Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 08:20
17&19 Mai en Charente Maritime : TOUS DEBOUT face au 49-3 !
17&19 Mai en Charente Maritime : TOUS DEBOUT face au 49-3 !

- Qui sème le mépris, récolte la colère :

Alors que l’opinion, les jeunes, les salariés, les privés d’emploi, les retraités restent massivement opposés au projet de loi travail, le gouvernement décide de passer en force en utilisant l’article 49.3.

 

C’EST INTOLÉRABLE !

 

Les mobilisations déjà engagées ces dernières semaines ont contraint le gouvernement à modifier son texte.

 

Cependant, ce dernier reste régressif. C’est pourquoi, la mobilisation doit désormais être amplifiée pour obtenir son retrait définitif.

 

D’ores et déjà, dans plusieurs secteurs professionnels, des appels à la grève et à sa reconduction ont été lancés à travers des assemblées générales.

 

A partir de tous ces éléments, les organisations syndicales départementales CGT, FO, FSU, US Solidaires, et les organisations syndicales de jeunesse UNEF et UNL appellent le mardi 17 mai et le jeudi 19 mai, les jeunes, les salariés, les privés d’emploi, les retraités, à rejoindre le mouvement de grève et de manifestations.

 

 

- POUR le retrait du projet de loi travail et POUR l’obtention de nouveaux droits 2 dates pour AGIR ENSEMBLE !

 

Le MARDI 17 MAI

 

17&19 Mai en Charente Maritime : TOUS DEBOUT face au 49-3 !
Le JEUDI 19 MAI
17&19 Mai en Charente Maritime : TOUS DEBOUT face au 49-3 !

- L'appel unitaire des 12 et 19 Mai en version imprimable

Pour en savoir plus :

- Mon dossier Loi Khomri/Valls

17&19 Mai en Charente Maritime : TOUS DEBOUT face au 49-3 !
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Social Politique Initiatives publiques
commenter cet article
13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 08:01
Le Parti de Gauche propose une alternative à la Loi Travail et à son monde

Nous exigeons le retrait de la Loi El Khomri, qui va pourrir nos vies. Elle obéit aux exigences de Bruxelles et des traités européens en appliquant la politique de l’offre : baisse du «coût du travail», flexibilisation du marché du travail… Comme les autres lois du même genre adoptées depuis 30 ans, elle ne créera aucun emploi et augmentera la précarité.

A l’inverse, nous portons une alternative radicale et concrète, pour en finir avec le chômage, la misère et la précarité. Notre vie, notre travail, notre créativité valent mieux que ce qu’impose le système actuel.

En finir avec le chômage et la précarité, nous, on peut !

 

Sources :  Le Parti de Gauche par Paul Deboutin et Elyse Lethuillier le 6 mai 2016

- Des salaires décents pour relancer l’activité

Si un patron embauche un salarié, ce n’est pas parce qu’il ne coûte pas cher, mais parce qu’il a quelque chose à produire. C’est la demande qui crée de l’emploi, en stimulant le carnet de commande.

 

  • Pour relancer la demande, il faut garantir à tou-te-s un niveau de vie décent : augmenter le SMIC à 1.700€ brut, mais aussi augmenter le salaire des fonctionnaires pour rattraper le pouvoir d’achat perdu en 5 ans de gel du point d’indice, et augmenter le montant des indemnités chômage et la durée d’indemnisation ainsi que le RSA : aucun des minima sociaux ne devrait être inférieur au SMIC. Cela remplira le carnet de commande des entreprises, entraînant la création de 240 000 emplois.
  • Assurons aussi à tou-te-s des emplois stables : pour lutter contre la précarité, nous titulariserons les milliers de précaires de la fonction publique, nous encadrerons strictement le recours aux contrats courts et précaires (pas plus de 5% de CDD dans les effectifs d’une entreprises, 10% dans les PME et selon les secteurs) aux stages (pas plus de 6 mois, rémunération d’au moins 50% du SMIC) et le recours à la sous-traitance ne devra qu’être exceptionnel et justifié.
  • Nous renforcerons les effectifs et les missions de l’inspection du travail pour garantir les droits des salarié-e-s dans l’entreprise : égalité salariale femmes/hommes plus fortement encadrée, lutte contre les discriminations par l’instauration d’une loi sur les CV anonymes, etc. Face au développement des nouvelles formes de l’économie via le numérique, un encadrement très strict sera opéré pour empêcher le développement du recours aux contrats d’auto-entrepreneurs.
  • Un salaire maximum sera instauré : dans une entreprise, le plus haut salaire ne pourra être plus de 20 fois supérieur au plus bas. Si les dirigeants veulent s’augmenter, ils devront également augmenter leurs salariés. A cela s’ajoutera un revenu maximum de 300 000€ par an, pour permettre à l’argent de circuler dans l’économie réelle plutôt que de s’accumuler (taxation à 100% au-delà de 300.000€/an).

 

 

- L’investissement public pour stimuler l’activité

Plutôt que de tailler dans la dépense publique, l’investissement public doit être largement utilisé afin de stimuler l’activité économique. Son utilisation à la fois massive et ciblée permettra de réorienter la production vers les besoins réels de la population et de planifier la transition écologique pour répondre à l’urgence qui menace notre écosystème. L’investissement public participera ainsi au financement de grands projets dans plusieurs secteurs économiques, comme :

  • la construction de 200 000 logements par an, principalement dans l’habitat social (création de 100 000 emplois) ;
  • la création de 100 000 nouvelles places en crèche ;
  • la mise en place d’un nouveau modèle agricole, tourné vers une agriculture paysanne, biologique et de proximité (création de 300 000 emplois selon la Confédération paysanne) ;
  • le soutien à l’économie sociale et solidaire pour combler les 150 000 postes vacants ;
  • la transition énergétique : développement des énergies renouvelables, isolation énergétique des bâtiments, sobriété (création de 600 000 emplois selon le scénario Négawatt) ;
  • l’économie de la mer (production de plastiques à base d’algues, hydroliennes…)

 

 

- Le renforcement des services publics pour créer du travail

Sarkozy et Hollande ont fracassé les services publics. Il est impératif de revenir sur les 190 000 suppressions de postes opérées depuis 2007 !

 

Au-delà, les besoins sont énormes. De nombreux secteurs manquent de moyens humains pour assurer un service public de qualité dans de bonnes conditions de travail. Nous voulons créer 1 million d’emplois publics, avec un recrutement progressif et une formation de qualité. Ces nouveaux postes viendront renforcer les écoles, les universités, les hôpitaux, les crèches, la police, la défense, la justice, les services sociaux, les douanes et les services fiscaux.

 

Le gouvernement a augmenté de plus de 30 milliards par an de cadeaux aux entreprises et actionnaires du CAC40 via le CICE et le Pacte de responsabilité, sans aucune exigence de création d’emploi et sans aucun résultat. A titre de comparaison, cela correspond à plus d’1,5 millions de SMIC annuels bruts : il serait bien plus efficace de financer directement 1 million d’emplois publics !

 

 

- Avec le protectionnisme, reconstruire un appareil de production national

Avec la libéralisation de l’économie, la compétition exacerbée et le dumping social et fiscal ont ravagé l’appareil productif français. Les délocalisations sont responsables, selon l’Insee, de 36 000 destructions d’emplois par an entre 2000 et 2005, et de 60 000 par an depuis la crise de 2008.

 

Il faut remettre de l’ordre dans ce chaos. Le protectionnisme commercial (quotas, droits de douane…) permettra de réorienter la consommation vers des produits fabriqués localement. La mise en place de normes sociales et écologiques valorisera les produits sains et de haute qualité.

 

Le protectionnisme a également un rôle à jouer dans la définanciarisation de l’économie (contrôle des mouvements de capitaux…). Celle-ci permettra à l’argent d’être réinvesti dans l’économie réelle, tout en réduisant la pression concurrentielle qui étouffe les PME-TPE.

 

 

- Partager le travail pour vivre mieux !

Depuis Balladur, les exonérations de cotisations sociales sont utilisées pour baisser le “coût” du travail. Elles représentent un coût cumulé de 300 milliards € selon la Cour des Comptes, sans impact positif réel pour l’emploi. Il est temps d’arrêter cette gabegie d’argent public.

 

Il faut plutôt partager le temps de travail, qui est aujourd’hui inégalitaire : 80% des temps partiel concernent des femmes. De plus, les 35 heures ne sont pas réellement appliquées: il y a de nombreuses dérogations possibles, régulièrement étendues depuis 2002. De ce fait, la durée moyenne de travail des salariés à temps plein est de 39,5 heures. Nous généraliserons les 35 heures dans des conditions favorables aux salariés, c’est-à-dire sans créer de surcharge de travail.

 

Puis, nous devrons aller vers les 32 heures et la semaine de 4 jours, en conditionnant les aides aux entreprises à des créations réelles de postes. Il sera indispensable d’augmenter en parallèle le pouvoir des salariés dans l’entreprise pour que la baisse du temps de travail ne conduise pas à une flexibilisation de l’emploi ni à une intensification du travail individuel. Pas de partage du travail sans démocratie dans l’entreprise !

 

Plus globalement, la place de l’emploi dans nos vies doit être revue pour penser l’émancipation individuelle et collective. Plaçons au coeur du débat la reconquête du temps libre, avec une 6ème semaine de congés payés, la retraite à 60 ans, ou encore une allocation d’autonomie pour les jeunes en étude ou en formation. C’est garantir à chacun-e d’entre nous un temps personnel réel. C’est aussi valoriser d’autres activités et d’autres formes de travail que l’emploi comme, par exemple, les divers engagements citoyens (associatif, syndical, politique…).

 

Pour en savoir plus :

- Mon dossier Loi Khomri/Valls

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Social Politique
commenter cet article
12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 08:27
Code du travail : le Parti socialiste m'a tuer

Pour la 4e fois, le pouvoir socialiste dégaine l'article 49-3 de la Constitution monarchique régissant la 5e République française. C'est à dire que sans débat au Parlement, il fait feu pour passer en force la destruction du Code du travail.

 

Sources :  le blog de Roger Colombier le 11 mai 2016 | mis à jour le 12 mai 2016

Lorsqu'ils ne sont pas aux affaires -au propre comme au figuré-, les socialistes parlent d'atteinte à la démocratie quand la droite fait fonctionner le 49-3. Mais le graphique ci-contre montre que la social-démocratie française au gouvernement gère pareillement les affaires du capitalisme français, avec les premier ministres qui en ont usé.

 

Code du travail: le Parti socialiste m'a tuer

A l'heure où j'écris ces lignes, nulle défection parmi les encartés rue à Paris, alors que plus de 70% des Français sont opposés à la loi El Khomri.

 

Les députés Fg trouveront-ils 58 députés pour déposer une motion de censure ? Rien n'est moins sûr, tant le groupe que dirige le député Pcf André Chassaigne n'est pas homogène. Et puis, il faut trouver des députés socialistes et écologistes voulant censurer le parti de l'Elysée qui les fait bien vivre.[1]

 

De plus, avec l'arme anti-démocratique de l'article 49-3 de la Constitution, les députés de l'Elysée n'ont plus à voter pour ou contre la loi réactionnaire El Khomri. Et cela en arrange beaucoup.

 

Dans la politique politicienne, summun entre autre de l'hypocrisie, même si un pouvoir prive la représentation nationale de son rôle majeur de législateur, des députés godillots restent jusqu'au bout des députés godillots. CQFD.

 

 

- Communiqué de la CGT :

 

Loi Travail et 49-3 : Le gouvernement affiche sa conception de la démocratie !

 

Depuis maintenant près de trois mois, une mobilisation exceptionnelle a pris racine en France pour combattre le projet de loi Travail et porter l’exigence de nouveaux droits sociaux pour les salariés.

 

Quelle est la réponse du gouvernement ? Le passage en force !

 

Ce projet de loi ne figurait pas dans le programme du candidat Hollande.

 

L’utilisation du 49-3 pour faire adopter une loi rejetée par plus de 70% de la population est inadmissible, une véritable honte ! Cette décision ne vient que s’ajouter à un processus antidémocratique depuis le début. Faut-il rappeler la non consultation des organisations syndicales avant l’écriture du texte, les rencontres éclair avec la Ministre du travail, le blocage des votes à l’Assemblée nationale ?

