, poste qu’il a sans doute jugé plus prudent de quitter, le conflit d’influence risquant d’être trop flagrant avec ses nouvelles responsabilités. À ce poste au Cercle de l’industrie celui qui allait entrer au gouvernement de Jean-Marc Ayrault a fréquenté le grand patronat qui compose l’essentiel de ce cénacle. En juin 2012, on y rencontre 41 PDG ou directeurs généraux, de Christophe de Margerie (Total) à Jean-Cyril Spinetta (Air France KLM), de Patrick Kron (Alstom) à Guillaume Pepy (SNCF). Le président de cette puissante assemblée est Philippe Varin, P-DG de PSA Peugeot Citroën. Six autres membres du Cercle de l’industrie sont d’anciens dirigeants d’entreprises comme Louis Gallois, ancien patron de la SNCF et d’EADS, ou des hommes politiques comme Jacques Barrot (centriste), aujourd’hui membre du Conseil constitutionnel, et Gilles Carrez (UMP).

 

Ce cercle fut fondé en juin 1993 par Raymond H. Lévy, président de Renault, et par Dominique Strauss-Kahn, qui avait été ministre délégué à l’Industrie et au Commerce extérieur dans les gouvernements d’Édith Cresson et de Pierre Bérégovoy de mai 1991 à mars 1993, date des élections législatives perdues par la gauche. Selon l’autoprésentation du Cercle de l’industrie, que l’on peut consulter sur son site, ce cercle, « basé à Paris et à Bruxelles, […] est un lieu de dialogue et d’échanges destiné aux grandes entreprises industrielles. Il rassemble les présidents de grandes entreprises intervenant dans tous les secteurs industriels ainsi que des hommes politiques. Le Cercle de l’industrie se distingue par sa spécificité industrielle, son engagement pour la construction européenne et son bipartisme politique. Le Cercle de l’industrie a pour vocation de participer à la réflexion sur la définition et la mise en œuvre d’une vraie politique industrielle. Il plaide pour une amélioration de la gouvernance économique et financière en Europe ».

 

Pierre Moscovici a été député de la circonscription de Sochaux-Montbéliard, fief de Peugeot, et tout naturellement il est le président de l’Acsia, qui n’est autre que l’Association des collectivités sites d’industrie automobile.

 

La séparation des pouvoirs n’existe pas dans la classe dominante. La collusion entre les élites va de soi. À travers une intense sociabilité, cette classe sociale est la seule à être aussi mobilisée, au-delà même de certains clivages politiques, avec, pour point commun, l’adhésion au libéralisme économique. Les variantes d’orientation ne sont pas sans importance pour les travailleurs, mais un véritable changement de la condition des plus pauvres ne saurait venir d’agents sociaux englués dans la logique du profit capitaliste

 

Les liens tissés pendant des années entre les membres du Cercle de l’industrie et le ministre de l’Économie favorisent les relations entre les industriels et le gouvernement. Ce n’est pas un hasard si Pierre Moscovici a choisi comme conseiller chargé des relations avec les entreprises un ex-dirigeant du groupe Accor, André Martinez, ancien camarade de promotion de François Hollande à HEC.

 

- Ce mélange des genres au plus haut niveau serait justifié, pour les intéressés, par l’intérêt d’être en contact avec de grands patrons, détenteurs d’informations, porteurs de projets dont l’action politique doit tenir compte.

 

- Mais la contrepartie négative de ces relations réside dans la promiscuité avec un monde dont les enjeux vont influencer les choix politiques, dans lesquels les intérêts particuliers risquent toujours de l’emporter sur l’intérêt général. On comprend ainsi la gêne qu’a dû éprouver Pierre Moscovici, le 13 avril 2013, lorsqu’une cinquantaine de salariés de l’usine PSA d’Aulnay, en grève, ont envahi, à Paris, la salle où se tenait le Conseil national du Parti socialiste. Si les ouvriers ont été largement applaudis, le ministre de l’Économie et des Finances s’est, lui, tout de suite réfugié au fond de la salle.

http://www.editions-zones.fr/spip.php?page=lyberplayer&id_article=176#tit27

http://www.editions-zones.fr/spip.php?page=lyberplayer&id_article=176#tit27

  • André Martinez :

Dans cette liste de la "finance sans nom et sans visage" qui n’est pas exhaustive il faudrait y ajouter André Martinez, qui a rencontré François Hollande en 1973 à HEC. Il fut responsable mondial du secteur hôtellerie de la banque américaine Morgan Stanley et c’est lui qui a représenté le candidat Hollande au forum de Davos en janvier 2012.

 

  • Marc Ladreit de Lacharrière :

Autre "ami", il est actionnaire de la troisième agence de notation mondiale, Fitch Ratings, qui a été l’un des fondateurs de la Fondation Agir contre l’exclusion (FACE), créée par Martine Aubry, alors ministre du Travail, en 1993.

 

 

- C’est ainsi qu’une finance sans nom ni visage se serait libéralisée toute seule.

C’est l’histoire que François Hollande aimerait bien faire croire au peuple de France. Mais pourquoi choisit-il un inspecteur des finances, Nicolas Dufourcq, comme directeur de la Banque publique d’investissement (BPI), censée aider au financement d’entreprises en difficulté, alors qu’il a participé à la privatisation d’une filiale de France Télécom, Wanadoo, et qu’il a été directeur financier de Cap Gemini  ?

 

Comment croire que les socialistes, dans leur majorité, pourraient mener une politique plus équitable à l’égard des travailleurs, alors qu’ils sont formés dans les mêmes grandes écoles que les patrons et les politiciens de droite : ENA, Sciences Po, HEC et bien entendu Harvard ? Coupés du peuple avec le cumul des mandats – sur les 297 députés du groupe socialiste de l’Assemblée nationale, on compte 207 cumulards –, nombre d’élus socialistes, dans le souci de faire progresser leur carrière en politique, ont rejoint les intérêts de la classe dominante dont ils sont devenus les alliés objectifs.

 

L’ensemble de la classe politique française pratique très majoritairement le cumul des mandats. Sur 577 députés, on n’en compte que 109 ne siégeant qu’à l’Assemblée nationale. Et seuls 84 sénateurs sur 348 sont aussi dans ce cas. Tous d’accord pour que, au nom de la « démocratie » et des « droits de l’homme », la vie politique française soit gérée dans un régime, en réalité censitaire, où les élites sociales qui composent l’essentiel des Chambres vont promulguer les lois les plus favorables à leurs intérêts et à ceux qu’ils représentent.

 

Comment se fait-il que les ouvriers et les employés, qui sont 52 % de la population active, soient si peu présents, à l’Assemblée nationale et au Sénat ? Cette absence explique le désintérêt pour la politique que traduit le succès remarquable du parti des abstentionnistes.

 

 

- L’art et l’argent : les investisseurs de la gauche libérale

La société Piasa, créée en 1996, a été vendue par François Pinault à un groupe d’investisseurs proches du Parti socialiste. Ce groupe contrôle, depuis 2011, l’intégralité de cette maison. Elle occupe, avec un chiffre d’affaires supérieur à 45 millions d’euros, la quatrième place sur le marché national de l’art.

 

Hommes d’affaires et hommes politiques mènent l’aventure, sur une barque où le goût de l’art, la défense du patrimoine et l’argent font bon ménage. Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, ancien Premier ministre de François Mitterrand, en est la figure la plus connue. Charles-Henri Filippi, inspecteur des finances, a été le P-DG de la banque HSBC France. Jérôme Clément, exprésident d’Arte, participa à l’équipe de Pierre Mauroy. Serge Weinberg dut le côtoyer à ce moment-là comme chef de cabinet de Laurent Fabius en 1981-1982.

 

  • La liste se poursuit avec Christian Blanckaert, directeur et président de sociétés, dont Hermès, et Louis Schweitzer, ex-P-DG de Renault, ancien directeur du cabinet de Laurent Fabius. On retrouve encore ce dernier avec Lionel Zinsou qui fut l’un de ses chargés de mission, devenu associé-gérant de Rothschild & Cie et membre du conseil d’administration de Libération.

 

  • Patrick Ponsolle, lui aussi, passa par le cabinet de Laurent Fabius. Il est vice-chairman de la banque Morgan Stanley International et président de Morgan Stanley France. Exilé en Suisse, Claude Berda figure au 60e rang des 500 plus grandes fortunes professionnelles françaises, avec un pécule de 900 millions d’euros, amassé dans la production audiovisuelle du groupe AB (Hélène et les garçons…), qui détient la majorité des parts de RTL 9. Autre banquier, Michel Cicurel préside le directoire de la Compagnie financière Edmond de Rothschild. Avocat à la cour d’appel de Paris, Jean- Michel Darrois est membre du Conseil de l’ordre des avocats, et administrateur des Ciments français.

 

  • Jean de Kerguiziau de Kervasdoué fréquenta le cabinet du Premier ministre Pierre Mauroy comme ingénieur en chef du génie rural. Autre membre de la noblesse, Marc Ladreit de Lacharrière, 58e patrimoine professionnel de France, avec Fimalac et l’agence de notation Fitch Ratings, membre de l’Académie des Beaux-Arts, est aussi un financier avisé, typique de cette alliance de l’art et de l’argent dont Piasa est l’une des synthèses. Une seule femme, Orla Nonan, souligne le non-respect de la parité dans cette auguste assemblée.

 

Sur ses quatorze membres, douze ont une notice dans le Who’s Who. Dix d’entre eux sont diplômés de l’Institut d’études politiques de Paris (IEP), huit sont passés en outre par l’ENA et six ont fréquenté Janson-de-Sailly, le lycée phare du XVIe arrondissement. Vendeurs et acheteurs du marché de l’art sont du même monde, le grand. Un marché où s’organisent les échanges entre collectionneurs héritiers de bonne famille.

 

Les inégalités sociales ne se construisent pas seulement par la richesse matérielle, mais aussi par ces symboles de l’excellence que fournissent la culture et le marché qui lui est consacré. L’art légitime les pouvoirs et les richesses, et fait reconnaître cette légitimité par ceux qui en sont démunis. Cette reconnaissance passe par celle de l’État qui, grâce au lobbying de Laurent Fabius, lors de la création de l’impôt sur la fortune en 1982, n’a pas intégré les œuvres d’art dans son assiette. Jérôme Cahuzac a confirmé, en tant que ministre du Budget, à l’automne 2012, l’opposition du gouvernement socialiste à la fiscalisation des tableaux, des joyaux et autres biens culturels de valeur.

(Fin du texte de l'ouvrage).

 

On comprend aussi en ayant lu ce texte que se dégager de l’emprise du parti socialiste peut être coûteux en termes de promotion sociale et professionnelle, de conservation sonnante et trébuchante de sièges électifs. Cela explique pourquoi, que même si quelques dizaines de parlementaires socialistes partagent au final, l’essentiel des thèses développées par le Front de Gauche, ces derniers ne quitteront pas le bateau fantôme de François Hollande tant que celui-ci arrivera toujours à flotter sur la mer aux reflets d’argent.

 

 

- Et ça continue !

Selon Le Monde.fr la nouvelle sherpa du président s'opposait à la régulation des banques sur lesquelles s'était pourtant engagé le candidat François Hollande. La promesse du candidat François Hollande de mettre de claires limites au monde de la finance, qu'il désignait comme son « adversaire » en 2012, semble toujours plus difficile à tenir alors que vient d'être annoncée, mercredi 11 juin, l'arrivée à l'Elysée de celle qui remplacera dans une quinzaine de jours Emmanuel Macron comme conseiller pour les affaires macroéconomiques : Laurence Boone, qui officiait jusqu'ici au sein de la deuxième plus grosse banque outre-Atlantique, Bank of América (Bofa).

 

« On se souvient que, pour convaincre les électeurs, le président de la République avait, l'hiver 2012, indiqué qui était le principal adversaire du changement qu'il promettait », ont réagi les sénateurs du groupe Communiste, républicain et citoyen.

 

« Ces promesses paraissent bien lointaines alors même que l'Elysée confirme avoir embauché comme conseillère particulière du président une économiste forgée du plus beau métal libéral, au fil d'une carrière allant de Merrill Lynch, l'une des premières banques d'affaires américaine, à Bank of America, en passant par Barclays », ont-ils accusé.

 

Si de la City à l'Elysée, le profil de Laurence Boone irrite la gauche. elle ne se géne pas de critiquer le gouvernement, dans le journal — résolument libéral — L'Opinion, Laurence Boone avait déjà marqué son opposition franche à la politique du chef d'Etat socialiste. Dans une tribune intitulée « Arrêtons le massacre », publiée le 26 mai, elle s'y montre très critique.

 

C'est dans ces conditions que si Laurence Boone a vivement critiqué la politique économique du gouvernement, la chef économiste de Bank of America va devenir la nouvelle conseillère de François Hollande en matière d'économie.... c'est sa manière ce combattre la finance !

 

  • J'allais oublier membre du cabinet de Manuel Valls : Loïc Rocard figure parmi les 42 conseillers nommés par le Premier ministre, et dont la liste a été publiée le 2 mai 2015 au journal officiel. Comme le souligne Le Figaro, on retrouve parmi les 42 collaborateurs de M. Valls plusieurs de ses fidèles. Le principal fait notable, dans cette liste, est la nomination d'un certain Loïc Rocard comme conseiller à l'énergie, au transport, à l'environnement et au logement. Comme son patronyme l'indique, Loïc Rocard est l'un des quatre enfants de l'ancien Premier ministre Michel Rocard. Âgé de 40 ans, il était jusqu'ici directeur d'exploitation de Cofiroute, société de Vinci Autoroutes qui exploite les autoroutes du centre-ouest de la France. Les intérêts de Vinci seront bien défendus par exemple en ce qui concerne l'aéroport de Notre Dame des Landes.

 

Notes :

- le livre existe en lyber, c’est-à-dire en version numérisée intégrale et gratuite en ligne.

- [1] Il rejoint le ministère de l'économie le 27 août 2014

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Analyse Politique PS
commenter cet article
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 11:17
On en parle ! Les nouveaux chiens de garde
Décryptage des liens entre le pouvoir politique, les milieux patronaux.... et les médiats à leur service

Source : Jean-Baptiste Celli pour le Parti de Gauche

Retour sur la diffusion le 4 mai dernier par la chaîne LCP du documentaire « Les nouveaux chiens de garde ».

  • Rappelons pour tous ceux qui ne l'ont pas vu, que ce film a connu un énorme succès début 2012 avec plus de 250 000 entrées cinéma, ce qui en a fait le documentaire français le plus vu depuis dix ans. Les médias se sont bien gardés de le faire savoir. Normal : « Les nouveaux chiens de garde » mord cruellement les mollets des médias, de leurs propriétaires (Bouygues, Dassault, Bolloré, Lagardère, Pinault, Arnault, Rothschild, Pigasse, Crédit Mutuel, etc.) et de ceux qui les servent, grands présentateurs vedettes, éditorialistes, experts de tout poil.
  • Avec courage, le film "Les nouveaux chiens de garde" s’attaque bille en tête aux médias dominants. Et du courage il en faut. Parce qu’avec ces derniers, un seul faux pas et c’est le reflexe corporatiste du tous contre un qui prend le pas. Il n’y a qu’à voir le générique de fin du documentaire. Celui-ci déroule les critiques parues dans les médias, du livre éponyme de Serge Halimi qui a inspiré le film. Elles ne font pas dans la dentelle : toutes sont à charge. Mais qu’importe puisque c’est justement cette unanimité, cachée sous le dehors d’un soi-disant pluralisme, que le documentaire veut dénoncer.
  • Et il y parvient allègrement. Le résultat qui mélange images d’archives et enquêtes récentes est percutant. Le documentaire débute avec ces images d’une émission de 1993 dans laquelle Anne Sinclair et Christine Ockrent rient au souvenir du ministre Alain Peyrefitte qui dans les années 60 s’invitait à la télévision pour décider du contenu des programmes. « C’est antique, c’est soviétique », s’esclaffent-elles. Mais, ironie de l’histoire, c’est le spectateur du film qui rit à présent. Quelle douceur de voir en effet ces deux épouses de ministre se draper dans le manteau de l’indépendance dite « moderne » et de la neutralité. Pire, elles ne se rendent même pas compte que cette prétendue indépendance est justement le résultat de la décision du ministre dont elles se moquent. « L’animateur sera comme un meneur de jeu qui devra s’effacer pour laisser la place soit aux images soit aux meilleurs spécialistes d’une question pour permettre une meilleur objectivité et la dépolitisation », annonçait-ce dernier en 1964. Le film montre que c’est précisément ce vieux rêve de droite qui a été réalisé depuis avec zèle par les chantres de la pseudo objectivité journalistique : faire de la politique sans en avoir l’air.
  • Et pas n’importe quelle politique. Car derrière le masque se cache la connivence avec les puissances de l’argent : conférences pour la promotion des groupes privés, payées à prix d’or à des présentateurs télé ; faux experts qui se partagent les plateaux et martèlent sans cesse l’unique et même message libéral ; collusion de tout ce petit monde avec celui de la finance lors des fameux diners du Siècle. Bref avec ce film il n’y pas que le roi qui est mis à nu. Ses serviteurs le sont également. Réjouissant.

Jean-Baptiste Celli

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans vidéos Analyse Politique Médias
commenter cet article
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 12:09
Quand l’agriculture sert à nourrir les machines aux dépens des humains

A l'heure ou de nouveaux équipements pour la filière méthanol s'installent à La Rochelle, il est urgent que l'agglomération refuse l'implantation de sociétés intervenant dans la chaîne de fabrication des agrocarburants !

 

En effet, à l'initiative des groupes Sica Atlantique et Alkaline, (avec la société EnviroCat Atlantique) une nouvelle logistique méthanol s'installe sur le Grand Port maritime de la La Rochelle/Pallice se lance dans la production d'un composé chimique entrant dans la fabrication du biocarburant adossée à de nouveaux bacs de stockage et à un pipeline qui sera opérationnelle d'ici le 13 juin.

Il n'est pas inutile de revenir sur les enjeux préfigurés par une agriculture au service quasi exclusif de l’industrie pétrolière et chimique.

 

------------------------

Enquête par Agnès Rousseaux (22 juin 2011) pour Basta ! modifié le 02 février 2016
Basta ! a enquêté sur un empire méconnu mais tentaculaire, du nom de Sofiprotéol, leader français dans les huiles de colza, de tournesol ou de soja. Fonds d’investissement aux multiples filiales, Sofiprotéol préfigure une agriculture au service quasi exclusif de l’industrie pétrolière et chimique. Cette « pieuvre verte » est dirigée par Xavier Beulin, actuel président de la FNSEA, le syndicat agricole majoritaire, qui a l’oreille du pouvoir.

 

- Si ce modèle se développe, l’agriculture de demain servira-t-elle encore à nourrir les êtres humains ?

En ces temps de spéculation sur les matières premières, notamment alimentaires, c’est la question que l’on peut se poser, alors que s’est ouvert à Paris le G20 agricole (juin 2011). « Nous voulons donner la parole aux paysans du monde entier. Nous avons des choses à dire en matière de lutte contre les variations de cours, l’arrivée des fonds spéculatifs, ou la constitution des stocks d’intervention », a lancé Xavier Beulin, président du premier syndicat agricole français, la FNSEA. Sous son égide, la puissante organisation compte bien apparaître comme un interlocuteur de premier choix, après avoir largement influencé la politique agricole française depuis un demi-siècle.

