Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2020 4 24 /09 /septembre /2020 16:39
La fermeture de l’usine Bridgestone : tout sauf une surprise, fruit de l’impasse des politiques néolibérales
La fermeture de l’usine Bridgestone : tout sauf une surprise, fruit de l’impasse des politiques néolibérales

Le bal des hypocrites : Regarder les pleurer sur Bridgestone !

..., il faut reprendre le pouvoir, plutôt que de pleurer sur les conséquences du renoncement à tout pouvoir.

 

Depuis 30 ans ils regardent les usines partir. Depuis 30 ans ils laissent faire : zéro protection de l'industrie, zéro quota d'importation, zéro taxe aux frontières et aujourd'hui ils viennent faire les pleurnicheurs sur le parking de Béthune... Mais, comme le dit François Ruffin les traîtres, c'est eux !

 

Sources : Europe Solidaire Sans Frontières par GODIN Romaric, JARDINAUD Manuel

- La fermeture de l’usine Bridgestone : tout sauf une surprise
Le fabricant de pneus a annoncé la fermeture de son usine de Béthune avec 863 licenciements à la clé. Des politiques de tous bords s’émeuvent de cette « trahison ». Mais en contrepartie des aides publiques déversées depuis des années, (entre 2008 et 2016 620 000 d'€ d'aides régionales, en 2008, la CDA de Béthune a versé presque 1,2 million d'€ au groupe japonais, en complément du versement de 620.000 euros de la Région mentionné précédemment. A cela s'ajoute 500.000 € du FEDER (fonds européen) ainsi que 320.000 € de l'Etat. Au total, les aides publiques depuis 2008 avoisinent donc 2,6 millions d'euros et ce n'est pas tout. , 1,8 million d'€ de CICE en 2017[1] et autant en 3018[4]), rien n’était exigé de l’entreprise.

 

La fermeture annoncée, le 16 septembre, de l’usine de Bridgestone à Béthune (Pas-de-Calais) risque de priver d’emploi 863 salariés. Soit la totalité de l’effectif. Face au désastre social à venir, chacun y va de son cri d’orfraie. Et découvre une nouvelle fois les limites des politiques publiques de subventions et d’aides aux industriels.

 

 

🔴 Pour la direction du fabricant japonais de pneus, les données sont simples : le site de Béthune n’est plus adapté au marché des véhicules de tourisme.

Dans un communiqué au ton compassionnel pour les salariés concernés, elle met en cause une tendance économique mettant une pression sur les prix alors que « l’usine de Béthune est la moins performante parmi toutes les usines européennes de Bridgestone ».

 

Cette dernière phrase dit évidemment tout du dumping social en marche dans l’Union européenne (UE) où Bridgestone continue de développer ses implantations au détriment de territoires historiques comme dans le Nord.

 

Le député communiste Fabien Roussel a immédiatement dénoncé les millions d’euros investis par l’industriel en Europe de l’Est au détriment de l’usine française [2]. Selon lui, Bridgestone a dépensé 140 millions d’euros en Pologne et 190 millions d’euros en Hongrie pour moderniser sa production.

 

« Avec de l’argent de l’UE », précise l’élu. De fait, dans un exercice de vérification, le site du Figaro confirme que l’un des investissements a bénéficié d’une large subvention européenne. En Pologne, accepté en 2013, le projet « a bénéficié d’une subvention européenne à hauteur de 24 millions d’euros ». Bruxelles participe à la création de déséquilibres au sein de l’Europe en déversant une manne quand, de l’autre côté du continent, l’outil de production se meurt à petit feu.

 

La course aux subventions et aux aides diverses est devenue une spécialité de ces industriels qui bénéficient des largesses des pouvoirs publics pour maintenir l’emploi au maximum, dans des territoires souvent sinistrés. En jouant le chacun pour soi, au-delà des frontières.

 

Aujourd’hui, les politiques de tous bords s’émeuvent, de tribunes en interviews, d’une supposée trahison de Bridgestone qui n’aurait pas respecté ses engagements en contrepartie des aides publiques touchées au fil des ans. Contreparties qui, dans les faits, n’existent pas.

 

  • " L’État ne doit plus verser d’aides publiques aux grandes entreprises sans contrepartie. L’État doit exiger le remboursement des aides publiques de la part des licencieurs en série. L’État ne doit pas hésiter à envisager la nationalisation des sites industriels que les financiers désintègrent pour leurs profits ", déclare la France insoumise[3].

 

Selon plusieurs médias reprenant des sources syndicales, Bridgestone a récupéré 1,8 million d’euros en 2018 au titre du CICE. Depuis, c’est sous forme d’allégements de cotisations sociales que l’entreprise a pu bénéficier de cette forme de subvention que vient de largement étriller, quant à son efficacité, un rapport d’évaluation.

 

 

🔴 Mais comme toute société éligible, l’industriel n’avait aucune obligation en terme d’emploi.

Il avait d’ailleurs décidé de se passer des services d’une centaine d’intérimaires en 2019 sans que cela n’émeuve aucun personnel politique.

 

En outre, et cela a provoqué la colère de Xavier Bertrand, le président de la région Hauts-de-France, l’équipementier a récupéré une subvention régionale de 120 000 euros en 2017 pour financer de la formation. L’ex-ministre du travail, pourtant au fait de la liberté laissée aux entreprises aidées, a eu des mots très durs : « Une fermeture complète de ce site, c’est un assassinat. Et c’est un assassinat prémédité, prévu de longue date. […] On a affaire à des menteurs. »

 

Malgré cela, et pour ne pas perdre sa crédibilité d’élu aux côtés des salariés, il a indiqué que, si le groupe est prêt à « discuter d’un projet d’investissement sur ce site », l’État et les collectivités mettront alors de l’argent sur la table.

 

  • Au risque que l’histoire se répète ?

Car c’est exactement ce qui s’est déroulé pour l’ancienne usine Whirlpool à Amiens (Somme), devenue WN, qui a été vendue en licenciant à nouveau en juillet 2019 après avoir mobilisé énergie et fonds publics pour sauver le site industriel. « Un fiasco généralisé pour ce qui devait être la reprise pérenne du site de Whirlpool », écrivait Mediapart à l’époque [5].

  • Du côté du gouvernement, même aveuglement, où l’on feint la surprise face à une telle pratique de la part de Bridgestone et où l’on ne retient pas les leçons du passé.

Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État à l’industrie, et Élisabeth Borne, ministre du travail, ont été dépêchées sur place le 21 septembre. Pour Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, il s’agit d’une « trahison ». Pour le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, c’est une décision « révoltante ».

La première, au micro d’Europe 1 [6], indiquait peu après l’annonce de Bridgestone : « Je trouve incroyable que dans ce moment particulier, où il y a des moyens pour investir dans les salariés, dans de nouveaux équipements, on ne donne pas un avenir au site de Bridgestone. » Elle faisait ainsi allusion au dispositif d’activité partielle longue durée (APLD) notamment, censé être l’arme antichômage au cœur de la crise. L’entreprise a déjà bénéficié du chômage partiel, en fermant momentanément son usine pendant le confinement.

 

 

🔴 Pourtant, et quand bien même le fabricant de pneus accepterait de surseoir provisoirement à fermer son usine en recueillant de l’argent public, ses déclarations sont claires

« Il n’existe pas d’alternative qui nous permettrait de surmonter les difficultés auxquelles nous sommes confrontés en Europe. Cette étape est nécessaire pour pérenniser les activités de Bridgestone à long terme », a déclaré Laurent Dartoux, le président de Bridgestone EMIA. Façon de dire que l’avenir est bien ailleurs, en Asie par exemple[6 bis].

 

  • Le député François Ruffin (La France insoumise), qui a vu les mêmes causes produire les mêmes effets dans l’Amiénois (Goodyear, Continental, Whirlpool), a quant à lui vertement critiqué les outrances du pouvoir local et du gouvernement. « Ces politiques qui viennent jouer les pleurnicheurs […], il n’y en a pas un qui a commencé à mettre en œuvre une solution protectionniste. [...] Je considère que les traîtres, les cyniques, les menteurs, c’est le gouvernement. Ce sont les anciens ministres, les ministres qui ont ces propos-là », a-t-il dénoncé sur RMC (Voir ci dessous " Regarder les pleurer sur Bridgestone ").

 

À l’issue de la rencontre entre les ministres, la direction de Bridgestone et l’intersyndicale, un accord de méthode a été conclu afin d’expertiser des pistes alternatives à la fermeture du site. S’il échoue, l’usine éteindra définitivement ses machines avant l’été 2021.

 

- L’impasse des politiques néolibérales

Les mêmes qui prônent la liberté d’action pour les entreprises feignent de se lamenter de ses effets sur l’emploi. L’incapacité de lier les deux reflète l’aveuglement de cette politique de l’offre, version managériale du « ruissellement[7] ».

 

 

🔴 Derrière les larmes de crocodile et les indignations de façade, l’affaire Bridgestone révèle la faillite des politiques économiques menées depuis plus de 30 ans.

Des politiques soutenues, conçues et imaginées par les politiques qui se lamentent aujourd’hui sur le sort du site du fabricant de pneus japonais et qui pourraient se résumer en une seule phrase : faire confiance aux choix des entreprises.

 

Toute l’action publique a été fondée sur cette idée que, puisque ce sont les entreprises qui « créent des emplois », il faut leur donner les moyens de le faire, soit par des subventions directes, soit par de généreuses exonérations de cotisations sociales, soit par la baisse de la charge fiscale.

 

  • Cette vision était logique au regard de l’idéologie dominante et des méthodes qui en découlaient.

Tous les modèles macro-économiques sont « microfondés », autrement dit, ils sont la projection des comportements individuels des acteurs économiques au niveau d’une économie. Pour créer des emplois, il faudrait donc donner plus de moyens financiers d’embaucher aux entreprises. C’est, dans la vulgate politique, le fondement de la « politique de l’offre », qui consiste à penser que rendre le travail moins cher pour les employeurs les conduira à créer des emplois.

  • Cette pensée n’est donc rien d’autre qu’une forme de la théorie du « ruissellement[7] », qui s’appuie sur les entreprises.

Le calcul était le suivant : les exonérations, subventions et autres crédits d’impôts devaient retomber sur la population sous la forme d’une pluie d’emplois. Mais rien ne s’est produit comme prévu.

 

Dans un monde où la mobilité des capitaux est un totem, où la financiarisation des entreprises est généralisée, où la valeur actionnariale domine et où la production est un mal nécessaire, ces politiques, qui ne sont rien d’autre qu’une version naïve de la « main invisible » d’Adam Smith, sont vouées à l’échec. Les groupes internationaux agissent selon les « opportunités ». Ils viennent pour s’emparer de savoir-faire ou profiter de certaines « opportunités », et repartent dès qu’ils ont l’occasion d’accroître ailleurs leurs profits. Derrière le mirage de « l’attractivité » (la France a toujours été dans le trio de tête des pays les plus attractifs du monde), il y a une constante déception. Ces flux de capitaux repartent aussi vite qu’ils arrivent ; ils ne viennent pas pour assurer un développement mais pour opérer des razzias.

 

 

🔴 Jamais les promesses de ces politiques n’ont été tenues, ni le CICE, ni les exonérations de cotisations, ni les baisses d’impôts aux entreprises ni les réformes du marché du travail n’ont stoppé la dégradation de l’outil productif français.

Cette dégradation n’est pas une spécificité française, du reste. Malgré une politique fiscale et sociale ultra-agressive, le Royaume-Uni a connu le même phénomène de désindustrialisation massive depuis 40 ans.

 

  • On peut, certes, comme le font certains, prétendre que tout cela n’est pas suffisant.

Ce n’est pas assez d’avoir dépensé entre 2013 et 2019 134 milliards d’euros de CICE, d’avoir dépensé autant par an de subventions, d’avoir les taux de financement les plus bas de l’histoire, de promettre la baisse des impôts de production pour 10 milliards d’euros par an et celle de l’impôt sur les sociétés d’autant. Le tout dans un contexte où « l’optimisation fiscale » reste une pratique courante des grands groupes. On peut toujours le penser. Mais est-ce sérieux ?

  • En réalité, l’affaire Bridgestone vient appuyer à l’endroit précis de l’échec de ces politiques.

Car, enfin, voici une entreprise qui, non contente d’avoir bénéficié de toutes les aides, subventions et exonérations passées, pouvaient compter sur des promesses alléchantes : baisse des impôts sur la production et du taux d’impôt sur les sociétés, nouveau round de réforme du droit du travail, nouvelles aides directes dans le cadre du plan de relance. Mais rien n’y a fait. Les « anticipations rationnelles » de la multinationale l’ont conduite à fermer l’usine.

 

 

🔴 La vraie source de la colère des membres du gouvernement et de l’exécutif régional est donc avant tout la révélation de l’inanité de ces politiques qu’ils défendent depuis des décennies et qui sont prétendument créatrices d’emplois. 

En transférant aux entreprises seules la tâche de créer des emplois dans un contexte de mondialisation financiarisée, ils se retrouvent régulièrement les dindons de la farce. Car si les entreprises sont libres, dans leur intérêt, de créer des emplois, elles sont tout aussi bien libres d’en détruire.

 

 

🔴 Le piège se referme alors sur ces dirigeants qui touchent du doigt cette réalité que l’intérêt général n’est pas la somme des intérêts des entreprises.