 

Les salariés sont méprisés, les citoyens bafoués et leurs représentants ignorés.

 

La CGT condamne ce déni de démocratie et la brutalité affichée par le gouvernement.

 

Elle poursuivra et amplifiera la mobilisation et appelle tous les salariés à s’inscrire dans le mouvement, se réunir en assemblées générales pour décider ensemble la poursuite de la mobilisation jusqu’au retrait et pour un code du travail du XXIème siècle.

 

Plus que jamais, l’urgence est à la mobilisation.

 

Montreuil, le 10 mai 2016

 

Note :

[1] Les députés FdG n'ont pas trouvé 58 députés pour déposer une motion de censure

Voir ci-dessous la liste des 56 signataires (sur 58 nécessaires) de la "motion de censure" initiée par les 13 députés Front de Gauche.
Ne reste plus qu'à voter la motion de la droite pour faire échec au projet de loi porté par la ministre du Travail Myriam El Khomri... ce que feront les députés Front de Gauche !
Mais les "frondeurs" du PS et les élus EELV ont d'ores et dèja annoncé qu'ils ne le feront pas !
Seul aspect positif, les "frondeurs" d'opérette et autres EELV ont définitivement tué les "primaires de la gauche" ! L'heure de vérité a sonné pour eux.. ! Quand on est de gauche on s'oppose jusqu'au bout au recul social !

Code du travail : le Parti socialiste m'a tuer
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Social Politique
commenter cet article
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 08:32
12 mai : poursuivons l'action unitaire en Charente Maritime

Communiqué commun en Charente Maritime
Appel aux manifestations le 12 mai 2016


- Renforcer le rapport de force pour gagner le retrait du projet de loi travail.
Nous sommes dans une étape importante du mouvement marqué par un processus unitaire qu’il faut conserver malgré les tentatives de division les actes de répression commandités par le gouvernement, les campagnes médiatiques menées contre nos organisation et la stigmatisation « d’actes de violence » n’ont pas détourné l’attention des salariés.

 

Au contraire, le mouvement social en cours a permis de renforcer l’hostilité contre le projet de loi dans l’opinion publique.


Le 12 mai 2016 reprendra le débat parlementaire prévu pour se poursuivre pendant plusieurs semaines.


 

Les organisations syndicales départementales CGT, FO, US Solidaires, FSU et les organisations syndicales de Jeunesse, UNEF, UNL appellent à une mobilisation le 12 mai 2016 :

  • À la Rochelle à 14h30 Place de la Motte Rouge, suivie d’une manifestation
  • À Saintes à 17 h devant la permanence de la députée Catherine Quéré

 

L’heure est à la tenue d’assemblée générale dans les entreprises, établissements et services pour mettre en discussion la poursuite de la mobilisation y compris par la grève jusqu’au retrait du projet de loi Travail El Khomri.
 

La Rochelle, le 10 mai 2016

 

Pour en savoir plus :

- Mon dossier Loi Khomri/Valls

- Loi travail, interpellez votre député(e) !

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Social Politique Initiatives publiques
commenter cet article
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 08:44
12 mai : nouvelle journée d'actions et de manifestations contre la Loi Travail

Faisons du 12 mai une journée d’initiatives et d’interpellations des parlementaires.

 

Communiqué commun CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL et FIDL

 

Les organisations syndicales de salarié-es, lycéen-nes et étudiant-es, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL FIDL réunies le 2 mai 2016 réaffirment leur détermination à obtenir le retrait du projet de loi travail et à gagner de nouveaux droits.

 

Elles rappellent une fois encore que manifester est un droit et que les pouvoirs publics doivent garantir la sécurité des manifestants dont l’objectif est d’obtenir le retrait du projet de loi. Elles contestent la stratégie du maintien de l’ordre mise en place dans certains départements.

 

Les organisations signataires en appellent encore au gouvernement avant l’ouverture du débat parlementaire.

 

Elles interpellent les députés qui vont examiner le projet dès le 3 mai en leur rappelant leur courrier du 31 mars 2016 et les exhortent à rejeter ce projet de loi qui accentue la précarité, marque la remise en cause des conventions collectives, ruine les garanties collectives. Elles exigent le maintien de la hiérarchie des normes et du principe de faveur protecteur des droits des salarié-es.

 

Ce 3 mai, elles s’exprimeront publiquement lors de meetings, notamment à Paris pour rappeler aux parlementaires leurs revendications. Elles tiendront des rassemblements sur tout le territoire pour parler d’une seule et même voix.

 

Elles demandent aux salarié-es dans les entreprises et les administrations de multiplier les assemblées générales pour débattre de l’amplification de la mobilisation, y compris par la grève, pour obtenir le retrait du projet de loi.

 

Elles demandent à leurs organisations régionales, départementales et locales de poursuivre les actions, manifestations ou grève pour faire pression pendant le débat parlementaire.

 

Elles conviennent de faire du 12 mai une journée d’initiatives et d’interpellations des parlementaires.

 

Une nouvelle réunion des organisations syndicales se tiendra dès le début de la semaine prochaine pour décider de nouvelles mobilisations.

 

Paris, le 2 mai 2016

 

Pour en savoir plus :

- Mon dossier Loi Khomri/Valls

- Loi travail, interpellez votre député(e) !

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Social Politique
commenter cet article
4 mai 2016 3 04 /05 /mai /2016 08:41
La France autorise l'installation de bases de l'Otan sur son territoire

Sources : Scoop.it! par HumdeBut

Le Parlement français a adopté, le 7 avril 2016, le Protocole sur le statut des quartiers généraux militaires internationaux créés en vertu du Traité de l’Atlantique-Nord.

 

50 ans après la décision du général de Gaulle de fermer les bases militaires étrangères, en l’occurrence étasuniennes, présentes en France, le Parlement vient d’adopter la loi rendant possible un retour des troupes de l’OTAN sur le sol français - See more at: https://www.lepartidegauche.fr/communique/retour-en-france-des-troupes-l-otan-l-oligarchie-atlantiste-unie-au-parlement-34590#sthash.M0f1ZW3y.0dBOy4eH.dpuf

Ainsi, 50 ans après la décision du général de Gaulle prise en 1966 de fermer les bases militaires étrangères, en l’occurrence étasuniennes, présentes en France, le Parlement vient d’adopter la loi rendant possible un retour des troupes de l’OTAN sur le sol français en autorisant l’installation de bases de l’Otan sur le territoire national.

 

Les groupes PS, UDI, Radicaux de gauche et la majorité des élus « Républicains », unis dans leur soumission à l’atlantisme, ont voté pour.

 

  • Pour accéder au dossier officiel, c'est ICI

 

 

- Pour une France indépendante, un seul candidat, Jean-Luc Mélenchon

L’armée française est engagée dans un nombre sans précédents de guerres. Comment sortir de la logique de guerre ? Comment restaurer l’indépendance de la France et quelles alliances nouer pour cela ? Formulez vos propositions en la matière :  ICI

 

Pour en savoir plus :

- OTAN : Hollande exécuteur testamentaire de Nicolas Sarkozy

Repost 0
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 21:51
Loi travail, interpellez votre député(e) !

Le projet de loi travail, contre lequel la pétition (Loitravailnonmerci) a recueilli plus d’un million de signatures. Mardi 3 mai débute le débat à l'Assemblée Nationale débute, et, dans les semaines qui viennent, les élu-e-s vont être amenés à voter sur le texte de loi.

 

Prenez quelques minutes pour interpeller votre député(e) !

 

 

- Des outils pour agir :

  • Une plateforme est à votre disposition sur internet vous permettant de contacter votre député par mail ou sur Twitter pour lui demander de voter contre la loi travail.
  • La possibilité d’appeler également les parlementaires directement à leur permanence au 01.40.63.60.00 sera activée.

 

- A vous de jouer !
Vous trouverez ci dessous les liens vers :
- Un tutoriel pour appeler les parlementaires ICI ;
- Un document avec quelques arguments pour convaincre les député.e.s ICI ;

  • Toutes les coordonnées des député.e.s, par département, sont disponibles ICI

 

Les député-e-s ont été élu-e-s en 2012 pour mettre en oeuvre un programme politique dans lequel il n’y avait aucune trace d’un allongement du temps de travail ou d’une facilitation des licenciements. Nous leur demandons de respecter notre vote en votant contre la Loi travail.

 

Les prochaines élections sont dans 1 an. Nous nous souviendrons de leur vote en 2017.

Loi travail, interpellez votre député(e) !
Loi travail, interpellez votre député(e) !
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Social Politique
commenter cet article
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 08:07
Quand Daech nous oblige à relire l’histoire coloniale de la France…

En perçant le mur de sable établi entre la Syrie et l'Irak, Daech revient sur une Histoire vieille d’un siècle…

 

Source : le Grand Soir par Michel J. CUNY le 12 avril 2016 - mis à jour le 21 mai 2016

- Rappelons-le aussitôt

Du point de vue des impérialismes occidentaux, la Première Guerre mondiale avait eu l’extrême mérite de faire imploser l’Empire ottoman qui, semble-t-il, n’était plus bon à autre chose... de leur point de vue, toujours.

 

Or, à leur façon, les accords Sykes-Picot (9 et 16 mai 1916)[1] auront été un élément essentiel du partage des dépouilles apparues à la suite d’un conflit qui avait ajouté les millions de morts aux millions de morts. Lus aujourd’hui, ces accords permettent surtout de prendre conscience de ce qu’étaient certains des buts de guerre de la Grande-Bretagne et de la France à cette époque. Et le prix qu’il a fallu payer pour en venir à bout.

 

Il est bon, parfois, de mettre des noms de personnes sur des situations, sur des événements, sur des décisions qui dépassent évidemment les responsabilités individuelles... Ce n’est toujours qu’un début de piste. Mais enfin, la foudre qui s’abat par instants sur les sociétés humaines n’est pas toujours due qu’à des hasards malencontreux.

 

 

- Dans le duo constitué de MM. Sykes et Picot, où le premier était un Britannique, saisissons-nous du second, le Français

C’est François Georges-Picot (1870-1951). Sans trop nous éloigner de lui, constatons qu’il avait une sœur un peu plus jeune que lui : Geneviève Henriette Georges-Picot (1876-1949). Pour sa part, elle devait épouser un certain Jacques Bardoux (1874-1959). Voici donc les grands parents maternels de Valéry Giscard d’Estaing...

 

Or – comme je l’ai montré ailleurs, Jacques Bardoux est l’un des pères fondateurs de cette Cinquième République dont son petit-fils (VGE) devait devenir président en 1974. C’est déjà un signe... Surtout parce que, en raison de la façon dont, en matière de guerre, la Constitution française de 1958 offre le plein exercice de la souveraineté au président de la Pépublique, nous avons ce résultat qu’aujourd’hui la Libye est détruite des suites d’une décision plus ou moins folle d’un Sarkozy...

 

Une décision qui ne paraît folle qu’aux yeux de qui ne sait pas ce qu’était vraiment la Libye du temps de Mouammar Kadhafi. La France fait donc des guerres sans savoir pourquoi... Voire...

 

 

- Un siècle plus tard, nous ne savons toujours à peu près rien des raisons qui ont présidé au déclenchement de la Première Guerre mondiale.

Or, en ce qui concerne les accords Sykes-Picot des 9 et 16 mai 1916, il paraît que nous avons tort de ne pas les connaître depuis bien longtemps. Certes, au départ ils étaient secrets. Mais cela n’a eu qu’un temps, et si court.

 

En effet, grâce à la Révolution bolchevique de 1917, le mystère a été aussitôt éventé... Parce que Lénine, terriblement soucieux des ravages ordinaires de l’impérialisme, s’est donné les moyens de montrer au monde entier ce qu’est la réalité sournoise de la liberté d’entreprendre quand elle s’étend à l’échelle de la planète. Il a révélé les documents secrets détenus par les bureaux du tsar de toutes les Russies...

 

Nous savons donc... C’est-à-dire que, depuis 1917, nous devrions savoir.

Mais la guerre de 1914-1918 ne nous a surtout pas été enseignée sous cet angle-là. Donc, nous ne savons toujours pas.

Serait-ce à Daech de venir nous le dire ? Peut-être bien.