 

Mais qui est Xavier Beulin, le nouveau leader de la FNSEA ? Quelle vision de l’agriculture incarne-t-il ? À la tête du fonds d’investissement Sofiprotéol, l’homme ressemble davantage à un businessman qu’à un agriculteur. Sofiprotéol ? C’est l’établissement financier de la filière des oléoprotéagineux (colza, tournesol, soja). La société possède un vaste empire : leader de la production d’agrocarburants en France, impliqué dans le développement des OGM, la sélection génétique animale et végétale, dans la « chimie verte », propriétaire de la marque d’huiles Lesieur et du groupe Glon Sanders, leader français de nutrition animale. C’est fou le nombre de produits que l’on peut fabriquer à partir de fleurs de colza ou de tournesol : du carburant, de la glycérine (pour la pharmacie ou l’armement), du plastique, des détergents, des produits cosmétiques... Et accessoirement des huiles alimentaires. Résultat : sur un chiffre d’affaires de 5,6 milliards d’euros en 2010 pour Sofiprotéol, plus de la moitié est réalisé dans des débouchés industriels qui n’ont plus rien à voir avec l’alimentation humaine ou animale, dont 2,3 milliards pour les seuls agrocarburants. Quand les champs de colza commencent à ressembler à des gisements pétroliers...

 

Le monde selon Sofiprotéol préfigure-t-il l’agriculture du futur ? Est-ce un modèle partagé par ceux qui ont élu le businessman à la tête de la FNSEA ? Son élection en décembre dernier a suscité de nombreuses réactions. L’homme défend une « agriculture moderne, vivante et conquérante ». Pour Philippe Collin, porte-parole de la Confédération paysanne, il incarne surtout « une agriculture où les paysans sont sous l’emprise croissante des industries agroalimentaires. Une agriculture intégrée dans l’appareil économico-financier. En dehors des rouages macro-économiques, pas de possibilité pour les paysans d’exister. » Et Sofiprotéol, dont il est président ? « Une pieuvre, aux énormes tentacules », décrit Christian Berdot, responsable agrocarburants pour l’ONG Les Amis de la Terre.

 

- Les manipulations génétiques, solution à la malnutrition ?

Sofiprotéol est actionnaire de Biogemma, une société qui contribue à « augmenter la biodiversité » par ses travaux sur les OGM... Biogemma a mis au point un « maïs résistant à la sècheresse », grâce à l’introduction par transgénèse d’un gène de sorgho. Et la société a multiplié ces dernières années les procédures judiciaires à l’encontre de faucheurs volontaires d’OGM. Côté génétique, Sofiprotéol figure également au sein du capital de Hendrix Genetics, un des leaders mondiaux de la génétique animale. L’entreprise basée aux Pays-Bas a notamment développé des « souches de poules pondeuses qui peuvent se nourrir de tourteaux de colza sans que le goût de leurs œufs ne soit modifié ». Un débouché supplémentaire pour les producteurs d’oléagineux.

 

Hendrix Genetics possède des entreprises et « joint-ventures » dans 22 pays, elle est spécialiste des fusions-acquisitions, comme le montre son spot publicitaire. Elle se rêve en sauveuse de l’humanité. Grâce à la sélection génétique, on pourra demain nourrir 9 milliards d’humains. Fini la malnutrition. Par sa filiale ISA (Institut de sélection animale), Hendrix Genetics est l’héritier de l’entreprise bretonne Studler, qui avec l’Institut national de recherche agronomique (INRA), a fabriqué dans les années 1970 la poule «  Vedette 2 » : une poule naine aux besoins alimentaires réduits, après sélection génétique, qui en 1985 représentait 58 % du marché avicole national. La biodiversité ne fait pas partie des priorités de l’entreprise ! « Au fond, nous sommes encore des agriculteurs » [1], précise ISA sur son site. Comme si on pouvait en douter...

 

- Une côte de porc FH100 ou un rôti Galaxy 300 ?

En échange de sa participation au capital, Sofiprotéol a cédé à Hendrix Genetics sa filiale France Hybrides [2], la « plus importante société privée de génétique porcine en France ». Celle-ci propose une gamme complète de porcs, créés par amélioration génétique, et triés selon leurs qualités : la Galaxy 300 vantée pour sa « douceur maternelle », la truie FH100, dont « les options choisies » pour sa création « ont pour but d’assurer l’homogénéité du produit terminal ». On ne sait pas trop s’il est question de jambon ou du porcelet à naître... Hendrix Genetics utilise la bio-informatique pour prévoir la « valeur génétique» de ses produits. Et stocke pour ses programmes d’amélioration génétique « des millions d’informations relatives aux performances individuelles de [ses] pedigrees ». Selon Hendrix Genetics et Sofiprotéol, l’agriculture du futur se gère dans des centres de données informatiques.

 

Pourquoi Sofiprotéol, concernée par les oléagineux, s’est-elle embarquée dans l’amélioration génétique animale ? Parce que les filières animales représentent le premier débouché des productions végétales. Sofiprotéol renforce donc sa présence dans ce secteur « par des prises de participation stratégiques ». C’est cette même logique qui conduit Sofiprotéol à la prise de contrôle en 2007 du groupe agroalimentaire Glon Sanders, leader français des aliments composés pour animaux. En dominant toute la filière, de la production d’oleagineux jusqu’à la sélection des animaux qui mangeront ces produits, Sofiprotéol étend ses tentacules.

 

- Sofiprotéol, champion de la « chimie verte »

Sofiprotéol fait aussi des affaires avec l’entreprise InVivo, dans le secteur des semences, grâce à une holding commune. InVivo, premier groupe « coopératif » agricole français, s’occupe du stockage de céréales et du commerce international des grains, délivre ses conseils à l’agriculture intensive, ou investit la grande distribution (magasins Gamm Vert). L’entreprise commercialise aussi plus de la moitié des pesticides épandus en France, et consacre un milliard d’euros à la « santé végétale », par des accords de distribution avec les grandes firmes de l’agropharmacie – Syngenta, Bayer Cropscience, BASF, DuPont de Nemours [3]. Un partenariat stratégique de plus pour la pieuvre Sofiprotéol.

 

Parmi les filiales de Sofiprotéol, on trouve également deux sociétés spécialisées dans « l’oléochimie », Novance et Oléon. Cette dernière est une ancienne filiale de TotalFinaElf. Leaders du secteur en Europe, ces sociétés commercialisent des produits industriels d’origine végétale, utilisés dans les secteurs des lubrifiants, lessives, peintures ou cosmétiques... Une « chimie renouvelable », comme le décrit Sofiprotéol. Et qui protège l’environnement, précise le site du groupe. Avec le Grenelle de l’environnement, l’Union des industries chimiques s’est engagée à utiliser 15% de matières premières renouvelables dans ses approvisionnements d’ici à 2017. Sofiprotéol ne pouvait manquer d’investir dans un domaine qui constitue un débouché de plus pour la filière oléagineux. Le groupe a également lancé en Picardie un projet de bioraffinerie « Pivert », qui doit produire, à partir de colza et du tournesol, des biomatériaux pour l’emballage ou le bâtiment.

 

- Des agrocarburants financés par le contribuable

Et quand les cultures de colza, soja ou tournesol ne finissent pas transformées en lessives, cosmétiques ou emballages, on les retrouve dans les carburants. Car le fleuron de Sofiprotéol, c’est Diester Industrie, numéro un mondial du « biodiesel ». Une entreprise productrice d’agrocarburants, en situation de quasi monopole en France. Comment Sofiprotéol s’est-elle taillée la part du lion dans la production de carburants ? Dans les années 1990, transformer le colza et le tournesol en agrocarburant est 2 à 3 fois moins rentable que le débouché alimentaire. Avec sa filière Diester, Sofiprotéol va réussi un tour de force, explique Patrick Sadones, agriculteur en Seine-maritime et ingénieur agronome, qui a produit un rapport très détaillé sur le sujet. Des aides de la PAC, une attitude bienveillante des pétroliers [4], des études de l’Ademe garantissant l’efficacité énergétique de la filière... Autant d’éléments favorables qui vont lancer la production à grande échelle.

Mais quand Xavier Beulin arrive à la tête de Sofiprotéol, les agrocarburants ne sont pas encore compétitifs. Il faut trouver une solution pour vendre le Diester®. La recette ? L’obtention d’une défiscalisation des agrocarburants : l’État reverse une partie des taxes perçues sur la vente de carburants aux producteurs d’agrocarburants. En 2003, Sofiprotéol bénéficie ainsi d’une « défiscalisation » de 0,35 euros par litre de Diester® [5]. Une facture payée par le contribuable. Vient ensuite la Taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) en 2005 : l’incorporation d’agrocarburants (esthers d’huile) devient obligatoire dans le gasoil vendu à la pompe. Les distributeurs de carburants sont contraints d’acheter ces esthers d’huile à des sites de productions bénéficiant d’un agrément. Et jusqu’en 2007, comme par hasard, seuls les sites de Sofiprotéol/Diester industries bénéficient d’un agrément… C’est ce qu’on appelle la concurrence libre et non faussée.

 

- Le Diester®, une « arnaque écologique au bilan catastrophique »

« Sofiprotéol ne tolère aucun concurrent sur le territoire national », explique Patrick Sadones. « Et les distributeurs de carburants ont dû payer 880 euros le mètre cube de Diester® vendu par Sofiprotéol, contre 360 euros pour un mètre cube de gasoil ». L’affaire est juteuse. Au point que selon Henri Prévost, ingénieur général du Corps des mines et auteur d’un rapport pour le gouvernement en 2005, les nouvelles usines d’estérification sont amorties en deux ans… « Sofiprotéol est extrêmement puissant. Les pétroliers sont aujourd’hui captifs, et Sofiprotéol ne prend pas de gants pour fixer les prix », estime Patrick Sadones. Le monopole s’est depuis fissuré, mais Sofiprotéol fournit encore les trois quarts du marché. Même le groupe Total, associé au géant Neste Oil qui exploite la plus grosse unité d’estérification du monde à Singapour, n’a pas obtenu du gouvernement l’agrément pour les 200.000 tonnes qu’il prévoyait de produire à Dunkerque. Résultat ? « Tous les ans, les distributeurs de carburants sont face à un seul opérateur, qui a juste ce qu’il faut à vendre, et ils sont obligés d’acheter », accuse l’ingénieur agronome. Et « Sofiprotéol continue son racket » : pour chaque litre de diesel vendu à la pompe, les automobilistes payent 3,5 centimes et l’État verse 0,5 centime (coût de la défiscalisation) pour les agrocarburants de Sofiprotéol.

 

Un surcoût qui pourrait avoir du sens, s’il contribuait à développer une énergie renouvelable et à diminuer les gaz à effet de serre. Mais pour Patrick Sadones et la Confédération paysanne, aucun doute : le Diester® est une « arnaque écologique » et son bilan est « catastrophique ». Une nouvelle étude de l’Ademe, publiée en 2010, rectifie les résultats de l’étude précédente (2002) concernant l’efficacité énergétique de cet agrocarburant. Malgré les progrès techniques, les chiffres sont bien moins favorables au Diester® [6]. « Même l’augmentation du pétrole au-delà de 150 dollars le baril ne rendra pas le Diester® compétitif », conclut Patrick Sadones.

 

Surtout, le Diester® pollue. L’étude de l’Ademe estime que l’utilisation de Diester® réduit de 57% les émissions de gaz à effet de serre par rapport à l’équivalent en gasoil. « Mais il faut raisonner à production alimentaire constante : un agriculteur qui signe un contrat avec Diester industrie, cela signifie une déforestation à l’autre bout du monde pour maintenir la production mondiale en huile alimentaire, explique Patrick Sadones. Si on inclut ce changement d’affectation des sols, sur 20 ans, le Diester® est 2 fois plus mauvais que le gazole en terme d’émissions de gaz à effet de serre. »

 

- Estérification ou désertification

Qu’importe, la pieuvre verte cherche aussi à étendre ses tentacules en Afrique. Le rachat de l’ex-Compagnie française de développement du textile (Sodaco), présente en Afrique de l’Ouest, au Maroc ou à Madagascar a échoué. Mais l’ancien président fondateur de Sofiprotéol, Jean-Claude Sabin, préside le conseil de surveillance de la société française Agro Energie Développement (Agroed), qui mène des projets de développement des agrocarburants au Mali, au Burkina Faso, ou en Guinée [7]. L’éventuelle expansion de Sofiprotéol en Afrique pourrait avoir de lourdes conséquences pour les agriculteurs locaux.

 

En 2010, les agrocarburants représentent en France l’équivalent de 109% de la production nationale de graines oléagineuses [8]. La production d’huile végétale est entièrement détournée de l’alimentation vers les carburants, ce qui entraîne des importations d’huile. Saipol, filiale de Sofiprotéol et propriétaire de Lesieur, en a d’ailleurs fait les frais en 2008 : 40.000 tonnes d’huile de tournesol, importées d’Ukraine, avaient été coupées au lubrifiant pour moteur. Saipol se déclare victime d’une fraude organisée, mais sa gestion de la crise a été très critiquée.

 

Surtout, l’importation notamment d’huile de palme provoque des déforestations importantes. « Ce changement d‘utilisation des sols provoque des émissions de CO2 considérables et l’utilisation de Diester® en substitution au gasoil, au lieu de réduire les émissions de gaz à effet de serre, pourraient les augmenter d’approximativement de 8 millions de tonnes d’équivalent CO2 ! », expliquent, dans un communiqué commun, Greenpeace, Les Amis de la Terre et le Réseau action climat. Sans oublier que la demande européenne en agrocarburants participe à la flambée des prix des matières premières agricoles et contribue à la spéculation sur les denrées alimentaires. Au total, on est loin des promesses écologiques de Sofiprotéol !

 

« La réussite de Sofiprotéol repose sur une imposture », résume Patrick Sadones. « Et l’élection de Xavier Beulin à la tête de la FNSEA est révélateur d’un syndicat qui ne sait plus quoi faire. Il comptait sur son poids politique, et, aujourd’hui, l’État n’a plus de marges de manœuvre pour satisfaire ses revendications. Alors on va se jeter dans les bras de ce gars-là, en se disant que c’est un modèle pour les autres filières. » La logique tentaculaire et l’intégration de la filière, des semences jusqu’aux produits de consommation finale, seraient-ils la solution d’avenir pour les acteurs agricoles ? Sofiproteol est sur tous les fronts : de ses 30.000 tonnes de sauces et mayonnaises, à la promotion de l’Isio ActiStérol, « première sauce salade qui réduit le cholestérol », en passant par les œufs Matines, Ovipac, Ovifrance (oeufs en poudre), la viande de porc, ou les conseils à l’élevage (« Sanders, 30 ans d’innovations en lapin »), les produits vétérinaires et médicaments pour animaux de compagnie (Sogeval), les produits phytosanitaires (« TH5, le désinfectant méchamment concentré »)... On s’éloigne de la filière des oléagineux.

 

- Le « pouvoir des fleurs » de Sofiprotéol

Les ambitions de Sofiprotéol ne se limitent pas à la production agricole. Avec le groupe d’informatique agricole Isagri, il vient de racheter le groupe de presse France Agricole. Celui-ci édite notamment la revue du même nom, hebdomadaire professionnel le plus diffusé en Europe, tiré à 150.000 exemplaires. France Agricole gère aussi le réseau communautaire du monde agricole, Agrilink. « Contrôler la presse agricole est un bon moyen pour remporter les élections professionnelles », souligne Patrick Sadones. Et l’excédent brut d’exploitation de 300 millions d’euros prévu en 2011, comme pour les années précédentes, laisse quelques marges de manœuvre à Sofiprotéol pour investir dans des secteurs encore inexplorés.

 

L’avenir de l’agriculture sera-t-il à l’image de Sofiprotéol ? Xavier Beulin sera en première ligne dans les actuelles négociations du G20 agricole, dans celles sur la réforme de la PAC de 2013, dans les discussions de l’OMC, dans la mise en œuvre de la loi de modernisation de l’agriculture… « Qui aurait imaginé que le pouvoir des fleurs deviendrait un modèle économique d’avenir ? », titre la nouvelle campagne de pub de Sofiprotéol. Le « flower power » ? Sans doute pour montrer qu’avec quelques fleurs de colza, on peut construire un rapport de force qui fait plier gouvernement et multinationales. Mais les agriculteurs en profitent-ils vraiment ? Pas sûr. Entre OGM, agrocarburants et chimie verte, l’agriculture que nous prépare Sofiprotéol ne fait pas vraiment envie.

 

Notes :

[1(« At heart we still are farmers »)

[2Filiale génétique porcine de Glon Sanders

[3Et le pôle fertilisants d’InVivo traite chaque année 1,2 million de tonnes de « produits de nutrition du sol et des plantes ».

[4Ils préfèrent intégrer du Diester® à leur gasoil plutôt que d’importer du gasoil de Russie

[5Ce qui équivaut à une subvention publique de 153 euros par tonne de graines de colza produites pour le Diester®. Source : Patrick Sadones, Xavier Beulin et le Diester : petite histoire d’une grosse arnaque

[6Selon l’Ademe, on passe d’une « efficacité énergétique » de 2,99 à 2,16 entre les deux études, bien loin du chiffre annoncé par Xavier Beulin de 3,5

[7L’ancien ministre de la Défense Charles Millon est également actionnaire et membre du conseil de surveillance d’Agroed. Il a été l’objet en 2008 d’une enquête préliminaire pour « abus de biens sociaux », « faux » et « recel » concernant un détournement présumé de fonds de cette société

[8En 2010, selon l’USDA, la capacité d’estérification en France était de 2,9 Mt d’huile alors que la production française était de 2,646 Mt (6,3 Mt de graines d’oléagineux contenant 42% d’huile). Source : Agreste - Bilan conjoncturel 2010 - n°7-Octobre- Novembre 2010

 

Sur le même sujet, lire aussi :

- Les agrocarburants utilisés en Europe accélèrent bel et bien la déforestation

- L’incroyable rente des agrocarburants

- Allemagne. L’agriculture, autre faussaire du développement durable

- Agrocarburants, un remède qui aggrave le mal ?

Repost 0
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 07:34
Crédit photo photosdegauche.fr (michel_soudais)

Crédit photo photosdegauche.fr (michel_soudais)

Source : 20 juin 2013, Jean Luc Mélenchon billet de son blog

  • Je n’ai aucune raison personnelle d’agir comme je suis en train de le faire. Je m’attends même à soulever de l’incompréhension et peut-être des reproches venant de mon camp. En rédigeant ce post je m’associe en effet à la défense de Jérôme Kerviel, un ancien trader de la Société Générale. Cet homme a été accusé par la banque d’avoir trompé sa vigilance et de lui avoir occasionné des pertes monstrueuses. Il a été condamné à une peine de prison et à payer une somme qu’il ne pourra jamais réunir : 4,9 milliards d’euros. Dans quelques jours, le 4 juillet prochain, Jérôme Kerviel passe aux Prud'hommes. C’est le dernier recours dont il dispose pour contester qu’il ait commis la « faute lourde » dont l’accuse la banque. Car cette incrimination, en plus de toutes les autres peines, le condamne à la mort sociale, sans aucune ressource et sans aucun accès aux droits sociaux les plus élémentaires. Je crois que Jérôme Kerviel est innocent. Ceux qui l’ont fait condamner sont donc coupables. Rude bataille en perspective. J’y prends ma place comme soldat du rang. Juste par conviction à propos de l’idée que je me fais de ce qu’est un comportement civique responsable.

 

  • Pour le militant politique que je suis, défendre un trader dans un conflit avec sa banque est aussi décalé que l’était la défense d’un capitaine monarchiste au début du siècle précédent contre l’institution militaire unanime. Le militarisme était alors notre ennemi car nous ne voulions pas de la guerre qu’il préparait. Dreyfus en était un rouage conscient et satisfait. Mais il était innocent. Les banques sont nos ennemis aujourd’hui car nous ne voulons pas du désastre qu’elles organisent. Kerviel en était un rouage actif, content de lui et du système. Mais Kerviel est innocent.