Lorsque l’on accepte le chantage à l’emploi comme un pilier de la politique économique, on transfère aux entreprises les principaux choix économiques et sociaux. On peut ensuite venir s’en plaindre, mais il y aurait là de quoi rire si la situation n’était pas aussi dramatique pour les salariés. Car ce sont bien les mêmes qui, par temps calme ou lors des grands discours théoriques, prétendent que l’économie, cela consiste à soutenir les entreprises.

  • N’est-ce pas Emmanuel Macron qui avait promis dans Forbes [8], le 1er mai 2018, la fin de « l’exit tax », cette taxe contre les fuites de capitaux, parce qu’elle découragerait les investissements ?
  • N’est-ce pas Jean Castex qui, lors de son discours de politique générale le 15 juillet, prétendait que « l’économie, c’est l’entreprise et l’initiative » [9] ; et que donc il fallait laisser faire ?
  • N’est-ce pas Bruno Le Maire qui refusait toute demande de contreparties aux baisses d’impôts sur la production parce que, comme il l’a dit aux Échos [10], « imposer des conditionnalités nous ferait perdre du temps pour la relance et conduirait à un échec » ?

Mais s’il n’y a pas de contreparties, c’est bien que les entreprises font toujours les bons choix. Pourquoi ensuite venir blâmer Bridgestone ? Parce que l’entreprise japonaise prouve déjà l’inefficacité du plan de relance par l’offre du gouvernement, venant démentir directement Bruno Le Maire, qui affirmait dans cette même interview que ce plan « produisait déjà ses effets » ?

 

 

🔴 Il est vrai que, parfois, ces choix ne sont pas désintéressés.

Que penser du délégué interministériel aux restructurations Marc Glita, qui a participé aux négociations avec Bridgetone et qui, soudainement, selon le site Contexte, devient conseiller [11] du patron de Plastic Omnium et de l’AFEP, l’association des grandes entreprises, Laurent Burelle, par ailleurs un des plus farouches partisans du refus de toute contrepartie au plan de relance ? Peut-on sérieusement la veille prétendre défendre les emplois contre une entreprise « voyou » et le lendemain défendre la liberté totale des entreprises d’utiliser les cadeaux fiscaux à leur guise ? Et peut-on croire à l’engagement de l’État dans ce cas pour défendre réellement les emplois menacés par sa propre politique ?

 

 

🔴 Concrètement, cette politique est un désastre.

Elle désarme la puissance publique, décrédibilise l’action syndicale et ne stoppe nullement la désindustrialisation. Il n’y a là rien d’étonnant. La désindustrialisation est un phénomène assez général en Occident, la production à faible valeur ajoutée ayant été transférée dans des pays à bas coûts. Quant au haut de gamme, l’Allemagne s’en est assuré le monopole par sa politique mercantiliste fondée sur la modération salariale. Les autres en sont réduits à des expédients : bulle immobilière, destruction de l’État-providence ou encore fuite en avant financière.

 

 

 

🔴 Pendant longtemps, on a pensé que tout cela n’était pas si grave.

C’était le discours sur la « destruction créatrice ». Sauf que, là encore, la promesse a perdu de sa superbe. En théorie, cette destruction créatrice concerne l’industrie : les emplois les moins productifs sont remplacés par des emplois plus productifs, plus nombreux grâce aux investissements. Mais le schéma n’est plus pertinent dans le capitalisme contemporain. Les gains de productivité sont minimes et le bas de gamme industriel, comme le haut de gamme, repose très largement sur une baisse relative du coût du travail. Comment en serait-il autrement ? Les investissements productifs sont coûteux et incertains, tandis que les marchés financiers et l’immobilier affichent de beaux rendements.

 

Le résultat de tout cela, c’est que les emplois créés ont été souvent d’assez mauvaise qualité : soit mal payés, soit précaires, soit fragmentés dans le temps. Les réformes du marché du travail, les subventions aux entreprises et autres baisses de cotisations sur les bas salaires ont encore aggravé le phénomène. Mais, progressivement, la numérisation et la destruction du droit du travail ont transformé pour beaucoup la tertiarisation en un cauchemar de précarité. On comprend que ces perspectives ne fassent pas rêver les ouvriers de Bridgestone et que même les hommes politiques n’osent plus défendre un tel mythe.

 

D’autant que la crise sanitaire est venue donner le coup de grâce à ce beau modèle. Les services connaissent avec les mesures sanitaires et les changements de comportement un choc négatif de productivité qui laisse présager de nouvelles pressions sur le travail. Parallèlement, les entreprises industrielles, elles, cherchent à maintenir leurs marges en accélérant les délocalisations, et ce ne sont pas les cadeaux fiscaux du gouvernement qui pourront freiner le phénomène.

 

 

🔴 Le cas Bridgestone est donc un nouveau symptôme de l’échec flagrant d’une politique économique qui transfère entièrement aux entreprises la création d’emplois et identifie leurs intérêts avec l’intérêt général.

Mais les choix micro-économiques ne sont que les conséquences des choix macro-économiques. La naïveté de la pensée du libre-échange, de la financiarisation et de la libre circulation des capitaux a produit des effets que les ouvriers de l’équipementier japonais peuvent amèrement constater, après tant d’autres. C’est bien pour cette raison que les rodomontades de politiques qui, partout, défendent le libre choix des entreprises comme créateur d’emplois ne sont pas sérieuses.

 

 

 

🔴 Le vrai enjeu, c’est bien celui du pouvoir.

Qui décide de quels emplois une société a besoin et de la manière d’assurer un niveau de vie décent à tous ? Le transfert de ces choix au seul marché, par ailleurs pas réellement libre dans les faits, tant la tendance oligopolistique du capitalisme contemporain est forte, conduit à un double effet : l’affaiblissement d’un État désarmé devenu l’idiot utile du capital et le creusement des inégalités de revenus et de conditions sociales.

 

Il semble donc urgent d’en finir avec ce « ruissellement » par les entreprises et le chantage à l’emploi. Et pour cela, il ne faut pas des hochets comme cette « charte des contreparties » proposée par Bruno Le Maire. Il faut un changement complet de logique.

 

Plutôt que de déverser des dizaines de milliards d’euros sur les entreprises, il faut assurer la création directe d’emplois dans la production et les services en rapport avec une définition démocratique des besoins, rendre l’intérêt de la délocalisation de certains sites moins attractif en renonçant à une mondialisation naïve et briser tout chantage à l’emploi par une vraie garantie de l’emploi et une assurance-chômage élargie. Bref, il faut reprendre le pouvoir, plutôt que de pleurer sur les conséquences du renoncement à tout pouvoir.

 

 

- Que faire contre les ayatollahs de la concurrence ?

Par François Ruffin, député France insoumise. Bridgestone, 5G, néonicotinoïdes, même combat ! Vous me croyez pas ? Vous allez voir : derrière tout ça, il n’y a qu’une seule et même injonction, à la concurrence. La course en avant, qui devient une course au néant.

Partager cet article

Repost0
28 avril 2020 2 28 /04 /avril /2020 12:41
Discriminer la population selon l’âge : Un projet anti- démocratique, mortifère et imbécile… vite retiré… mais en partie seulement
Discriminer la population selon l’âge : Un projet anti- démocratique, mortifère et imbécile… vite retiré… mais en partie seulement

Le 15 avril, devant la commission des lois du Sénat[1], le dénommé Jean-François Delfraissy, président du « Conseil scientifique » de Macron avertissait (comme s’il lui appartenait de décider) que 18 millions de personnes devraient demeurer assignées à résidence, au-delà du 11 mai, sans limitation de durée : étaient menacées de ce projet les personnes jugées comme étant les plus à risque de développer une forme grave de coronavirus.

 

Étaient notamment visées les « personnes d’un certain âge, au-dessus de 65 ou de 70 ans », les personnes ayant des affections de longue durée (ALD) et des « sujets jeunes ayant une pathologie mais aussi obèses », selon les termes de Jean-François Delfraissy. « Tout ça, ça fait 18 millions de personnes », indiquait-il. Pour ces personnes, « on continuera le confinement ».

 

Source : émancipation ! Lyon - 69 |

-Et jusqu’à quand ? « Pour combien de temps, je ne sais pas » répondait-il. « En attendant peut-être un médicament préventif ».

Ce projet, c’était une sorte de coup d’État contre 18 millions de citoyens qui, à la différence du reste de la population, n’auraient pas retrouvé le droit de libre circulation, la possibilité d’activités de plein air, de vie sociale, etc… Ce projet complétait le dispositif visant à renvoyer au travail, le plus vite possible, les personnes non touchées par cette limite d’âge.

 

C’était le prix que l’on devait payer pour la politique de destruction de l’hôpital public et d’asphyxie de la Recherche.

 

 

-Un délire du seul président du Conseil scientifique ?

Jean-François Delfraissy s’était peut-être un peu trop engagé devant le Sénat, mais il n’avait rien inventé. Il s’inscrivait dans la continuité de l’allocution présidentielle du 13 avril. Simplement, Macron avait été légèrement plus prudent dans son propos : « Pour leur protection, nous demanderons aux personnes les plus vulnérables, aux personnes âgées, en situation de handicap sévère, aux personnes atteintes de maladies chroniques, de rester même après le 11 mai confinées, tout au moins dans un premier temps. Je sais que c’est une contrainte forte. Je mesure ce que je vous demande et nous allons, d’ici le 11 mai, travailler à rendre ce temps plus supportable pour vous. Mais il faudra essayer de s’y tenir pour vous protéger, pour votre intérêt. »

 

Mais lui-même ne contestait pas la déclaration de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui venait de déclarer le 12 avril : « Sans vaccin il faut limiter autant que possible les contacts des seniors ». Cela implique de maintenir le confinement des personnes âgées : « Les enfants et les jeunes jouiront plus tôt de davantage de liberté de mouvement que les personnes âgées et celles avec des antécédents médicaux », expliquait-elle, « espérant » le développement d’un vaccin « vers la fin de l’année ».

 

 

-

Un concert de protestation contre un projet mortifère
Ce qui n’était sans doute pas prévu, c’est le tollé de protestations qui s’éleva ; protestations des personnes menacées d’abord, et protestations de médecins et de psychologues également. Par exemple, un chef de service en médecine gériatrique rappela qu’en ce qui concerne les personnes résidant en Ehpad « certains sont en train de se laisser mourir ».

 

Et là, ce qu’on programmait, c’était la mort lente pour 18 millions de personnes, Ehpad ou pas Ehpad, toutes condamnées à péricliter sur place : un sacré moyen de faire des économies pour les caisses de retraites. Et en cas de canicules, ces millions de « vieux » et de personnes jugées fragiles auraient été condamnées à rester enfermées dans les fournaises urbaines : combien de morts en perspective ?
Dans la soirée de jeudi, l’Académie de médecine prenait position avec force contre un dé-confinement par tranche d’âge.

 

Une psychologue clinicienne parlait de mesure « arbitraire, injuste, discriminante et anticonstitutionnelle » et s’inquiétait : « une colère sourde est en train de monter dans les rangs des seniors ». Des proches du pouvoir s’en inquiétèrent. C’est le cas d’Alain Minc : « Vous allez voir monter la révolte des vieux, la révolte en cheveux blancs, très fortement dans les semaines qui viennent. » (16 avril sur France info).

 

 

-Un projet imbécile
Mais le pire, c’est que ce projet est imbécile. Il prétend protéger les vieux ? Mais en les enfermant, il anéantit l’essentiel de leur possibilité d’activité physique, sportive et sociale, réduisant ainsi leur espérance de vie, et vise à les détruire moralement.
Il prétend aussi s’appliquer aux personnes ayant des affections de longue durée, quel que soit l’âge : mais certaines de ces ALD exigent au contraire que la personne touchée ait une activité physique et sportive importante.

 

Il menace les personnes « obèses » alors qu’elles ont besoin d’activité. Et comment ferait la police pour les contrôles ? Au faciès pour les vieux ? Avec un pèse-personne pour les obèses ?

 

 

-Marche arrière
Renoncer à ce projet était devenu inévitable. Au moins pour un temps et sous cette forme.

L’annonce est tombée vendredi, en début de soirée, directement de l’Elysée : « Le chef de l’État ne souhaite pas de discrimination entre nos concitoyens après le 11 mai » et « en appellera à la responsabilité individuelle ». En précisant : le chef de l’État a souhaité faire cette mise au point en voyant « monter le débat sur la situation de nos aînés, après les déclarations du Pr Jean-François Delfraissy ».

 

Affaire réglée ? Ce n’est pas si simple. Car les medias oublient l’autre versant des déclarations faites par le président du Conseil scientifique institué par Macron. « Faire un covid dans des conditions tout à fait raisonnables » ?

 

Rappelons que le professeur Delfraissy porte deux casquettes. D’abord, il est président du Comité consultatif national d’éthique. Ensuite, il est devenu président du nouveau conseil scientifique créé le 11 mars. C’est sur ce conseil que s’est appuyé Macon pour justifier le maintien des élections municipales.

 

« Il y a un conflit d’intérêt entre devenir le porte-parole de la stratégie gouvernementale et la présidence du Comité d’éthique », écrit à juste titre un scientifique marseillais[2].