 

Il y a nos promesses... Sous l’angle de la souveraineté de notre pays, cela s’appelle la France. Il y a donc les promesses de la France...

 

 

- Mais, dans le contexte impérialiste, la France n’aura toujours été qu’un sous-fifre.

Aujourd’hui encore, il est bien connu que nous devons compter – bien plus que ne le dira aucun responsable politique – avec Sa Majesté la reine d’Angleterre.

 

Ce strapontin plus ou moins permanent qui nous a été octroyé par la Couronne d’Angleterre – et grâce, entre autres, aux manœuvres plus ou moins douteuses et aventurées d’un Voltaire, nous le retrouvons en 1916, dans toute sa splendeur, à l’occasion des accords Sykes-Picot... qui ont tendu à escroquer... les Arabes, en les appelant à la révolte contre l’Empire ottoman, pour prix d’un État... unitaire arabe (islamique ?)... qui n’a jamais existé. Et pour cause.

 

C’est cet État que disent les accords Sykes-Picot, qui, selon la forme que leur donne la lettre adressée le 9 mai 1916 par l’ambassadeur de France à Londres, Paul Cambon, au secrétaire d’État britannique aux Affaires étrangères, Sir Edward Grey ‒ organisent le partage du gâteau... comme ceci :

 

  • « 1. La France et la Grande-Bretagne sont disposées à reconnaître et à soutenir un État arabe indépendant ou une confédération d’États arabes dans les zones (A) et (B) indiquées sur la carte ci- jointe, sous la suzeraineté d’un chef arabe. »
  • Ni un État arabe indépendant, ni une confédération d’États arabes... Rien que deux parts de gâteau... Avec, au sein de la part française, un découpage placé sous la doctrine : "diviser pour régner"... Ce qui aide beaucoup, dans le chaos actuel en Syrie...

 

Mais lisons la suite, pour bien comprendre l’inanité des éventuels États arabes au lendemain de la Première Guerre Mondiale :

  • « Dans la zone (A), la France, et, dans la zone (B), la Grande-Bretagne, auront un droit de priorité sur les entreprises et les emprunts locaux. Dans la zone (A), la France et dans la zone (B) la Grande-Bretagne, seront seules à fournir des conseillers ou des fonctionnaires étrangers à la demande de l’État arabe ou de la Confédération d’États arabes. »

 

Comme dans la suite, je souligne les mots qui marquent bien l’impact de l’impérialisme occidental. Au titre de l’économie de marché et du morceau réservé à l’Angleterre..., il convient de retenir le cinquième paragraphe que voici :

  • « 5. Alexandrette sera un port franc en ce qui concerne l’Empire britannique et il ne sera pas établi de droits de ports, ni d’avantages particuliers refusés à la Marine et aux marchandises anglaises ; il y aura libre transit pour les marchandises anglaises par Alexandrette et par chemin de fer à travers la zone bleue que ces marchandises soient destinées à la zone rouge, la zone (B), la zone (A) ou en proviennent ; et aucune différence ne sera établie (directement ou indirectement) aux dépens des marchandises anglaises sur quelque chemin de fer que ce soit, comme aux dépens de marchandises ou de navires anglais dans tout port desservant les zones mentionnées. »

 

Pour le morceau français, c’est ici :

  • « Caifa sera un port franc en ce qui concerne le commerce de la France, de ses colonies et de ses protectorats et il n’y aura ni différence de traitement ni avantage dans les droits de port qui puissent être refusés à la Marine ou aux marchandises françaises. Il y aura libre transit pour les marchandises françaises par Caifa et par le chemin de fer anglais à travers la zone brune que ces marchandises soient en provenance ou à destination de la zone bleue, de la zone (a) ou de la zone (b) et il n’y aura aucune différence de traitement directe ou indirecte aux dépens des marchandises françaises sur quelque chemin de fer que ce soit, comme aux dépens des marchandises ou des navires français dans quelque port que ce soit desservant les zones mentionnées. »

 

Et puis, il y aura eu les années subséquentes... Les nationalisations (du pétrole)... Les printemps (arabes ?)... Peut-être pas autant que ça...

 

D’où l’intérêt de regarder avec attention les accords Sykes-Picot...

 

Note :

 

[1] Accords Sykes-Picot

 

Pour en savoir plus :

- Mon dossier terrorisme

- L'accord secret qui bouleversa l'avenir du Moyen-Orient

 

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Analyse International Pages d'Histoire Politique
commenter cet article
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 08:25
Les 80 ans du Front Populaire… Et maintenant ?

Pascal Bavencove est syndicaliste, ancien dirigeant de l’Union départementale de la CGT du Nord, et auteur d’ouvrages sur le mouvement social publiés aux éditions Geai Bleu. Fin connaisseur de l’Histoire sociale et syndicale, il revient pour Le Bilan sur le contexte et les victoires du mouvement ouvrier sous le Front Populaire, à l’occasion des 80 ans de ce dernier. Il évoque notamment le travail qu’a été celui de la CGT dans les années précédant 1936, sous sa formule « le blé semé, l’heure de la récolte arrive », et revendique l’héritage du Front Populaire pour nos luttes d’aujourd’hui.

 

Sources :  Le Bilan par Pascal Bavencove, entretien Par Benoit Delrue  | le 16 avril 2016

- Le Bilan : Quel est le contexte, au printemps 1936, dans un pays qui va connaître un mouvement sans précédent ?

Pascal Bavencove : Tout d’abord, la situation internationale avec le régime fasciste de Mussolini en Italie dés le début des années 1920, le crash boursier de 1929 suivi de la récession aux États-Unis et la prise du pouvoir de l’extrême-droite hitlérienne en Allemagne en 1933 pèsent profondément sur la situation économique, politique et sociale de la France.


Grâce au développement de son agriculture, le pays était jusqu’alors relativement épargné. Il va être frappé par les répercussions de la crise boursière. Les ligues d’extrême droite comme les « Croix de feu » ,les « comités de défense paysanne » vont vite s’affronter au mouvement ouvrier.

 

Celui ci, divisé entre réformistes de la CGT de Jouhaux et la SFIO d’une part et la CGTU de Frachon et le Parti Communiste, sera dans l’obligation vitale de rechercher l’unité d’action. L’action de syndicalistes comme Martha Desrumaux ou Charles Tillon, notamment dans les gréves du Textile et les « marches des Chômeurs » en 1933-1934, va donner le ton à une mobilisation qui n’aura cesse de grandir. Au même moment, les scandales financiers comme celui de l’affairiste Stavisky renforcent l’antisémitisme.

 

Huma

 

 

- Le Bilan : Qui composait le Front populaire, et quel était le programme de cette coalition politique ?

Pascal Bavencove : En réaction aux émeutes de l’extrême-droite du 6 février 1934 et aux grandes manifestations de riposte qui suivent, un pacte d’Unité d’Action contre le fascisme sera signé lors du meeting populaire le 24 juillet entre le Parti Communiste de Thorez et la SFIO de Blum.
Son élargissement aux Radicaux, à la CGT et à la CGTU, comme au mouvement associatif (Ligue des Droits de l’Homme-Comité des Intellectuels Antifascistes et associations d’Éducation Populaires), permettra d’élargir le mouvement lors d’un meeting qui rassemble 500.000 personnes le 14 juillet 1935.

 

Des chants et des cris scandés par la foule, retenons “Du Travail et du pain !”, “L’unité vaincra !”.

 

Ainsi,le programme de ce qui deviendra le Front Populaire se construit à son origine à partir des aspirations du peuple. Maurice Thorez vient d’imprimer ce changement au Parti Communiste ; s’il continue à être le parti de la classe ouvrière, il travaille au rassemblement de toutes les couches populaires avec la participation militante de grandes figures intellectuelles du pays. En cela, il prend de court la SFIO, engluée depuis de nombreuses années dans ses relations avec le parti radical.

 

Ainsi, en janvier 1936, les partis radical, socialiste et communiste signent, avec l’appui de la CGT qui sera réunifiée en mars 1936, et aussi avec de nombreuses organisation du mouvement social, un programme de Rassemblement Populaire dans l’objectif d’une victoire aux élections législatives. Celle-ci aura bien lieu le 3 mai. Ce programme, en retrait de la plate-forme adoptée par le PC et la SFIO en juin 1935, fait la part belle aux radicaux, par souci de ne pas se mettre à dos la petite bourgeoisie. Ses propositions les plus hardies sont la semaine de 40 heures sans diminution de salaire et la nationalisation des usines d’armement.

 

Le 3 mai, le Front populaire remporte la majorité des suffrages : 2 millions de voix à la SFIO, 1,5 million au Parti Communiste qui double son score de 1932, et 1,4 million aux radicaux.
Léon Blum, chef du parti ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages est appelé à former le nouveau gouvernement. Les communistes, après débat, décident de soutenir ce gouvernement sans toutefois y participer.

 

 

- Le Bilan : Un mouvement de grève s’est lancé au lendemain de la victoire du Front populaire aux élections législatives. Pourquoi à ce moment-là ? La représentation politique de la classe ouvrière, au pouvoir, ne suffisait-elle pas à garantir des avancées sociales ?

Pascal Bavencove : Les premiéres grévistes n’attendent d’ailleurs pas la formation de ce gouvernement pour se lancer dans le mouvement, ni même un quelconque mot d’ordre de gréve venu d’en haut.

 

Chez Bréguet, au Havre, le motif initial est pour empêcher le licenciement de deux militants ayant fait gréve le 1er Mai. Vont suivre Latécoêre à Toulouse puis Bloch à Courbevoie. Ces mouvements sont généralement impulsés par des syndicalistes issus de la CGTU, dont le poids est prépondérant dans l’industrie. La gréve va s’étendre en vagues dans tout le pays jusqu’aux 30 000 ouvriers de Renault Billancourt.

 

En réalité, le gouvernement Blum, de par sa composition sociologique, n’a pas d’attaches avec le mouvement syndical .Il n’aura donc pas le rôle essentiel dans le conflit sauf à jouer un rôle d’arbitre au soir du 7 juin, date de l’Accord Matignon.

 

front_populaire_014

 

- Le Bilan : Quelles étaient les revendications des grévistes ?

Pascal Bavencove : L’augmentation des salaires liés à l’attribution d’un contrat collectif de travail (c’est ainsi que verront le jour les Conventions Collectives) sont au cœur du mouvement. Beaucoup d’aspects en découlent, comme celle de l’élection de « délégués du personnel » pour défendre les revendications.

 

Les grévistes expriment profondément leur désir de liberté… Les Congés Payés n’étaient pas au centre du débat, mais cette aspiration, certes une revendication syndicale, n’a pu trouver son sens que par le mouvement d’occupation des usines, au son de l’accordéon, quand la parole enfin se libère, quand les travailleurs usés à la tâche découvrent la joie d’être ensemble pour autre chose que le turbin. Ce qui n’était pas,et de loin, dans le programme du Front populaire sera réalité deux mois plus tard.

 

 

- Le Bilan : Les grèves de mai-juin 1936 ont été inédites à plus d’un titre. Quantitativement, parce que 12.000 entreprises en grève ont été recensées équivalentes à deux millions de salariés en grève. Qualitativement, parce que pour la première fois la classe ouvrière en grève occupait les lieux de travail, en investissant les usines et les grands magasins, en organisant des bals populaires, des repas collectifs. Pourquoi une telle évolution des pratiques à cette date ?

Pascal Bavencove : Déjà, la taille des entreprises. La concentration du capital, le taylorisme, le Fordisme exigent des unités de travail regroupant des quantités importantes d’ouvriers, comme les grands magasins une noria de vendeuses et de « petites mains ». Des travailleurs qui, contrairement à ceux d’avant 1914, sont moins nombreux dans l’agriculture et la « boutique », chez notre bon maître, chez notre Monsieur, pour citer Jacques Brel dans « JAURÉS ».

 

L ‘essor des communications revêt une grande importance dans la vision de la société des années 1930.Un réseau de Chemin de Fer qui irrigue maintenant toutes les villes et les bourgs de campagne et bien sûr l’électrification généralisée qui permet le développement de la TSF : la radio met chacun à égalité dans une certaine connaissance des réalités du pays et du monde.