 

  • Tout part de là : selon moi, Jérôme Kerviel est innocent. Et s’il l’est, sa condamnation est insupportable pour une conscience libre. Si je ne la supporte pas je dois la combattre. Pourquoi cette cause plutôt qu’une autre ? Parce que Kerviel n’est pas confronté à ses actes mais à un système. Il est seul en face d’une organisation toute puissante qui combine les moyens d’une banque et ceux de l’Etat. Pour entrer dans cette défense je dois dire comment je comprends les faits. Je dois montrer les ressorts qui ont permis cette injustice. Je dois exposer ce que je crois être les causes de cette affaire. Ce chemin, que je croyais nouveau, m’a ramené au pied de la même muraille où viennent battre les manifestations auxquelles je participe, les pétitions que je signe, les discours que je prononce. Voici devant nous les murs brillants des hauts étages de la finance et des institutions monarchiques de notre pays. Voici les arrogants, tout puissants qui s’amusent de la crédulité de ceux qui respectent leur autorité et disposent de la vie des autres comme s’ils n’existaient pas vraiment.

5098858223_26e9717457

 

  • Je défends Jérôme Kerviel parce que je le crois innocent. Je suis conscient qu’en le faisant, j’augmente le nombre des ficelles stipendiées qui se tirent déjà contre moi. Je suis conscient du fait que la preuve de l’innocence de Kerviel implique la culpabilité de ceux qui l’ont fait condamner. Je sais que cela revient à demander des comptes. Des comptes évalués de façon indépendante. Les pertes reprochées à Jérôme Kerviel existent-elles vraiment ? Pourquoi le juge a-t-il refusé systématiquement toute expertise indépendante de ces pertes ? Pourquoi a–t-il choisi de croire sur parole la banque ? Pourquoi la ministre Christine Lagarde a-t-elle fait verser à la banque un milliard 700 millions de dédommagement, alors que la condamnation de Jérôme Kerviel, qui était la condition de ce versement, n’était pas définitive ? Pourquoi ce dédommagement a–t-il été versé alors que le défaut de surveillance de la banque sur son employé est attestée par l’organisme professionnel bancaire qui en est chargé, ce qui interdisait tout dédommagement de la part de l’Etat ?

 

  • Nous connaissons bien les mécanismes de notre temps qui permettent à la finance de briser des millions de personnes d’un seul coup. D’un seul coup de bourse, d’un seul clic, d’un seul joueur hors de toute réalité, noyé dans son adrénaline, comme l’était Jérôme Kerviel du temps où il était un petit prodige de la finance spéculative. Ici, nous voyons la même immense énergie ramenée sur une scène plus étroite. On y voit comme sous une loupe une gigantesque machine broyer un seul individu. De la réussite de ce broyage dépendait la réussite d’une opération incroyable : le sauvetage d’une banque dont la défaillance aurait pu effondrer le système bancaire mondial.

 

- Commençons par le commencement pour moi.

Pourquoi se préoccuper de Jérôme Kerviel ? Il n’est en rien une figure symbolique de notre camp. Ni socialement, c’est un trader, ni politiquement du fait de son métier immoral au cœur du système de la finance. J’avais cette image à l’esprit quand j’ai rencontré cet homme. Je me suis dit : « voyons à quoi ressemblent les insectes qui s’agitent dans la fourmilière de la finance ». Mais, bien sûr, ce n’est pas un insecte. J’ai rencontré un être humain, évidemment. Des yeux clairs, une mine mi-figue mi-raisin devant un personnage dont il devinait le mauvais a priori. On a parlé, bien sûr. Pour finir, quand on s’est séparé, il m’a dit : « Prenez soin de vous ». Ce garçon était bel et bien passé de l’autre côté du miroir. Mais, d’après moi, il est revenu de ce côté-ci, dans l’humanité.

 

- Il revient de loin.

Jérôme Kerviel était un trader « junior » très dévoué à sa banque. Chaque année on lui fixait des objectifs de gain à réaliser. Des objectifs de plus en plus élevés. Il les atteignait. Comme une mule qui marche dans les chemins de sente, la tête baissée sur sa tâche, il jonglait avec des sommes monstrueuses, virtuelles ou réelles, peu importe car, dans ce monde, les chiffres ne sont pas ce qu’ils sont pour nous. Ce sont des entités totalement abstraites, des bulles de couleurs, des billes de flipper.

 

- Ainsi sont faits les êtres humains.

On les attelle au chariot et ils mettent leur point d’honneur à tirer du mieux qu’ils peuvent. Souvent ils ne se soucient pas de ce qui est transporté, ni de la direction choisie, ni du chemin qui est pris. Nous sommes tous comme ça. Moins les rebelles, heureusement, les courageux, les têtes dures, qui viennent des fois nous faire lever le regard sur l’horizon. Kerviel faisait du chiffre comme il aurait fait n’importe quoi d’autre. Un vrai bourrin. Une mentalité de stakhanoviste. Non seulement il atteignait les objectifs mais il les dépassait. Chaque année, la banque lui fixait des objectifs plus élevés. Cette façon de faire courir la mule derrière la carotte s’appelle le management aux objectifs et à la prime. Ainsi, en 2005, pour sa première année, il réalise 5 millions d’euros de gains pour sa banque et touche un bonus de 30.000 euros bruts. La moyenne d’un trader se situe à 3 millions d’euros de gains. Le petit nouveau faisait donc beaucoup mieux que la moyenne. Il est brillant. Et il est un peu con. La preuve : il gagne cinq millions d’euros et il est content avec trente mille euros de prime. Moins d’un pour cent. Ce fils d’une coiffeuse, diplômé de l’université publique, manque de cette aptitude à la cupidité que les importants tètent souvent dès leur biberon. Bref : à la tête de la banque ça rigole ! Ce Kerviel n’est pas de leur monde. Ce n’est pas un « fils à papa ». Juste un gars de Bretagne d’une famille modeste qui se croit devenu un important. Car officiellement tous ces petits génies sont censés faire des analyses financières et « investir dans l’économie, dans les secteurs d’avenir, efficaces et bla bla… les emplois de demain ». En réalité ce type n’a jamais vu une entreprise de sa vie. Il ne comprend pas un mot aux qualifications professionnelles, il ne sait absolument rien de la production en général et même en particulier. Il ne connaiît rien à l’économie réelle. C’est juste un garçon qui a compris le « truc » des traders pour gagner plus que les autres. Cela s’appelle dans leur jargon, le « spiel » en allemand, soit le « jeu » : la spéculation pure et simple. C’est un voyou légal de la finance légale. Il pourrait être champion du monde de Monopoly. La réalité et les injonctions morales de la vie en société sont des paramètres très flous pour cette sorte de personnes qui carburent à l’adrénaline et mélangent le jour et la nuit.

 

- En 2006, le brillant Jérôme Kerviel va faire du zèle.

Il a montré à sa hiérarchie qu’il est bon, qu’il n’a pas peur de prendre des risques ! Et en plus, il n’est pas gourmand en bonus ! Brave garçon ! La hiérarchie dans la banque c’est comme partout ailleurs. Elle ne connaît qu’une consigne : encore et même davantage ! On lui fixe de nouveau un objectif de 5 millions d’euros de profit. Hue, cocotte ! En bon soldat de la finance, Kerviel s’exécute. Cette fois-ci, ça devient prodigieux. Il réalise à lui seul un gain de 10 millions d’euros pour 2006. 10 millions d’euros ! Deux fois son objectif. Les meilleurs éléments font trois millions. Kerviel est un génie de la voltige financière. La Banque lui octroie à nouveau un bonus de pauvre : soixante mille euros bruts. Et, bien sûr, elle lui fixe un objectif pour 2007. Encore 10 millions d’euros ! Le chiffre est un aveu. La Banque sait très bien qu’un tel résultat ne peut se faire sans des sauts périlleux et même très périlleux.

 

- Evidemment, la banque est parfaitement informée qu’il « se passe quelque chose » compte tenu des gains qu’elle encaisse.

Elle sait qu’il sont tant de fois supérieurs à la moyenne des autres traders. Elle sait exactement avec quel dépassement des règles de prudence cela est possible. Kerviel « spiel » bien au-delà des 125 millions d’euros autorisés par jour. Ses agissements sont connus et couverts. Etonnez-vous après ça qu’il ait pris de l’assurance : il est un des meilleurs traders de son entreprise et il le sait. Alors il va plus loin dans la prise de risques. En fait il n’a plus aucune limite. Personne ne l’arrête puisqu’il gagne et qu'il est même encouragé. Il va jusqu’à investir 50 milliards d’euros. Sachez que c’est l’équivalent de la somme que débourse chaque année la France pour payer sa dette. Voyez plutôt. Fin 2007, le seul « JK », son nom de code, fait gagner 1,5 milliard à la Société Générale ! Son bonus aurait dû être de 300.000 euros. Mais sa carrière de trader va s'arrêter là.

societe_generale_building

 

- Quelque part dans les étages supérieurs où tout se décide, le monstre froid qui l’emploie va le sacrifier pour les besoins d’un « spiel » de très grande magnitude. Il faut une victime expiatoire. « Le sort tomba sur le plus jeune » comme dit la chanson. Il est devenu l'homme qui va être sacrifié sur l’autel des intérêts supérieurs de la banque.

 

- Voyons à présent l’histoire telle qu’elle a été servie aux médias dociles qui l’ont resservie telle quelle au bon peuple. De fait, tout le monde a entendu parler de cet événement incroyable. Un jeune trader aurait fait perdre près de 5 milliards d’euros à son employeur, la Société Générale. Une des banques les plus puissantes du monde, une banque systémique, vertueuse et vigilante, se serait faite gruger par un de ses jeunes employés. Incroyable. D’ailleurs la banque elle-même n’en revenait pas ! Elle a qualifié ce personnage inouï de terroriste, d’escroc, de faussaire, de fou, d’instable, mais quand même aussi pendant un temps, de génie. A l’énoncé du récit, j’ai réagis comme beaucoup d’autres j’imagine. Je me suis dit : « bien fait pour eux ». Je ne me suis intéressé à aucun détail. Pour moi ce Kerviel devait être une sorte de Madoff dont je n’avais rien à faire. Mieux, je me réjouissais de penser que des voyous qui avaient espéré faire des sur-profits, comme les offraient Madoff, se soient fait bien essorés. Mais il y eu bien vite une gêne. Hasard de la vie, un de mes plus proches amis s’intéresse à l’affaire. Il suit le procès, entre en contact avec Kerviel et ses défenseurs. Il m’alerte.

salle_marche

 

- Une fois Kerviel embastillé, c’est la Société Générale qui a raconté la suite de l’histoire et qui en a convaincu la Justice. Elle n’a pas hésité sur les frais de communication ni sur les moyens d’influence. Voyons cette histoire dans sa version banquière. La Société Générale aurait perdu 4,9 milliards d’euros en soldant les opérations engagées par Jérôme Kerviel entre le 21 et le 23 janvier 2008. En 3 jours, la banque a vendu pour 50 milliards d’euros d’actions. A perte, dit-elle. Elle évalue cette perte à 6,4 milliards d’euros. Mais elle déduit un gain. Il est réel mais masqué. C’est celui de Jérôme Kerviel. Il y en a pour 1,5 milliard d’euros. D’où sort ce milliard 500 millions d’euros ? C’est le montant réel des gains engrangés par Jérôme Kerviel en 2007 au profit de la Société générale. Incroyable ! Un montant astronomique. Un seul trader fait gagner 1,5 milliard d’euros à sa banque, celle-ci enregistre dans ses comptes ce montant, mais prétend ne pas savoir comment il a réussi à parvenir à un tel résultat !


Le jeudi 24 janvier, la Société Générale accuse Jérôme Kerviel d’être responsable à lui seul d’une perte de 4,9 milliards d’euros et d’avoir agi en trompant sa confiance, en manipulant des données informatiques et en détournant les systèmes de contrôle internes. Elle dépose plainte contre lui. Il sera arrêté, placé en détention provisoire, jugé et condamné en 2010 puis en 2012. Pour la Société Générale et pour la Justice, il est le seul responsable et n’a pas de circonstances atténuantes. L’histoire est terminée. Tout est clair. Circulez, il n’y a plus rien à voir.

 

- Justement : c’est trop simple.

Quand l’affaire Kerviel commence nous sommes en janvier 2008. La crise des subprimes s’annonce. La Société Générale est une des banques françaises les plus touchées : pour la seule année 2007, elle doit déclarer une perte de 2 milliards d’euros liée aux subprimes. Ce n’est pas une petite somme à avouer. La banque pourrait subir un préjudice considérable si elle venait à perdre la confiance. Elle pourrait s’effondrer. Cette banque là ne peut pas et ne doit pas tomber. C’est une banque considérée comme « systémique ». Cela signifie que sa défaillance affecterait le système bancaire mondial tout entier. Comment éponger 2 milliards de pertes au plus vite ? C’est difficile. Mais ils ont trouvé. La banque annonce sa perte due aux « subprimes » le même jour où elle incrimine Kerviel pour 4,9 milliards. Attention, attention, suivez bien les doigts du joueur de bonneteau.

NYSE

 

- Comme Kerviel est un voyou qui a trompé la banque, celle-ci peut aller demander à l’Etat de compenser une partie de sa perte.

En effet il existe un mécanisme dans notre pays qui permet à une banque de récupérer une partie de ses pertes (33%) si elles résultent d'une action frauduleuse. Incroyable mais vrai. La banque inscrit donc la somme attendue dans son bilan séance tenante. Pas de problème. Dès 2008, le Ministère de l’Economie et des Finances verse 1,7 milliard d’euros à la Société Générale. Celle-ci fait valoir comme prévu que ses pertes de l’année 2007 ne lui sont pas imputables mais dues à une fraude. Cette somme permet de ramener la perte bien réelle due aux subprimes à 300 millions. Rien d’insurmontable. Mais pour que cette somme soit acquise il faut que Kerviel soit coupable de fraude. Une fraude dont le 33% rapporte de quoi boucher le trou des subprimes. Oui mais direz-vous la banque doit quand même éponger la perte des 4,9 milliards dont elle dit que le seul Kerviel est responsable ! Oui, bien sûr. Attention c’est là qu’est la ruse finale. Kerviel a été condamné à rembourser 4,9 milliards à la banque ! Celle-ci peut donc inscrire cette recette à venir dans son bilan… un pur jeu d’écriture permet d’inscrire une perte et sa contrepartie sans autre forme de procès. N’est-ce pas bien trouvé tout ça ?

 

- On comprend que la peur d’un effondrement bancaire conduisent a mener les affaires d’une main prompte !

En 2008, Christine Lagarde, alors Ministre de l'Economie et des Finances, n’a pas traîné quand la Société Générale est venue lui présenter sa demande. Pourtant, à ce moment-là, Jérôme Kerviel n'avait pas encore été reconnu coupable puisqu'il n'avait pas encore été jugé. N’empêche ! La ministre a fait comme si tout était réglé. Elle a pioché à la grosse louche dans les comptes publics : 1,7 milliard d'euros sont passés des poches des contribuables à celle de la banque. Notez bien ceci : la culpabilité de Kerviel permet un gros bénéfice : 1,7 milliard.

 

- Difficile d'admettre le fait quand on sait que les services fiscaux eux-mêmes, entendus par la Brigade financière, doutent que ce dédommagement soit légal.

Surtout, quand il s'agit de l'argent public, peut-on faire quelque vérification avant de payer, non ? Par exemple en prenant le soin de s'assurer de la réalité de la perte déclarée par la Société Générale. La ministre a-t-elle demandé l'expertise indépendante pour connaître la nature des pertes annoncées ? Non. Elle s’en est tenue à ce qui lui a été dit par la banque. Un point c’est tout. Merveilleuse confiance. Bizarre quand même ! Elle aurait pu se dire que c’était là une aubaine incroyable pour la banque. Non, elle n’y a pas pensé. Pourtant dès le premier moment des gens ont alerté. Sur le moment même des gens qualifiés se sont posé la question. Ils l’ont fait publiquement. Ainsi Elie Cohen, professeur à Sciences Po et directeur de recherche au CNRS. Il confiait par exemple à l'AFP le 25 janvier 2008, que la Société Générale avait préféré "charger un pauvre bougre", afin de faire passer des pertes qui "s'étaient accumulées" au cours de la crise des subprimes. La banque "aurait chargé la barque sur le thème de la fraude pour faire passer plusieurs mauvaises opérations de marché". Donc madame Lagarde ne sait rien, ne voit rien, ne lit rien, ne se pose aucune question. Son directeur de cabinet, qui est pourtant le pivot de l’organisation ministérielle à Bercy ne la met pas en garde. Comme on le sait depuis peu, l’activité de cet homme justifie quelque question. La justice est en train de les lui poser dans le cadre de l’affaire Tapie. Disons que, même si elle ne préjuge de rien, l’inculpation « d’escroquerie en bande organisée » autorise le doute sur d’autres décisions. Comme celle dont je parle ici.

20100107 AMF

 

- En réalité il est très légitime de se poser des questions.

Car, bien sûr, on peut imaginer une Christine Lagarde sans curiosité ni lecture de la presse sur le sujet au moment de prendre une décision aussi coûteuse pour l’Etat. Mais il y a quand même une faute caractérisée de sa part. Si elle est de bonne foi, elle aurait dû être alertée avant de lâcher 1,7 milliard d'euros venant des poches des contribuables. Un Commissaire aux comptes, interrogé par l'AFP (le 17 avril 2012) rappelle que le droit de venir taper à la porte de l’Etat pour se faire rembourser des sommes perdues du fait de manœuvres frauduleuses n’est pas automatique. Il faut quand même que la banque ait pris toutes ses précautions pour ne pas se faire rouler. Sinon c’est trop facile de laisser prendre des risques en fermant les yeux et d’aller ensuite faire les poches de l’Etat si ça tourne mal ! Bref, dit-il, les 1,7 milliards ne peuvent être versés que s’il n’y a pas eu « carence manifeste des dirigeants de la société dans la mise en oeuvre des dispositifs de contrôle ». Pourtant, voici un fait très important que la ministre ne pouvait ignorer: la Société Générale a été condamnée par la Commission bancaire à une amende pour « défaillance de ses systèmes de contrôle ». En effet durant l'année 2007, de très nombreuses alertes sont intervenues pour signaler les dépassements de plafond de « JK » sans que sa hiérarchie ne réagisse. A partir de là, dès lors que la Commission bancaire sanctionne la Société générale pour sa défaillance, l'Etat n'a pas à verser 1,7 milliard d'euros à la banque ! Pourtant madame Lagarde l’a fait !

 

- J’espère que mon exposé est assez clair.

Il est très difficile de résumer une affaire de ce type dans laquelle toutes sortes d’informations complèteraient bien le tableau mais l’embrouilleraient en même temps pour qui le découvre. Ici je pense que l’on voit l’enchaînement des faits. Il est guidé par le besoin de recevoir un versement de l’Etat dans un cadre légal ordinaire. Pour cela tout se tient. Il faut que Kerviel soit un fou et un manipulateur, pour que la banque puisse dire qu’elle ne pouvait savoir ce qui se passait et donc qu'elle peut avoir droit au versement par l’Etat de 1,7 milliards. La culpabilité et la monstruosité des pertes de Kerviel permet d’effacer tout le paysage qui pousse à douter. Prenons un exemple. Pourquoi Kerviel aurait-il manipulé sa banque ? A-t-il tiré un profit personnel ? A-t-il un compte en banque secret en suisse ou ailleurs ? Non rien. Kerviel n’a pas un rond. Il vit de l’assistance de ses amis. Si la perte occasionnée par ses décisions est si énorme pourquoi ne pas laisser se faire une expertise indépendante plutôt que de croire la banque sur parole ? Et ainsi de suite. Kerviel est innocent. Il est le miroir qui renvoie l’image d’un monde qui ne peut pas se regarder en face. Voila pourquoi il doit être brisé.

2233495663_85c6125789_z

 

- La politique a aussi ses droits dans le jugement rendu.