 

Lors de son audition devant la commission sénatoriale, Jean-François Delfraissy indique avec cynisme que, à côté des 18 millions de personnes qui resteraient confinées, figurent 50 millions de personnes pouvant reprendre une activité même si elles tombent malades.

 

On doit prendre connaissance des deux versants de cette intervention telle qu’il l’a formulée, et en particulier de la fin de ce passage :

« Quelle population nous allons avoir devant nous quand nous allons sortir du confinement ? Et bien, on peut de façon extrêmement schématique, diviser la France en trois parties : Premièrement des personnes qui sont les plus à risques de développer une forme grave. Ça va rester. Ce sont les personnes d’un certain âge disons, dans lesquelles d’ailleurs je suis, donc au-dessus de 65 ou de 70 ans. Ce sont les personnes qui ont des affections de longue durée, qui ont des multi pathologies, insuffisances respiratoires, cardiaques etc., enfin les ALD, et puis ce sont des sujets jeunes ayant une pathologie mais aussi obèses puisque vous savez que c’est un facteur de gravité pour les formes graves. Alors tout ça, ça fait 18 millions de personnes. Donc, de toute façon, numérique ou pas numérique, nous avons à la sortie du confinement 18 millions de personnes qui sont à risque d’être contaminées et de continuer à développer une forme grave.

 

Donc, ces 18 millions de personnes, ce n’est pas un scoop, et bien, on continuera le confinement. Dans des conditions, pour combien de temps, je ne sais pas, en attendant qu’on trouve peut être un médicament préventif, mais il faudra poursuivre le confinement parce qu’elles sont à risque de développer une forme grave.

 

Deuxièmement il y a les 50 millions de Français plus jeunes beaucoup moins à risque de développer, finalement, faisant, pouvant faire un Covid dans des conditions, je dirais tout à fait raisonnables, qui sont et qui posent la question de la remise dans une certaine forme d’activité et avec le questionnement plus particulier des plus jeunes, qui est une question qui est un peu à part.

 

Puis il y a une troisième population qui est environ un million de personnes qui sont les SDF, les personnes en grande précarité, un certain nombre de migrants sur lesquels ont a très peu de données et vous avez vu qu’il y a beaucoup de mouvement, beaucoup de notes concernant ces populations les plus fragiles mais somme toute on a très peu de data. Si vous me demandez la prévalence du Covid dans ces populations, il n’y a aucune bonne étude actuellement qui permet tout à fait de le réaliser. »

 

 

-Un conseiller « scientifique » au service du patronat
Ce président du Conseil scientifique passe par pertes et profits 1 million de personnes. C’est déjà scandaleux. Mais pour le plus grand nombre, il considère qu’ils peuvent reprendre « une certaine forme d’activité » car ils peuvent « faire » un Covid sans problème majeur (de « façon tout à fait raisonnable »). C’est exactement la position du Medef : on prend quelques dispositions préventives, et au boulot !

 

Le confinement des vieux n’était donc que le pendant de la reprise du travail par les autres, comme les deux faces d’une même médaille.

 

Et ça, Alain Minc ne l’a pas dénoncé, et Macron ne le remet pas en cause… puisque c’est exactement l’objectif qui est le sien, au compte du patronat.

 

C’est donc l’entièreté de ce dispositif qui doit être combattu.

Combattre pour le droit des salariés à un strict respect des conditions sanitaires sur le lieu de travail, et combattre contre tout projet (qui peut revenir) de confinement sans fin des « non productifs » sont les deux faces d’un même combat.

 

Cela passe par quelques exigences simples, en particulier :

  • Satisfaction immédiate de toutes les revendications des personnels hospitaliers
  • Droit de retrait maintenu sans pertes de salaires ni de jours de congés ;
  • Droit de contrôle et d’opposition des salariés sur toute éventuelle reprise, paiement à 100% du salaire ;
  • Refus d’une reprise scolaire sans tests et garanties sanitaires, refus d’une pseudo « reprise » dont l’objectif n’est que d’assurer la garde des enfants pour que les parents puissent reprendre le travail ;
  • Réquisition de toutes les entreprises nécessaires à la santé publique ;
  • Abrogation de la loi d’urgence sanitaire qui met en cause les droits démocratiques et des ordonnances.

 

Note :

[1] Le professeur Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique sur le Covid-19, a été entendu ce mercredi par la commission des lois du Sénat

[2Didier Raoult charge le conseil scientifique

Partager cet article

Repost0
5 avril 2020 7 05 /04 /avril /2020 11:19
Coronavirus : cause unique de la crise économique et financière, ou déclencheur et accélérateur d’une crise majeure du système capitaliste ?
Coronavirus : cause unique de la crise économique et financière, ou déclencheur et accélérateur d’une crise majeure du système capitaliste ?

Depuis début mars, la crise économique et boursière s’est développée avec rapidité, menaçant l’ensemble du système financier international, sans que l’on puisse prédire quelle sera son ampleur et sa durée.

La lecture dominante qui est faite de cette crise, dans la presse économique en particulier, est qu’il s’agit d’un « accident », d’une crise imprévue provoquée par une épidémie, et que tout peut revenir dans l’ordre au plus vite quand l’épidémie aura été surmontée.

Mais une autre lecture apparaît dès que l’on aborde certains des principaux développements de cette crise : celle d’une profonde crise du système capitaliste, qui était en gestation avant le début de l’épidémie, et dont l’épidémie est le déclencheur puis l’accélérateur, une crise du mode de production capitaliste lui –même.

 

Source : Midi Insoumis Populaire et Citoyen par Serge Goudard, PG Lyon | Mis à jour le 20/11/2020

-Une cause « extérieure » à l’économie ?
Un éditorial du quotidien Les Échos (17 mars) est significatif de l’analyse dominante : « Les frontières européennes vont être fermées. Ce moment dramatique va causer des dégâts économiques. Bruno Le Maire s’emploie avec énergie à les minimiser en utilisant les instruments éprouvés en 2008. Tant mieux (…) Contrairement à 2008, le virus n’est pas dans l’économie, mais extérieur : elle pourra rebondir. En Chine, la production industrielle a plongé de 13% en janvier-février, mais elle repart. Cela signifie que ce moment Sur cette base, l’auteur (Dominique Seux) affirme donc : « Le meilleur moyen de limiter la catastrophe économique est que la crise sanitaire dure le moins longtemps possible ».

 

Formellement, l’auteur a raison sur un point : le point de départ de la crise relève d’abord d’un fait « biologique », non de l’économie (sachant qu’on peut aussitôt faire remarquer : sa diffusion a été facilitée par la mondialisation accrue de l’économie, par les politiques d’austérité qui ont affaibli les systèmes de santé, et par le retard à agir des gouvernements qui craignaient d’abord le coût financier des mesures à prendre). terrible n’est pas indépassable ».

 

  • Mais il y a une contradiction dans ce raisonnement formel : comment peut-on écrire que la cause de la crise actuelle est fondamentalement différente de celle de 2008 (alors interne à l’économie) et se féliciter que les outils pour surmonter cette crise soient les mêmes que ceux utilisés en 2008 ? Un même remède pour deux causes inverses ?
  • Or, ce sont bien les mêmes « instruments éprouvés » (sic) qui sont mis en oeuvre aujourd’hui comme en 2008 : taux d’intérêts quasi nuls et achats massifs de titres obligataires par les banques centrales, pour sauver les banques privées et éviter la faillite des États, explosion des dettes des États pour surmonter la crise économique.

 

Ce paradoxe pose question :

- si les « remèdes » sont les mêmes qu’en 2008, n’est-ce pas précisément parce que, au-delà de la cause immédiate, il s’agit de soigner les mêmes faiblesses fondamentales du système économique ?

- Et parce que le virus a activé, au sein de l’économie, les mêmes contradictions qu’en 2008, et avec une plus grande intensité encore ?

 

-Au point de départ

  • Le discours des médias ne laisse guère de place au doute : la crise économique qui se développe a une cause simple et manifeste, qui est l’épidémie de coronavirus.
  • Les faits semblent parler d’eux-mêmes : l’épidémie a commencé en Chine, dans la région de Wuhan, sans doute fin novembre 2019, et cette épidémie ainsi que les mesures sanitaires (doublées de mesures policières), a brisé la production manufacturière de cette région. Trois premières villes, dont Wuhan, sont mises en quarantaine le 22 janvier. Puis des mesures de restriction de la circulation sont étendues.​​​​​​​ La production de marchandises et les exportations plongent aussitôt, mettant en difficulté la production dans d’autres pays du fait de l’étroite imbrication des chaînes de productions industrielles mondiales. La politique de flux tendu appliquée à ces « chaînes de valeurs » a aggravé la situation.
  • Puis, l’épidémie a essaimé : touchant notamment la Corée du sud et le Japon, puis l’Italie, la France, et plus ou moins rapidement tous les continents. Et, partout, les mêmes conséquences : effondrement de l’activité touristique, du transport aérien des personnes, chutes des ventes (automobile notamment). Puis, dans un deuxième temps, fermetures d’entreprises et crise boursière pouvant ouvrir la voie à une crise financière (bancaire, monétaire…).

 

 

-Une crise qui se développe au pas de charge (janvier-mars)
La situation évolue rapidement. Chaque jour les principaux indicateurs – niveau de la production et des transports, cours du pétrole, indices boursiers, situation des banques, etc – subissent de fortes variations, le plus souvent à la baisse. Dès la mi-mars, nombre d’éléments attestent de la violence de la crise.

 

Le 2 mars déjà, l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) avait procédé à une première révision, à la baisse, de ses prévisions de croissance mondiale, estimées à 2,4% pour 2020 au lieu de 2,9% prévus antérieurement.

 

Trois semaines plus tard, ce n’est plus la perspective d’une croissance moindre dont il s’agit, mais d’une possible récession mondiale (Les Échos du 23 mars). En Chine même, la production industrielle se serait rétractée de 13,5% en janvier-février. Pour la zone euro, on prévoit une baisse réelle du PIB de 24% au deuxième trimestre (en taux annualisé) selon la Deutsche Bank, dont 28% pour l’Allemagne. Pour l’année 2020, le PIB de la zone euro reculerait de 2,9%. D’autres estimations évoquent un recul du PIB allemand de 5% en 2020, et de 6% pour l’Italie…

 

 

-

Recul du transport maritime, effondrement du trafic aérien et de l’activité touristique

  • En février, le nombre de porte-conteneurs partis de Chine se serait effondré de moitié, sachant que la Chine est à l’origine de 20% du trafic mondial de produits manufacturés intermédiaires. En volume, le commerce mondial devrait reculer de 2,5% (sur une base annualisée) au premier trimestre. Pour la suite, c’est l’incertitude, certains prévoyant un nouveau recul de 1% au deuxième trimestre ;
  • Pour le transport aérien, c’est un cataclysme. En quelques jours, les compagnies suppriment 75 à 100% de leurs vols. Leurs pertes financières sont colossales, qui laissent prévoir de nombreuses faillites. Le 17 mars, l’Association internationale du transport aérien (Iata) chiffre entre 150 et 200 milliards l’aide globale nécessaire. Le 24 mars, l’estimation dépasse 250 milliards ;
  • Pour l’activité touristique, qui représente plus de 10% du PIB mondial, le désastre est total. Quant à l’industrie automobile, marquée d’abord par des arrêts de production en Chine, elle est ensuite touchée par l’effondrement des ventes. En France (le 16 mars), aux États-Unis et ailleurs, toutes les usines sont mises à l’arrêt.

 

 

-Chute du prix du pétrole
Cette chute commence fin février du fait de la baisse de la consommation chinoise. Vendredi 6 mars, l’OPEP et la Russie échouent à trouver un nouvel accord de réduction de la production qui aurait permis de faire remonter le prix du pétrole. L’Arabie Saoudite prend alors la décision unilatérale de brader son pétrole pour préserver ses parts de marché. Le lundi 9 mars, les prix s’effondrent alors de 30%.

 

 

-Krach boursier historique
Le niveau, très élevé, que les principales Bourses avaient atteint en 2019, était resté relativement stable en janvier 2020 puis durant les trois premières semaines de février. Ainsi l’indice parisien du CAC 40, entre le 1er janvier et le 21 février, oscillait entre 6040 et 6100 points.

 

Puis il commence à tomber, lourdement le 28 février : une baisse de 8,3%. La même semaine, le Dow Jones perd plus de 9% (de 28 800 points à 25 400) et l’indice Nikkei perd 6,5%.

 

Après de nouvelles baisses du 2 au 7 mars, le lundi 9 mars prend le caractère d’un « lundi noir », avec des chutes historiques de l’ordre de 8%. Cette chute est accentuée par la guerre des prix du pétrole engagée par l’Arabie Saoudite.

 

Après un petit rebond, la descente reprend. Le jeudi 12 mars, c’est l’effondrement général : le CAC 40 se retrouve à 4025 points, après avoir perdu plus de 2000 points en moins de 3 semaines. Le Dow Jones est tombé à 21 150 points, soit une chute de 7650 points durant la même période, les autres Bourses tombent dans les mêmes proportions, perdant de 20 à 30%.

 

La descente se poursuit ensuite : le lundi 16 mars, le CAC 40 est à 3880 points. Tout ce qui avait été gagné depuis 2013 est effacé. Les pertes, sur les principales places mondiales, sont de 35 à 40% : une débâcle historique. Plus violente qu’en 2008. Puis, du fait notamment de l’intervention des banques centrales, le marché rebondit partiellement. Le mercredi 25 mars, le CAC 40 est remonté à 4430 points. Ce n’est que provisoire : le 1er avril, le CAC 40 est redescendu à 4230 points, le Dow Jones à 21 260.