 

En même temps, le mouvement ouvrier s’est structuré dans les quinze dernières années. 1936 n’est pas l’orage dans un ciel serein. De grandes figures ratissent le terrain depuis des années tels Pierre Semard chez les Cheminots, Henri Martel chez les Mineurs tout comme Gaston Monmousseau et Benoît Frachon dans les luttes interprofessionnelles. Les paysans rouges ont leur tribun, Renaud Jean qui jouera un rôle important à l’assemblée en 1936. Le blé semé, l’heure de la récolte arrive.

 

86534683_o

 

 

- Le Bilan : Quelles ont été les victoires obtenues début juin, avec notamment les accords de Matignon ? Étaient-elles suffisantes pour cesser le mouvement – Maurice Thorez avait-il raison de déclarer, le 11 juin, qu’ « il faut savoir arrêter une grève dès que satisfaction a été obtenue » ?

Pascal Bavencove : Retenons l’augmentation des salaires de 12 % en moyenne, les contrats collectifs, les libertés syndicales et leur exercice, les 2 semaines de Congés Payés et les 40 Heures. Ce qui loin d’être négligeable. Les gréves vont d’ailleurs durer dans certaines entreprises jusqu’à la première semaine de juillet : tout simplement parce que dans ces « taules », le patron refuse de se résoudre aux accords Matignon du 7 juin.

 

Les propos exacts de Maurice Thorez sont :  « il faut savoir terminer une grève, dès l’instant où les revendications essentielles ont été obtenues ».

 

Nous sommes en 1936 sur un formidable mouvement revendicatif visant à obliger le patronat de répondre aux revendications ouvrières. Le rôle du gouvernement Blum n’est pas essentiel dans ce conflit. La question se serait posée nécessairement d’une autre façon vis à vis d’une gréve visant à défaire le pouvoir politique, insurrectionnelle (comme en 1944) quand l’imbrication entre le patronat, Pétain et les nazis était avérée. L’expérience du mouvement syndical peut aussi permettre de répondre à cette question, dans le sens où il faut savoir ne pas s’épuiser, reconstituer ses forces et augmenter le niveau de conscience des travailleurs pour repartir à l’action le moment venu sur les revendications non résolues.

 

 

- Le Bilan : 1936 a été une date-clef dans l’organisation de la classe ouvrière, dans le développement de la conscience de classe chez une majorité de salariés. Pourquoi ce mouvement émancipateur n’a pas su s’inscrire dans la durée – avec le retour au pouvoir du radical Daladier dès 1938 ?

Pascal Bavencove : Comme nous l’avons noté plus haut, le danger de l’extrême-droite a été l’une des motivations essentielles des prémisses du Rassemblement Populaire. Dès le mois d’août 36, les premières failles du gouvernement Blum apparaissent avec son refus d’équiper en armes la République Espagnole contre Franco, soutenu par Hitler et Mussolini.

 

Dés lors, les capitalistes n’auront de cesse de préparer leur revanche. Leur formule glaçante « Plutôt Hitler que le Front populaire » résume parfaitement l’état d’esprit de la bourgeoisie.
La majorité réformiste de la CGT refusera le combat antifasciste et plusieurs de ses dirigeants comme Belin et Dumoulin rejoindront le camp défaitiste qui les mènera dans la collaboration.

 

Quand, en septembre 1938, les sinistres « accords de Munich » permettent l’invasion de la Tchécoslovaquie par Hitler avec le soutien de Mussolini, le radical Daladier, succédant à Blum, démissionnaire ainsi que l’anglais Chamberlain, vont donner au nazis le champ libre pour envahir l’Europe et l’Union Soviétique.

 

 

Dés lors, s’ensuivent l’interdiction de la presse puis du Parti communiste, l’expulsion de ses députés à l’assemblée, la mise au pas de la CGT par l’exclusion des anciens dirigeants ex-CGTU, prélude à sa dissolution par Pétain auquel Daladier va remettre le pouvoir.

 

La courte période du Front Populaire aura pourtant formé toute une génération de militants. Nous les retrouverons, pour beaucoup dans la clandestinité, dans les combats de la Résistance, et certains aux postes de ministres dés la Libération : Marcel Paul comme Ambroise Croizat, dirigeants du mouvement syndical dès 1936, mettront en œuvre des projets avortés sous le Front populaire comme la Sécurité Sociale, les Nationalisations, ou encore la naissance des Comités d’Entreprise.

 

numerospecial

 

 

- Le Bilan : Que devons-nous, aujourd’hui, aux travailleurs en lutte il y a de cela 80 ans ? Quel a été leur héritage ? Comment s’en inspirer aujourd’hui alors que la mobilisation contre la loi Travail bat son plein ?

Pascal Bavencove : Croizat résume honnêtement les choses dés la Libération, au moment où le Parti Communiste réalise 25 % des suffrages et met tout son poids dans l’application du Programme du Conseil National de la Résistance. Le Ministre des Travailleurs nous dit : « Ne parlez pas d’acquis sociaux, mais de conquis sociaux, parce que le patronat ne désarme jamais », et aussi, « Rien ne se fera sans vous »…

 

Ainsi,dés 1947, sous l’impulsion des États-Unis, le capital sort du trou. La classe capitaliste, la seule à avoir majoritairement pactisé avec l’occupant va dès alors tarauder l’unité populaire réalisée à la Libération avec la complicité active des successeurs de Blum à la SFIO.
Il va falloir Mai 1968 pour que les travailleurs alliés au mouvement de la jeunesse étudiante se mettent en gréve (dans des proportions plus importantes qu’en 1936) afin d’obtenir des avancées sociales de grande ampleur.

 

Les grandes victoires du mouvement social du Vingtième Siècle (36-45-68) se sont produites en riposte à un vécu devenu intolérable pour une bonne partie de la population.
C’est l’un des aspects communs avec la naissance du mouvement contre la loi-travail qui aurait pour effet de revenir à la situation de 1935.

 

Renaissent alors les convergences à renforcer entre une jeunesse précarisée, en études ou pas, et un mouvement syndical divisé avec d’un côté une dynamique de lutte certes importante, mais contrariée par certaines organisations syndicales pataugeant dans le marais du renoncement et de soumission aux intérêts du capital.

 

La reconstruction d’un rapport de forces et la conscience que celui-ci peut changer la donne mérite une réappropriation, non seulement de connaissances historiques, mais d’une culture de « mise en commun » de forces atomisées ou disséminées. Ce qui peut permettre la maturation et l’extension du mouvement vers ceux qui en ont l’intérêt, sans aujourd’hui avoir la possibilité d’y participer. A ce titre, les initiatives « Nuit Debout » semblent en représenter les prémices.

 

Pour en savoir plus :

- Le front populaire..... HORIZONS !

- Les congés payés soufflent leurs 80 bougies

- « Front populaire ». Visionnez l'intégralité des Agoras de l'Humanité

- Comment un rapport de forces bascule : Aux origines ouvrières du Front populaire

Les 80 ans du Front Populaire… Et maintenant ?
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Social Pages d'Histoire Politique
commenter cet article
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 08:01
France insoumise... Retrouvons nous le 5 Juin à Paris !

Jean-Luc Mélenchon s'adresse à nous pour nous inviter à nous rendre disponibles le dimanche 5 juin prochain afin de participer, à Paris, à la première manifestation publique de notre notre mouvement en vue de l’élection présidentielle de 2017.

 

Sources : Lettre de Jean-Luc Mélenchon aux insoumis le 21/04/2016

Nous sommes plus de 97 000 engagés dans le mouvement la France Insoumise. C’est là un appui décisif pour ma proposition de candidature à l’élection présidentielle de 2017. Notre campagne suit un cours serein et ferme. De tous côtés nous arrivent des aides de toute nature. L’ample mouvement social contre la loi El Khomri qui fait réfléchir et agir le pays en profondeur encourage notre action. Dans le mouvement social autour des syndicats comme dans « les nuits debout » de tout le pays, nous avons tous compris sans nous consulter comment nous comporter : nous mettre au service de l’action et faciliter tout ce qui la renforce, sans ostentation ni récupération. Plus ces mouvements approfondiront la prise de conscience des personnes qui s’y impliquent, plus nous seront forts le moment venu.

 

Dès lors, notre campagne doit se donner ses propres objectifs et rendez-vous politiques. Notre nombre et notre engagement personnel sont notre force. Et la force va à la force. C’est pourquoi je vous propose de nous retrouver le dimanche 5 juin prochain à 14h à Paris, Place de la Bataille de Stalingrad (M° Jaurès). Nous montrerons notre force dans un rassemblement populaire, gratuit et ouvert à tous. Je souhaite qu’il soit un défilé de la France insoumise. Ce sera le rendez-vous de tous les insoumis qui résistent là où ils se trouvent, quelle que soit la forme de leur engagement : lanceurs d’alertes, syndicalistes, militants écologistes, associatifs... Je crois que ce sera une bonne façon de montrer qui nous sommes et ce que nous voulons.

 

Je compte sur nous tous pour assurer notre réussite.

 

Je vous appelle à amplifier l’action pour faire connaître nos idées et mettre en mouvement tous les insoumis du pays en leur proposant de se retrouver le 5 juin. Ainsi, cet événement fera date. J’espère qu’il nous ouvre la voie d’une campagne victorieuse dans l’élection présidentielle. 

 

C’est possible ! Qui aurait cru, il y a encore quelques semaines qu’un tel mouvement populaire se lèverait contre la cruelle loi Khomri ? Demain, nous obtiendrons le retrait de cette loi. Puis l’élection de 2017 nous donnera le moyen  d’affronter en force l’oligarchie pour rendre le peuple souverain et construire cette nouvelle France insoumise et fière de l’être à laquelle nous aspirons.

 

Fidèlement, Jean-Luc Mélenchon

 

- S'inscrire

France insoumise... Retrouvons nous le 5 Juin à Paris !

Le dimanche 5 juin est donc organisé à Paris un défilé de la France insoumise. Jean-Luc Mélenchon prendra la parole. Inscrivez-vous à cet événement afin de recevoir toutes les informations relatives à ce rendez-vous !

 

- Cars et covoiturages

France insoumise... Retrouvons nous le 5 Juin à Paris !

Comment trouver ou organiser un car ou un covoiturage pour participer au défilé de la France insoumise le 5 juin à Paris. Pensez bien à indiquer les éléments suivants :

- Lieu de départ (avec un numéro de rue, pour permettre de géolocaliser votre covoiturage ou votre car sur la carte)

- Nombre de places disponibles dans le véhicule

  • Pour tout savoir sur l'organisation d'un car ou un covoiturage, c'est ICI

 

- Matériel

France insoumise... Retrouvons nous le 5 Juin à Paris !

Chacun trouvera  ICI de quoi agir comme bon lui semble pour faire connaître notre rendez-vous : affiches, tracts, autocollants, visuels pour facebook et twitter… Chacun peut évidemment inventer sa manière de transmettre l’invitation.

 

 

- Aider à financer l'évènement et les cars pour venir

France insoumise... Retrouvons nous le 5 Juin à Paris !

Je vous invite aussi à financer si vous le pouvez l’organisation de cet événement en lui-même et des départs en car. Pour cela, un financement participatif est ouvert ICI.

Un tel événement représente une charge financière importante si l’on veut qu’il soit réussi et visible.

 

France insoumise... Retrouvons nous le 5 Juin à Paris !
Repost 0
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 08:02
Loi El-Khomri : Appel du 51eme congrès de la CGT

Les 1 000 délégués réunis en congrès à Marseille du 18 au 22 avril 2016 ont analysé la situation économique et sociale, le contexte des mobilisations désormais ancrées dans le pays depuis plus d’un mois et demi.

 

La CGT lance un appel fort et déterminé à l’ensemble des salariés du privé et du public, des jeunes, des privés d’emploi, des retraités et de ses syndicats, à poursuivre et amplifier partout le rapport de force jusqu’au retrait du projet de la loi dite « Travail » dynamitant notre modèle social.