Peut-on condamner un homme à une peine qu'il ne peut pas exécuter ? Jérôme Kerviel ne pourra jamais payer 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts. Tout le monde le sait. Faut-il le démontrer ? Il ne peut pas travailler non seulement parce qu’aucune entreprise ne veut l'embaucher à cause de son nom, mais aussi parce qu'il n'a pas de formation pour faire autre chose que les métiers liés à la finance. La conséquence de sa condamnation est radicale : le droit stipule que les dommages causés aux biens doivent être remboursés à leur valeur. Si Kerviel a fait perdre 4,9 milliards il doit payer autant. Soit. C’est en réalité une peine de mort sociale. Dès lors, avant de condamner un homme à une telle sentence, ne doit-on pas d’abord s'assurer de la réalité de la perte en demandant une expertise indépendante. Pourquoi le juge l’a-t-il refusé ? Et l'Etat ? Lui-même, aurait pu exiger cette expertise avant de payer 1,7 milliard d'euros. Pourquoi avoir cru la banque sur parole ?

 

- Mais si extravagant que soit son métier et son rapport à l’entreprise, Jérôme Kerviel est quand même un salarié.

C’est-à-dire qu’il est inclus dans les rapports juridiques du monde du travail ordinaire. Kerviel a été licencié pour « faute lourde ». Il n’a donc perçu aucune indemnité. Ni ses congés payés. Ni ses indemnités légales. Ni salaire. Rien. Il conteste donc ce licenciement et porte l'affaire devant le Conseil des Prud'hommes. La première audience, dite de conciliation, aura lieu le 4 juillet 2013 dans le dixième arrondissement de Paris.

 

- Durant toute l'affaire, les juges ont oublié que Jérôme Kerviel agissait avant tout comme salarié.

Ils ont oublié le contrat de subordination qui le liait à la Société générale. Ils ont oublié que dans le cadre de son emploi, il était soumis à une hiérarchie, à des objectifs, à un contrôle. Que sa rémunération en dépendant, sa hiérarchie ne pouvait pas ignorer ses gains. Il a fait gagner en 2 ans, près de 2 milliards d'euros à sa banque !

societe_generale

 

- Les mots en droit sont importants.

La « faute lourde » est invoquée quand un salarié a cherché à nuire « intentionnellement » à son employeur. Bien sûr le Conseil des Prud'hommes va devoir juger en droit. Il va devoir vérifier qu'il y a eu volonté de nuire de la part de Jérôme Kerviel. Ce n'est pas ce qu'a démontré son procès. Le jeune trader de l'époque cherchait au contraire à faire gagner de l'argent à son employeur qui encaissait sans broncher des sommes astronomiques. Si Jérôme Kerviel n'avait pas l'intention de nuire, le droit du travail prévoit une requalification de son licenciement et la possibilité pour le salarié de percevoir les indemnités liées à son contrat de travail.


De plus, Jérôme Kerviel demande des dommages et intérêts à la Société Générale. Il demande 4,9 milliards d'euros. Cette demande a pour but d'obtenir une expertise : la vérification de la réalité de la perte déclarée par la Société Générale est le cœur de la supercherie suspectée. Si le Conseil des Prud'hommes requalifie le licenciement et si l'expertise est ordonnée, Jérôme Kerviel peut avoir une nouvelle chance de prouver qu'il n'a pas abusé la confiance de sa banque. Dès lors c’est elle qui a trompé les juges. Alors le système qu'elle défend est en cause.

 

Kerviel est innocent !

Son affaire nous implique dans la mesure où elle montre quel genre de jouet nous sommes devenus. Nous ne sommes plus des citoyens libres si on peut nous prendre 1,7 milliards d’impôt pour les donner à une banque sur la base d’une simple déclaration de sa part et à partir de l’écrasement d’un homme fut-il un de leurs agents zélés.
L'affaire de Jérôme Kerviel doit permettre que la Justice, donc la société, marque un point d’arrêt aux collusions des sommets de l’Etat et de la finance. Un point d’arrêt à la toute puissance arrogante de l’oligarchie. Kerviel est innocent, il a donc droit à notre solidarité civique comme nous la devons aux milliers d’autres rouages que nous sommes tous à des degrés divers parce que chaque jour nous faisons tourner le système et nous manions nos cartes bancaires.

 

-----------

Sur le sujet lire :

- Jérôme Kerviel : toute la lumière doit être faite !

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Analyse
commenter cet article
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 20:12
Deux ans après : « Mon adversaire, c’est... ? »

Deux ans après : les reniements du président Hollande

 

Source : %attac 6 mai 2014, par Attac France

Le 6 mai 2012, François Hollande était élu président de la République sur un programme constitué de 60 engagements pour le « changement ». Deux ans après, que sont-ils devenus ?

 

Les 60 engagements du candidat socialiste ne dessinaient pas les contours d’une véritable politique alternative. Ils cherchaient néanmoins à se distinguer du sarkozysme. Pourtant, deux ans après l’élection présidentielle, un constat s’impose : les rares avancées qu’ils comportaient n’ont pas été tenues. La continuité avec le sarkozysme est totale. Les électeurs n’attendaient pas grand chose, mais sont quand même déçus.

 

- Réforme fiscale aux oubliettes

Le premier chapitre des 60 engagements concernait la politique économique. Rétrospectivement, il est constitué d’une longue liste de reniements, qui donne le tournis. Pour « redresser la France », le candidat socialiste en appelait à « une grande réforme fiscale » (§14-17). Cette réforme n’a jamais eu lieu. Selon l’économiste Thomas Piketty, pourtant réputé proche du PS, la politique fiscale du gouvernement s’est réduite à une série d’ »improvisations » et d’ »incohérences ». Quant à la « remise à plat » annoncée par Jean-Marc Ayrault fin 2013, elle a définitivement été enterrée avec le « Pacte de responsabilité ».

 

L’équilibre des finances publiques devait être rétabli en revenant sur les « cadeaux fiscaux et les niches fiscales accordés aux ménages les plus aisés et aux plus grosses entreprises » (§9) ? Ce seront finalement des coupes dans les dépenses publiques et l’augmentation des taxes sur la consommation, qui touchent les plus modestes. Cette orientation se dessinait déjà dans le premier des reniements de François Hollande, celui d’adopter, dès septembre 2012, le Traité budgétaire européen, plutôt que de renégocier un « Pacte de croissance » pour sortir « de la crise et de la spirale d’austérité qui l’aggrave » (§11).

 

- Austérité aggravée

L’ensemble des réformes du gouvernement est marqué du sceau de l’austérité. Le candidat Hollande appelait de ses vœux une « réforme des retraites justes » (§18) et de « revenir immédiatement à la retraite à 60 ans à taux plein pour ceux qui ont cotisé la totalité de leurs annuités » ? Ce sera finalement une réforme qui pénalise les plus précaires, les jeunes et les futurs retraités en allongeant la durée de cotisation, avec des contreparties cosmétiques.

 

Il annonçait vouloir « mettre un coup d’arrêt à l’application du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux » et « lutter contre la fracture territoriale » (§10, 28) ? Après deux budgets de restrictions sans précédents, de nouvelles coupes budgétaires sont en préparation dans le cadre du « Pacte de responsabilité », quitte à réhabiliter la règle du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux et à tarir les ressources des collectivités et services publics locaux.

 

Il promettait d’« agir pour la cohésion sociale avec les collectivités et les associations » ? Les coupures budgétaires frappent durement les associations, menaçant plus de 40 000 emplois selon le Collectif des associations citoyennes .

 

- Chômage, précarité et inégalités renforcés

Le candidat Hollande s’engageait à « favoriser la production et l’emploi en France » (§2) ? Le gouvernement ne manquera pas une occasion de céder aux exigences du MEDEF et autres investisseurs. « Pigeons », »Pacte de compétitivité », « Pacte de responsabilité »... les exonérations s’accumulent aussi vite que se multiplient les coupes dans les budgets publics et les impôts sur la consommation. Si l’emploi ne suit pas, les dividendes, eux, explosent…

 

Les salariés ne cessent de payer le prix des mesures de « compétitivité ». Ainsi l’accord national interprofessionnel (ANI ou « accord compétitivité-emploi ») permet-il de faciliter la mise en œuvre de plans sociaux, voire de baisser les salaires. Le candidat Hollande voulait « faire prévaloir la justice au travail » (§24-26)… Quoi de mieux que de s’attaquer aux moyens de l’inspection du travail, au droit du travail (à travers l’ANI) et aux tribunaux prudhommaux ?

 

Quant aux promesses de « défendre un budget européen ambitieux au service des grands projets d’avenir » (§12), ou « pour l’avenir de l’agriculture » (§6), elles resteront, elles aussi, lettre morte : le budget négocié pour 2014-2020 sera plus faible que le précédent ! Et la « banque publique d’investissement » (§1) se contentera, quant à elle, de rassembler pour une large part des fonds déjà existants.

 

- Lobby bancaire chouchouté

En continuité avec la politique économique néolibérale de Nicolas Sarkozy, les « engagements » du candidat Hollande contre la mainmise de la finance et des banques sont taillés en pièce. Lors de son discours du Bourget, il dénonçait la finance, son « adversaire ». Pourtant, le gouvernement travaillera main dans la main avec les banques françaises pour la mise en place de la réforme bancaire. La « séparation bancaire » promise des activités de détail et d’investissement n’aura pas lieu, et laissera place à un ridicule cloisonnement concernant moins d’un cinquantième de l’activité des banques selon Frédéric Oudéa, patron de Société générale . Quant à « l’interdiction aux banques d’exercer dans les paradis fiscaux », Jérôme Cahuzac ne l’a pas mise en œuvre et, malgré son départ, on l’attend encore.

 

Cette fructueuse collaboration avec « l’adversaire » d’hier se poursuit en ce moment même au sujet de la taxe européenne sur les transactions financières. Loin de contribuer à son application à l’échelle européenne, comme promettait le candidat Hollande, le gouvernement s’acharne à vouloir imposer à l’Allemagne et à la Commission européenne l’exonération des transactions les plus spéculatives : celles sur les produits dérivés. Quant à « l’encadrement des bonus » et à « l’interdiction des produits financiers toxiques » (§7), il semble que ces promesses soient définitivement passées à la trappe…

 

Autre cadeau aux banques : la baisse du taux du livret A, au plus grand bénéfice des assurances-vie. Le candidat Hollande annonçait « garantir l’épargne populaire par une rémunération du livret A supérieure à l’inflation et tenant compte de l’évolution de la croissance » (§8) ? Il garantira surtout le bien-être des banques, en allant jusqu’à leur donner la possibilité de bénéficier des dépôts sur le livret A au détriment du financement de logement social…

 

- Dumping généralisé, écologie méprisée

Cette capitulation en rase campagne devant les intérêts industriels et financiers pourrait se parachever avec la négociation de l’accord de commerce et d’investissement entre l’Union européenne et les États-Unis. Le candidat Hollande promettait le « juste-échange » : « une nouvelle politique commerciale pour faire obstacle à toute forme de concurrence déloyale et pour fixer des règles strictes de réciprocité en matière sociale et environnementale » (§13) ; le président Hollande souhaite, quant à lui, « aller vite » pour conclure le nouveau traité transatlantique (TAFTA), qui entraînerait un dumping social et environnemental sans précédent avec la possibilité pour les firmes multinationales d’attaquer les États devant des tribunaux privés si les réglementations publiques faisaient « obstacle » à l’investissement ou au profit.

 

L’écologie était le parent pauvre des promesses électorales du candidat Hollande. Pourtant, même là, le peu qui était annoncé n’est pas tenu. La tarification progressive du gaz, de l’eau et de l’électricité est morte-née. Le plan de rénovation thermique pour un million de logements par an reste mystérieux quant à son financement. La réduction de la part du nucléaire dans la production d’électricité et la fermeture de la centrale de Fessenheim demeurent incertaines. La « montée en puissance des énergies renouvelable », promise sans détails chiffrés, est lente et l’industrie photovoltaïque s’enfonce dans la crise, faute d’incitations budgétaires. La France ne joue pas de rôle moteur ni exemplaire en Europe dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre, alors même qu’elle hébergera la conférence climatique de 2015.

 

- Valeurs bafouées, démocratie dévaluée

Devant l’étendue de ces renoncements, devant une politique d’austérité brutale au service des banques, les engagements de « redonner espoir aux nouvelles générations » en « combattant le chômage » (§33-35), de « faire de la France la nation de l’excellence environnementale » (§41-43) semblent bien dérisoires. Et comment s’étonner quand un sondage (qui reste, certes, un sondage) annonce que 61 % des jeunes seraient prêts à se révolter ?

 

L’engagement de « donner à la police et à la justice les moyens de nous protéger » (§52,53) prend a posteriori une résonance particulière, si l’on pense à la répression à l’égard des mouvements sociaux, manifestant à Notre-Dame-des-Landes pour un autre modèle de développement ou à Paris pour le droit au logement. Concernant l’engagement « de lutter sans concession contre toutes les discriminations et ouvrir de nouveaux droits » (§30-32), on ne pourra s’empêcher de penser aux propos discriminatoires de Manuel Valls à l’égard des Roms, que leur culture « différente » empêcherait de pouvoir s’installer durablement « chez nous ».

 

Cette approche sécuritaire concerne aussi la politique étrangère. Le candidat Hollande prenait l’engagement de « porter haut la voix et les valeurs de la France dans le monde »(§57) ; le président Hollande ne manque pas une occasion de s’afficher en soutien des États-Unis, quitte à engager la France dans une multiplication d’interventions militaires dont les tenants et aboutissants sont pour le moins incertains.

 

Enfin, le candidat Hollande en appelait à une « République exemplaire ». L’affaire Cahuzac témoignera pourtant de sa frilosité à faire la lumière sur « l’intégrité des élus », à garantir « l’impartialité de l’État » et surtout à « respecter les contre-pouvoirs » (§47-51)… alors même que certains ministres n’ont pas manqué de calomnier Médiapart, et que des démarches ont été engagées par le gouvernement pour blanchir le ministre du budget accusé, à juste titre, d’évasion fiscale. Plus récemment, l’affaire Morelle pose la question d’un mélange des genres et de conflits d’intérêts au plus près de l’entourage du président de la République.

 

Les 60 engagements de François Hollande se terminaient sur une volonté de « donner un nouvel élan à notre démocratie ». En faisant le contraire de ce pour quoi les électeurs l’ont élu, François Hollande a surtout donné un nouvel élan à des politiques fautrices de précarité et d’inégalités. Des politiques menées depuis trente ans, qui maintiennent la France et l’Europe dans la récession. Qui nourrissent une profonde crise sociale, écologique et démocratique. Qui frappent de plein fouet les peuples et contribuent à l’essor d’une extrême-droite démagogique et raciste.

 

- Résistances et alternatives : imposons le changement !

Ce bref bilan des promesses non tenues du candidat Hollande n’a pas vocation à contribuer à la résignation ambiante. Dans la frénésie de « nouvelles » qui caractérisent notre système médiatique, si l’amnésie est la règle, ne pas oublier les paroles non tenues constitue un devoir citoyen. Les politiques mises en œuvre par le gouvernement sont impopulaires, et il n’a pas été élu pour mener ces politiques-là.

 

À nous, citoyen-ne-s, de transformer la colère populaire en force de changement !

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Analyse Politique PS
commenter cet article
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 18:03
3% de déficit public : Oui ! Intérêts illégitimes Non !

Source : Robert Mascarell pour le Parti de Gauche Midi Pyrénées à partir du blog de Robert Mascarell

- Moi, européen anticapitaliste, suis pour le respect des 3 %

Je pressens qu’à la lecture de ce titre, nombre de mes camarades du Parti de gauche, dont je suis membre, et plus largement du Front de gauche, vont se demander ce qui m’arrive.

 

Pour aggraver mon cas, j’ajoute que je suis également pour le respect du non-dépassement du taux de 60 % de la dette de la France par rapport au PIB, imposé par l’Union européenne.

 

En écrivant cela, je sais que je vais à l’encontre de tout ce que nous disons. Vient donc le moment de m’expliquer.

 

Avant toute chose, je veux rassurer toute ma famille politique. Je reste résolument ancré à gauche et même formidablement bien au sein du Parti de gauche. Disons qu’il ne me déplaît pas de cultiver le paradoxe, mais pas la provocation. Du moins je l’espère.

 

Comme le Parti de gauche, comme le Front de gauche, j’affirme que notre pays n’est pas en crise économique, mais en crise de la répartition de ses richesses.

 

- La France n’a jamais été aussi riche

Le principal indicateur de la richesse d’un pays est son PIB (produit intérieur brut). Le PIB représente la totalité des richesses créées et produites, chaque année, dans chaque pays. Que ces richesses soient utiles à l’intérêt général ou futiles, ou même nuisibles à la collectivité humaine. L’autre indicateur est son patrimoine bâti (monuments historiques, immeubles), industriel (locaux professionnels) et foncier (terrains agricoles). Il y a d’autres indicateurs de richesse : la qualité des réseaux (routes, voies ferrées, électricité, eau), enfin, la situation géographique, tels que les débouchés maritimes, le tourisme. A noter qu’une grande partie des richesses provenant des autres indicateurs que le PIB, abonde ce dernier par l’activité économique induite.

 

Enfin, il est un autre indicateur de la richesse d’un pays, trop souvent méconnu, c’est celui du montant de l’épargne des ménages par rapport à leurs revenus disponibles. De tous les pays développés, le nôtre est nettement en tête. Fin 2013, notre taux d’épargne s’élève à 15,4 %, alors qu’il n’est que de 9,9 % en Allemagne, 4,5 % aux Etats-Unis, 5,8 % au Royaume-Uni,…..

 

En 1980, notre PIB s’est élevé, en volume, à 445 milliards d’euros. En 2013, il s’est élevé à 2 060 milliards d’euros selon la Banque de France. La multiplication des richesses créées et produites en 33 ans a donc été de plus de 4,6 fois. Bien sûr, ce dernier chiffre doit être pondéré : 1/ par le taux de l’inflation intervenu en 33 ans, 2/ par l’évolution démographique. Il y a plus d’habitants en France en 2013 qu’en 1980.

 

De 1980 à 2013, le taux d’inflation cumulé a été de 208,2 %, soit plus qu’un triplement. Ce taux de 208,2 % est obtenu par la méthode de l’anatocisme. C’est-à-dire, qu’en partant d’une base 100 en janvier 1980, il faut ajouter le taux de l’inflation de la première année à 100. Mettons 2 %, par exemple. A ce chiffre 102 obtenu à la fin de la première année, il faut ajouter le taux de l’inflation de l’année suivante et cumuler ce dernier taux d’inflation à la base 102 atteinte fin décembre 1980, et ainsi de suite jusqu’en 2013.

 

Pour ce qui est de la prise en compte de l’évolution démographique, les instituts statistiques ont la bonne idée de publier le PIB en volume, dont il est question plus haut, et le PIB par tête d’habitant. Le PIB par tête d’habitant permet de comparer son évolution d’année en année de manière plus objective.

 

En 1980, le PIB par tête d’habitant s’est élevé à 8,1 milliers d’euros. En 2013, il s’est élevé à 27,9 milliers d’euros. Soit une multiplication en 33 ans de 3,44. Ce chiffre est un coefficient ou indice, si on le traduit en pourcentage, cela fait une augmentation de 244 % de 1980 à 2013.

 

Maintenant, pondérons cette augmentation de 244 % par l’augmentation de 208,2 % du taux de l’inflation intervenue en 33 ans. Cela signifie que de 1980 à 2011, le PIB par tête d’habitant a réellement augmenté de 35,8 %.

 

Loin d’être en crise, notre pays a vu sa richesse croître de 35,8 % en 33 ans. Le malheur, c’est que seule la minorité des plus fortunés a profité, et même très au-delà, de l’accroissement de notre richesse. Autre donnée : la part de la richesse produite prélevée par le capital a triplé depuis 30 ans. Elle était de 3,2% du PIB en 1980, de 5,6% en 1999, elle est passée à 9,3% du PIB en 2011.