 

En apparence donc, c’est bien l’épidémie de coronavirus et les mesures sanitaires qu’elle implique qui est la seule cause de cet effondrement économique puis des Bourses.

 

Coronavirus : cause unique de la crise économique et financière, ou déclencheur et accélérateur d’une crise majeure du système capitaliste ?

-Des capacités de production excédentaires avant même la crise
Pourtant, durant les mois précédents le début de cette épidémie, nombre d’indicateurs montraient clairement que, douze ans après la crise de 2007-2008, une nouvelle crise du système capitalisme menaçait, sans qu’on puisse dire alors quel en serait l’élément déclencheur ni le moment précis du début de cette crise.

 

Prenons quelques exemples :

  • La croissance globale ? Celle de la zone euro était déjà proche de zéro fin 2019 (1,9% pour l’année 2019 contre 2,5% en 2017). Selon le FMI, la Chine était entrée dans une « phase de ralentissement » en 2019 ;
  • L’automobile ? Ses capacités mondiales de production étaient déjà largement excédentaires, et les ventes, qui avaient fortement progressé de 2009 à 2018, étaient en baisse depuis 2018. Pour la seule année 2018, les ventes avaient reculé de 0,8% dont 3.5% pour le Chine ;
  • Le transport maritime ? Dès août 2018, les entreprises de transport avaient commencé de réduire leurs capacités sur la plupart des voies commerciales. Puis la baisse s’est accélérée à partir de la mi-janvier 2020 ;
  • Le transport aérien ? La hausse croissante de ce mode de transport avaient conduit les compagnies aériennes à une avalanche de commandes auxquelles les fabricants d’avions n’arrivaient que péniblement à faire face ;

Mais en même temps, ce mode de transport ultra-concurrentiel à l’échelle internationale ne laissait aux compagnies qu’une faible marge de profit, les poussant à faire des économies de personnels. Ainsi, le 27 février, la direction de KLM présente un plan de réduction des effectifs de 1770 postes sur trois ans, plan préparé dès avant l’ouverture de la crise. Dès lors, le moindre imprévu majeur s’avère catastrophique, et va se traduire par des faillites et des annulations de commandes.

  • Le pétrole ? La situation de surproduction mondiale (due notamment aux nouveaux modes d’extraction en Amérique du nord) poussait depuis des années à la baisse des prix. Celle-ci avait été partiellement endiguée depuis trois ans par un accord de cartel passé entre l’OPEP et la Russie pour réduire la production. La baisse plus forte de la demande, début 2020, a fait – pour un temps au moins – voler en éclats cet accord. « L’endettement bon marché a créé des bulles complètement folles »
  • La situation est analogue en ce qui concerne la Bourse et différents secteurs tels l’immobilier. Le formidable krach actuel est provoqué par l’épidémie, mais cela fait des mois (voire des années) que nombre d’économistes s’inquiétaient de la formation de bulles spéculatives, et en avaient identifié la cause majeure.

L’un des fondateurs de la société de gestion et d’investissement Tikehau Capital a beau jeu de rappeler (Les Échos du 20 mars 2020) : « Cela fait au moins deux ans que nous alertons sur l’existence d’une bulle tout à fait inhabituelle. À la suite des interventions des banques centrales après 2008, le levier a augmenté partout dans la sphère financière, que ce soit dans le coté ou dans le non coté. Cet endettement bon marché a fait s’envoler le prix des actifs et créé des bulles complètement folles. Il y aura des ajustements, que ce soit dans l’immobilier, le capital-investissement, la dette et même le marché de l’art… ». L’ennui pour ce financier (qui gère « seulement » 23,8 milliards d’actifs quand certains fonds en gèrent plus 500 milliards…), c’est que ce qui se prépare, ce ne sont pas seulement des « ajustements », mais un effondrement.

 

C’est cette montagne de dettes, déjà considérable en 2008 et qui n’a fait que croître depuis, qui constitue aujourd’hui une menace majeure : la brutale incapacité des entreprises à rembourser leurs emprunts met en difficulté les banques et fissure, par des mécanismes divers, l’ensemble du système financier.

 

C’est ce qui conduit les Banques centrales et les gouvernements à utiliser les mêmes instruments qu’en 2008, à une échelle plus importante encore. Mais ces dettes gigantesques, cet Himalaya de capital fictif, ce n’est pas un coronavirus qui les a créées …

 

-Une crise prévisible… et prévue

  • Le 29 novembre 2018, Capital publiait un article : « La prochaine crise pourrait être un véritable tsunami, selon l’économiste Georges Nurdin, consultant et écrivain ».
  • Sur le caractère prévisible de cette crise, et prévue par divers économistes, on peut relire aussi les articles publiés par L’insurgé d’octobre-novembre 2019, le premier étant titré : « L’économie mondiale au point de bascule ». L’épidémie de Covid-19 intervient dans une situation déjà instable : elle fait basculer la situation, puis accélère le développement de la crise.
  • L'économiste Jean-Luc Ginder confirme cette analyse : « La crise financière et économique était annoncée. La crise sanitaire causée par le coronavirus n’en est pas la cause mais l’accélérateur ». 

Car au-delà des secteurs particuliers ci-dessus évoqués, il faut rappeler que – pour une part majeure - la crise de 2007-2008 avait été surmontée par le recours à des taux d’intérêts quasi nuls (voire négatifs) pratiqués par les banques centrales qui avaient inondé la planète de liquidités, permettant aux États, aux entreprises et aux particuliers d’accroître leur endettement. À cela s’étaient ajoutées des mesures exceptionnelles, les banques centrales prenant en pension, massivement, titres d’états et obligations d’entreprises. Dans le cas de la Banque centrale européenne (BCE), les rachats d’actifs étaient encore, peu avant la crise, de 20 milliards d’euros mensuels.

 

Ces mesures, appliquées des années durant, ont permis de prolonger la phase de croissance et de maintenir en vie des « entreprises zombies ». C’est cet extraordinaire château de cartes qui menace de s’effondrer.

 

En quelques semaines, nombre d’entreprises ne peuvent plus rembourser leurs dettes, mettant les banques en difficulté. Le marché des titres à très court terme émis par les entreprises commence à vaciller.

 

Le marché des obligations d’État est lui aussi menacé, les états risquent de ne plus pouvoir refinancer leurs dettes… Jusqu’à la première semaine de mars, les États pouvaient encore emprunter à des taux dérisoires. Refinancer leurs dettes monstrueuses sans problème. Mais très vite, à la mi-mars, la situation dérape : pour les obligations à 10 ans, l’Allemagne reste à taux négatif, mais la France passe d’un taux négatif à un taux positif (quasi + 0,5% le 13 mars). Le taux italien passe de 1% à 2,5%.

 

Il ne s’agit plus donc seulement d’un choc sur le système productif provoqué par une épidémie. Ce sont notamment les dettes accumulées antérieurement qui peuvent transformer le choc en une grande récession. Il s’agit désormais d’une crise générale du capitalisme et de son système financier.

 

 

-Mars 2020 : mesures chocs et tirs de bazooka
Très vite, des mesures massives sont décidées par les banques centrales et par les gouvernements :

  • Mardi 3 mars, la Réserve fédérale américaine (FED) annonce par surprise une baisse de ses taux directeurs, désormais situés entre 1 et 1,25%. L’impact est limité. Une semaine plus tard, l’Allemagne annonce que 550 milliards d’euros de prêts bancaires aux entreprises seront garantis par l’État ;
  • Dimanche 15 mars, la FED baisse ses taux à 0% et annonce de nouveaux achats de titres ;
  • Lundi 16 mars, en France, nouvelle salve de mesures faisant suite à celles annoncées le 12 mars. Une enveloppe de 300 milliards d’euros permettra de garantir tous les nouveaux prêts sollicités par les entreprises auprès des banques ;
  • Le mercredi 18 mars, la BCE frappe un grand coup : un programme d’urgence de 750 milliards d’euros pour acheter des obligations publiques et privées afin de calmer les marchés obligataires et éviter notamment que les emprunts des États ne deviennent prohibitifs. Dès le lendemain, elle achète de la dette d’État à pleines brassées. Ce même jour, l’État français peut donc lever 7,5 milliards à moyen terme sans trop de mal ;
  • Le vendredi 20 mars, le taux pour l’obligataire Français à 10 ans retombe en partie (+ 0,24%), et pour l’italien à 1,74 : les marchés sont donc rassurés, partiellement. Mais le risque d’une envolée des taux demeure élevé : d’ores et déjà, on prévoit pour la zone euro 350 milliards d’euros d’émissions publiques en 2020, en plus des emprunts prévus avant la crise.

 

-Des circonstances extraordinaires exigent une action extraordinaire
Cette déclaration de Christine Lagarde, la présidente de la BCE, le jeudi 19, vaut pour l’ensemble de banques centrales. Toutes baissent leurs taux d’intérêt. Pour les banques des puissances dominantes, le taux à 0% devient la règle.

 

Le recours au « quantitative easing » (QE, ou assouplissement quantitatif) mis en oeuvre depuis 2008 par la FED, la BCE et la Banque du Japon repart de plus belle : cela consiste à émettre du papier monnaie pour racheter des titre de dette, ce qui revient à financer sans limite la dette privée et publique.

 

Ce PEPP (programme d’achat urgence pandémique) lancé par la BCE représente 6% du PIB de la zone euro et monte à 1100 milliards d’euros le total des achats de dette prévus cette année. Au Royaume-Uni, la BoE renforce de 200 milliards ses achats de titres, etc.

 

Pour la FED, ce sera sans limites. Le 23 mars, elle annonce qu’elle achètera des titres « dans les quantités nécessaires » alors qu’elle avait déjà annoncé une relance de QE à hauteur de 700 milliards de dollars (500 milliards de titres du Trésor et au moins 200 milliards de titres adossés à des créances hypothécaires…). À cela vont s’ajouter d’autres mesures à hauteur de 300 milliards, en particulier l’achat sur le marché secondaire d’obligations émises par de grandes entreprises. Des mesures concernent aussi les marchés des prêts aux étudiants et des crédits à la consommation.

 

Le qualificatif d’« extraordinaire » s’applique aussi à l’intervention des États. Finies, les politiques cherchant à contenir l’endettement ! C’est déficit à tout va : non seulement les États garantissent à hauteur exceptionnelle les emprunts bancaires des entreprises, mais ils augmentent les dépenses publiques alors même que les ressources fiscales vont s’effondrer.

 

Ainsi, le 25 mars, le Sénat américain annone un accord entre Républicains et Démocrates, et avec le gouvernement, pour un plan « historique » de soutien à l’économie à hauteur de 2000 milliards. Ce plan prévoit des aides directes aux Américains et des prêts aux entreprises, en particulier du secteur aérien.

-Bis repetita ?
En fait, ce ne sont pas seulement les remèdes déjà utilisés en 2008 qui sont mis en oeuvre. D’emblée, les premières décisions vont bien au-delà des doses utilisées en 2008.

 

Qu’on en juge :

  • Les garanties d’emprunts données par l’État ? En Allemagne (réputée pour sa prudence) cette garantie équivaut à 16% du PIB. C’est énorme. Certes, ce n’est pas à proprement parler une « dépense » qui doit être budgétée car les emprunts garantis doivent être remboursés. Mais qui peut croire qu’ils seront tous remboursés, et dans quelle part ?

Le plus vraisemblable, c’est qu’une grande partie (voire la totalité) ne sera jamais remboursée.

 

  • L’envolée du déficit budgétaire ? Selon la banque UBS, les mesures budgétaires adoptées dans le monde représentent déjà 2% du PIB mondial, qui s’ajoutent aux déficits prévus avant la crise : un montant supérieur aux mesures adoptées en 2009, l’année la plus difficile pour l’économie lors de la précédente crise. Le seul plan américain équivaut à 10% du PIB du pays, sans comparaison avec le plan décidé en 2008 par Obama, à hauteur de 400 milliards.

 

  • Les mesures de « quantitative easing » ? Elles passent outre les limites que la BCE s’était fixée à elle-même, par exemple ne pas détenir plus de 33% de la dette d’un État, limite qui était déjà atteinte pour plusieurs d’entre eux.

 

Ce faisant, on entre dans des territoires inconnus : rien ne garantit que les brèches qui s’ouvrent dans le système financier seront colmatées. D’autant que les principaux leviers disponibles pour limiter la crise ont déjà été utilisés à l’excès, ce qui les rend moins efficaces.

 

Ainsi, avant même l’ouverture de la crise, les taux directeurs des banques centrales étaient très bas, une constante depuis 2008 : ce qui limite les possibilités de baisses supplémentaires. De ce fait, les deux baisses de taux décidées par la FED (3 mars et 15 mars) n’ont pas suffi pour arrêter la panique boursière.

 

Quant à la Banque Centrale européenne, son principal taux directeur (le taux de dépôt) était déjà négatif, à moins 0,5%.