 

Il s’agit d’organiser dans toutes les entreprises et les établissements des réunions d’information, des rencontres afin de s’opposer encore plus fort à tous les mauvais coups et à imposer de nouvelles conquêtes sociales. Un espoir immense s’ouvre pour le monde du travail grâce à la lutte unitaire menée par une CGT moderne, porteuse de propositions en phase avec l’ensemble des travailleurs-euses), à l’image du rejet massif du projet de loi El Khomri exprimé par 70% de l’opinion publique. Un mouvement qui fait face à un gouvernement désavoué, en rupture profonde avec la population et singulièrement toute la jeunesse. Un exécutif à l’écoute d’un patronat rétrograde et menaçant, privilégiant la finance à la réponse aux besoins sociaux et ambitionnant de détruire toutes les garanties collectives en fixant comme seul horizon la précarité généralisée, l’incertitude du lendemain.

 

Le désespoir est dans le renoncement, l’espoir est dans la lutte.

 

Dans ce cadre, la CGT appelle toutes les organisations à amplifier la riposte, dès le 28 avril, par la grève interprofessionnelle et les manifestations pour obtenir dans un premier temps le retrait du projet de loi de casse du code du travail.

 

D’ici le 28 avril, la poursuite de la construction de l’action implique la tenue d’assemblées générales dans les entreprises et les services publics pour que les salariés décident, sur la base de leurs revendications et dans l’unité, de la grève et de sa reconduction pour gagner retrait et ouverture de véritables négociations de progrès social.

  • Pour un code du travail du 21ème siècle ;
  • Pour la mise en œuvre d’une réelle sécurité sociale professionnelle ;
  • Pour la réduction du temps de travail à 32 heures.

 

Le 28 avril, comme le 1er mai, journée internationale de lutte des travailleurs-euses sont autant d’étapes vers la victoire.

 

Marseille, le 20 avril 2016

 

 

- Appel du 51éme Congrès de la CGT en version imprimable

 

Pour en savoir plus :

- Mon dossier Loi Khomri/Valls

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Social Politique
commenter cet article
21 avril 2016 4 21 /04 /avril /2016 08:04
28 avril 2016 : action en Charente maritime contre le projet de loi "travail El Khomri"

Les organisations syndicales de salariés (CGT ; FO ; FSU ; US Solidaires) et de jeunesse (UNL ; UNEF) réunies en intersyndicale le 15 avril 2016, ont décidé d’un appel commun pour demander le retrait du projet de loi « travail » dite « El Khomri ».

 

Elles appellent l’ensemble des salariés, des lycéens, des étudiants, des retraités, à se mobiliser massivement.

 

Dans cette perspective, et elles invitent à organiser des assemblées générales dans les entreprises, les services et les établissements, afin de préparer l’action et préparer la poursuite du mouvement.

 

 

- Il est prévu sur notre département 4 rassemblements :

28 avril 2016 : action en Charente maritime contre le projet de loi "travail El Khomri"

- Tract d’appel de l'intersyndicale de Charente Maritime en version imprimable

 

- Appel du 51éme Congrès de la CGT

"... la CGT appelle toutes les organisations à amplifier la riposte, dès le 28 avril,  par  la  grève  interprofessionnelle  et  les  manifestations  pour  obtenir  dans  un premier temps le retrait du projet de loi de casse du code du travail.


D’ici le 28 avril, la poursuite de la construction de l’action implique la tenue d’assemblées générales dans les entreprises et les services publics pour que les salariés décident, sur la base de leurs revendications et dans l’unité, de la grève et de sa reconduction pour gagner retrait et ouverture de véritables négociations de progrès social.

 

  • Pour un code du travail du 21ème siècle ;
  • Pour la mise en œuvre d’une réelle sécurité sociale professionnelle ;
  • Pour la réduction du temps de travail à 32 heures.

 

Le 28  avril,  comme  le  1er mai,  journée  internationale  de  lutte  des  travailleurs-euses sont autant d’étapes vers la victoire."

 

- Appel du 51éme Congrès de la CGT en version imprimable

28 avril 2016 : action en Charente maritime contre le projet de loi "travail El Khomri"
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Social Loi Khomri-Valls Initiatives publiques Politique
commenter cet article
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 08:58
Confidences et spéculations prospectives du 1%

Sources :  Rue du blogule rouge par le 1% | le 11  avril 2016

Nous autres, les riches, les oligarques, nous, le 1%, sommes bien embêtés. Comment, dans ce beau pays de France, continuer à plumer et exploiter comme de coutume, salariés, retraités, pauvres, sans-dents, bref, les 99% comme ils disent ? Devrons-nous, aux prochaines élections présidentielles, pour pérenniser notre domination politique passée et actuelle, nous appuyer sur la droite traditionnelle libérale ou continuer avec la social-démocratie devenue social libérale ou même miser à nouveau sur l’Extrême Droite, “comme en 40“ ?

 

 

- Car la situation de nos poulains éventuels n’est en réalité pas vraiment prometteuse.

  • Commençons par nos substituts au pouvoir actuels :

Hollande est au plus mal dans les sondages d’opinion ; Valls encore un peu plus bas. Les socialistes ont été laminés un peu plus à chaque élection depuis 2012. Les Français semblent ne plus vouloir entendre parler d’eux.

 

Notre précédent poulain, Sarkozy, est discrédité au sein même de son parti de la droite traditionnelle et semble bel et bien hors jeu pour les prochaines présidentielles.

Ces trois là ne sont donc plus des valeurs sûres.

 

Ne restent que Jupé, vieux cheval de retour –tiendra-t-il la distance ? - et Le Pen -de plus en plus empêtrée elle-même dans ses affaires juridico-financières et rattrapée par son idéologie sulfureuse dont les électeurs risquent d’être de moins en moins dupes.

Ces deux là valent-ils vraiment le coup de miser sur eux ?

 

  • Et maintenant, les Français, même terrorisés par les attentats, menottés par l’état d’urgence, redressent la tête, se lancent à nouveau dans des grèves et descendent massivement dans la rue pour se battre contre le dernier avatar du libéralisme, la loi travail, celle qui nous aurait permis de les précariser un peu plus et de les exploiter encore davantage ! Et les jeunes s’en mêlent et certains citoyens se paient même le luxe d’imaginer ou de reproduire de nouvelles formes d’actions comme les “nuits debout“ !

Ça commence à faire beaucoup !

 

 

- Il est grand temps pour nous de sortir un nouveau lapin de notre chapeau, un nouveau diable de notre boîte !

C’est le rôle de Macron.

Un micron huloté à gauche, une macro rotschildée à droite, c’est la (dé)marche de Macron. Elle ressemble comme deux gouttes d’eau à la marche des canards boiteux du MEDEF. C’est pour nous un fer de plus au feu pour remplacer à terme Hollande discrédité et Valls disqualifié. C’est un songe creux, sans doute un remake du parti centriste de Bayrou, un lapin aussi, sorti du chapeau d’un prestidigitateur pour tirer les marrons du feu quand le cochon est dans le maïs, que le chien le mord et que la cabane va tomber sur le chien ! Pourvu que ça “marche“ ! Espérons “qu’ils“ seront nombreux, tous ceux qui se disent écoeurés par les partis et les hommes politiques de droite comme de gauche, à tomber dans le panneau !

 

 

- Heureusement, en face, l’adversaire de gauche est démuni. Heureusement, il est divisé et semble pour le moment incapable de s’unir.

C’est une chance pour nous, car parfois, la gauche, la vraie, nous fait bien un peu peur. Par exemple, avec cette grande idée du Front de Gauche et surtout son programme “l’Humain d’abord“, Mélenchon avait bien redressé la barre en 2012 et il pourrait bien fédérer en 2017 tous les anti-libéraux, susciter l’engouement subit d’autres citoyens – ça s’est vu en Espagne avec Podemos ou aux Etats-Unis d’Amérique avec le mouvement qui accompagne Sanders - et promouvoir une nouvelle République – la 6ème, dit-il- qui renverserait l’ordre établi pour promouvoir des idées aussi saugrenues que la priorité à l’intérêt général et l’abandon des politiques d’austérité –européennes ou non- qui nous vont si bien !

 

Par bonheur pour nous, leur union n’a pas tenu et, grâce surtout à Pierre Laurent qui veut bien de tout le monde sauf de Mélenchon, le PCF s’est tiré une balle dans le pied en cautionnant la fameuse primaire “à gauche“ dont personne n’est capable de dire si elle inclura le PS de Valls, Hollande et Macron -et pourquoi pas Bayrou ?- ou peut-être seulement des “frondeurs“ et Hulot !

 

Car c’est avec tous ces gens-là, plus peut-être Cohn-Bendit et Duflot, que Pierre Laurent voudrait régater, pardon, primairiser. Bien sûr, aucun d’eux n’est prêt à discuter d’un programme différent du sien propre, aucun n’envisagera des mesures vraiment en faveur du bien public et donc opposées à nos intérêts particuliers.

 

 

- Lequel d’entre eux les communistes, leur électorat et ceux qu’ils influencent soutiendraient-ils alors lors de l’élection, la vraie ?

Lequel d’entre eux aurait inclus dans son programme des mesures anti-libérales suffisantes pour rompre avec les politiques de droite qui ont, d’une part, mené dans le mur du chômage de masse et de la loi travail dévoreuse des conquêtes sociales, d’autre part, renforcé la prééminence des Riches et assis notre domination ?

 

À moins de considérer que l’élection présidentielle n’ait que peu d’importance, car les idées de gauche n’y ont aucune chance d’en sortir gagnantes. Seules compteraient alors les législatives et les gains possibles de places d’élus pour certains partis grâce à leurs alliances, fussent-elles des trahisons de classe (suivez le regard vers la Place du Colonel Fabien et Solférino). Mais même cette tactique-là serait complètement erronée ! Car vous savez bien nous avons verrouillé le système électoral français, en plaçant chronologiquement les législatives après les présidentielles. Les résultats des unes sont ainsi soumis au résultat des autres.

 

C’est cela qui peut nous rendre optimistes. Notre long passé au pouvoir nous a permis de bien contrôler tous les leviers de domination. Tant que les 99% n’auront pas pris conscience qu’unis ils pourraient facilement d’une chiquenaude nous renvoyer de nos paradis fiscaux dans l’enfer de la démocratie réelle, nous ne craindrons pas grand-chose et nous pourrons continuer à les exploiter tranquillement !

 

Espérons qu’ils n’y pensent jamais !

 

Pour en savoir plus :
-
Mon dossier : Primaires - Elections présidentielles 2017

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Politique Elections présidentielles - primaires 2017
commenter cet article
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 08:19
Logo officiel du PCF/Front de Gauche (version noir et blanc)

Logo officiel du PCF/Front de Gauche (version noir et blanc)

P

Tandis que Pierre Laurent et le PCF continuent sur la voie de la primaire, Jean-Luc Mélenchon part pour les présidentielles "hors cadre de parti" avec son mouvement "La France Insoumise" alors que le Front de Gauche semble aujourd'hui "cliniquement mort".

  • Pourquoi la primaire à gauche est le prototype de la "fausse bonne idée" pour le PCF ?
  • Pourquoi devrait-il lutter au côté de Jean-Luc Mélenchon ? Mon avis sur le sujet.

 

Sources : Le blog Médiapart de Filip par Filip le 10 aril 2016

- Etant membre du PCF, je ne peux m'empêcher d'exprimer mon mécontentement et mon refus absolu à l'idée de s'engager dans l'organisation de la primaire de la "gauche" incluant le parti socialiste.

Pire, je soutiens la candidature de Jean-Luc Mélenchon pour 2017, quel diable suis-je donc! Un diable peut-être, mais qui n'aspire pas à laisser son parti sombrer dans l'enfer d'un pitoyable score électoral comme ce fut le cas lors des dernières élections. Ainsi, les mots, phrases et paragraphes qui suivront sont adressés aux camarades de tous les partis du FdG à qui veux bien les lire et les entendre.

 

Je lis dans un article du Monde[1] du 21 février 2016 que le camarade Pierre Laurent n'aurait "aucun problème" avec une éventuelle participation de François Hollande à la primaire car il a "confiance dans le choix que feront les citoyens de gauche".

 

 

- Première remarque, bien sûr que c'est un problème si François Hollande y participe.