 

Etat de nos richesses fait, j’en viens maintenant à l’analyse de la dette publique de la France.

 

- Ce n’est pas la dette qui est illégitime, mais les intérêts

Entre 1980 et 2008, la dette avec intérêts est passée de 239 à 1 327 milliards d’euros. Pendant la même période, la dette, SANS LES INTERETS, est passée de 239 milliards (en fait moins, puisque dans ces 239 milliards il y a des intérêts), à……. 21,4 milliards d’euros. Ainsi, en 2008, nous avons remboursé 1306 milliards d’euros d’intérêts, soit 61 fois plus que la dette de base.

 

Je souligne que, jusqu’au vote de la loi scélérate du 3 janvier 1973, dite Pompidou-Giscard, la Banque de France pouvait prêter de l’argent à l’Etat à taux zéro et que, depuis le traité de Maastricht, la Banque Centrale Européenne prête de l’argent aux banques privées au taux de 1 %, mais qu’il lui est interdit d’en prêter aux Etats membres de l’Union européenne. Ceux-ci sont donc obligés de contracter leurs emprunts auprès des banques privées, à des taux souvent usuraires.

 

Démonstration est faite que dans notre dette ce sont surtout les intérêts qui pèsent. Sans eux, aujourd’hui, notre taux d’endettement ne serait pas de 95 % par rapport au PIB de l’année. Il serait très largement inférieur aux 60 %, dont l’Union européenne a décrété qu’il était la limite supérieure indépassable, sous peine de sanctions pécuniaires.

 

Dans une interview que Michel Rocard a donnée le 28 décembre 2012, sur Europe 1, dans l’émission Médiapolis, celui-ci qualifie la loi du 3 janvier 1973 de stupéfiante. Il précise que si la France avait pu continuer à se financer à l’œil, comme il dit, notre taux d’endettement aujourd’hui ne serait pas de 90 ou 91 % (c’était notre taux d’endettement en décembre 2012), mais de 16 ou 17 %. Pour reprendre son qualificatif, je trouve stupéfiant que, lorsque Rocard était Premier ministre, et alors qu’il connaissait cette « loi stupéfiante », il n’ait rien fait pour l’abroger.

 

Sans ces intérêts illégitimes, les libéraux, qu’ils soient au gouvernement ou dans l’opposition, ne pourraient pas dire que notre pays vit au-dessus de ses moyens depuis trente ans, dixit le Premier ministre Valls, le 14 avril dernier. Qui n’en est pas à une provocation près.

 

Ces intérêts sont d’autant plus illégitimes, qu’ils sont consentis, à tous les pays européens, à des taux plus ou moins largement supérieurs au taux de croissance de chacun de ces pays. Il en résulte un effet boule de neige, au fil des années, un effet d’endettement automatique, totalement indépendant des politiques menées par les gouvernements. La seule responsabilité de ceux-ci étant de ne pas remettre en cause ce système de prêt.

 

La réalité, je crois l’avoir démontrée, et à travers l’augmentation de la richesse de la France, via son PIB, et à travers la faiblesse de sa dette réelle, hors les intérêts illégitimes que notre pays paie, c’est qu’en fait, la France respecte pleinement les contraintes des traités européens (de Maastricht et de Lisbonne). Hors les intérêts illégitimes, le ratio de notre dette publique par rapport au PIB d’une année est très très inférieur aux 95 % (16 ou 17 % disait Rocard en 2012) dont les libéraux nous culpabilisent.

 

En conclusion de ce paragraphe, je réaffirme que ce n’est pas notre dette qui est illégitime, du moins pour l’essentiel, ce sont surtout les intérêts qu’elle génère. Ce disant, je sais bien que je vais à l’encontre de ce que disent mes camarades anticapitalistes. J’assume ma divergence, sachant qu’elle n’est pas fondamentale.

 

Je ne conteste pas que la dette puisse être illégitime, au moins pour partie. Mais en l’espèce, et pour ce qui concerne la France, force est de constater, sans entrer dans le détail de la composition de notre dette, que ce sont les intérêts de la dette qui nous plombent. Cela est d’autant plus scandaleux que, par le biais de ces intérêts, la population, y compris les plus pauvres, reversent de l’argent aux banquiers et autres prêteurs spéculateurs. En somme, c’est de la redistribution à l’envers. Du plus pauvre au plus riche.

 

En ce qui concerne l’autre ratio imposé par l’Europe, celui du non-dépassement du taux de 3 % de déficit budgétaire, je vais démontrer que, là encore, la situation de la France est en réalité excellente.

 

- Depuis 1983, les gouvernements appauvrissent volontairement la France

Chaque année, le gouvernement élabore le budget. Y figurent des recettes et des dépenses. Les recettes sont constituées d’une multitude d’impôts payés par les différentes catégories de Français et par les entreprises. Les dépenses sont constituées des dépenses dites de fonctionnement (les salaires versés aux fonctionnaires), des dépenses dites d’investissements, des remboursements d’emprunts et des intérêts d’emprunts. Nous venons de voir que les intérêts d’emprunts sont de plus en plus lourds depuis la loi française du 3 janvier 1973, reprise en 1992, dans le traité de Maastricht, puis en 2008, dans le traité de Lisbonne.

 

Ainsi, les intérêts d’emprunts interfèrent lourdement aussi bien dans notre taux d’endettement que dans notre taux de déficit budgétaire.

 

Et comme la coupe n’est pas suffisamment pleine, depuis 1983, tous les gouvernements qui se sont succédé ont choisi d’appauvrir délibérément notre pays, en accordant force subventions et exonérations fiscales et sociales aux couches sociales les plus favorisées, ou bien encore en ayant créé des niches fiscales, dont la plupart sont néfastes à l’intérêt national, mais profitables à ceux qui en ont le moins besoin. Sans compter tous les moyens d’optimisations fiscales et autres possibilités d’évasions fiscales vers les paradis fiscaux, et même les fraudes fiscales utilisés sans vergogne par les plus fortunés.

 

Pour exemples :

  • le taux d’impôt sur les sociétés qui était de 50% jusqu’en 1985, est aujourd’hui de 33,33%, et depuis 1993, le taux effectif d’impôt sur les sociétés est beaucoup plus bas en raison, notamment, d’une fiscalité dérogatoire de plus en plus importante. Manuel Valls propose de réduire ce taux à 28 %.
  • Depuis 1986, les tranches composant l’impôt sur le revenu ont été réduites de 14 à 5. La tranche marginale est quant à elle passée de 65% en 1985, à partir de 36 853 euros (241 740 francs), à 45% aujourd’hui.
  • L’impôt de solidarité sur la fortune, établi en 1989 à la suite de la suppression de l’IGF en 1987, n’a pas connu de modification de sa tranche supérieure au cours des dernières années, ni dans son taux, ni dans son seuil, malgré l’accroissement de la valeur des actifs immobiliers et financiers. Il fait en outre l’objet de différents mécanismes de plafonnement.
  • Les exonérations de cotisations sociales, accordées depuis le début des années 1990, soit de manière générale, soit de manière ciblée sur les bas salaires, sont compensées depuis 1994 afin de préserver les finances sociales. Cela grève le budget de l’État d’un montant annuel d’environ 30 milliards d’euros.
  • En 1999, la part salariale de la taxe professionnelle (TP), qui est le principal impôt local, a été progressivement supprimée sur cinq ans. Déjà rabotée en 1987 par un abattement général de 16% de ses bases imposables, la TP a ensuite fait l’objet d’un dégrèvement au titre des investissements nouveaux décidés en 2004, puis un nouveau plafonnement a été introduit. Enfin, la TP a finalement été supprimée en 2010 et remplacée par un prélèvement de moindre valeur (la contribution économique territoriale).

 

Pour compenser ces réductions, les gouvernements, depuis 1983, recourent à l’emprunt générateur de paiement d’intérêts très lourds. La boucle est ainsi bouclée.

 

Particulièrement inégalitaires, ces allègements n’ont en plus jamais permis de favoriser la croissance et l’emploi, au contraire, alors que les gouvernements successifs ne les justifient que dans cette quête.

 

Voilà, les choses sont claires, fin 2013, le taux d’endettement réel de la France n’est que de l’ordre de 17 % par rapport au PIB de cette année-là, et le taux de déficit public est de bien moins de 3 % du PIB, compte tenu de la modicité de notre taux d’endettement et de toutes les ressources dont est délibérément privé l’Etat français.

 

Maintenant, j’espère que vous comprenez mieux pourquoi j’ai commencé cet article en affirmant que, pour la France, je n’étais pas hostile au respect des taux de 3 % de déficit et de 60 % d’endettement, imposés par l’Union européenne. D’ores et déjà, la santé de l’économie française est à ce point bonne qu’en réalité elle est très en deçà de ces taux.

 

Evidemment, sur le principe, je suis opposé à la prétention de l’Union européenne d’imposer à ses membres le non-dépassement de ces taux. Me voilà redevenu "orthodoxement" de gauche.

 

Robert Mascarell, Parti de Gauche Aveyron

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Si on parlait ECONOMIE Analyse La dette.... la dette ?
commenter cet article
4 mai 2014 7 04 /05 /mai /2014 13:51
LAVALLS

Jeudi 1er mai 2014

Source : blog de Robert Mascarel

Ce titre n’est pas qu’un jeu de mots. Il reflète les nombreux points communs existant entre le sinistre Pierre Laval et Manuel Valls.

 

- Comme Laval fut « socialiste », Valls prétend l’être.

 

- Comme Laval fut un très jeune ministre de l’intérieur, le jeune Valls l’a aussi été.

 

- Comme Laval avait une conception autoritaire de l’Etat, Valls s’en vante aussi. Rappelons, à ce propos, que le modèle de Valls n’est pas Jaurès mais Clémenceau, qui n’a jamais été socialiste et qui, alors qu’il était président du Conseil (l’équivalent sous la 3ème République du Premier ministre de la 5ème République) s’était autoproclamé le « premier des flics » et qui n’a pas hésité, pour faire « honneur » à son titre, à réprimer sauvagement les grévistes. De ce jour, d’ailleurs, Jaurès s’était brouillé avec lui.

 

- Comme Laval fut président du Conseil, Valls est devenu Premier ministre.

 

- Comme Laval a entrepris une politique de déflation, Valls s’en fait également le chantre et l’applicateur zélé. Pour les mêmes raisons et avec les mêmes solutions. A savoir, une production industrielle en panne et une croissance ralentie, pour ce qui est des raisons, et une baisse autoritaire des salaires des fonctionnaires, pour ce qui est des solutions. En 1935, le résultat ne s’est pas fait attendre, le chômage a continué de croître, provoquant la chute du gouvernement qu’il dirigeait. Son échec a ouvert la voie au Front populaire. Le sort de Laval, en 1935, attend Manuel Valls. Immanquablement.

 

- Un seul point d’interrogation subsiste et subsistera, j’en forme le vœu, probablement toujours.

Pierre Laval, longtemps considéré comme respectable, longtemps socialiste, puis démocrate jusqu’en 1940, s’est mué, avec l’occupation de la France par les troupes de Hitler, en un atroce antisémite, soutien inconditionnel de Hitler. Plus encore que Pétain. Jusqu’à subir le sort qu’il méritait, son exécution en 1945.

 

Pour notre chance et pour la chance de Manuel Valls, il n’existe pas, aujourd’hui, l’équivalent de Hitler. Du moins à son niveau de puissance. Et s’il existait ? Là est le point d’interrogation. Que ferait-il ? Comme Laval ? A la décharge de Manuel Valls, cette interrogation vaut pour chacun(e) de nous.

 

Une chose est certaine, toutefois. Son comportement dans l’affaire Alstom ne laisse pas d’inquiéter. La défense de l’intérêt national paraît être le cadet de ses soucis. Dans le débat relatif au repreneur de cette grande entreprise française, intervenant dans un domaine stratégique essentiel pour l’indépendance de notre pays : les turbines nucléaires, sa préservation n’est pas mise en avant. L’essentiel porte sur le fait de savoir qui, de Siemens, l’allemand, ou de General Electric, l’américain, sera le moins coûteux en perte d’emplois.

 

Faute de taille critique, nous disent les économistes et les médias libéraux, repris en chœur par Hollande, le gouvernement et tous les politiciens libéraux de droite et de « gauche », Alstom ne peut faire autrement que de se faire manger par un groupe étranger ayant cette taille critique. Pour ceux-là, la nationalisation est donc impensable. Fi de l’intérêt national, alors que le secteur du nucléaire, secteur stratégique s’il en est, indispensable à notre indépendance est en jeu. Il n’y a pas si longtemps, un tel fatalisme aurait été assimilé à un acte de trahison.

 

En réalité, ce qui arrive aujourd’hui à Alstom est ourdi de longue date, aussi bien par les capitalistes français, que par les gouvernements successifs, de droite et de « gauche ».

 

Pour faire simple, l’acte de décès d’Alstom (sans h) remonte au 10 mars 1995, sous Chirac, le jour de l’arrivée de Serge Tchuruk à la tête du groupe Alcatel-Alsthom (avec h). Celui-ci a aussitôt entrepris de dépecer le groupe qui, de fusions en absorptions, ou en concentrations, s’était constitué en un siècle. Tout cela, au nom de l’idée en vogue à ce moment-là, chez les capitalistes français : à savoir la nécessité de se recentrer sur son cœur de métier. En l’occurrence les télécommunications (Alcatel, devenu Alcatel-Lucent). La partie Alsthom étant livrée à l’encan.

 

Ce faisant, les capitalistes français faisaient l’inverse de ce qui se pratiquait dans le monde, où se constituaient au contraire des conglomérats géants multiactivités. S’il en est ainsi, c’est que hier comme aujourd’hui, les gouvernements français successifs n’ont aucune politique industrielle, convaincus qu’ils sont que notre industrie doit se fondre dans un ensemble européen, parfaitement hypothétique et disparate.

 

Le dépeçage du groupe, c’est-à-dire la perte délibérée de la taille critique qu’avait Alcatel-Alsthom, qui justifie aujourd’hui que Alstom ne puisse résister aux assauts de General Electric ou de Siemens, s’est opéré sous le regard complice des gouvernements successifs.

 

Il faut savoir que, pour cette basse besogne, Serge Tchuruk, polytechnicien issu de l’école des Mines, était le P-DG le mieux payé de France.

 

Le coup de grâce a été porté en 1998, sous Jospin, quand le groupe Alcatel-Alsthom, issu du groupe CGE (Compagnie Générale d’Electricité), a éclaté en trois entités distinctes et indépendantes : Alcatel, Alstom et Cégélec. La descente aux enfers, pour les trois entités commençait.

 

Ce n’est pas faute, qu’avant même que tout cela arrive, tous les syndicats, toute la gauche, hormis le parti socialiste, aient alerté l’opinion sur ce qui allait inévitablement se passer. Mais comme nous ne faisons pas partie des belles personnes, nous n’avons pas été écoutés. Nous ne le sommes pas davantage aujourd’hui par Hollande et Valls.

 

Ainsi, il en va sous Hollande-Valls comme sous Laval d’avant-guerre, lui aussi au nom de l’Europe, mais hitlérienne. Ce n’est fort heureusement pas le cas aujourd’hui.

 

Le trait commun à tous ces dirigeants, c’est qu’ils se défient du peuple. Ils préfèrent s’en remettre aux banquiers et aux employeurs et à ceux issus des grandes écoles. Pour les dégâts que l’on voie sous nos yeux.

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Analyse Politique PS
commenter cet article
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 16:25
Pacte de responsabilité : une erreur historique !

Le 30 avril 2014

Source : article repris du site de l'Observatoire des Inégalités

Le gouvernement reprend la politique de baisse des prélèvements, alors qu’il aurait pu utiliser ses marges de manœuvre pour répondre aux besoins de la population et réduire les inégalités. Une folie politique qui ouvre la porte à l’extrême droite. Un point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.


Economiser l’argent public est une nécessité. Utiliser ces économies pour réduire le coût du travail et les impôts constitue en revanche l’une des plus graves erreurs politiques de l’histoire sociale de la gauche. Après Lionel Jospin en 1999 - qui lance une politique de cadeaux fiscaux à grande échelle - une seconde fois, le camp du progrès social se tire une balle dans le pied. Le gouvernement a pourtant les moyens de répondre à des besoins concrets et de moderniser les services publics. Mais au fait, que peut-on faire avec les 30 milliards d’euros qui seront consacrés chaque année à diminuer les charges patronales ?

 

Au-delà des engagements européens de la France, l’ampleur de la dette et du déficit public impose de faire des économies. Notre pays paie des années de laxisme, de droite comme de gauche. Des dizaines de milliards d’euros partis en baisses d’impôts inutiles durant la décennie 2000, qui n’ont fait que nourrir l’épargne des couches aisées. Chaque année, la collectivité débourse 40 milliards d’euros d’intérêts, l’équivalent du budget de l’enseignement primaire et secondaire. Ces intérêts vont dans la poche des rentiers, ceux qui ont les moyens de prêter à l’Etat. Il faut réduire la voilure, même s’il faut dans ce domaine agir avec mesure et progressivement, car l’austérité a un effet économique récessif alors que la croissance reste atone [1].

 

La victoire de la démagogie fiscale

L’équilibre des finances publiques pourrait en partie se régler par un effort national : le « ras-le-bol » fiscal [2] est largement une construction médiatique fondée sur des sondages biaisés (lire notre article). La démagogie l’ayant emporté autant à droite qu’à gauche, cet effort national n’est plus d’actualité.

 

La situation des finances publiques n’est pas la seule ni la principale raison pour laquelle il faut réduire certaines dépenses. L’argent public est l’argent de tous. Les dépenses publiques sont prélevées dans le porte-monnaie de chaque citoyen, qui ne peut l’accepter que si elles servent l’intérêt général. La tâche d’économiser n’est pas facile. Un chien, dit l’adage, est caché derrière chaque niche fiscale et la défend bien. Des bataillons sont postés derrière les lignes budgétaires, pour éviter toute réduction de leurs crédits publics. Ces lobbyistes de la dépense s’agitent déjà pour défendre leurs intérêts.

 

Le gouvernement va piocher pour l’essentiel là où c’est le plus simple, là où les intérêts sont les moins bien représentés, non dans les dépenses qui ne servent à rien. On pourrait dégager des marges en luttant contre la fraude fiscale, en piochant dans ces niches dont le coût se chiffrent toujours en milliards, dans les caisses des vendeurs de médicaments ou de l’élite des professions de santé, dans les marchés publics juteux, dans les méandres des investissements inutiles des collectivités locales. Laisser l’inflation réduire les salaires des fonctionnaires, le niveau des allocations logement ou les retraites relève de la facilité. Laisser l’inflation grignoter des revenus a l’effet d’une hausse d’impôt, qui porte sur les fonctionnaires et les titulaires de prestations, mais épargne les couches aisées du privé.

 

Il y a plus grave. Ces économies vont servir à réduire le coût du travail via le « pacte de responsabilité » pour l’essentiel et à diminuer les impôts des ménages de façon secondaire. En baissant les cotisations patronales, l’exécutif compte créer des emplois. A-t-il oublié les leçons du passé ? Les mesures d’exonération déjà prises n’ont jamais eu d’impact massif sur le chômage. L’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) estime par exemple que les 20 milliards du Crédit impôt pour la compétitivité et l’emploi aboutiront à la création de 150 000 postes. 130 000 euros l’emploi, une pure hérésie économique. Cette baisse des charges des entreprises va surtout nourrir les profits. Fonctionnaires, retraités et titulaires de prestations sociales vont faire un effort pour les actionnaires : il ne va pas être simple de leur expliquer pourquoi. Il est vrai que l’on va redonner une partie de ce qui leur sera pris en prestations par le biais de baisses d’impôts, qui restent à définir… Comprend qui peut.

 

- Que faire avec 30 milliards ?