 

Sans parler des défaillances d’États : avant même l’ouverture de la crise, l’Argentine est contrainte une fois encore de restructurer sa dette monumentale. Au FMI, elle demande de pouvoir rééchelonner le remboursement de 44 milliards de dollars. Et, le 9 mars, c’est le Liban – écrasé par une dette publique équivalente à 170% de son PIB - qui se déclare incapable de rembourser une échéance de 1,2 milliards de dollars. D’autres pays suivront.

 

 

-Vers une baisse massive des investissements
Dans cette situation, mêmes les entreprises qui pourront tenir le choc – avec ou sans l’aide des États – vont réduire leurs investissements, voire les arrêter complètement. Ce qui va aggraver la crise économique. Mais le propre du capitalisme, c’est que chaque capitaliste fait comme bon lui semble pour ses profits. L’industrie pétrolière est ainsi l’une des premières à annoncer des réductions d’investissements, de l’ordre de 20%, soient 100 milliards de dollars (250 milliards de dollars en 2020 et 2021 dans l'exploration-production) à l’échelle mondiale selon des estimations faites en mars.

 

Par contre, les plans de soutien gigantesques vont permettre de sauver des entreprises qui étaient, dès avant la crise, au bord de la faillite.

  • Ainsi Boeing : son nouveau modèle, le 737 MAX est cloué au sol depuis un an, et cet avion a été qualifié, le vendredi 6 mars, par la commission des transports du Congrès américain, d’avion « fondamentalement défectueux et dangereux ». En janvier 2020, sa production est à l’arrêt. Pour Boeing, c’est une catastrophe.
  • Puis, le 25 mars, c’est la production des avions long-courriers qui est suspendue pendant 14 jours. Aussitôt, Boeing appelle l’État américain à son secours… Et obtient satisfaction : on lui garantirait ses emprunts à hauteur de 60 milliards. À cela s’ajoute une aide directe de 17 milliards. Avant même que la décision soit officielle, l’action de Boeing rebondit en Bourse.
  • En Italie, Alitalia était en quasi faillite, aucun repreneur n’en voulait… La crise du transport aérien l’achève, et la sauve : le 17 mars, le gouvernement italien annonce qu’il va prendre le contrôle de ce fleuron italien du transport aérien. 500 millions d’euros pourraient être injectés.

 

 

-« Helicopter money » et crise monétaire
Aussi importants soient les moyens mis en oeuvre par les banques centrales et les gouvernements durant le mois de mars, il est certain qu’ils ne suffiront pas à entraver la crise qui se développe par paliers. Dans les pays dominés (dits « en voie de développement »), le recours au confinement n’est même pas envisageable pour des raisons financières, et c’est une catastrophe sanitaire qui se prépare. Au Bénin, le Président vient de renoncer au confinement : « Si nous prenons des mesures qui affament tout le monde, elles finiront très vite par être bravées et bafouées. ».

 

Dans les pays dominants, aussi puissants soient-ils, la crise sanitaire et sociale est encore en plein développement : aux États-Unis mêmes, le système de santé n’est pas préparé à un tel choc, et déjà les travailleurs mis en chômage se comptent par millions (3,3 millions de travailleurs ont fait une première demande d’allocations-chômage entre le 14 et le 21 mars[2])... et la France entre en récession le 6 avril après le recul de 6% du PIB au premier trimestre.

 

Dans cette situation, les banques centrales, y compris la BCE, vont devoir multiplier les mesures « non orthodoxes » : acheter des actifs financiers risqués, et recourir à l’arrosage financier direct, sans contrepartie, pour soutenir l’investissement et la consommation en chute libre. C’est ce que l’on appelle, métaphoriquement, l’ « helicopter money ». Et si la BCE n’a pas le droit, théoriquement, de s’engager dans cette politique, elle pourrait contourner l’interdiction : ce serait les gouvernements qui mettraient eux-mêmes en oeuvre ce soutien financier direct, et émettraient pour cela des titres du Trésor… que la BCE achèterait.

En outre, aux Etats-Unis, l’argent distribué par cette mesure spectaculaire pourrait mettre jusqu’à quatre mois pour tomber du ciel : L’« helicopter money arrivera en retard ». La preuve que les appellations choc ne tiennent pas toujours leurs promesses !

 

Mais le risque d’une telle politique, ce n’est pas seulement la formation de nouvelles bulles, cela pourrait être une crise monétaire majeure, une fuite générale devant la monnaie. Ce serait un véritable cataclysme !

 

 

-Les travailleurs devront payer

- Les travailleurs paient dés à présent : c’est la seule certitude pour les capitalistes. Dès aujourd’hui au prix de leur santé, car les entreprises qui ont des clients s’opposent à ce que les salariés exercent leur droit de retrait avec le soutien du gouvernement (C’est surtout quand la fuite des clients les contraint à fermer – comme dans l’automobile - qu’elles disent se soucier de la santé des salariés.)

 

- Et ils devront payer demain, que la crise sanitaire soit ou non surmontée :

  • Déjà, la loi que vient de faire voter Macron[1] en donne un avant-goût, puisqu’elle prévoit notamment de réduire les droits concernant les congés et d’augmenter le nombre d’heures supplémentaires ;
  • Dans un entretien au JDD, le numéro 2 des Républicains préconise de supprimer jusqu'à 5 jours de RTT pour financer la santé et l'agriculture. Il propose en contrepartie d'augmenter les salaires en permettant par exemple "aux entreprises d’accorder jusqu’à 5000 euros de prime totalement défiscalisée et désocialisée"....

et nous n'en sommes qu'au début !

 

Cela laisse présager d’importants combats sociaux. Déjà, alors mêmes qu’ils sont entravés par les mesures de confinement, des travailleurs ont organisé des grèves en Italie et en Espagne. Mais au-delà de ces combats à venir, rarement la nécessité de remettre en cause les fondements du capitalisme n’aura été si grande.

 

-----------------------------------

 

-

" Les trois quarts " des restructurations n'ont pas de rapport avec le Covid-19, dénonce Philippe Martinez (CGT)

Face aux suppressions de postes en cascade annoncées ces dernières semaines, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez réclame un engagement des entreprises à ne pas licencier pour prétendre aux prêts accordés par l'Etat[3].

 

Coronavirus : cause unique de la crise économique et financière, ou déclencheur et accélérateur d’une crise majeure du système capitaliste ?

Notes :

[1]  22 mars 2020 : l'Assemblée adopte définitivement le projet de loi relatif à l'état d'urgence sanitaire qui s'attaque aux congés payés, aux 35h, au repos dominical.... . Les députés insoumis dénoncent les conséquences sociales, et rejoints par la Gauche Démocrate et Républicaine, 3 du Groupe Socialistes et apparentés et 1 Groupe Libertés et Territoires et votent contre. Et Olivier Falorni député de la 1ére circonscription de Charente Maritime ? Il ne trouve rien à y redire... et, de concert avec LREM, Les Républicains, Le Mouvement Démocrates et apparentés, l'UDI et Libertés et Territoires et le RN, il vote pour !

[2CORONAVIRUS : CHÔMAGE RECORD AUX ETATS-UNIS AVEC 3,3 MILLIONS DE CHÔMEURS SUPPLÉMENTAIRES EN UNE SEMAINE

[3] " Les trois quarts " des restructurations n'ont pas de rapport avec le Covid-19, dénonce Philippe Martinez (CGT)

 

Pour en savoir plus : 

- « La pandémie du coronavirus s’inscrit dans une crise multidimensionnelle du capitalisme »

- J.L. Melenchon : « C’est un temps propice aux grands basculements intimes ou sociaux » – Interview dans « Le Figaro »

- Parti de Gauche : L’aléas de trop

- Coronavirus, effondrement et monde meilleur… Comment le COVID19 remet notre monde en question

- FI : Les 10 leçons du Coronavirus pour l’écologie politique

- FI : Loin de gommer les inégalités sociales, le Coronavirus ne fait que les accroître

- FI : Coronavirus : les 11 mesures d’urgence proposées par la France insoumise

- Crise du coronavirus : Nicolas Framont, sociologue « Le virus exacerbe les inégalités »

TRIBUNE UNITAIRE - POUR QUE LE JOUR D’APRÈS SOIT EN RUPTURE AVEC LE DÉSORDRE NÉOLIBÉRAL

- Transformation écologique, services publics, communs : c’est l’heure d’oser !

- Des issues à la crise sans changer d’économie ?

- Le Vent se lève : LE PIRE EST DEVANT NOUS ! Il faut en effet tenter de mettre au jour ce qui se joue dans l’extraordinaire crise devant nous.

- « Le coronavirus est le jugement dernier sur la globalisation ». Emmanuel Todd.

- Economie. Le néo-libéralisme contaminé

- Alors que la conjoncture mondiale cumule les déboires, les dividendes versés aux actionnaires au deuxième trimestre 2019 affichent un nouveau record, avec 51 milliards de dollars de dividendes, la France conforte sa place de meilleur rémunérateur d'actionnaires en Europe.

- « Comment la pandémie sert de prétexte pour relancer la spéculation financière »

Partager cet article

Repost0
21 mars 2020 6 21 /03 /mars /2020 16:35
Crise du coronavirus : Nicolas Framont, sociologue « Le virus exacerbe les inégalités »

Selon Nicolas Framont, sociologue la crise sanitaire inédite que nous traversons actuellement ne fait qu’accentuer des problèmes préexistants.

 

Originaire de Rochefort-sur-mer en Charente-Maritime et possédant des attaches en Saintonge, le sociologue du travail Nicolas Framont, co-rédacteur en chef de la revue « Frustration », expert en conditions de travail dans les entreprises et conseiller aux affaires sociales du groupe de la France insoumise à l’Assemblée nationale, analyse les premiers effets de la crise sanitaire actuelle. Un point de vue très engagé et clivant.

 

Source : Sud-Ouest | mis à jour le 03 avril 2020

-« Sud Ouest ». Qu’est-ce que cette crise sanitaire nous apprend sur notre société ? Y a-t-il déjà des enseignements à en tirer ?
Nicolas Framont : Ce qui me frappe depuis quelques jours, c’est que ça souligne des inégalités sociales très fortes, notamment sur les conditions de protection des uns et des autres par rapport au virus. C’est comme si les inégalités sociales existantes se radicalisaient encore plus. Des gens qui sont diplômés et qui ont de l’argent partent dans des résidences secondaires où ils peuvent travailler à distance, parce qu’ils ont un métier davantage intellectuel que manuel ; du coup, ils se retrouvent beaucoup plus protégés face au virus. Dans les cas extrêmes, quand on est député, on est mieux dépisté et mieux soigné que quand on est ouvrier.


Ça exacerbe les inégalités. Il en existe déjà face à la santé en temps normal, même sans virus ; on meurt plus tôt quand on est ouvrier que quand on est cadre, on est moins bien soigné tendanciellement. Là, vous avez des ouvriers et des employés à qui on demande d’aller travailler, qui risquent leur vie et celle de leurs proches plus que les autres. Comme, par ailleurs, ils ont un moins bon accès à la santé, tout se cumule.

 

 

-« Sud Ouest ». Est-ce une situation vraiment inédite ou peut-on la comparer à d’autres crises plus ou moins lointaines dans l’histoire ?
Nicolas Framont : Cela fait plusieurs générations qu’une situation comme ça ne s’est pas produite. On peut la comparer aux périodes de guerre où les plus beaux, les plus fortunés s’en sortent mieux. Ça me fait penser à la guerre de 14–18 où l’on envoyait les ouvriers continuer à faire tourner la machine, pendant que les autres se mettaient à l’abri.

 

Quand Macron dit que nous sommes en guerre et que ceux qui vont mener cette guerre sont les ouvriers, mettant en jeu leur santé pour faire tourner la machine, on voit bien qu’il y a une énorme différence entre ceux qui descendent dans les tranchées et ceux qui sont en retrait.
 

 

-« Sud Ouest ». Est-ce que les réseaux sociaux et la vitesse de circulation de l’information changent quelque chose par rapport à des crises plus anciennes ?
Nicolas Framont : Ça permet de subir un peu moins. Beaucoup de gens sont plus organisés, ils ont pu échanger des témoignages, par exemple pour obtenir un droit de retrait. Ce qui reste de démocratie et d’endroit où l’on peut discuter collectivement, ce sont les réseaux sociaux. C’est une grande chance. Sans ça, on serait vraiment isolés les uns des autres. Ils permettent encore d’exprimer un avis critique.

 

 

-« Sud Ouest ».  Nous sommes confinés mais pas isolés ?
Nicolas Framont : Malheureusement, avec les inégalités sociales, il existe encore plusieurs centaines de milliers, voire des millions de personnes qui n’ont pas accès à Internet en France. Elles vont se retrouver complètement isolées. Ça peut être des personnes âgées, des personnes pauvres qui sont exclues de cet espace d’échange. C’est donc un atout pour la plupart des gens, mais pas pour tous.

 

 

-« Sud Ouest ».  Quels sujets d’étude pourraient vous inspirer avec ce qui se passe actuellement ?
Nicolas Framont : Sur la question du travail, ça interroge beaucoup sur ce qu’est un métier essentiel ou pas : quand il faut tout arrêter, qu’est-ce qu’il est important de poursuivre et qu’est-ce qu’il faut stopper ?

 

Ça interroge notre production mais aussi nos besoins : qu’est-ce qu’il est important de continuer de consommer, qu’est-ce qu’un bien de première nécessité ? Ces questions interrogent beaucoup notre système économique, de production et de consommation. On voit Amazon continuer de tourner, mais est-ce qu’Amazon est essentiel ? C’est une question d’interprétation.