Au-delà, c'est un problème le fait que n'importe quel socialiste y participe. Non pas que j'ai en moi une haine viscérale des socialistes, au contraire, tous ne sont pas à la droite de la gauche comme Hollande ou Valls et certains partagent des valeurs communes avec nous. Malheureusement, il faut aller en profondeur dans la psychologie instaurer dans le peuple avec la politique gouvernementale menée depuis 2012. Aujourd'hui, la notion de droite/gauche n'est plus comprise par le grand nombre, elle vole donc par conséquent en éclats. Si nous nous obstinons à vouloir expliquer au grand nombre que: la droite c'est ça, la gauche c'est ça, mais le PS n'est pas à gauche...enfin si mais la plupart, notamment ceux au pouvoir font des politiques de droites car la social-démocratie... et ainsi de suite.


Bref, vous perdez votre temps! Donc première chose à analyser et à retenir selon moi, c'est le fait que l'on doit réduire temporairement dans notre discours le nombre de termes renvoyant à la "gôche", et être en rupture total avec ce qui symbolise la gauche au pouvoir aujourd'hui, le parti socialiste. Avec un peuple qui est pour la majorité fatigué et ennuyé par la question politique, il faut donc, selon moi toujours, ne s'allier, ni marchander en aucun cas avec quelconque socialiste que ce soit. Si un socialiste veut rejoindre l'opposition, il peut soit rester au PS mais cela n'avancera à rien, ou soit quitter son parti et éventuellement rejoindre une autre formation de gauche. Nous sommes dans l'opposition! Et une primaire avec le PS nous décrédibiliserait totalement. D'entrée de jeu nous perdons, avant même d'avoir livré bataille.

 

Voilà mon avis catégorique sur la question de la primaire avec des socialistes.

 

 

- Ma seconde remarque porte sur un sujet délicat en ces temps mouvementés.

En tant que communiste, ce qui peut paraitre surprenant, c'est mon soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Ma décision peut paraitre non-réfléchie et précipitée mais j'ai tout de suite compris la stratégie de JLM avec son mouvement: la France Insoumise[2]. 

 

Ce que j'expliquais à propos de la dépolitisation du peuple français et le ras-le-bol ambiant des classes politiques dirigeantes, Mélenchon l'a parfaitement compris et propose sa propre solution face à la situation. On peut lui reprocher certains aspects de sa démarche et la déclaration impromptue qu'il a faite mais le mouvement est lancé et je veux expliquer pourquoi JLM se lance sans parti mais avec un réseau indépendant qui est ouvert à tout soutien (y compris de partis politiques).

 

Peut-être le fait que je sois au PCF ouvrira ma démarche à d'autres camarades ou peut-être pas...

 

 

- Toujours est-il que deux points sont nécessaires d'étayer et d'analyser à propos de JLM et la France Insoumise.

Je serais bref.

  • Le premier porte sur les doutes qu'ont certains envers la loyauté et la capacité de Mélenchon à être candidat pour les prochaines présidentielles de 2017. On peut lui reprocher toutes sortes de choses, sa sympathie pour Mitterrand, son "oui" au traité de Maastricht, son statut d'ex-socialiste et beaucoup d'autres points. Néanmoins, l'analyse de l'évolution de ses écrits et de ses discours au fil du temps m'a révélé le passage de JLM de simple socialiste à véritable révolutionnaire. C'est un R.E.V.O.L.U.T.I.O.N.N.A.I.R.E. La substance de ses propos a clairement évoluée et murie (je n'écris pas ce billet pour débattre des propos que JLM a pu prononcer par-ci par-là, ça sera sujet à débat dans d'autres billets).

 

Et puis arrêtons de lui reprocher sa participation passée avec le PS car non seulement on ne refait pas le passé, mais aujourd'hui JLM est plus radical quant au PS que nous au PC, qui cherchons toujours des alliances avec les socialistes et nos résultats électoraux ne font que chuter avec le temps. Il faut se remettre en question et ne pas rejeter d'un revers de main ce que dit JLM. Il faut regarder les choses en face:

 

Résultats électoraux au premier tour des présidentielles du PCF de 1969 à 2012 © Filip

Résultats électoraux au Premier tour des présidentielles du PCF de 1969 à 2012 © Filip

 

Ce graphique illustre bien l'échec total des alliances avec le PS depuis le programme commun notamment (à cela s'ajoute la chute du mur évidemment). En revanche, lorsque l'on propose un bloc uni d'opposition, le Front de Gauche, en 2012 avec à sa tête J-L Mélenchon, on réalise un score à deux chiffres qui n'a pas été réalisé depuis plus de 20 ans: 11,10% des voix au premier tour! Moins de 7% d'écart avec le FN! Un exploit pour une formation politique qui a moins de 4 années d'existence! Mais...pour 2017 le PCF préfère se relancer avec des socialistes et se rendre illisible et invisible. Ce bloc uni qui proposait un véritable programme antisystème et qui révélait l'imposture du FN, se disloque jusqu'à devenir "un échec", je reprends là les mots d'Olivier Dartigolles[3], porte-parole du PCF. La situation aujourd'hui semble coincée et étouffée par ce clivage entre communistes et Parti de Gauche. Pourtant, la campagne pour 2017 est déjà commencée. Plusieurs personnes ont déjà déclaré leur candidature et le PCF veut attendre jusqu'au prochain congrès pour décider de sa stratégie, c'est-à-dire en juin 2016 !  Bien, attendons.

 

  • Tout cela nous amène au second point. Il y en a un qui ne traine pas car il sait que la lutte sera rude, c'est JLM. Il se lance dans un nouveau processus pour les présidentielles. Voyant que la situation avec le FdG n'avance pas, voyant que Hollande a détruit toute forme de repères politiques des citoyens et s'inspirant de la montée fulgurante de Bernie Sanders aux Etats-Unis, il décide de lancer la plateforme internet et le mouvement la France Insoumise. Il a selon moi parfaitement compris comment continuer dans la dynamique de 2012 sans se réunir sous la bannière du Front de Gauche.

 

La France Insoumise est ouverte à tous. Les citoyens n'ayant plus de repères droite/gauche, ce mouvement est volontairement indépendant de ce cadre afin que tout ceux qui souhaitent se réunir contre le système sans passer par la case FN puisse le faire librement et sans avoir de carte de parti. Cet élément est plus que crucial, car le système des partis étant discrédité, on n'oblige donc pas les gens à se dire de gauche. Certains se considèrent de droite alors qu'ils ne savent même plus où ils en sont. Cela voudrait dire que la France Insoumise et JLM ne sont pas de gauche? Evidemment que non. Que les partis politiques ne servent plus à rien? Le mouvement est indépendant mais a besoin et souhaite le soutien de partis ou autres formations politiques. Il part de zéro, les partis politiques qui le soutiendront apporteront de leur force militante et également financière! Mélenchon sait très bien qu'il sera difficile de se passer du PCF.

 

Je faisais référence à Bernie Sanders. La plateforme internet utilisée est similaire si ce n'est identique. Le succès que l'on connaît à Bernie Sanders peut aussi se reproduire avec la France Insoumise. Internet permet, dans la cadre des élections, de mettre en réseau les soutiens, d'en apporter de nouveaux, de participer plus ou moins activement à la campagne de chez soi, sans être militant. Ici donc également, la manœuvre est très habile.

 

Au moment où j'écris ces lignes, la France Insoumise compte déjà plus de 90 000 soutiens.

 

J'appelle mon parti, le Parti Communiste Français, de mon modeste poste de camarade militant, a abandonner le plus rapidement possible le processus de la primaire et a soutenir la France Insoumise. Si nous nous ne le faisons pas, je crains qu'une fois de plus, nous sombrions dans les oubliés de cette élection alors que la situation est de plus en plus préoccupante et les fascistes rodent toujours..

 

 

P.S : Je suis ouvert à toute critique constructible dans les commentaires ou sur les réseaux sociaux évidemment.

 

Mises à jour :

1- Depuis les déclarations de Pierre Laurent sur la candidature de Hollande, le PCF a changé de position et a décidé de ne pas participer à une primaire avec Hollande. Cependant, la participation de socialistes est toujours d'actualité donc le passage au début vaut toujours, il faut juste reconsidérer la substance du propos avec l'actualité.

2 - Signez la pétition lancée par Francis Parny "Communistes, nous soutenons Jean-Luc Mélenchon pour 2017" -> https://www.change.org/p/communistes-nous-soutenons-jean-luc-m%C3%A9lenchon-pour-2017

 

Notes

[1]: Article du Monde du 21/02/16 avec les déclarations de Pierre Laurent auxquelles je fais référence.

[2]: Plateforme internet lancé par JLM pour soutenir sa candidature en 2017.

[3]: Olivier Dartigolles: "Le Front de Gauche est un échec"

 

Pour en savoir plus :
-
Mon dossier : Primaires - Elections présidentielles 2017

- Appel aux communistes : Faisons de la candidature de JL Mélenchon l’occasion d’un grand rassemblement par Françis Parny

- Primaire : Pierre Laurent n'aurait jamais du y entrer, nous exigeons qu'il en sorte !

- Martine Aubry « soutien » François Hollande. La seule alternative crédible aujourd’hui c’est Jean-Luc Mélenchon

- Jean-Luc Mélenchon : Le pari d’une candidature précoce et de la personnalisation

- Nous, économistes, soutenons Mélenchon

- Se fourvoyer avec le Parti socialiste ou construire une dynamique nouvelle avec Mélenchon ?

- par Jean Luc Mélenchon : La primaire en voie de nébulisation

- Panique à l'Elysée: Mélenchon talonne Hollande !

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Politique PCF Elections présidentielles - primaires 2017
commenter cet article
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 08:20
Gilles Kepel « L’émergence du salafisme est un signe des failles de notre société »

Spécialiste de l’islam et du monde arabe contemporain, auteur de Terreur dans l’Hexagone[1], Gilles Kepel[2] décrypte ce qu’il nomme la « troisième génération du djihad français ». Celle que les penseurs islamistes travaillent au corps pour commettre des attentats en France et, ainsi, déclencher la guerre civile au moment où la montée de l’extrême droite renforce la polarisation de la société.

L’islam, la culture musulmane et la langue arabe n’ont aucun secret pour Gilles Kepel. Un savoir qu’il ne cesse de partager à travers ses livres, entre autres. Son dernier ouvrage Terreur dans l’Hexagone, coécrit avec Antoine Jardin, resitue, à la manière d’un puzzle, les faits politiques, sociaux, sociétaux et religieux pour leur donner du sens. Un ouvrage à lire absolument pour quiconque voudrait comprendre les mutations de l’idéologie djihadiste en France et dans le monde.

 

Sources :  L'Humanité par Gilles Kepel le 26 Février, 2016

- L'Huma. : L’association avec Antoine Jardin, spécialiste des comportements électoraux, était-elle indispensable pour décrire le djihad ?

Gilles Kepel : Il me semblait important de resituer des éléments de contexte, en particulier électoral, et comprendre l’évolution des votes, notamment après une expression massive en faveur de François Hollande, ou plus exactement contre Nicolas Sarkozy, en 2012. Au scrutin législatif, 400 Français héritiers de l’immigration, principalement algérienne, s’étaient portés candidats, soit 8 % du total des candidatures, et une dizaine d’entre eux ont été élus. Il fallait ensuite analyser la façon dont « le mariage pour tous » avait aliéné une partie du vote social en faveur de la gauche, et avait amené un certain nombre d’électeurs qui se définissaient comme musulmans à s’identifier à la droite, au nom de critères de conservatisme commun. C’est ainsi que, lors des « manifs pour tous », défilaient des gens de l’association Fils de France de Camel Bechikh, porte-parole de cette manifestation, par ailleurs membre de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF). Il fallait dans le même temps comprendre comment l’absence de traduction sociale des promesses du candidat devenu président, essentiellement la persistance du non-emploi, s’était soldée par une abstention massive des électeurs de Hollande. Je voulais qu’un expert de ces mouvements électoraux contribue à ce livre, de manière à ce que je me concentre, moi, sur mon domaine de travail.

 

 

- L'Huma. : En quoi ce que vous nommez « la troisième génération de djihadistes » diffère-t-elle des première et deuxième vagues ?