Pour bien comprendre l’immensité du désastre, il faut parler concret. Personne ne présente ce qui aurait pu être entrepris à la place des 30 milliards de baisse du coût du travail offerte aux entreprises. Accorder un minimum social à 500 000 jeunes en grande difficulté coûterait trois milliards. Un dixième du total. Autant que la dépense annuelle pour 200 000 places de crèche. 60 000 logements sociaux annuels pèsent moins d’un milliard - financement de l’Etat et des collectivités locales compris. Une aide de 300 euros mensuels pour 300 000 personnes âgées démunies vivant en maison de retraite, c’est un milliard. L’ensemble de ces dépenses ? A peine plus d’un cinquième de ce qui partira en fumée dans le pacte de responsabilité. A la question : que ferions-nous pour la France si nous avions 30 milliards ? La réponse est vite trouvée.

 

On pourrait continuer la liste des urgences sociales que le secteur privé seul ne peut pas satisfaire, des transports en commun à l’environnement, en passant par la rénovation des prisons, l’accès aux soins, la modernisation des écoles, l’accès aux loisirs ou à la culture, la réduction de la dette publique. Ou prendre le problème autrement. Créez un fond de développement associatif doté de trois « petits » milliards (donc, un dixième de l’addition pacte de responsabilité), qui verserait 15 000 euros (c’est beaucoup) aux associations par an par emploi créé, à charge pour elles de trouver un complément issu de leurs activités. Vous obtenez plus de 200 000 emplois. De la culture aux loisirs, de l’aide aux jeunes ou aux aînés, de l’environnement au tourisme, les gisements du tiers secteur sont immenses.

 

- Un suicide politique

Beaucoup de commentateurs trouvent astucieux qu’un Président de gauche mène une politique de droite pour couper l’herbe sous le pied de ses adversaires. Passez sur ce que cela signifie en termes de valeurs, et raisonnez comme les communicants d’aujourd’hui en termes d’opinion. Imaginez un instant l’impact politique d’un programme qui répondrait aux besoins cités plus haut chez les jeunes ou les catégories populaires et moyennes. Imaginez l’effet de ces mesures en termes de modernisation de l’offre publique et de réduction des inégalités.

 

Le président de la République, enfermé dans l’univers clos de l’Elysée, a commis une sorte de suicide politique. Il a déjà emporté avec lui une grande partie des élus de gauche au niveau des communes, ce sera le cas demain aux autres échelons [3]. Il emporte surtout les espoirs de beaucoup de ceux qui ont voté pour lui - pas seulement de gauche - qui croient encore à la modernisation de notre pays et à la réforme progressiste [4].

 

Pour la première fois de l’Histoire, un gouvernement socialiste arrivé au pouvoir ne laissera derrière lui aucune conquête sociale. 1936, 1981, 1997 : à chaque fois, l’alternance aura été marquée par un progrès. Le renoncement actuel marque une étape, ouvre un boulevard électoral au Front national comme parti du changement. La droite traditionnelle a tort de se réjouir de la situation actuelle. Piégée par une politique qu’elle préconisait hier, elle s’enfonce dans une surenchère. Elle n’est pas plus capable de construire un programme conservateur qui s’adresse aux couches populaires [5].

 

- Comment a-t-on pu en arriver là ?

Pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui, il faut remonter à la fin des années 1980 et au second septennat de François Mitterrand qui dans sa lettre à tous les Français annonce ce qui se passera dix ans plus tard sous Lionel Jospin (lire notre article). La politique qui a consisté à renoncer à la réforme fiscale et à entamer une baisse des cotisations patronales s’inscrit dans une ligne politique qui n’a rien de sociale-démocrate mais qui est purement conservatrice. Le parti socialiste est déboussolé. Dopé aux sondages, alimenté en notes de synthèse par une poignée d’énarques, il flaire l’air médiatique et intellectuel du temps. Ses députés portent la responsabilité du pacte du même nom, même si une grande partie d’entre eux valide à contrecœur des mesures apprises par les médias et forgées par quelques communicants. La gauche au pouvoir navigue idéologiquement entre les sirènes libérales et l’anticapitalisme. Elle n’a pas compris que l’alternative n’est pas entre virer à droite (l’option actuelle) ou mettre la barre plus à gauche, mais entre préserver les intérêts de la bourgeoisie intellectuelle et économique, ou répondre aux besoins sociaux en modernisant les services publics dans un moment de crise économique majeure.

 

Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités
Auteur de « Déchiffrer la société française », éditions La découverte, 2009.
Ce point de vue est une version intégrale d’un texte plus court paru dans le quotidien
Le Monde du 25 avril 2014.

 

Notes :

[1] Une baisse des dépenses publiques réduit l’activité économique. Son impact négatif est plus fort qu’une hausse d’impôt d’un montant équivalent.

[2] Cela n’empêche pas d’essayer de comprendre pourquoi ce discours émerge, et notamment la situation des jeunes célibataires des classes moyennes mérite l’attention (lire notre article à ce sujet).

[3] Ce qui n’est pas moins grave : un train de parlementaires anti-européens ira représenter la France au Parlement européen le 26 mai prochain.

[4] Ce camp a désormais huit ans pour se préparer et réfléchir à son programme, la prochaine occasion de retour au pouvoir n’arrivera pas avant 2022.

[5] Tout se passe au fond comme si les élites des deux bords se sentaient au fond protégées et relativement indifférentes à la menace du Front national.

 

Pour en savoir plus sur le sujet :

- Par les économistes attérés : Un pacte irresponsable

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Analyse Si on parlait ECONOMIE
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 09:51
Comment le PS français est-il devenu un parti du capital ?

Par Denis Collin pour La Sociale Jeudi 17/04/2014

- Sommaire

  • [A] Un constat : la défaite de la gauche est historique au sens plein du terme
  • [B] La gauche comme système politique de subordination des classes populaires
  • [C] Continuité et changement
  • [D] La social-démocratie telle qu’elle fut
  • [E] Explications de la « grande trahison »
  • [F] Involution de la trajectoire de la social-démocratie
  • [G] Comment le PS français est devenu est parti du capital ? Hier ...
  • [H] Comment le PS est devenu un parti du capital ? Aujourd’hui...

 

- [A] Un constat : la défaite de la gauche est historique au plein sens du terme

La défaite historique du PS aux municipales de 2014 a été enterrée sous le vacarme médiatique orchestré autour de la prétendue montée du Front National ou le changement de gouvernement. Mais cette débâcle est le signe de quelque chose de bien plus profond : la décomposition accélérée de la « gauche » non seulement en France mais dans l’Europe entière entraîne avec elle tout le mouvement ouvrier organisé. Il suffit de jeter un œil du côté de l’Italie : la « gauche » a disparu purement et simplement même en termes électoraux. Le PD, défini comme parti de centre-gauche, a renoncé à toute référence « de gauche » et l’actuel président du conseil PD, Matteo Renzi, issu de l’aile démocrate-chrétienne serait classé en France quelque part entre Bayrou et Copé. Les vestiges de la gauche, le PRC (dernier débris du PCI) et quelques autres groupuscules n’ont plus aucune représentation parlementaire et risquent d’être dans l’impossibilité de présenter une liste pour les élections européennes.

 

C’est un phénomène historique de première importance et qui doit être compris dans toute son ampleur, au premier chef par ceux qui se refusent à considérer que « le capitalisme borne notre horizon » (comme l’ont voulu établir voilà déjà près d’un quart de siècle les congressistes du PS). La « gauche » a connu des crises graves dans le passé, notamment quand une large fraction de ses dirigeants ont voté les pleins pouvoirs à Pétain. Elle a été profondément déchirée par la « guerre froide ». La vieille SFIO s’est déshonorée dans les guerres coloniales, pour ne parler que de la France. Mais il y avait toujours eu jusqu’à présent une partie de la gauche qui résistait et dès que l’occasion se présentait elle redevenait le drapeau des espérances des classes populaires. Aujourd’hui, en France comme en Italie, mais aussi – quoique à un degré moindre dans les autres pays européens – la gauche est tout bonnement pulvérisée. Et aucune résistance sérieuse, aucune relève, aucun alternative ne se lève. « Je suis écœuré » : voilà ce que l’on entend le plus souvent dans le « peuple de gauche », chez ces militants, ces électeurs, fidèles jusqu’alors et qui déjà ne votent plus ou ne voteront plus la prochaine fois. Cet écœurement est cependant la manifestation du retard considérable de la conscience sur la réalité historique et de la propension de chaque génération à aller au plus court et ainsi à se bercer d’illusions qui finissent toujours par se fracasser en faisant des dégâts souvent irréversibles.

 

 

- [B] La gauche comme système politique de subordination des classes populaires

L’effondrement de la gauche en tant que telle peut difficilement être tenu pour une catastrophe. La gauche est une chimère dont la fonction fut le plus souvent d’être le « gérant loyal du capitalisme » (Blum lors de son procès). Ainsi que Jean-Claude Michéa l’a fort opportunément rappelé dans ses derniers ouvrages, le mouvement ouvrier, syndicaliste, anarchiste, socialistes de toutes obédiences, y compris marxistes ne s’est jamais défini comme « gauche » avant le début du XXe siècle. La distinction droite/gauche, née pendant la révolution française, était une distinction entre les deux grandes fractions de la bourgeoisie, la droite représentant la fraction monarchiste, anti-républicaine et hostile à la démocratie, souvent liée aux vestiges de l’Ancien Régime, et la gauche, républicaine, appuyée sur les classes moyennes traditionnelles, souvent anticléricale, et dont le vieux parti radical fut l’expression la plus achevée. Mais de la droite (maurrassienne et monarchie, par exemple) jusqu’à l’extrême gauche radicale, tous se tenaient sur le terrain de la propriété privée des moyens de production et du « marché libre ». Le mouvement ouvrier quant à lui n’a commencé à exister qu’en s’affirmant en dehors de ce dispositif droite/gauche interne aux classes dominantes, quand, en juin 1848, les ouvriers réclamant le droit au travail et la république sociale affrontent les forces armées « républicaines ». C’est avec l’affaire Dreyfus ou plus exactement avec les suites politiques de l’affaire Dreyfus que les socialistes en sont venus à s’inscrire comme l’aile gauche de la gauche bourgeoise – non difficultés d’ailleurs, puisque la première expérience de participation socialiste à un ministère bourgeois, l’expérience de Millerand rencontra une puissante hostilité dans les rangs socialistes et renforça les tendances anti-parlementaires dans le mouvement syndical. Le quiproquo réside en ceci : pour défendre le droit et la simple justice, il est évident que toutes les alliances sont justifiées puisqu’elles visent un objectif précis, dans préjuger des positions des uns et des autres sur les autres sujets ; mais cela n’implique évidemment pas qu’il y ait communauté de vues sur tout l’horizon historique. Ce quiproquo a eu dans toute notre histoire un effet simple : entre tous les alliés, la direction de l’alliage a été donnée par « le plus à droite » (si on veut garder la distinction droite/gauche) et les partis ouvriers membres de telles alliances « de gauche » ont toujours été conduits à limiter drastiquement leurs objectifs propres avec ce qui est compatible avec le programme de leurs alliés radicaux, c’est-à-dire à enfermer les revendications prolétariennes dans le cadre de ce qui est compatible avec le maintien de la propriété capitaliste et les alliances internationales que cela suppose. L’alliance à gauche n’est une alliance que si on dit qu’un cavalier et son cheval sont alliés. Les ouvriers, comme d’habitude, ont joué le rôle des chevaux et les cavaliers ou les cochers étaient les bourgeois républicains.

 

 

- [C] Continuité et changement

Le seul rôle qu’ait jamais joué la gauche fut toujours de canaliser les mouvements populaires dans les limites de la propriété capitaliste. Aux moments cruciaux, du reste, cette « gauche » a été soit impuissante, soit a explosé. Il suffit de rappeler l’effondrement du pays en 1939-1940. Les radicaux (à quelques rares et honorables exceptions près se sont retrouvés dans le camp des défaitistes et pour certains ont fini dans la plus abjecte des collaborations). Une grande partie des socialistes a voté les pleins pouvoirs à Pétain au moment où les seules forces de résistance au nazisme se trouvaient à droite avec De Gaulle ou dispersées dans des petits groupes marginaux issus de la gauche – le PCF n’ayant rejoint que tardivement la résistance, tentant d’abord toutes sortes de manœuvres indignes comme les démarche auprès des autorités d’occupation pour obtenir la reparution légale de « L’Humanité ». Les dernières formes d’Union de la Gauche que nous ayons connues sous la présidence de Mitterrand ou lors du gouvernement Jospin de 1997-2002 ont été globalement menés sous le signe d’une adaptation croissante aux exigences du capital financier international. La nouveauté avec Hollande est qu’il n’y a absolument aucune mesure qui puisse rappeler que la gauche défend le peuple contre « ceux du château » comme le disait avec une emphase mensongère Mauroy. Le gouvernement Hollande est ouvertement un gouvernement Hollande-Medef qui a pris comme cible le « coût du travail », c’est-à-dire s’est donné pour tâche de réduire encore plus la part du travail dans le revenu national et d’augmenter les dividendes des actionnaires. Réduction du budget de l’État en économisant sur les prestations sociales et sur les dotations aux collectivités locales, baisse des « charges sociales », autrement dit salaire différé, cadeaux fiscaux aux patrons en voie de surpasser ceux que Sarkozy avait décidé. Il est impossible de déceler aujourd’hui la moindre divergence entre droite et gauche. L’augmentation vertigineuse de l’abstention n’exprime une baisse de la conscience politique de nos concitoyens, mais au contraire une vrai maturation : ils comprennent que la gauche n’est qu’un attrape-nigauds et que fondamentalement droite et gauche sont la même chose présentée sous deux emballages différents, un peu comme toutes les marques de lessive dans les rayons des hypermarchés.

 

 

- [D] La social-démocratie telle qu'elle fut

Cette appréciation globale de la gauche inclut les responsabilités de tous les partis qui se réclament de la gauche, même ceux qui se veulent aujourd’hui dans « l’opposition de gauche ». On dira quelques mots plus loin du PCF et du PG en omettant les divers groupes qui se nourrissent des rares miettes qui tombent de la table des grands. Mais pour l’heure il faut traiter de la social-démocratie, c’est-à-dire France du PS. Le diagnostic de Lénine, Trotski ou Rosa Luxemburg concernant les partis issus de la vieille internationale ouvrière fondée en 1889 est absolument exact : ils sont « passés définitivement du côté de l’ordre bourgeois ». En se ralliant à l’union sacrée leurs propres bourgeoisies nationales, ces partis se sont faits les complices de la grande boucherie de 1914, mère de toutes les horreurs que ce siècle à produites. En Allemagne, en 1918-1919, alors que l’Allemagne du Kaiser s’est effondrée, la social-démocratie allemande, en liaison avec les envoyés des États-Unis, participe au gouvernement de Max von Baden et Ebert, dirigeant de la SPD propose même d’organiser le sauvetage de la monarchie. Face à l’insurrection spartakiste, les Ebert, Noske et Scheidemann ont été les organisateurs directs de la contre-révolution et de l’assassinat de leurs anciens camarades de parti, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht. Ils ont organisé ou couvert la formation des « corps francs » d’où sont sortis les SA. Quand, une décennie plus tard, il faudra organiser le front unique pour empêcher Hitler de prendre le pouvoir, le KPD de Thaelmann, suivant la politique folle dictée par Staline, qualifiera la social-démocratie de « social-fascisme », allant même jusqu’à prophétiser que la victoire d’Hitler serait le premier pas vers la victoire de Thaelmann. Mais si folle que fût cette politique, elle n’aurait jamais été suivie par la base du KPD s’ils n’avaient pas eu le souvenir brûlant des hordes du « chien sanglant » Noske lâchée contre les spartakistes. Les nazis n’oublieront pas les signalés services que leur avait rendus Noske. En 1933, Göring demandera à Noske, président de la région de Hanovre, de rester à son poste. On peut accumuler les exemples historiques qui confirmeraient abondamment le diagnostic porté il y a un siècle sur la social-démocratie. La SFIO venue au pouvoir sans l’avoir vraiment voulu en 1936[1] s’empressa de décréter « la pause » et laissa la république espagnole se faire étrangler par un coup d’État militaire appuyé par l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste. La non-intervention dictée par la diplomatie britannique était de ce fait la politique de la SFIO. La suite est logique : vote massif des pleins pouvoirs à Pétain en 1940 et après la guerre on retrouvera la SFIO dans toutes les aventures coloniales, Indochine, Suez, guerre d’Algérie… Le « socialisme scandinave » qui fit longtemps figure de modèle n’échappe pas à ce mouvement. La Suède non seulement resta neutre pendant la Seconde Guerre mondiale, mais encore elle signa dès 1940 un pacte avec l’Allemagne nazie par lequel elle permettait le passage sur son territoire des trains militaires allemands. Il est vrai que les Suédois étaient classés parmi les « Aryens » dans le délire raciste hitlérien et que la Suède s’était très tôt signalée par une politique eugéniste de grande ampleur…

 

 

- [E] Explications de la "grande trahison"

Les explications de cette « grande trahison » ne manquent pas. L’explication traditionnelle des marxistes selon laquelle la social-démocratie serait l’expression de l’aristocratie ouvrière liée aux sur-profits réalisés par l’impérialisme n’est pas très convaincante. Plus généralement l’explication par la trahison des dirigeants traîtres ne convient guère. Le sociologue Robert Michels, dans un ouvrage fondateur sur Les partis politiques avait lui aussi pointé le caractère foncièrement conservateur de ces nouvelles élites issues des partis socialistes et des syndicats. Nous avons essayé (voir notre Le cauchemar de Marx) de donner une explication plus complète qui suppose qu’on refuse l’idée que la social-démocratie ait brusquement changé « de nature » en août 1914. une histoire critique du socialisme serait nécessaire, une histoire qui serait une histoire philosophique, sociologique et psychanalytique et ne se laisserait par enfermer dans les canons de l’historiographie traditionnelle. Une telle histoire inclurait nécessairement une analyse critique du rôle qu’a joué l’idéologie marxiste dans la formation de la IIe Internationale. J’emploie à dessein le terme « idéologie marxiste » pour désigner ce complexe de représentations et de croyances systématisées dans une sorte de catéchisme révolutionnaire ou plutôt historiciste et évolutionniste, élaboré par les papes autoproclamés du marxisme, les Kautsky et les Plekhanov, avec, hélas la bénédiction d’Engels. Cette idéologie marxiste promettait le salut aux salariés tout en présentant le mode de production capitaliste comme l’étape nécessaire dans cette voie. Elle a bien fonctionné comme idéologie à destination des classes subalternes pour rendre le règne du capital tolérable. Armée de cette idéologie à fortes connotations religieuses, la social-démocratie a pu ainsi agir comme un outil efficace d’intégration de la classe ouvrière au mode de production capitaliste. Sa crise et son effondrement aujourd'hui ne serait que la conséquence de son plein succès dans cette entreprise.

 

Les premières générations du mouvement ouvrier ont été constituées d’hommes (et de femmes) arrachés à leur condition de travailleurs indépendants. L’exode rural (parfois très violent comme lors de l’expulsion des petits paysans du Royaume Uni) et la ruine des petits artisans indépendants – parfois après un passage d’exploitation forcenée du travail à la maison, comme les canuts – ont été d’abord une dégradation brutale des conditions de vie et une humiliation intolérable. Dans la conscience populaire devenir un salarié pouvait s’apparenter à être réduit en esclavage. Devenir salarié, c’était tomber au bas de l’échelle sociale. C’est d’ailleurs pour cette raison que les premiers organisateurs du mouvement ouvrier furent souvent des artisans ou des hommes chez qui restait vif le souvenir de cette indépendance perdue. Le proudhonnisme, si influent dans le mouvement ouvrier français exprimait parfaitement cet état d’esprit : l’association ou la coopérative était le retour à la propriété individuelle du travailleur sur la base de la socialisation de la production. C’est du reste cette perspective que Marx conserve, à peine modifiée dans le Capital lorsqu’il énonce la perspective du remplacement du mode de production capitaliste par « les producteurs associés ». L’expropriation des expropriateurs est vue comme la « restauration de la propriété individuelle sur la base des acquêts de la socialisation ». C’est aussi la raison pour laquelle, dans la lignée de Marx et de Proudhon, le mouvement ouvrier a longtemps inscrit sur son drapeau « abolition du salariat et du patronat » (cf. Charte d'Amiens de la CGT, 1906).