 

 

-« Sud Ouest ».  De quels aspects de la crise pouvez-vous vous emparer dans votre travail ?
Nicolas Framont : Les conséquences de la crise sur les inégalités sociales et sur le travail sont nombreuses. C’est déjà quelque chose sur lequel je me penche. Une chose m’a particulièrement interpellé, c’est que le premier tour des élections municipales s’est quand même déroulé. Quelle est sa valeur ? On s’est retrouvé, dimanche soir, avec des résultats commentés alors qu’il y avait 70 % d’abstention dans certaines villes. Donc quel est le sens d’une démocratie où l’on ne respecte pas les circonstances du vote ?

 

Cette épidémie arrive après les gilets jaunes, après de grandes grèves. Il y a une remise en cause de notre système politique et de notre modèle économique. Cette épidémie, c’est un peu la cerise sur le gâteau. Elle crée des problèmes nouveaux. Mais tous les problèmes et toutes les questions qu’elle soulève, on en avait déjà parlé avant ! La situation des hôpitaux, ça fait deux ans qu’on en parle et qu’il y a des manifestations. Les inégalités sociales, on en parle évidemment depuis longtemps. La question de la classe politique et de l’état de notre démocratie, c’est aussi un sujet. Ce n’est pas tant une question de rupture qu’une exacerbation des problèmes qu’on avait déjà.

 

 

-« Sud Ouest ».  Est-ce que nous sortirons de cette crise différents de ce que nous étions avant ? Faut-il en attendre des changements ?
Nicolas Framont : Il faut réclamer des changements, mais ça va dépendre du bon vouloir des citoyens. Je ne suis pas sûr que la crise sanitaire produise naturellement des changements. Ce qu’est en train de faire le gouvernement, c’est d’essayer de préserver à peu près notre économie telle qu’elle était et non pas de changer les choses, de changer de paradigme. Là, on ne se dirige pas vers un changement, mais vers la préservation de l’existant.

 

À titre personnel, j’aimerais bien qu’on profite de ça pour changer un système qui ne contentait finalement personne, qui créait des besoins inutiles alors qu’il ne permettait pas d’assouvir les besoins essentiels. Mais je suis incapable de dire si ça va se produire. Ça peut même être un retour en arrière. Il y a plein de possibilités qui pourraient être mauvaises sur le plan démocratique. On va certainement affronter une grande crise économique et financière à la sortie, parce que notre économie est fondée sur la croissance perpétuelle et qu’on ne peut pas gérer la récession ; on va donc avoir d’énormes problèmes.

 

La question est : est-ce qu’on va en profiter pour changer cet état de fait ?

En janvier, une étude avait montré qu’une majorité des Français étaient prêts à changer le système économique[1]. J’imagine qu’après cette crise, ce désir sera encore plus fort. Profitons-en.

 

Note :

[1] 57% des Français veulent changer de modèle économique

 

Pour en savoir plus :

- Coronavirus à Rochefort : des SDF verbalisés en dépit de leur attestation

- Le retour de la lutte des classes : les inégalités sociales en période de confinement

- « Cette crise rend visibles ceux qui sont d’ordinaire invisibles »

- France insoumise : Loin de gommer les inégalités sociales, le Coronavirus ne fait que les accroître

- Les droits fondamentaux des travailleurs seront-ils aussi victimes du coronavirus ?

 

 

-Nous sommes confinés mais pas isolés, et la lutte est, aujourd'hui, le seul outil à notre disposition
Pour pouvoir manifester malgré le confinement, ci-dessous un modèle d'attestation dérogatoire

Partager cet article

Repost1
14 janvier 2020 2 14 /01 /janvier /2020 10:15
Retraites : analyses de la CGT sur le projet de loi instituant un système universel de retraite

Sources : Eric Durand | Mis à jour le 15/11/2020

-   Retraite : stop à la duperie du gouvernement

Dès les premières lignes de son courrier, le message du Premier ministre est clair : « Je confirme la volonté du gouvernement de construire un système universel de retraites, par répartition et par points comportant un âge d’équilibre. »


En d’autres termes : aucune concession n'est faite sur le contenue du projet de loi, pas même sur l’instauration d’un âge pivot nommé ici « âge d’équilibre ». Il s'appliquera pour tous dès l'entrée en vigueur du régime à point.

  • Alors, de quel compromis nous parle-t-on ?

Le gouvernement avait évoqué, dès cet automne, sa volonté de reculer l’âge de départ à la retraite sans attendre la mise en place du nouveau système à point pour résorber la prévision de déficit, opportunément annoncée par le Conseil d'orientation des retraites pour 2025.

 

Une volonté traduite dans le texte du projet de loi par l'instauration d'un « âge d’équilibre » qui devait débuter dès 2022, pour tous. C'est uniquement ce dernier point que le gouvernement propose provisoirement de suspendre. Charge à la « conférence de financement » que le Premier ministre propose de mettre en place de faire des propositions alternatives.

  • Comme nous en avons pris l’habitude, le gouvernement reprend vite d’une main ce qu’il a fait semblant de donner de l’autre.

En effet, peut-être pour que l’on ne se fasse pas trop d’illusion, il ne laisse à cette commission aucune marge de manœuvre. Le Premier ministre précise dans son courrier que « les mesures destinées à rétablir l'équilibre ne devront entraîner ni baisse des pensions pour préserver le pouvoir d'achat des retraités, ni hausse du coût du travail pour garantir la compétitivité de notre économie ».

 

 

- Pour prendre connaissance de l'analyse de la CGT sur le projet de loi instituant un système universel de retraite

  • Lire ou télécharger le document ci dessous :

 

-   Retrait de l'âge pivot : résultats des courses, on en est où ?
Après les annonces d'Edouard Philippe sur la conférence de financement, décryptage avec Régis Mezzasalma, dirigeant CGT.

 

 

- Et aussi : " Le retrait provisoire de l’âge pivot, c’est du pipeau ! " par Adrien Quatennens, député France insoumise

Retraites : analyses de la CGT sur le projet de loi instituant un système universel de retraite
Retraites : analyses de la CGT sur le projet de loi instituant un système universel de retraite
Retraites : analyses de la CGT sur le projet de loi instituant un système universel de retraite

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2019 4 05 /09 /septembre /2019 12:35
Retraites : bloquer le projet de Macron... et revendiquer l'amélioration du système actuellement en place !
Retraites : bloquer le projet de Macron... et revendiquer l'amélioration du système actuellement en place !
Retraites : bloquer le projet de Macron... et revendiquer l'amélioration du système actuellement en place !
Retraites : bloquer le projet de Macron... et revendiquer l'amélioration du système actuellement en place !
Retraites : bloquer le projet de Macron... et revendiquer l'amélioration du système actuellement en place !

Le Président des riches (Macron) vient de nommer Jean-Paul Delevoye (quI a déjà était déjà chargé il y a seize ans de modifier le système de retraite des fonctionnaires sous Jean-Pierre Raffarin, avec un certain François Fillon)[1] au gouvernement comme « Haut-Commissaire à la Réforme des Retraites » avec comme objectif de mener à bien la suppression des régimes actuels de retraite et leur remplacement par un « Système universel par points[2] ».

 

- Actuellement le montant de la retraite est prévisible et garanti. Il est accroché solidement aux salaires

Le salarié peut s’adresser à la CARSAT ou à son régime particulier, pour connaitre quel sera le montant définitif de sa retraite de base. Il s’agit d’une retraite à prestations définies.

 

Le montant de cette retraite, selon la durée validée, est calculé en partant du salaire perçu (la moyenne des 25 meilleures années pour le régime général, l’indice des 6 derniers mois pour la Fonction publique…).

 

- La retraite par POINTS, c’est la fin du montant de pension garanti

Avec la bascule vers un système par points, la seule certitude sera le niveau de cotisation pour acquérir des points. Le montant de la pension, lui, ne sera connu qu’au moment du départ en retraite, en découvrant la valeur en cours des points, selon les données économiques et démographiques du moment. Le salarié pourra partir en retraite avec une pension amputée ou être contraint à partir plus tard.

 

- Quand Macron parle « égalité », les riches peuvent dormir tranquilles

Toutes les réformes des retraites, depuis 25 ans, ont retiré des droits aux salariés, du public et du privé, ont allongé les durées de cotisations nécessaires, ont baissé les pensions, ont obligé les salariés à retarder leur âge de départ : les mesures Balladur de 1993 qui ont frappé les salariés du privé, la réforme de 2003 qui a fait sauter les 37,5 annuités, la réforme de 2010 qui a repoussé l’âge de départ… etc.

 

Chaque fois le gouvernement a parlé « égalité » pour retirer des droits. Chaque recul pour les salariés du privé a été suivi de reculs pour les salariés du public, et vice versa.

 

Avec la retraite par points, tous les salariés, tous les pensionnés seraient perdants[3].


- C’est pourquoi, l’heure est à la mobilisation pour défendre nos régimes de retraite et dire nettement :

 

➡️   NON au projet Delevoye-Macron de retraite par POINTS !
➡️   NON à la baisse généralisée des pensions.
➡️   Maintien de tous les régimes de retraite, dont les régimes particuliers et le Code des pensions civiles et militaires.

 


Il faut à la fois, bloquer ce projet destructeur... et revendiquer l'amélioration du système actuellement en place, car une autre réforme est possible[4] !

 

Source : La CGT  | mis à jour le 08 octobre 2019

-  Pour comprendre l'enjeu de la " réforme " Macron !

Retraites : bloquer le projet de Macron... et revendiquer l'amélioration du système actuellement en place !

 

 

-  Pour revendiquer l'amélioration du système actuellement en place !

Retraites : bloquer le projet de Macron... et revendiquer l'amélioration du système actuellement en place !
  • un accroissement de la part des richesses créées par le travail, consacrées à leur financement ;
  • de renouveler le contrat entre les générations, garantissant, dans le cadre de la répartition, le droit à une retraite pour tous les salariés dès 60 ans, avec un revenu de remplacement qui permette de vivre dignement ;
  • un taux de remplacement au minimum de 75 %, et en aucun cas inférieur au SMIC, pour une carrière complète de travail, doit être assuré quel que soit le régime de retraite et reposer sur l’ensemble de la rémunération ;
  • l’évolution de la pension doit être indexée sur le salaire moyen ;
  • la décision du départ en retraite doit rester le choix individuel du salarié ;
  • un droit à départ à taux plein anticipé en retraite pour les salariés ayant exercé des travaux pénibles et astreignants doit être reconnu dans tous les régimes ;
  • le droit au départ à la retraite à taux plein, anticipé, pour les personnes en situation de handicap, doit être amélioré ;
  • la garantie et la pérennisation du système solidaire de retraite fondé sur la répartition passent par le financement nécessaire à chaque régime ;
  • une gestion démocratique du système de retraite et des régimes qui le constituent

​​​​​​​

Retraites : bloquer le projet de Macron... et revendiquer l'amélioration du système actuellement en place !

Jusqu’à la fin des années 80, la construction de notre système de retraite s’est faite progressivement avec des objectifs porteurs de valeurs : progrès, solidarité, démocratie et transformation sociale.


La retraite a permis progressivement d’assurer un niveau de vie moyen des retraités à parité avec celui des actifs. La pauvreté chez les retraités a pu ainsi être massivement réduite. Les dernières réformes risquent d’inverser cette évolution.


Des éléments de solidarité importants ont été introduits au fur et à mesure dans nos régimes de retraite avec l’objectif de réduction des inégalités (droits familiaux, périodes de maladie, de chômage...).


Notre système de retraite, constitué de plusieurs régimes, regroupe un ensemble de droits couvrant l’ensemble du salariat.


Mais les mesures, réformes et accords successifs (Arrco et Agirc) depuis la fin des années 80 ont programmé dans le temps une redoutable baisse du niveau des retraites à leur liquidation et tout au long de leur perception dont on constate de plus en plus les effets :

  • la désindexation des pensions de retraite par rapport aux salaires conduit à une perte de 20 % sur dix ans. Elle a fragilisé le principe de solidarité entre actifs et retraités. En 2014, les pensions de retraites n’ont pas été revalorisées, ce qui a provoqué une baisse nette de pouvoir d’achat des retraités ;
  • révision de tous les paramètres de calcul du montant de la retraite (âge, durée, indexation…).

Cela a été d’abord appliqué dans le régime général avec le passage des dix meilleures années de salaire aux vingt-cinq meilleures et le passage de 37,5 annuités à 40 pour accéder au taux plein.

 

La réforme de 2003 a confirmé cette logique et a étendu le passage de 37,5 annuités à 40 pour les fonctionnaires puis dans les autres régimes spéciaux.

 

La loi de novembre 2010 aggrave la situation, ajoutant à l’allongement de la durée exigée pour l’obtention du taux plein, le report des âges d’ouverture du droit à retraite et de la retraite sans décote qui sont passés respectivement à 62 et 67 ans.

 

Parce qu’elle a remis en cause les fondements de la loi du 23 mars 2006 qui prévoyait la suppression des écarts de rémunération entre femmes et hommes à dater du 31 décembre 2010, cette loi est doublement pénalisante pour les femmes déjà lourdement affectées par l’allongement de la durée exigée pour le taux plein.