Gilles Kepel : En parallèle au processus d’intégration politique ostensible d’une population des banlieues écartée précédemment du jeu institutionnel, un mouvement souterrain se fait jour, lequel est accéléré par les mutations que connaît le djihadisme international. Ce mouvement permet désormais l’existence d’un vrai recrutement en Europe, ce qui était marginal pour la première (celle du GIA en Algérie) et la deuxième (celle d’al-Qaida, en Afghanistan). Avec la stratégie de la troisième génération de djihadistes français, les actes terroristes doivent cibler, en priorité, le sol européen. Cette stratégie émerge sous la plume de son penseur syrien Abu Musab Al Suri, fin connaisseur du Vieux Continent pour y avoir vécu de nombreuses années. L’Europe, selon lui, est le ventre mou de l’Occident. En 2005, il poste en ligne son Appel à la résistance islamique mondiale qui théorise cette stratégie et identifie dans la jeunesse héritière de l’immigration « mal intégrée » son instrument de prédilection. La percolation entre les deux sphères, celle du djihad international avec celle du djihad en France, se fait avec la troisième génération de terroristes français. Si la première génération y échappe, la deuxième y est partiellement touchée, avec le GIA dont le djihad a certes débordé en France, mais il était destiné à faire pression sur les autorités françaises pour leur politique en Algérie. Le djihad n’était pas un enjeu endogène européen, comme c’est le cas avec la troisième génération.

 

 

- L'Huma. : Comment expliquez-vous le silence des autorités politiques sur l’appel d’Al Suri, alors que vous en avez parlé en 2008 ?

Gilles Kepel : Le phénomène a été ignoré car ils n’ont pas cru qu’un mouvement à la base pourrait fonctionner, obsédés qu’ils étaient par les mouvements pyramidaux, comme l’était al-Qaida, lequel imitait les services secrets. Al Suri a misé sur une organisation horizontale pour mener son combat en visant les « apostats », les « islamophobes » et les juifs. Il fallait cibler des victimes auxquelles la société pouvait s’identifier, les politiques, discrédités, sont mis de côté. On a ainsi choisi Cabu, Wolinski, Charb, et des personnes de confession juive pour créer un soulèvement des uns et une réaction des autres, tentant de cette manière d’ouvrir grand la porte de la guerre civile. Al Suri ne perd pas son objectif d’aboutir à une guerre d’enclaves qui permettrait l’édification d’un califat construit sur l’effondrement de l’Europe.

 

 

- L'Huma. : N’est-ce pas alarmiste d’affirmer que le prix sera lourd à payer pour les politiques « désormais dépourvus de solution aux défis du djihadisme et frappés de mutisme devant les philippiques du FN dans ce domaine »  ?

Gilles Kepel : Pas du tout. Le djihadisme français est emblématique d’un pays où l’islamisme et ses multiples usages politiques peuvent désormais devenir une importante variable d’ajustement électoral. Or la polarisation entre la kalachnikov du djihadisme et le « Je suis Charlie-Martel » du FN peut aboutir à la guerre civile espérée par Al Suri.

 

 

- L'Huma. : Les terroristes sont-ils des incultes en islam, comme l’affirment certains en France ?

Gilles Kepel : Il y a un vrai conflit sur cette question. Comme Olivier Roy, il y a ceux qui estiment que nous vivons seulement une islamisation de la radicalisation. Selon ce politologue, aux Brigades rouges d’autrefois se substituent les brigades vertes. Pour lui, les djihadistes n’ont rien à voir avec le salafisme. Certains de ses disciples expliquent que cette doctrine constitue un rempart contre le terrorisme. Dans l’entretien paru le 29 septembre 2014 dans le Monde, Olivier Roy note : « Il faut d’autant moins internationaliser le conflit que Daech a avant tout une stratégie locale, qu’il tente d’étendre à tout le Moyen-Orient, mais son objectif n’est ni New York ni Paris. » Alors que la messe est dite, les élucubrations coupées de la réalité continuent à circuler. Les idées d’Olivier Roy s’apparentent à des sophismes modernes, raison pour laquelle elles rencontrent du succès. Il justifie la paresse intellectuelle largement répandue sur cette question complexe. Tout le monde a l’impression de comprendre sans y avoir travaillé. Or, personne ne se rend en Syrie uniquement par le biais d’Internet. Cela passe par un réseau de pairs, par la progression du salafisme comme modèle de rupture en valeurs et culturelle. La porosité entre salafisme et djihadisme demeure grande, même si les salafistes affirment ne pas être violents. Culturellement, les djihadistes sont des salafistes. Parmi ces derniers, certains passent au combat armé, certains autres attendent les instructions de l’Arabie saoudite. Celle-ci pratiquait les accommodements avec ceux qui achetaient son pétrole, alors à 120 dollars le baril. À 27 dollars, il est possible qu’un certain nombre de cheikhs basculent dans la sympathie à l’égard de Daech et, ainsi, se débarrassent du régime saoudien. La réfutation des idées fausses, des sophismes et autres prénotions au sens de Durkheim, d’Olivier Roy et consorts est fondamentale. C’est un débat universitaire, un débat intellectuel, un débat éthique.

 

 

- L'Huma. : Comment expliquez-vous le déni des politiques sur l’idéologie islamiste qui se répand depuis des décennies ?

Gilles Kepel : La question de l’islamisme est si compliquée qu’il faut pour s’y atteler posséder un minimum de culture sur la région. Or, depuis le quinquennat de Nicolas Sarkozy, les études arabes ont été complètement détruites en France. À Sciences-Po, la filière dont je me suis occupé pendant vingt-cinq ans, laquelle formait des docteurs, des hauts fonctionnaires, des acteurs associatifs ou des journalistes, a été fermée en décembre 2010. Nous avons aujourd’hui un véritable déficit de compétences. Nous sommes également victimes, en France, d’énarques omniscients, estimant tout savoir alors qu’ils sont incultes. Quant aux politiciens, ils sont réduits à des astuces qui vont leur permettre de conclure des accords avec des organisations islamistes X ou Y supposées assurer la paix sociale.

 

 

- L'Huma. : Par quel cheminement une partie de la gauche dite radicale est arrivée à nouer des liens durables avec des associations islamistes mettant en avant le combat contre « l’islamophobie », un terme imposé au sein de l’opinion ?

Gilles Kepel : Le processus de porosité entre les discours islamistes et gauchistes est exprimé en 1994 par The Prophet and the Proletariat, de Chris Harman, leader d’un mouvement trotskiste britannique, qui estime possible de pactiser avec l’islamisme dans certaines circonstances. Il trouvera sa prolongation en France avec l’engagement du Monde diplomatique et d’Alain Gresh, alors rédacteur en chef du mensuel, aux côtés de Tariq Ramadan au sein du Forum social européen (FSE) en 2003. Ramadan jouera un grand rôle dans ce rapprochement. Alors que la gauche traditionnelle n’arrivait plus à recruter la jeunesse, Ramadan participe aux divers rassemblements accompagné de ses adeptes de l’Union des jeunes musulmans, comprenant que cette alliance islamo-gauchiste était l’occasion espérée de pénétrer le système politique. Dans cette perspective, les croyances de ces nouveaux alliés ne sont pas susceptibles d’être critiquées, sous peine de rompre les liens instaurés à grand-peine entre l’ex-avant-garde marxiste, dont les soutiens populaires propres ont disparu, et les masses paupérisées des banlieues, désormais inéluctablement islamisées à leurs yeux. Le débat sur Charlie Hebdo pousse la rupture sur les valeurs au paroxysme. Ce journal satirique considère que la critique de la religion islamique est du même ordre que celle de la religion juive ou chrétienne. Alors qu’à l’autre bout du spectre, à l’image d’Emmanuel Todd, on estime que critiquer l’islam revient à cracher sur la religion des pauvres, des prolétaires. Or, il y a un hic dans ce raisonnement : une partie des islamistes n’a pas hésité à défiler lors des « manifs pour tous » avec des conservateurs et des réactionnaires.

 

 

- L'Huma. : Ces alliances entre intégristes et réactionnaires sont-elles un phénomène anecdotique sans conséquence sur la vie politique ?

Gilles Kepel : C’est un phénomène structurant, qui n’est pas dynamique en lui-même. Ceux qui, à gauche, pensaient que le vote des citoyens de confession musulmane leur était acquis, savent désormais que le comportement électoral de ces Français a changé. Un nombre important de municipalités de Seine-Saint-Denis ont basculé à droite. Le département compte à présent une majorité de mairies gérées par la droite, soit 21 contre 19. Les fortes mobilisations contre le mariage pour les homosexuels étaient en adéquation avec la persistance du chômage. Et c’est là que la rupture qui se transforme en valeurs salafistes a un boulevard devant elle.

 

 

- L'Huma. : Que faire ?

Gilles Kepel : Nous avons trois types de défis à relever en France : le défi de connaissance, d’abord de police et de renseignement, lesquels ont raté la mobilisation culturelle djihadiste de la troisième génération ; le défi de l’inclusion sociale, car l’émergence du salafisme et celle du terrorisme sont des signes des failles de notre société ; et le défi culturel. On ne doit pas accepter que les salafistes soient les porte-parole hégémoniques de la population de culture musulmane. On doit refuser le chantage à « l’islamophobie ».

 

Notes

[1] Terreur dans l’Hexagone. Genèse du djihad français, de Gilles Kepel, avec Antoine Jardin. Éditions Gallimard, 21 euros.

[2] Gilles Kepel anime le séminaire « violence et dogme » à l’École normale supérieure et enseigne à l’Institut d’études politiques de Paris. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont les plus récents sont Passion française (2014), Passion arabe (2013) et les Voix des cités (2014) aux éditions Gallimard. Plusieurs de ses livres font référence au monde musulman contemporain, Quatre-vingt-treize (2012), entre autres, chez le même éditeur. Dans Terreur et martyre (2008), chez Flammarion, il décrypte l’appel du penseur syrien Abu Musab al Suri.

 

Pour en savoir plus :
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Analyse Politique Religions - laïcité
commenter cet article
15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 08:31
La loi travail, apothéose d’un quinquennat (Frédéric Lordon)

Nous ne revendiquons rien !

 

Sources :   Le Parti de Gauche Midi-Pyrénées  par Frédéric Lordon [8] | le 12 avril 2016

Au point où nous en sommes, il faut être épais pour ne pas voir qu’il en va dans les mouvements sociaux actuels de bien plus qu’une loi et ses barèmes d’indemnités. Mais l’épaisseur, en tout cas en ce sens, c’est bien ce qui manque le moins à ceux qui nous gouvernent et à leurs commentateurs embarqués. Aussi tout ce petit monde continue-t-il de s’agiter comme un théâtre d’ombres, et à jouer une comédie chaque jour plus absurde, les uns affairés à peser au trébuchet leurs concessions cosmétiques, les autres leurs gains dérisoires, les troisièmes à faire l’éloge du raisonnable ou à préparer gravement « la primaire ». Et tous se demandent quelle est la meilleure couleur pour repeindre la clôture du jardinet qu’ils continuent d’entretenir sur les flancs du volcan déjà secoué de grondements.

 

"Par un paradoxe caractéristique des époques finissantes, ce sont les seigneurs du moment qui accélèrent eux-mêmes le processus de la décomposition, dont on reconnaît les étapes aux seuils de corruption du langage enfoncés l’un après l’autre. On a pour habitude en cette matière de faire d’Orwell une référence. Mais Orwell était un petit joueur qui manquait d’imagination. Soyons juste : il n’était pas complètement sans talent, il a d’ailleurs fallu attendre un moment pour que son clou lui soit rivé. Enfin c’est fait. Et c’est Bruno Le Roux, président du groupe « socialiste » à l’Assemblée, qui s’est chargé de lui enseigner à quels sommets on peut emmener le prodige du renversement des mots : « il faut que le CDI ne soit pas une prison pour le chef d’entreprise [1] ». Il faut admettre qu’on peine à faire le tour d’un trait de génie pareil et qu’il faut être bien accroché pour ne pas céder complètement au vertige. Ceux qui s’en souviennent penseront également à cet extrait des Nouveaux chiens de garde [2] où Bénédicte Tassart (RTL), croyant vitupérer les séquestrations de patrons, s’exclamait qu’il « est inadmissible de retenir des personnes contre leur volonté dans des bureaux », manifestement sans se rendre compte qu’elle livrait par-là même un point de vue éditorial aiguisé sur le rapport salarial (sans doute limité au secteur tertiaire mais aisément généralisable). La malheureuse cependant était tout à fait innocente. Les évocations carcérales de Bruno Le Roux sont bien mieux pesées. Tellement bien d’ailleurs qu’elles donnent considérablement à penser — quoique peut-être hors de ses intentions de départ.