 

En faisant du capitalisme une étape nécessaire de l’histoire dans la conception standardisée du matérialisme historique, et en faisant des ouvriers salariés le nouveau sujet historique, le marxisme aboutissait de fait à la glorification du salariat et donnait des raisons de l’accepter. La nationalisation étatique des grands moyens de production et d’échange promettait l’avènement d’une société de salariés. Et du même coup, il permettait l’intégration des ouvriers rebelles dans le mode de production capitaliste. Mieux : Lénine en vint à glorifier la discipline d’usine comme l’apprentissage de la discipline révolutionnaire.

 

Ainsi l’organisation ouvrière et sa bureaucratie devenaient des éléments intégrés au fonctionnement conflictuel du mode de production capitaliste. On ne peut donc pas parler de « trahison » : le socialisme historiquement constitué à partir de la création de l’Internationale ouvrière (la IIe Internationale) a accomplit ce qui était au fond le cœur de son programme : la justification historique de la transformation des couches populaires et des vieilles classes moyennes en salariés dont il défendait les intérêts en tant que salariés. Et c’est pour cette raison qu’il en est venu très rapidement à défendre le salariat, c’est-à-dire le système dans lequel les ouvriers se font concurrence pour vendre leur force de travail au capitaliste.

 

 

- [F] Involution de la trajectoire de la social-démocratie

Ce sont donc des raisons fondamentales – qui mettent radicalement en cause le marxisme comme idéologie et ses contradictions qui expliquent que la social-démocratie est « passée définitivement du côté de l’ordre bourgeois. » Mais entre 1914 et aujourd’hui beaucoup d’eau a coulé sous les ponts.

 

Les trotskystes ont soutenu pendant très longtemps – je ne sais pas bien ce qu’ils soutiennent aujourd’hui – que les partis de la social-démocratie étaient des « partis ouvriers bourgeois », c’est-à-dire des partis qui par leur composition sociale et par leur programme officiel se voulaient des partis ouvriers, représentants des intérêts du prolétariat, mais dont l’appareil dirigeant était au service de la bourgeoisie. On peut discuter la caractérisation mais elle dut quelque chose d’assez juste. La social-démocratie défend le mode de production capitaliste en général mais ne peut vivre, ses élus ne peuvent être élus, son appareil ne peut exister que si le mouvement ouvrier et les institutions qui protègent les salariés (sécurité sociale, retraites, conventions collectives, salaires réglementés) gardent une existence consistante.

 

Mais précisément ceci n’est plus le cas aujourd'hui. Ni Allemagne, ni en Italie, ni en Espagne, ni en France les partis de la social-démocratie ne défendent en quelque manière que ce soit les intérêts immédiats de la classe ouvrière. Le changement de sens du mot « réformisme » est ici tout à fait révélateur. Au début du XXe siècle le débat entre révolutionnaires et réformistes portait sur la question de savoir si une révolution sociale était nécessaire pour faire advenir une nouvelle société ou si l’accumulation progressive de réformes produirait insensiblement cette transformation. Ensuite, le réformisme consista dans la politique vivant non à change de rapports sociaux de production, mais à réformer le mode de production capitaliste pour le rendre plus civilisé et éviter toute transformation sociale radicale. Ce fut l’époque du keynésianisme de gauche et de l’économie mixte. Aujourd'hui, le réformisme consiste à aligner les contre-réformes qui visent à la destruction de tous les acquis ouvriers. Ainsi, Schröder avec le plan Hartz a mis en pièces des réformes sociales dont certaines dataient de Bismarck. Le gouvernement Hollande (sous la forme Ayrault et encore plus sous la forme Valls) se propose ouvertement et sans la moindre vergogne de faire reculer les salaires, par la confiscation du salaire différé (baptisé « charges salariales »), par une attaque sans précédent contre la sécurité sociale, par une aggravation de la réforme des retraites des gouvernements de droite, et on pourrait allonger encore très longtemps la liste. En 1986, dans une analyse percutante, Jean-Pierre Garnier et Louis Janover définissaient le PS comme « La deuxième droite » (éditions Robert Laffont). L’analyse était parfaitement exacte et la suite des événements n’a fait que la confirmer.

 

 

- [G] Comment le PS français est-il devenu un parti du capital ?

En 2001, dans L’illusion plurielle (éditions JC Lattès), Jacques Cotta et moi analysions la compénétration du PS et des milliers du grand capital. En voici un extrait :

« Le révélateur le plus clair des évolutions du Parti Socialiste est sans aucun doute le poids croissant que les grands patrons jouent dans ses rangs et … le poids croissant du PS dans les rangs du patronat. Au risque d’employer des gros mots comme “ classes sociales ”, voire “ lutte des classes ”, on doit bien chercher quelles sont les racines de classe du Parti Socialiste. Nous avons vu plus haut comment le parti lui-même, dans ses grandes masses, s’était nettement déplacé des ouvriers vers la “ upper middle class ”, des petits et moyens fonctionnaires vers les cadres supérieurs et les “ managers ”. Il faut maintenant étudier comment les réseaux du parti Socialiste et les réseaux du grand patronat, de ce qu’on appelait jadis la “ grande bourgeoisie monopolistique ” s’entremêlent au point parfois de se confondre. Sans aucun doute, si on étudie sa base sociale, la droite classique continue de représenter la bourgeoisie et de la petite bourgeoisie traditionnelles. Mais dès qu’on va vers les sphères supérieures de la pyramide du capitalisme, la densité de socialistes au mètre carré s’accroît sérieusement.

 

Il y a là un paradoxe apparent. Le socialisme français traditionnel, s’il avait une vraie base ouvrière, comportait aussi dans ses rangs de nombreux éléments des classes moyennes traditionnelles : artisans, commerçants, médecins et avocats, petits patrons, des gens qui soit venaient de la clientèle traditionnelle du parti radical soit étaient d’anciens ouvriers ou des enfants d’ouvriers qui gardaient la fibre socialiste de leurs origines en dépit de leur élévation dans la hiérarchie sociale. La vieille SFIO justifiait d’ailleurs son réformisme et même son modérantisme obstiné par la nécessité impérieuse de sceller l’alliance de la classe ouvrière et de ces couches moyennes. Un jour que ses camarades français l’interrogeaient sur la véritable nature de la SFIO, Trotski leur répondit qu’elle était “ un parti de bistrotiers ”, qualification un peu méprisante mais loin d’être fausse, à condition de ne pas oublier que les bistrotiers socialistes étaient souvent d’anciens ouvriers socialistes qui s’étaient mis à leur compte et combattaient l’opium du peuple par le gros rouge et l’absinthe… Mais c’est aussi chez ces bistrotiers que s’organisait la vie politique ouvrière et syndicale, à l’heure où les partis qui prétendaient parler au nom des prolétaires n’étaient pas encore d’imposants propriétaires immobiliers. Le PS actuel, à l’évidence n’a plus rien à voir avec ce “ parti de bistrotiers ” … même si Jack Lang s’est démené pour faire classer le Fouquet’s monument historique.

 

À cet ancien bloc de la classe ouvrière et de la petite bourgeoisie (bloc qui trouvait d’ailleurs son complément dans l’alliance traditionnelle des socialistes et des radicaux), le socialisme de l’an 2000 substitue une nouvelle alliance de classes, celle des cadres supérieures, des nouvelles couches enrichies par le néolibéralisme et la mondialisation et des capitalistes des multinationales. On ne peut pas imaginer renversement politique plus complet. Il y a, certes, toujours eu des patrons socialistes, voire révolutionnaires. À tout seigneur, tout honneur : Engels dirigeait la filiale de l’entreprise paternelle à Manchester et Robert Owen, un des fondateurs du communisme, était également un entrepreneur. Précisons : il y a depuis longtemps de grandes familles capitalistes dont le cœur penche à gauche. Ainsi chez les Riboud ou les Seydoux les convictions de gauche sont de tradition… Il y a des hommes de gauche qui ont réussi à monter des entreprises florissantes. C’est le cas des anciens trotskistes André Essel et Max Théret, qui fondent la FNAC. Il y a Jacques Maillot avec “ Nouvelles Frontières ” et Gilbert Trigano avec le “ Club Med ”. Dans le cinéma ou l’édition, on trouverait aussi de nombreux représentants de ces hommes d’affaires de gauche. Tous ceux-là sont des capitalistes qui ont des convictions de gauche et parfois n’ont pas hésité à utiliser leur poids social et leurs moyens financiers au service de leurs convictions et pour la plupart sont gens fort respectables. L’évolution à gauche de certains courants chrétiens va également amener son lot de “ patrons sociaux ”, principalement parmi les amis de la CFDT. Enfin, le parcours personnel de François Mitterrand amène vers le PS des gens qui ne sont pas du tout de gauche, mais vont soutenir la gauche par amitié avec le Président de République – on pourrait ici citer André Rousselet, PDG des taxis G7 qui deviendra le premier dirigeant de Canal Plus.

 

À partir des années 80, c’est un tout autre processus qui se met en place. Des fonctionnaires et responsables socialistes vont utiliser leur accès au pouvoir comme un tremplin pour devenir des hommes des affaires – et parfois des affairistes – pendant que certains représentants de l’établissement financier se rapprochent du Parti Socialiste parce qu’ils prennent conscience que sous Mitterrand, “ les socialistes nous débarrassent du socialisme ” comme le dit un des personnages du téléfilm de Marco Pico, “ Les enfants du printemps ”.

 

À l’occasion de l’arrivée de Laurent Fabius à Bercy, lors du remaniement ministériel du printemps 2000, le Monde s’intéresse aux réseaux de nouveau ministre des Finances. Avec le sens de l’hyperbole qui lui est propre quand il s’agit des socialistes, le grand quotidien du soir détaille les constituants de la “ galaxie pourvoyeuse d’idées du ministre de l’économie "[2]. Sur les indications, semble-t-il, de Henri Weber, sénateur de Seine-Maritime, ex-leader de la Ligue Communiste des années 60 et 70, un homme qui a ses entrées au MEDEF depuis qu’il a consacré au patronat une étude respectueuse, le rédacteur du Monde, décompose ainsi les cercles qui gravitent autour de Laurent Fabius. Viennent d’abord, sans que cela soit par un ordre d’importance réelle, les Socialistes avec le courant fabiusien du PS qui continue de contrôler en gros un quart de l’appareil du parti. Suivant les leçons de François Mitterrand, Fabius contrôle sa baronnie haute normande avec science, méthode et main de fer dans un gant de velours, mais il ne veut pas être trop lié au Parti Socialiste. D’où le deuxième cercle des intimes, cercle informel où son ancien directeur de cabinet, Louis Schweitzer, PDG de Renault, joue un rôle clé. Autour de Schweitzer, on retrouve, toujours selon le Monde, Serge Weinberg, président du directoire de Pinault-Printemps-La Redoute, qui fut chef de cabinet de Laurent Fabius lorsque ce dernier était ministre du budget. À ses côtés, un autre ancien du cabinet de Laurent Fabius, Charles-Henri Filippi, directeur général du CCF et Patrick Careil, PDG de la banque Hervé. La formule de ce deuxième cercle : comment passer des cabinets ministériels aux sommets du capitalisme français ?

 

À cette “ garde rapprochée ”, il faut ajouter tous ceux qui occasionnellement peuvent donner un coup de main ou dont les conseils sont sollicités. La liste donnée par le Monde est, là encore, assez significative : Patrick Ponsolle, PDG d’Eurotunnel, ancien directeur adjoint du cabinet de Laurent Fabius quand il était ministre du budget, Pascal Beaufret, directeur financier adjoint de Alcatel, son ancien conseiller technique à l’industrie et à Matignon, Lionel Zinzou, associé-gérant chez Rothschild et Cie, sa plume quand il était Premier Ministre, Édouard Stern, président d’International Real Returns, Philippe Calavia, directeur général délégué d’Air France, conseiller technique à Matignon de 1984 à 1986, Jean-Dominique Commolli, PDG de la SEITA, ancien chargé de mission à Matignon. Là encore la formule : haut fonctionnaire, cabinet ministériel, manager capitaliste semble fonctionner à plein rendement. On comprend mieux de qui Fabius est le porte-parole quand il arrive au gouvernement avec la ferme volonté de baisser les impôts sur les plus hauts revenus et de détaxer les stocks-options que Juppé avait surtaxées.

 

Dans ces multiples réseaux, on retiendra le rôle central joué par le PDG de Renault, Louis Schweitzer. Voilà un patron de gauche qui, plus que dix ou cent thèses, dit ce qu’est aujourd’hui la gauche, et singulièrement ce qu’est le Parti Socialiste. Louis Schweitzer, en tant que PDG de l’entreprise phare qu’est Renault, a montré de façon éclatante comment on peut être “ de gauche ” et se comporter comme un patron de choc. Élève de l’ENA de 1968 à 1970, Louis Schweitzer a intégré l’inspection des Finances. En 1981, il devient directeur de cabinet de Laurent Fabius au ministère du budget et à l’industrie ; quand son patron devient Premier Ministre, il occupera les mêmes fonctions à Matignon. Quand la droite revient au pouvoir en 1986, il rejoint Renault dont il devient le PDG en 1992. S’affirmant résolument de gauche, Schweitzer réfute l’étiquette de “ patron de gauche ” car “ il n’y a malheureusement pas trente six façons de gérer une entreprise. "[3] C’est exactement la position d’un Tony Blair. Mais Schweitzer n’en fait pas une théorie. Il applique. Aux côtés de Fabius d’abord. Dans le grand jeu du mécano industriel des années 80 et après que Jean-Pierre Chevènement eût été mis sur la touche, c’est Fabius en effet qui va jouer un rôle central, dans les restructurations. C’est l’époque où la sidérurgie française est dépecée pour cause de non-compétitivité. Le gouvernement de gauche réalise ce que la droite – Giscard et Barre – n’avait pas réussi à faire en raison de la révolte des ouvriers … alors soutenus par la gauche. La Lorraine est mise au pain sec. Les ouvriers de la sidérurgie sont invités à se reconvertir en Schtroumpfs. Face à la droite, Fabius se plaint et se vante tout à la fois : nous avons fait “ le sale boulot ”. Maitre d’œuvre : Louis Schweitzer. Une étape décisive est accomplie dans la destruction politique de la classe ouvrière française. En tant que PDG de Renault, Schweitzer va poursuivre son œuvre. Lui qui a très largement organisé les nationalisations de 1981 va être l’artisan de la privatisation de Renault et de la liquidation de la “ forteresse ouvrière ”. En 1996, c’est lui qui fait pression sur le gouvernement Juppé pour arracher la privatisation de Renault : l’État conservait encore la majorité et Juppé, pas téméraire pour deux sous, lâche 6 % pour ramener la part de l’État à 46 %. C’est encore le gouvernement de droite qui impose cinq administrateurs publics à Renault alors que Schweitzer n’en voulait que trois. Ce n’est certainement pas à gauche qu’on trouverait des étatistes aussi sourcilleux. Heureusement, la gauche revient au pouvoir en 1997. Comme il n’y a pas “ trente six façons de gérer une entreprise ”, c’est sans état d’âme qu’il annonce brutalement la fermeture de l’usine Renault de Vilvoorde. Décision que Jospin, une fois élu, confirmera. Dès juillet 1996, Schweitzer a embauché un spécialiste en restructurations, venu de chez Michelin, Carlos Ghosn. C’est lui qui va restructurer l’ex Régie. Puis, début 1999, c’est la prise de contrôle de Nissan et les restructurations menées au pas de charge par un Carlos Ghosn qui peut démontrer tout son savoir-faire. Pendant des années, on avait mobilisé les Français contre le péril jaune – on n’oubliera pas les impayables déclarations de Mme Edith Cresson sur les “ fourmis ” japonaises. Les conditions de travail y étaient présentées comme un véritable bagne. Les ouvriers japonais ont pu tester qu’il y a pire qu’un patron japonais, qu’il y a un bagne plus terrible que la gestion paternaliste traditionaliste de l’Empire du Soleil Levant. Licenciements, destruction des avantages sociaux, chasse aux gains de productivité (cadences, flexibilité) : le patron “ socialiste ” n’a pas pris de gants. Et du même coup, il a fait justice des récriminations hypocrites dont les socialistes français nous ont abreuvés pendant des années. En France, il fallait faire des sacrifices à cause de la concurrence “ déloyale ” de l’Asie du Sud-Est. Aujourd’hui, c’est un des leurs qui demande aux Japonais des sacrifices en raison de la concurrence … des pays occidentaux qui ont mis à genoux la fière industrie automobile nippone !

 

Hasard du calendrier : quelques jours après le retour de Laurent Fabius au gouvernement, Denis Kessler, numéro deux du MEDEF et patron de la branche “ assurances ” de l’organisation patronale, recevait la légion d’honneur des mains du baron Ernest-Antoine Seillière. Rendant compte de cette petite sauterie bien parisienne, le Monde titre : “ La rosette de Denis Kessler réunit la gauche, la droite et le CAC 40. "[4]” Ce n’est pas que la rosette qui réunit tout ce beau monde ; Denis Kessler, à lui seul, est un concentré de toute la période historique que nous venons de vivre. En remettant la rosette, le baron résume, “ taquin ”, dit le Monde, l’évolution de Denis Kessler par la très classique formule : “ Quand on n’est pas gauche à vingt ans, c’est qu’on n’a pas de cœur ; quand on n’est pas de droite à quarante, c’est qu’on n’a pas de tête. ”

 

En effet, Denis Kessler fut dans les années 70 un des représentants de l’aile gauche de la CFDT. Spécialiste des retraites, il écrit un livre avec Dominique Strauss-Kahn puis finit par se faire embaucher comme fonctionnaire du CNPF avant de rentrer chez AXA. Hasard malencontreux (?), AXA, groupe dirigé par une des figures de proue du capital financier français, Claude Bébéar, a conclu un accord d’un genre nouveau avec la CFDT recentrée de Mme Notat : pour la première fois en France, les cotisations syndicales sont directement prélevées sur la feuille de paie des salariés. L’autogestion des années 60 et 70 s’est muée en pur corporatisme, en nouvelle forme de ce syndicalisme à cotisations obligatoires dont les ouvriers d’Europe de l’Est se sont progressivement débarrassés, en commençant par la révolte de Gdansk pour finir avec l’effondrement du mur de Berlin. Cette petite digression suffit pour montrer que le parcours de Denis Kessler n’est pas aussi bizarre qu’on pourrait le croire au premier abord. Mais l’histoire ne se termine pas là. Après son passage chez AXA, Denis Kessler revient au CNPF devenu MEDEF pour devenir le patron de la branche “ assurances ”, la FFSA. Protégé de Claude Bébéar, Denis Kessler a la réputation d’un défenseur du “ libéralisme intégral ” – comme tout le monde est rallié au libéralisme, il faut maintenant introduire des qualificatifs subtils pour en distinguer les diverses nuances. Bras de droit de Ernest-Antoine Seillière, Denis Kessler est le théoricien de la “ refondation sociale ”, c'est-à-dire d’une révolution radicale des rapports entre les partenaires sociaux, mettant à bas le vieux paritarisme, limitant drastiquement le champ d’intervention de la loi et de l’État. À ses côtés, on remarquera la présence de François Ewald, philosophe mais aussi ancien militant de la Gauche Prolétarienne, devenu un critique de l’État Providence.