 

En 2012, le nombre d’annuités a été porté, pour l’ensemble des salariés du privé et les fonctionnaires, à 41, soit 164 trimestres, à 165 trimestres en 2013, à 166 en 2015 ; la réforme de janvier 2014 prévoit la poursuite de cet allongement avec 172 trimestres pour la génération 1973.

 

Avec la baisse du montant des pensions, les lois qui se sont succédé ainsi que les accords Arrco et Agirc, organisent la réduction des éléments de solidarité de nos régimes et la promotion de systèmes de retraite par capitalisation.

 

L’application de ces réformes et de ces accords a creusé les inégalités ; les salariés précaires, notamment les femmes en sont particulièrement victimes.La loi de janvier 2014 ne fait pas que prolonger les évolutions engagées par les réformes précédentes. Elle met en place une nouvelle organisation du système de retraite français reposant sur le postulat que la retraite est avant tout une question technique, et qu’en conséquence, elle doit être placée sous la responsabilité d’experts. C’est tout le sens de l’installation du Comité de suivi des retraites. Cette tentative de dépolitisation vise à soustraire les futures évolutions de tout rapport de force, et de tout risque de mobilisation.

 

Retraites : bloquer le projet de Macron... et revendiquer l'amélioration du système actuellement en place !

La qualité de la vie en retraite dépend de la qualité de la vie au travail.

 

Le droit à la retraite doit être solidement articulé au droit au travail et au salaire ; il doit donc être en lien étroit avec la bataille revendicative sur la sécurité sociale professionnelle, l’emploi, les salaires, l’égalité professionnelle femmes/hommes, la santé et le bien-être au travail.

 

 

-   Montant de la retraite... revoir les paramètres de calcul 

Les salaires à retenir et la base des droits :

  • dans le régime général, le calcul de la pension doit se faire sur les dix meilleures années. Ce qui exclura une grande partie d’années de plus bas salaire, de précarité, chômage, maladie... ;
  • dans la fonction publique et le secteur public : 75 % du dernier salaire ou du dernier indice, réévalué avec l’intégration des primes ayant caractère de complément salarial dans le traitement indiciaire ;
  • pour l’ensemble des régimes :
    • l’indexation des salaires retenus pour le droit à retraite doit se faire sur l’évolution des salaires et non pas sur les prix ;
    • l’ensemble des rémunérations (toutes les primes, l’intéressement, la participation...) doit être soumis à cotisation et constituer des droits pour la retraite ;
    • les périodes d’arrêts de travail pour maternité, accident de travail et maladie professionnelle doivent être considérées comme périodes travaillées avec la prise en compte du salaire reconstitué ;
    • pension de réversion à hauteur de 75 % de la ou des pensions du conjoint, pacsé ou concubin, décédé, sans condition d’âge ni de ressources, amélioration de l’allocation veuvage ;
    • la revalorisation des pensions doit se faire sur la même base que l’évolution du salaire moyen. Cela permet d’assurer la solidarité intergénérationnelle en faisant profiter les retraités autant que les actifs, des gains de productivité. C’est aussi le seul moyen d’empêcher un décrochage du niveau de vie des retraités ;
    • Les droits familiaux doivent être renforcés tant que subsisteront les inégalités entre les femmes et les hommes.

 

La durée de cotisation exigée pour percevoir le taux plein de pension doit tenir compte :

  • de la réalité des durées d’activité professionnelle (actuellement celle-ci se situe en moyenne autour de 36 ans) ;
  • des périodes d’études après 18 ans, celles-ci doivent être validées par une cotisation forfaitaire (comme la cotisation assurance maladie des étudiants) ;
  • des périodes de première recherche d’emploi, validation dès l’inscription à Pôle emploi.

Ceci doit permettre à la grande majorité des salariés du public, comme du privé, d’obtenir une retraite complète à 60 ans.

 

 

-  Âge de la retraite

L’âge de 60 ans doit bien demeurer le repère collectif associé au droit à la retraite.

 

Mais la date de départ en retraite doit rester le choix du salarié. Cela nécessite que soit assurée la garantie de l’emploi à tous les salariés (du public comme du privé), y compris aux salariés les plus âgés.

 

Un véritable choix suppose également des revenus en activité comme en retraite corrects, et des conditions de travail décentes.

 

Les départs anticipés en retraite doivent être confortés ou reconnus dans chacun des régimes pour les salariés ayant été exposés aux conditions de travail pénibles, insalubres ou à risques, afin de tendre à l’égalité d’espérance de vie en retraite.

 

 

-  Financement de la retraite

Les repères revendicatifs sur le financement de la protection sociale[4] sont transversaux et concernent intégralement la retraite. Ils sont à décliner pour l’ensemble des régimes de retraite ; en même temps doivent être abordées les mesures qui permettront le mieux d’assurer la solidarité à l’intérieur de chaque génération au travail. La cotisation doit rester le fondement de notre système par répartition à la fois contributif et solidaire

 

 

-   Maison commune des régimes de retraites

Il est nécessaire :

  • de maintenir les grands régimes, correspondant chacun à des mécanismes différents d’acquisition des droits, afin de respecter les spécificités des carrières professionnelles, tant dans le public que dans le privé ;
  • que l’administration de ces régimes s’effectue sur la base et dans l’objectif d’un socle commun de droits (âges, durées, taux de remplacement, droits conjugaux et familiaux, égalité femmes/hommes).

La Maison commune des régimes de retraites, proposée par la CGT, a pour objectif d’assurer la mise en œuvre de ce socle de droits, d’instaurer une véritable solidarité des régimes dans le but de promouvoir pour toutes et tous des retraites de haut niveau et de garantir la pérennité financière des régimes par l’anticipation de ressources suffisantes.

 

La compensation et les problématiques communes aux différents régimes, par exemple celles des polypensionnés, seraient de sa compétence.

 

La Maison commune devra être placée sous la responsabilité de représentants élus des actifs et retraités des régimes affiliés.

 

 

-   Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT : une autre réforme est possible

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2019 2 03 /09 /septembre /2019 12:33
32 h ! Travailler moins, travailler mieux, travailler toutes et tous !
32 h ! Travailler moins, travailler mieux, travailler toutes et tous !
32 h ! Travailler moins, travailler mieux, travailler toutes et tous !
32 h ! Travailler moins, travailler mieux, travailler toutes et tous !
32 h ! Travailler moins, travailler mieux, travailler toutes et tous !
32 h ! Travailler moins, travailler mieux, travailler toutes et tous !

D’après des chercheurs, après 40 ans, il ne faudrait travailler que 3 jours par semaine[1]

 

Source : La CGT  | mis à jour le 16 mai 2020

L’Europe et la France sont au bord de la rupture, les politiques d’austérité ont engendré les crises financières et économiques, le chômage massif et la pauvreté : l’Europe compte 24 millions de chômeurs, 85 millions de ses habitants vivent sous le seuil de pauvreté et 60% des nouveaux emplois créés sont des emplois à temps partiel, précaires en grande majorité. Les nationalismes, le racisme et la xénophobie sont les autres conséquences de ces politiques désastreuses, entraînant les peuples européens à s’opposer entre eux sur fond de repli nationaliste et communautariste.

  • Poursuivre ces politiques austéritaires, s’attaquer encore et toujours aux droits des travailleurs, à leurs protections sociales, déréglementer la législation du travail et augmenter la durée légale du travail dans ce contexte, c’est tout simplement faire basculer plusieurs dizaines de millions de personnes dans le chômage et la pauvreté.
  • A contrario, utiliser tous les leviers pour renouer avec la croissance en s’assignant l’objectif du plein emploi et la lutte contre les inégalités et la précarité réconcilierait les citoyens et les travailleurs avec la construction européenne.
  • Cela nous orienterait vers l’Europe des peuples et des nations qui coopèrent entre elles plutôt qu’elles ne livrent leurs populations au marché et aux lois de la concurrence.
  • Un de ces leviers de croissance est assurément une nouvelle réduction du temps de travail à l’échelle européenne et nationale.

 

➡️  ➡️  5 arguments pour aller vers les 32 heures

32 h ! Travailler moins, travailler mieux, travailler toutes et tous !

-  1) - La réduction du temps de travail sauvera et créera des emplois

Contrairement aux idées reçues, la réduction du temps de travail est une réalité de longue date : entre 1970 et 2010, la durée réelle du temps travail est en baisse dans tous les pays de l’OCDE. Les gains de productivité et les ruptures technologiques sont à l’origine de cette baisse de la durée réelle du temps de travail.

 

En période de crise comme lors des chocs pétroliers précédents ou encore des crises financières et économiques actuelles, la RTT est massivement utilisée : elle est imposée par le patronat et payée par les salariés au travers du chômage, de la précarité, des temps partiels et de l’utilisation massive du chômage partiel.

 

Le vrai débat se situe donc entre, d’une part, une RTT imposée aux salariés par le patronat, subie et payée par les salariés au travers du chômage et de la précarité et, d’autre part, une RTT choisie, encadrée par la loi et négociée par accords collectifs de branches et d’entreprises.

 

  • Les lois Aubry ont permis la création de 350 000 emplois directs[2], elles ont permis une période inédite de croissance, un niveau du dialogue social inégalé depuis et une réduction réelle du temps de travail à moins de 40 heures hebdomadaire. Les semaines de congés payés ont permis à des millions de familles de profiter de vacances et ont créé des millions d’emplois et une nouvelle industrie du tourisme et des loisirs.
  • La retraite à 60 ans a permis à des millions de travailleurs de vivre une partie de leur vie en bonne santé, c’est un facteur indéniable de l’amélioration de l’espérance de vie, mais aussi un apport considérable pour le PIB du pays.

 

A contrario, relever l’âge de la retraite laisse des millions de seniors au chômage et des millions de jeunes sans emploi.

 

Durant ces trente dernières années, aucun autre dispositif que les lois sur les 35 heures n’a permis la création d’emplois massifs combinée à la croissance et au dynamisme du dialogue social.

  • Mettre en place les 32 heures hebdomadaires c’est donc créer de l’emploi rapidement, massivement ;
  • C’est relancer la croissance, notamment par la consommation, en remettant dans le jeu des millions de personnes qui sont actuellement privés d’emploi, qui subissent le temps partiel et la précarité ;
  • Le passage réel à 32 heures est potentiellement source de création de 4 millions d’emplois.

 

Le financement du passage aux 32 heures pourrait être assuré :

  • d’une part, par la réorientation des exonérations de cotisations sociales et des aides publiques évaluées aujourd’hui à 10 points de PIBet, ;
  • d’autre part, par la dynamique de croissance qu’engendreront les créations d’emplois. Les ressources nouvelles seront apportées par les emplois créés, la résorption des inégalités salariales et de temps de travail entre femmes et hommes, la croissance, l’amélioration de la santé des travailleurs.

 

Réduire le temps de travail, c’est aussi anticiper les nouvelles ruptures technologiques comme l’arrivée massive du numérique dans nos économies et nos industries. Les analyses prospectives[3] démontrent que d’ici vingt ans, c’est plus de 42% des métiers qui seront impactés par le numérique, l’automatisation et la robotisation. Après la casse de l’outil industriel et la suppression de milliers d’emplois d’ouvriers depuis le premier choc pétrolier, ce sont maintenant les emplois intermédiaires qui sont concernés, avec 3 millions pouvant être détruits d’ici à 2025. Le seul moyen de renouer avec les créations d’emploi est donc de lier la révolution numérique à une réduction massive du temps de travail, hebdomadaire et sur la vie toute entière.

 

Enfin l’impact sera européen, partant de la directive européenne, pour protéger la santé des travailleurs, mettre fin aux distorsions de concurrences sociales, une nouvelle directive réduisant le temps de travail devra voir le jour. Ce sera une des réponses aux politiques austéritaires et concurrentielles menées en Europe contre les travailleurs et les citoyens.

 

-  2) - Mieux vivre et travailler mieux : concilier productivité, qualité du travail, santé et sécurité des travailleurs

Historiquement la RTT a été conquise pour permettre aux salariés d’être en meilleure santé et améliorer leur sécurité au travail.

 

Ce fut le cas de la journée de 8 heures, de la semaine de 40 heures puis celle des 35 heures hebdomadaires. La directive sur le temps de travail à l’échelle européenne a d’abord été adoptée pour assurer aux travailleurs une meilleure santé et une meilleure sécurité face à leurs employeurs. Les semaines de congés payés, les congés paternité et maternité, les temps de repos obligatoires, de récupération sont aussi des réponses pour améliorer la vie et protéger la santé des travailleurs face a leurs employeurs.

 

Pour cela, la nouvelle RTT que nous proposons, encadrée par la loi, doit s’accompagner de créations d’emplois et doit aussi prendre en compte une meilleure organisation du travail négociée avec les salariés et leurs syndicats dans les entreprises. La réduction du temps de travail ne doit pas se traduire par une hausse de l’intensification du travail, au contraire. Dans cet objectif, il est nécessaire de transformer le travail et son organisation pour permettre aux salariés d’avoir la possibilité de s’y épanouir. C’est en libérant la parole des salarié-e-s sur leur travail qu’on contribuera à éviter les dérives auxquelles nous avons assistées lors de la mise en place des 35 heures, comme dans les secteurs des services, de l’industrie ou des services publics comme le secteur hospitalier, par exemple.