 

Il se pourrait en effet que tout ce qui se passe en ce moment se joue précisément autour de la connexion, puissamment mise en évidence par Bruno Le Roux, du contrat salarial et de la prison. Qui se trouve enfermé vraiment, c’est bien sûr là le point de controverse résiduel, auquel par bonheur ne s’arrêtent pas trop longtemps tous ceux qui, bombes de peinture à la main, réélaborent pour leur propre compte, et de manière assez vigoureuse, la grande intuition rouquinienne.

 

Et pas seulement celle-là. Car c’est décidément un gouvernement qui ne manque pas de philosophes et s’y entend dans l’art de donner à penser. On se souvient d’Emmanuel Macron méditant sur les fins dernières et qui suggérait qu’« il faut des jeunes qui aient envie de devenir milliardaires ». Passer à l’article indéfini pour lui faire dire qu’il faudrait que « les jeunes aient envie de devenir milliardaires » serait-il faire violence à une pensée que, visiblement, seule la crainte de réactions arriérées retient de la conséquence ? De l’un à l’autre en tout cas — de Le Roux à Macron — et quoique par des voies différentes, c’est bien une idée générale de l’existence qui nous est proposée.

 

"Il y a là une invitation et il faut y être sensible. Prenons donc les choses au niveau même de généralité où elles nous sont soumises — le seul moyen de leur apporter une réponse adéquate. Disons avec honnêteté que celle-ci a pris du temps à murir. Il est vrai que tant la brutalité de l’assaut néolibéral que l’effondrement de l’« alternative communiste » n’étaient pas propices à reprendre rapidement ses esprits. Cependant trois décennies d’expérimentation soutenue en vraie grandeur ne pouvaient pas ne pas produire quelques aperceptions. Le travail du réel fait son chemin, et il le fait d’autant mieux que se développent les lieux de mise en commun (au tout premier chef le site #OnVautMieuxQueCa), où les gens découvrent que ce qu’ils vivaient chacun par devers soi est en fait très largement partagé.

 

Et puis, mais il faut en savoir gré à ce gouvernement dont les stimulations à penser n’ont jamais cessé, ladite « loi travail » vient là, comme une sorte d’apothéose, qui aide considérablement à ce que s’opèrent les dernières clarifications. L’idée de la vie que ces personnes nous offrent nous apparaît maintenant avec une grande netteté. C’est pourquoi, désormais en toute connaissance de cause, et y ayant bien réfléchi, nous pouvons leur répondre que non. Soulignons-le à l’usage des mal-entendants, qui se sont toujours comptés en grand nombre du côté du manche : c’est de cela qu’il est question aujourd’hui. Pas de CDD télescopiques, de comptes rechargeables, ou de barèmes à mollette : de cela, une idée de l’existence.

 

On peut convaincre avec des principes, on le peut encore mieux avec des images. Pour qui n’aurait pas encore les idées bien fixées quant au type de monde que la philosophie gouvernementale désire pour nous — en tous les sens de l’expression : à notre place et pour nous l’imposer —, il suffirait de regarder une ou deux choses dont le pouvoir d’éloquence posera un rude défi à la pédagogie ministérielle. Il y a bien sûr, mais tout le monde les a vues, ces images d’une controverse entre trois policiers et un lycéen parisien surarmé, celles également d’un retour des CRS sur les bancs de la faculté de Tolbiac, qui font entendre une résonance particulière des propos de François Hollande en 2012 — « Je veux redonner espoir aux nouvelles générations » — ou bien plus récemment de Najat Vallaud-Belkacem (24 mars 2016) — « Education : ce que nous faisons pour la jeunesse ». A moins qu’il ne s’agisse en fait de leur note tout à fait juste.

 

La réalité de l’ordre social se trouve pourtant autrement mieux figurée dans deux vidéos dont la première, de pur témoignage, a été faite par Fakir et laisse Henri (son nom n’est pas donné) raconter comment, employé d’un sous-traitant, il s’est trouvé dénoncé par Renault où il intervenait pour avoir, depuis sa messagerie personnelle, fait la promotion du film Merci patron ! auprès des syndicats du Technocentre… Dénoncé et puis, il va sans dire, interdit d’accès au site… et maintenant en procédure de licenciement auprès de son propre employeur. Plus confondante encore, cette scène filmée au bureau de Poste d’Asnières, lors d’une réunion syndicale à laquelle des étudiants sont venus participer pour informer de leur mobilisation… tous se retrouvant face à des policiers armés de flashball, semble-t-il appelés par la direction, et que seule la cohésion du groupe, emmené par une grande gueule de Sud PTT, armée de ce qu’il reste de droits syndicaux, permet de refouler.

 

Et c’est peut-être celle-là la scène canonique, celle qui dit tout : la hantise du pouvoir — la réunion des étudiants et des salariés ; la surveillance en dernière instance policière du salariat rétif, c’est-à-dire la fusion de l’Etat et du capital, paradoxalement — ou à plus forte raison — quand il s’agit du capital public ; l’alternative radicale de la soumission ou de la lutte collective. Il est bien certain qu’avec de pareils spectacles la clarté de l’entendement reçoit un puissant renfort de l’imagination. Une fameuse poussée des affects aussi. Et voici ce que cette belle propulsion nous permet de leur dire : comprenez bien que nous ne revendiquons rien. Entendez qu’après quelques décennies à faire, vous et vos semblables, la démonstration de vos talents et de votre hauteur de vue, l’idée de négocier quoi que ce soit avec vous nous apparaît absolument sans objet. C’est que « revendiquer » n’a de sens que dans un certain cadre qu’on reconnaît par-là implicitement comme légitime, et tautologiquement comme hors du champ de la revendication elle-même — puisqu’il en est le cadre… Or, vient fatalement un moment où, à force de combats dérisoires pour des miettes, et même en l’occurrence pour simplement résister à la diminution des miettes, l’impensé du cadre revient à la pensée. Non plus comme objet de « revendication » mais comme objet de renversement.

 

"Certes, nous le savons, pour continuer d’entretenir l’illusion, vous pouvez compter sur le syndicalisme du bouton d’or, celui qui voit des « ambitions de progrès [3] » au fond des plus notoires régressions, et dont la science héraldique a maintenant établi aussi bien les armoiries — « de serpillière sur balais de pont croisés » — que l’éternelle devise : « Affalé toujours déjà ». Contre un certain syndicalisme couché, ce qui naît en ce moment serait plutôt de l’ordre du mouvement debout. Comme on sait, le mouvement, entendu en ce sens, commence par le rassemblement. Des gens ont opiné que simplement manifester une fois de plus sur des trajets convenus, c’est-à-dire « revendiquer », ne serait plus suffisant. En conséquence de quoi, ils ne rentreront pas chez eux et se retrouveront quelque part pour commencer quelque chose de tout autre. Nuit Debout [4], est le nom de cette initiative, et son exposé des motifs, décalqué à même le message du film Merci patron ! dit assez son nouveau rapport au « cadre » : « leur faire peur »… Nous rassembler, ne pas rentrer, ne pas revendiquer : concentré d’inquiétante étrangeté en effet pour les administrateurs de cadre.

 

Et c’est vrai que, même si nous ne connaissons pas encore bien notre force, ce qui ne fait peut-être que commencer ici a tout du cauchemar pour l’Etat, qui voit ses grand-peurs s’aligner dans une conjoncture astrale du pire : la hantise de la convergence, l’abandon « en face » de la revendication, son remplacement par des affirmations.

 

Il se pourrait en effet que nous soyons sur le point de vivre un de ces moments bénis de l’histoire ou des groupes ordinairement séparés redécouvrent ce qu’ils ont de profondément en commun, ce commun massif institué par le capitalisme même : la condition salariale. Salariés maltraités d’aujourd’hui, lycéens et étudiants, maltraités de demain, précarisés de toutes sortes, mais aussi toutes les autres victimes indirectes de la logique générale du capital : objecteurs aux projets d’aménagement absurdes, mal-logés, sans-papiers corvéables à merci, etc.

 

Mais que peut faire un ministre, ou son directeur de cabinet, de tous ces gens qui en ont soupé de revendiquer ? Rien, absolument rien, ils le savent d’ailleurs, et c’est bien ce qui leur fait peur. C’est que, quand ils abandonnent le registre infantile de la revendication, les gens retrouvent aussitôt le goût du déploiement affirmatif — effroi de l’Etat qui s’est réservé le monopole de l’affirmation. Pour son malheur, la loi El Khomri aura peut-être été l’abus de trop, celui qui fait passer un point de scandale et produit dans l’esprit des gens un remaniement complet de la vision des choses, des places et des rôles. Nous n’avons aucune intention de nous battre pour des codicilles : nous voulons affirmer de nouvelles formes de l’activité et de la politique [5].

 

"Il faut entendre le poignant appel de Michel Wieviorka à « sauver la gauche de gouvernement [6] » pour mesurer le degré d’inclusion des desservants intellectuels du « cadre », et par suite leur incompréhension radicale, fussent-ils sociologues, de ce qui se passe dans la société. Dans une tentative de redéfinition performative des catégories politiques qui dit tout de la glissade à droite de ce personnel d’accompagnement (à la suite de leurs maîtres auxquels il s’agit de toujours bien coller), Wieviorka fait désormais représenter « la gauche de la gauche » par… Benoît Hamon et Arnaud Montebourg ! Manière d’indiquer où se situent à ses yeux les bords du monde fini — car par définition, à gauche de la gauche de la gauche… il n’y a plus rien. Ou plutôt si : il y a les fous. « La gauche folle », c’est l’expression préférée de tous les éberlués de gauche passés à droite qui n’en reviennent pas qu’on puisse ne pas se rendre à la simple raison qui donne à choisir entre « la gauche libérale-martiale de Manuel Valls » (sic), « la gauche sociale-libérale d’Emmanuel Macron », et donc « la gauche de la gauche, de Benoît Hamon à Arnaud Montebourg ». Et qui s’efforcent sans cesse, repliés dans leur peau de chagrin, de ramener toujours plus près d’eux le commencement du domaine de la folie. Alors il faut le dire à Wieviorka et à tous ses semblables, Olivennes [7], Joffrin, etc. : c’est vrai, nous sommes complètement fous. Et nous arrivons.

 

Note :

[1] LCP, 10 mars 2016.

[2] Les nouveaux chiens de garde, film de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, Epicentre films éditions, 2011.

[3] Laurent Berger, « La loi Travail “peut répondre à une ambition de progrès” », L’Obs, 24 mars 2016.

[4] Voir également sur le site Convergence des luttes.

[5] Voir « Pour la république sociale », Le Monde Diplomatique, mars 2016.

[6] Michel Wieviorka, « Il faut sauver la gauche de gouvernement », entretien, L’Obs, 27 mars 2016.

[7] Denis Olivennes, La maladie de la gauche folle, Plon, 2000.

[8] Frédéric Lordon

 

Pour en savoir plus :

- Mon dossier Loi Khomri/Valls

- convergences des luttes

- Nuit debout, ou la démocratie méticuleuse

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Analyse Social Politique Loi Khomri-Valls
commenter cet article

Présentation

  • : blog INSOUMIS. Des éléments pour réfléchir, comprendre, débattre et AGIR ENSEMBLE
  • Contact

La France insoumise, L'AVENIR EN COMMUN

N'attendez pas la consigne !

Rejoignez la France insoumise  ICI

 

 

-

Programme de la France insoumise 2017 " L’avenir en commun "

 

 

  • Visitez ICI la page programme du site de la France insoumise
  • " L’avenir en commun " en version téléchargeable ICI

 

-

Le journal de la France insoumise 2017 :

 

- La chaîne télé de la France insoumise 2017 :

 

Pour vous abonner gratuitement, cliquez ICI

Recherche

Le blog de Cédric RUFFIÉ candidat de la France Insoumise aux législatives pour la 1ère cir. de Charente Maritime La Rochelle/Ré

 

Accéder au site : ICI

NON au Grand Marché Transatlantique

 

Tout sur le GMT : ICI

Le site du Parti de Gauche

 

Manifeste pour l'Ecosocialisme

Mouvement pour la 6e République

Des outils pour combattre le FN et l'idéologie d'extrême droite française