 

Eh bien, chose étonnante, la seule confédération de salariés qui réponde positivement à l’invitation de Denis Kessler de Ernest-Antoine Seillière et qui accepte sa problématique est … la CFDT de Mme Notat. Cette “ refondation sociale ” trouve d’ailleurs des applications concrètes. Denis Kessler a inventé le PARE, un système de gestion des chômeurs calqué sur le modèle punitif de Mrs Thatcher et de son successeur néo-travailliste, Tony Blair. Encore une fois, seule la CFDT –aux côtés du groupuscule qu’est la CFTC- en accepte le principe. Que le monde est petit ! Syndicaliste gauchiste des années 60, patron libéral des années 2000, Denis Kessler reste fidèle à son organisation syndicale.

 

 

Quand on sait que la CFDT possède plus que des relais puissants dans l’appareil socialiste, la boucle est bouclée … et nous ramène à notre petite sauterie décorative. “ C’est presque une réunion du CAC 40 ”, dit Denis Kessler. Autour de lui et des dirigeants du MEDEF nous pouvons croiser Dominique Strauss-Kahn et Philippe Séguin, Claude Bébéar et Michel Bon, le PDG de France Télécom. Des patrons clairement à droite comme Vincent Bolloré ou Michel Pébereau et des patrons au cœur qui penche à gauche, comme les dirigeants de Schlumberger. Des dirigeants de la CFTC et de la CGC et comme le confiait Denis Kessler lui-même, “ Nicole Notat serait bien venue, mais elle est en vacances. ”

 

L’enchevêtrement des liens entre l’appareil du PS, la haute fonction publique, les patrons des grandes entreprises capitalistes et certains milieux syndicaux ou mutualistes est presque inextricable. Quand on tire un fil, tout vient progressivement. De tous les ministères importants partent des fils multiples qui vont conduire d’ambitieux énarques, de brillants inspecteurs des finances vers les sommets du capitalisme privé, souvent même du capitalisme privatisé. Pierre Bérégovoy est ministre des Affaires Sociales puis ministre des Finances entre 1982 et 1986. Comme directeur de cabinet, il appelle un homme jeune et brillant qui devient “ dircab ” à l’âge de 33 ans. À ce poste, Jean-Charles Naouri va être un des premiers artisans de la libéralisation des marchés financiers qui restera la “ grande œuvre ” de Pierre Bérégovoy – pour une telle opération, seul un ministre autodidacte issu des rangs ouvriers pouvait convenir. Selon la rumeur, rapportée par le Monde (15 septembre 1997), Jean-Charles Naouri aurait dit, lors de son pot d’adieu après la défaite de la gauche en 1986 : “ Dans la vie, il y a deux choses qui comptent : le pouvoir et l’argent. Nous avons eu le pouvoir, maintenant il nous faut l’argent. ” Apocryphe ou non, cette phrase résume admirablement et la trajectoire de Jean-Charles Naouri, et celle d’une large partie de la génération qui va accéder au pouvoir avec François Mitterrand. Naouri quitte donc la fonction publique et devient associé-gérant chez Rothschild – un parcours assez semblable à celui de l’ancien conseiller de Fabius, Laurent Zinzou. Chez Rothschild, d’ailleurs on peut faire des rencontres intéressantes. Nicolas Bazire, directeur de cabinet de M. Édouard Balladur sera, lui aussi, associé-gérant. En 1987, Jean-Charles Naouri crée le fond d’investissement Euris qui prend rapidement de l’ampleur, empilant les structures. Non seulement il a l’appui de Rothschild mais aussi celui de Lazard Frères, une compagnie financière qui accueillera bientôt dans ses rangs l’ancienne secrétaire générale adjointe de l’Élysée sous François Mitterrand, Mme Anne Lauvergeon. Celle-ci, après Alcatel, finira par prendre en main les destinées de la COGEMA. Mais ne nous égarons pas, ce qui est si facile : dès qu’on entre dans les méandres du grand capital, on trouve des socialistes et des hommes et femmes de confiance des socialistes dans tous les couloirs.

 

En 1991, Naouri entre dans le domaine de la distribution. Il reprend Rallye et Go Sport en se liant au groupe Casino dont il prend 30 % en échange de ses actifs dans Rallye. La financière Euris est ainsi devenue un important groupe de distribution. Inquiété par la commission parlementaire qui enquête sur la manière dont certains grands patrons ont profité largement de la liquidation de certains actifs du Crédit Lyonnais, Naouri règne sur un groupe qui pèse plus 10 milliards et sa fortune personnelle est évaluée à plus de 1,5 milliards de francs. Si la gauche n’a pas réglé la question sociale, en voilà un au moins qui a réglé sa propre question sociale ! Dans leur livre “ L’entreprise barbare "[5], Albert Durieux et Stéphane Jourdain épinglent d’ailleurs Go Sport comme une de ces entreprises qui pratiquent le harcèlement systématique de leurs salariés, au point de fonctionner, disent ces deux auteurs, quasiment comme une secte.

 

On pourrait aussi s’intéresser aux heurs et malheurs de l’économiste Alain Bloubil, un autre proche de Pierre Bérégovoy qui, tout comme Naouri, aura maille à partir avec la justice, notamment à propos d’un méchant délit d’initié concernant Péchiney. Sans oublier quelques amitiés plus ou moins intéressées qui précipiteront l’intègre Bérégovoy dans la spirale infernale qui se terminera au bord du canal du Nivernais au petit matin du 1er mai 1993. Qu’on nous permette une digression et une interprétation. Pierre Bérégovoy, on s’en souvient, avait bénéficié d’un prêt à un taux avantageux de la part de Roger-Patrice Pelat, un homme d’affaires proche de François Mitterrand, qui sera soupçonné d’avoir bénéficié, lui aussi, d’un délit d’initiés dans l’affaire Péchiney qui vient d’être évoquée. Blessé d’être accusé de corruption par certains journaux, lâché par une partie de ses amis, confronté au désastre de la gauche aux élections du printemps 1993 qui ramènent le PS à un niveau d’avant le congrès d’Épinay, les raisons ne manquent point pour pousser au geste fatal cet homme fatigué par 14 ans presque ininterrompus de ministères exposés. Ancien ouvrier ajusteur, entré à 16 ans à la SNCF, qui a refusé les compromissions de la SFIO et rejoint le PSA en 1958 et Pierre Mendès-France dans l’aventure qui conduit au PSU, puis à la reconstruction d’une nouvelle force socialiste basée sur l’Union de la Gauche, Pierre Bérégovoy est peut-être confronté, en ce printemps de 1993, au bilan catastrophique de la vie de celui qui avait pensé la mettre sous le signe de la lutte pour la justice sociale. Acteur mais aussi victime des années fric, Pierre Bérégovoy a peut-être brutalement compris quel monstre était sorti des deux septennats socialistes.

 

On pourrait continuer l’énumération. Nous avons vu deux premiers ministres socialistes Fabius et Bérégovoy. Mais les amis et collaborateurs de Mauroy et Rocard ont aussi des trajectoires intéressantes. Ainsi Christian Blanc, ancien préfet qui s’est illustré lors de la négociation en Nouvelle-Calédonie, devenu patron de la RATP puis PDG d’Air France et organisateur de l’entrée de la compagnie dans l’ère du libéralisme et de la privatisation, Christian Blanc que “ L’Événement du Jeudi ” présente en ces termes : “ Homme de gauche et patron de choc ” (30/11/1995). Démissionnaire d’Air France en 1997, Christian Blanc vient d’être nommé vice-président de la filiale française de la compagnie financière Merryl Lynch. Belle carrière pour un préfet. On pourrait encore citer les spécialistes de l’aller-retour, par exemple, Martine Aubry, ministre puis DRH chez Péchiney puis à nouveau ministre chargée des Affaires Sociales et du Travail. On pourrait aller faire un tour du côté de Pierre Mauroy et croiser Jean Peyrelevade, devenu PDG du Crédit Lyonnais, dont il assure le redressement après le naufrage sous la présidence de Jean-Yves Haberer. Ancien directeur du Trésor nommé Bérégovoy, Haberer présidait aux destinées du Crédit Lyonnais quand se sont nouées les grandes affaires qui devaient le conduire à la quasi-faillite. Une affaire exemplaire des liens entre politiques, hommes d’affaires et aventuriers, qui devait être suivie du “ repas des fauves "[6] ” auquel se livreront les grands capitaines de la finance française avec la complicité du CDR, l’organisme chargé de la liquidation des actifs du Lyonnais, mis en place par Édouard Balladur. Parmi les “ fauves ” qui se partageront les dépouilles de la vénérable institution, on retrouve les holdings de François Pinault et de Jean-Charles Naouri…

 

Il y a un homme qui symbolise mieux que tout cette grande confrérie du fric de droite et du fric de gauche. C’est Alain Minc, tantôt pour la gauche moderne, tantôt pour la droite, consultant et écrivain prolixe (surtout à la photocopieuse : ça va plus vite qu’au stylo). “ Pour fêter ses 50 ans, Minc réunit à la table du Grand Véfour, le 14 avril 1999, un “ nectar de Who's Who”. Par ordre alphabétique, citons Martine Aubry, Pierre Bergé, Vincent Bolloré, Michel Bon, Jean-Marie Colombani, Jean Drucker, Franz-Olivier Giesbert, Bernard Kouchner, Philippe Labro, Pascal Lamy, Gérard Mestrallet, Jean-Charles Naouri, Jean Peyrelevade, François Pinault, David de Rothschild, Ernest-Antoine Seillière, Louis Schweitzer, Anne Sinclair, Dominique Strauss-Kahn et Jean-Claude Trichet. Attention, précise un de ces heureux invités, ce n'étaient pas pures mondanités : “C'est vrai qu'Alain est snob comme un pot de chambre ”, mais  “ les gens qui étaient là n'auraient normalement jamais dîné ensemble ”.[7] ”

 

Il y a évidemment des différences importantes entre les types d’hommes. Louis Schweitzer ou Christian Blanc ne ressemblent pas à Jean-Charles Naouri. Mais ces différences deviennent secondaires si on considère que le lien et le passage entre la politique et les affaires, qui constituait l’exception, est devenu la règle dans les cabinets socialistes. Ce qui était vrai essentiellement des partis de droite est devenu une des caractéristiques du Parti Socialiste et cela a nécessairement une signification politique.

 

Si, prenant un peu de recul, on considère maintenant le tableau d’ensemble, on ne manquera pas d’être frappé par la dynamique qui s’est mise en route avec l’arrivée au pouvoir de la gauche en 1981. Toute une génération de hauts fonctionnaires, souvent encore jeunes, va arriver aux affaires. Unissant idées modernistes, voire teintées de gauchisme à une forte culture de la compétence technique, ils vont progressivement pénétrer tous les rouages de l’appareil d’État et de l’économie. Puis, chevauchant la vague néolibérale, eux qui furent embauchés sous l’enseigne de la “ rupture avec le capitalisme ” vont se retrouver à la tête des plus grandes entreprises, souvent privatisées sous les gouvernements de droite et de gauche. On passe d’un capitalisme d’État qui se voulait “ socialiste ” à un capitalisme privé qui a pris entièrement le contrôle de l’État. En changeant ce qui doit être changé, ce processus rappelle étrangement le démantèlement de l’ex-Union Soviétique. Les bureaucrates formés à l’école du Gosplan vont engager la privatisation de l’économie d’État … et s’en partager les dépouilles.

 

Nous n’avons qu’effleuré les phénomènes de corruption, les “ affaires ” qui ont pourri le deuxième septennat de Mitterrand. Les “ affaires ” sont révélatrices, mais elles ne sont pas l’essentiel et peuvent même le masquer. L’essentiel c’est la transformation radicale de la relation entre le PS et les classes dominantes et du même coup le bouleversement de tout le champ politique, qui ne se circonscrit pas à la géographie parlementaire mais concerne la représentation politique de la nation dans toutes ses composantes et avec tous ses conflits. Cette transformation des liens entre les possesseurs de capital – les vrais, pas les petits épargnants qui se font plumer dans l’opération Eurotunnel – et le Parti Socialiste a plusieurs conséquences :

  • Le PS n’est plus un parti pour la gestion loyale du capitalisme en temps de crise, comme ce fut le cas en 1936. Il est une solution sérieuse et durable pour les classes dominantes, au même titre que le sont les partis de la droite classique. Nous avons même vu que le PS possède sur ces derniers quelques avantages décisifs, notamment celui d’être moins lié à la tradition conservatrice pesante pour la “ nouvelle économie ”.

  • Cette transformation du PS s’est opérée dans la douleur, la déception et les dégoûts des uns, l’enrichissement insolent et la corruption des autres. Avec Lionel Jospin, cette phase est terminée. Le ménage est en gros fait. Les défauts inévitables des “ nouveaux riches ” s’estompent avec l’habitude. Au total, le rigorisme protestant de Lionel Jospin aura été l’instrument de la normalisation consécutive à cette mutation du Parti Socialiste.

  • Du point de vue de sa composition sociale, de son appareil, des liens qu’il entretient avec la société civile, le PS est désormais le parti du “ bloc central ” cher à Valery Giscard d’Estaing.[8]

 

Encore une fois, il ne s’agit pas d’opposer un PS soi-disant “ révolutionnaire ” ou au moins fortement contestataire des années 70 au PS assagi par le pouvoir. Le PS a évolué par petites secousses, enregistrant tel tournant gouvernemental – en rouspétant – avançant, mezzo voce, telle innovation théorique. Il n’y a pas eu de congrès de Bade-Godesberg comme pour la SPD. Pas de spectaculaire changement de sigle. Et pourtant il a subi, en profondeur, une sorte de transsubstantiation qui bouleverse tout le paysage politique français. La seule chose qui le sépare maintenant du “ centre droit ”, de la démocratie chrétienne en particulier, c’est peut-être la relation à l’Église catholique. En dépit du poids des “ cathos de gauche ”, le PS reste largement un parti laïque. Mais l’affaiblissement du contrôle politique de l’Église, la désagrégation de la démocratie chrétienne européenne – crise du CDU, explosion de la DC italienne – et la montée d’une nouvelle droite réactionnaire – Haider en Autriche, “ centristes ” suisses – laissent augurer de nouveaux reclassements. »

 

- [H] Comment le PS est devenu un parti du capital ? Aujourd’hui...

Les processus que nous avions analysés à l’époque n’ont fait que se développer au cours des quinze dernières années. Dans son livre L’imposteur (Balland, 2014), Jacques Cotta établit précisément les liens profonds existants entre les milieux du capital financier (singulièrement les grandes banques), les hauts fonctionnaires sarkozystes et les hiérarques du PS. Il montre aussi comment la CFDT, dont les dirigeants ont une forte propension à investir la direction des entreprises privées colonisent véritablement l’appareil d’État. De ce point de vue l’accord Hollande-Gattaz autour du « pacte de responsabilité » et la nomination de Valls, celui qui voulait il y a encore peu de temps débaptiser le PS pour faire disparaître le mot « socialiste » ne fait que parachever une évolution dont on peut fixer le point de départ au « tournant de la rigueur » engagé par le gouvernement Mauroy en 1982.

 

On l’a souligné, cette évolution a un centre de gravité : les engagements « européens », c’est-à-dire la soumission du PS au dogme de la « concurrence libre et non faussée » (qui figurait déjà dans le traité de Rome!). C’est Delors qui a convaincu Mitterrand l’atlantiste de donner la priorité à la « construction européenne » en 1982-1983. C’est ensuite Mitterrand qui, secondé par Bérégovoy, a pris le camp des ultra-européistes en mettant en place « le grand marché », en libéralisant les transactions financières, en déréglementant à tout va. Les « bébés Delors » vont un rôle croissant et parmi eux un certain François Hollande qui dès 1983 servait de « nègre » à Max Gallo pour un livre qui appelait déjà à rompre avec tous les « dogmes socialistes » intitulé La nouvelle alliance. C’est au Pascal Lamy qui va prendre la direction de l’OMC où il œuvrera avec constance pour le triomphe de la nouvelle économie libérale, ce même Lamy qui vient de déclarer qu’il vaut mieux un job à 500€ que d’être chômeur.

 

En vérité, les sommets du PS n’ont plus aucun lien réel avec les citoyens en général pour ne rien dire des classes populaires. Ils appartiennent à cette « classe capitaliste transnationale » (TCC) si bien analysée par Leslie Sklair. Les maires des métropoles (Paris et Lyon) ou les barons des grandes régions font également partie de cette classe « hors sol ». Et avec eux toute une camarilla d’experts et de conseillers qui naviguent entre la direction des grandes entreprises et les cabinets ministériels.

 

Maintenir l’illusion qu’il existe quelque chose comme « la gauche » qui unirait les ouvriers licenciés, les RMIstes et les sept millions (au moins) de travailleurs pauvres aux barons « socialistes », c’est faire preuve d’un aveuglement radical ou d’une aptitude singulière à la reptation devant les puissants, à moins qu’il ne s’agisse de participer à une opération d’enfumage nécessaire pour sauvegarder sinécures et voitures de fonction.

 

Note :

[1] Le rôle dirigeant dans le gouvernement du Front Populaire devait échoir aux radicaux. Mais la grève générale bouleversa les calculs, et à la place de Herriot ou Daladier, la classe dirigeante demanda à Léon Blum de prendre les choses en main.

[2] Le Monde, Jeudi 20 Avril 2000

[3] Libération – Lundi 5 mai 1997

|4] Le Monde, Vendredi 21 Avril 2000

[5] Albin Michel 1999

[6] Pour reprendre le titre du livre de Thierry Pfister et Fabrizio Calvi.

[7] Libération - 10 décembre 1999 ; Compte rendu du livre de Éric Dupin, “ Un capitaliste français ” (J.C. Lattès, 1999)

[8] Dans Démocratie française, VGE, encore Président de la République, expliquait que la France devait être “ gouvernée au centre ” puisque l’évolution sociale et économique était en train de constituer un bloc central des classes moyennes qui reléguait la lutte des classes aux poubelles de l’histoire.

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Analyse Politique PS
commenter cet article
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 21:01
Qui est riche et qui est pauvre en France ?

Source : l'Observatoire des inégalités

L’Observatoire des inégalités publie les seuils de pauvreté, de richesse et le niveau de vie des classes moyennes pour les principaux types de ménages. Des données essentielles.


Qui est pauvre, moyen ou riche selon le type de ménage ? Délimiter des frontières de niveaux de vie est une construction statistique. L’exercice est pourtant essentiel si l’on veut comprendre la société. Encore faut-il prendre quelques précautions. Nous publions des données détaillées de l’année 2011 par type de ménage. Elles sont obtenues à partir des déclarations d’impôts, auxquelles l’Insee a retiré les impôts directs payés et les prestations reçues (voir encadré méthodologique).

Qui est riche et qui est pauvre en France ?
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Analyse Si on parlait ECONOMIE
commenter cet article

Présentation

  • : blog INSOUMIS. INFORMER pour MOBILISER et AGIR ENSEMBLE
  • Contact

La France insoumise, L'AVENIR EN COMMUN

N'attendez pas la consigne !

Rejoignez la France insoumise  ICI

 

 

-

Programme de la France insoumise 2017 " L’avenir en commun "

 

 

  • Visitez ICI la page programme du site de la France insoumise
  • " L’avenir en commun " en version téléchargeable ICI

 

-

Le journal de la France insoumise 2017 :

 

- La chaîne télé de la France insoumise 2017 :

 

Pour vous abonner gratuitement, cliquez ICI

Recherche

Le blog de Cédric RUFFIÉ candidat de la France Insoumise aux législatives pour la 1ère cir. de Charente Maritime La Rochelle/Ré

 

Accéder au site : ICI

NON au Grand Marché Transatlantique

 

Tout sur le GMT : ICI

Le site du Parti de Gauche

 

Manifeste pour l'Ecosocialisme

Mouvement pour la 6e République

Des outils pour combattre le FN et l'idéologie d'extrême droite française