 

Contrairement à ce que fait croire le patronat, l’augmentation de la productivité horaire est directement liée à la baisse du temps de travail. Dans son rapport de 2013[4] sur la prévention des maladies professionnelles, l’OIT a chiffré le coût du mal-travail à 4 points de PIB par an. Ce niveau est jugé sensiblement équivalent au sein de l’Union européenne, selon cette même étude. Agir pour préserver la santé des salariés est aussi efficace pour les comptes sociaux et sur le plan économique. Selon l’INSEE, les 35 h sont à l’origine de gains de productivité de 4 à 5% pour les entreprises. Suite aux 35 h, en 2004, la France se place au 2e rang mondial pour la productivité horaire du travail (devant les ÉtatsUnis, l’Allemagne, le Japon, le royaume Uni, l’Italie,…) et à 20% au-dessus de la moyenne européenne.

 

32 h ! Travailler moins, travailler mieux, travailler toutes et tous !
32 h ! Travailler moins, travailler mieux, travailler toutes et tous !
32 h ! Travailler moins, travailler mieux, travailler toutes et tous !

-  3) - Gagner enfin l’effectivité des droits en matière d’égalité entre les femmes et les hommes, concilier la vie professionnelle et la vie privée

Le premier facteur d’inégalité femmes/hommes est le temps de travail :

  • en matière de taux d’activité : celui des femmes de 25-54 ans est inférieur de 10 points à celui des hommes ;
  • en matière de sous-emploi et de temps de travail: près de 10% sont en situation de sous-emploi, contre 4% des hommes ;
  • le nombre de femmes travaillant la nuit a doublé en vingt ans ; • les tâches ménagères sont toujours assumées à 80% par les femmes ;
  • en matière de temps partiel : 30% des femmes travaillent à temps partiel, 80% des salariés à temps partiel sont des femmes ;
  • la différence de temps de travail est donc la première cause des 27% d’écarts salariaux entre hommes et femmes.

 

Les temps partiels enferment les femmes dans la précarité, avec des amplitudes horaires dignes de cadres supérieurs, mais des salaires inférieurs au seuil de pauvreté et n’ouvrant aucun droits sociaux. Les femmes subissent également des carrières discontinues, étant contraintes de s’arrêter pour élever les enfants ou pour prendre en charge les personnes âgées ou dépendantes. Ceci se répercute ensuite sur la retraite et explique l’essentiel des 40% d’écart de pension entre hommes et femmes. Baisser le temps de travail, c’est mieux le partager et permettre aux femmes à temps partiel d’accéder enfin à un temps plein. Dans une perspective de progrès pour toutes et tous, baisser le temps de travail hebdomadaire, annuel et sur la vie entière, c’est permettre à toutes et tous de travailler à temps plein tout en assumant sa parentalité. L’enjeu est de permettre à toutes et tous d’articuler vie privée et vie professionnelle. Les pratiques managériales et la mauvaise utilisation des outils numériques, encouragées par les directions d’entreprises, conduisent à prolonger le lien de subordination du salarié au-delà de sa durée contractuelle. Cela porte atteinte à l’équilibre vie privée – vie professionnelle.

 

Les salarié-e-s adoptent des comportements pour préserver la qualité du travail, leur vie personnelle et leur santé afin de prévenir l’épuisement physiologique et psychologique lié aux modes d’organisation du travail. Le burn out, les suicides liés aux pratiques managériales, au mode d’organisation comme le Lean Management[5], impactent désormais l’ensemble du salariat. La mode consiste à faire croire que tous les secteurs économiques doivent tourner 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Aux salariés de s’y adapter et d’y laisser leur vie familiale et leur santé.

 

32 h ! Travailler moins, travailler mieux, travailler toutes et tous !

-  4) - La nouvelle RTT s’attaquera aux inégalités et à la précarité

RTT négociée et choisie par les salarié-e-s face à la RTT imposée par le patronat. En matière de RTT comme en matière salariale, les inégalités se sont creusées en France. Si la durée légale du temps de travail en France est fixée à 35 heures hebdomadaires, la durée effective moyenne par salarié est de 39 heures et celle des travailleurs à temps partiel est de 23,5 heures. En 1983, 9% des salariés étaient à temps partiel, ils ou plutôt elles représentent 20% aujourd’hui.

 

En effet, huit salariés à temps partiel sur dix sont des femmes et neuf sur dix travaillent dans le tertiaire. Or, 60% des travailleurs à temps partiels subissent le temps partiel et souhaiteraient exercer leur activité à temps plein. En outre, plus d’un demi-million de salarié-e-s sont en intérim avec une durée moyenne de mission inférieure à deux semaines. En tout, ce sont 6 millions de personnes qui sont privées d’emploi sans aucune activité ou avec une activité réduite. Nos propositions visent à permettre à des millions de salarié-e-s d’accéder à un temps plein à 32 heures, à résorber la précarité et les contrats courts subis, à permettre aux salariés de partir plus tôt en retraite pour cause de pénibilité et à prévenir celle-ci par des aménagements du temps de travail négociés. Enfin nous proposons de mieux encadrer l’utilisation de l’activité partielle, devenu un mode de gestion et d’optimisation pour les grandes entreprises.

 

32 h ! Travailler moins, travailler mieux, travailler toutes et tous !
32 h ! Travailler moins, travailler mieux, travailler toutes et tous !
32 h ! Travailler moins, travailler mieux, travailler toutes et tous !

-  5) - Aujourd’hui, les salariés travaillent bien plus que 35 h

La durée réelle du travail en France est d’environ 36 heures hebdomadaires (temps plein et partiel inclus), nous nous situons au-dessus de l’Allemagne dans ce domaine. En réalité, elle est de 39 h 30 pour les temps pleins. Les cadres travaillent en moyenne 44 h 30 par semaine (et 46 h 30 pour ceux qui sont au forfait jours), les techniciens 42 h 30 par semaine. Ces chiffres sont sous-estimés, car nombreux sont les salariés qui effectuent des heures supplémentaires sans paiement ni récupération (les professions techniciennes disent que c’est le cas pour 50% de leurs heures supplémentaires). Les technologies de l’information et de la communication amplifient ce phénomène et conduisent à une intensification du travail et à un brouillage des frontières entre vie privée et vie professionnelle. 75% des cadres disent utiliser les outils numériques à des fins professionnelles en-dehors de leur lieu et temps de travail, on assiste ainsi à une explosion du travail au noir.

 

Ainsi, du fait du numérique et de l’assouplissement des 35 h avec l’augmentation des plafonds d’heures supplémentaires, on assiste à un mouvement d’augmentation du temps de travail, de la charge de travail et de l’intensification du travail des salariés à temps complet.

 

En France, pour les salariés à temps complet, l’essentiel de la baisse de la durée hebdomadaire s’est accompli entre 1966 et 1982. Elle est passée d’environ 45,5 heures à un alignement sur la durée légale, soit 40 puis 39 heures en 1982. Mais l’explosion des temps partiels et des contrats courts qui s’est généralisée dans tous les pays développés à partir des années 70 a contribué à une RTT imposée par le patronat et subie par les salariés.

 

Les meures européennes et nationales prises au nom de la compétitivité et des emplois visant à augmenter la durée légale du temps de travail, ou à la contourner pour y déroger, ont toutes abouti à l’échec : croissance atone voire déflation, explosion de la précarité, chômage de masse. Casser ce cycle austéritaire passe par une nouvelle RTT sans perte de salaires à l’échelle nationale et une nouvelle directive européenne baissant le temps de travail hebdomadaire.

 

➡️  ➡️   Comment ?

32 h ! Travailler moins, travailler mieux, travailler toutes et tous !
32 h ! Travailler moins, travailler mieux, travailler toutes et tous !
32 h ! Travailler moins, travailler mieux, travailler toutes et tous !

 

-  1) - Une réduction du temps de travail à l’échelle européenne

La directive sur le temps de travail sera probablement renégociée, la commission européenne venant de donner son feu vert et le patronat souhaitant en faire un nouvel axe de sa politique de déréglementation du temps de travail. La CGT, opposée à cette renégociation, prendra des initiatives au sein de la Confédération européenne des syndicats pour une directive dont les objectifs doivent rester la protection des salariés, de leur santé et de leur sécurité. Nous proposons que la CES œuvre pour une nouvelle directive de progrès, notamment en permettant que la durée légale du temps de travail soit abaissée.

 

En Allemagne, en Suède, aux Pays-bas, au Portugal et même en Angleterre, le sujet de la RTT négociée est à nouveau sur le devant de la scène. La nouvelle directive, si elle devait voir le jour, doit également répondre aux objectifs de plein emploi et de progrès sociaux contenus dans le manifeste de Paris, adopté par l’ensemble des syndicats européens à l’occasion du congrès de la Confédération Européenne des Syndicats.

 

 

-  2) - En France, la CGT est favorable à un grand débat national portant sur l’ensemble des leviers permettant de sortir d’un cycle de plus de dix ans de politiques anti-croissance et anti-emploi

Les leviers sont divers, mais doivent rompre avec les politiques de cadeaux fiscaux et sociaux faits aux actionnaires des entreprises, encourageant les bas salaires, avec les spirales de précarisation du salariat, avec l’affaiblissement des services publics et du système de financement de la protection sociale.

 

Un des leviers pour atteindre les objectifs du plein emploi est une nouvelle loi portant sur la réduction du temps de travail dont la durée légale serait portée à 32 heures hebdomadaires sans perte de salaire et créatrice d’emplois. Cela pourra passer par des négociations visant à généraliser la semaine de quatre jours dans l’objectif de limiter considérablement les émissions de gaz à effets de serre et de lutter contre le réchauffement climatique.

 

Cette loi pourrait inclure la 6e semaine de congés payés. Elle devra aussi, à l’image de la première loi Aubry, lier la réduction du temps de travail à l’obligation de créer des emplois.

 

Elle devrait permettre une augmentation du taux horaire, s’attaquer au temps partiel subi, à la lutte contre la précarité et laisser une large place pour sa mise en œuvre à des négociations et des accords majoritaires dans les branches et les entreprises. Par le dialogue social et l’encadrement législatif, nous sommes convaincus des effets bénéfiques de cette nouvelle RTT sur la croissance, l’emploi et la santé des travailleurs. 

 

 

➡️  ➡️  Propositions et pistes que la CGT met en débat avec les salarié-e-s

 

Les attaques contre les lois Aubry, contre la retraite et le financement de la protection sociale aboutissent au chômage de masse, aux inégalités salariales, aux inégalités de statuts, et aux inégalités devant le temps de travail : imposé par le patronat, subi et payé par les salariés.

 

La CGT met en débat quatre séries de propositions à affiner et à concrétiser avec les salariés dans les entreprises et les branches dans le cadre de la durée légale actuelle et dans l’objectif de gagner les 32 heures pour toutes et tous sans perte de salaire. Avec les salariés nous proposons d’engager ces batailles à tous les niveaux, dans les entreprises, les branches et au niveau national.

 

-  1) - Travailler toutes et tous : lutter contre la RTT imposée par le patronat et payée par les salarié-e-s

  • Évaluer puis supprimer les exonérations de cotisations sociales sur les emplois en CDD, intérim ou à temps partiel ;
  • rendre obligatoire le paiement de cotisations patronales sur la base d’un temps complet et garantir les droits correspondants aux salarié-e-s ;
  • ouvrir la prime de précarité aux salarié-es à temps partiel ;
  • appliquer les mêmes règles de majoration des heures supplémentaires pour les salariés à temps partiels que pour ceux à temps plein (de 25% sur la première tranche d’heures complémentaires puis de 50%) ;
  • le temps de trajet entre deux emplois[6] doit être considéré comme du temps de travail ;
  • toute coupure de plus de 2 h dans la journée doit déclencher une compensation salariale et/ou horaire ;
  • instaurer pour les salarié-e-s un droit opposable au passage à 24 h par semaine et 7 h par jour ;
  • augmentation du temps de repos quotidien à 12 h par jour.

 

-  2) - Travailler mieux , « lutter contre la pénibilité et le travail du dimanche »

  • Ouvrir dans le cadre du C3P la possibilité à partir de 50 ans de multiplier ses points pour pouvoir bénéficier d’un départ anticipé dès 57 ans ;
  • passage automatique et immédiat au 32h pour les postés, nuit et les salarié-e-s cumulant au moins trois critères de pénibilité ;
  • seniors : à partir de 50 ans et d’un nombre d’années d’exposition à la pénibilité, mise en place de temps partiels seniors (accords temps partiel bonifié) ;
  • conformément à la législation européenne, le temps d’astreinte doit être distinct du temps de repos.

 

-  3) - Travailler moins quel que soit le niveau d’autonomie et de responsabilité

  • Mettre en place un droit à la déconnexion avec des trêves de mails durant les temps de repos. Ces plages de trêves de mails devront être supérieures au temps de repos des salariés et être fixées par accord de branche ou d’entreprise ;
  • encadrer strictement les forfaits jours pour garantir le droit à la santé et à la sécurité et des durées maximales de travail; instituer une négociation obligatoire sur l’usage des outils numériques. Il est nécessaire de mettre en place des moyens collectifs d’évaluation du temps et de la charge des salarié-e-s ;
  • présentation au Comité d’entreprise d’une évaluation du temps de travail des salariés par CSP et par secteur, et des synthèses des données issues des entretiens individuels sur la charge de travail ;
  • renforcer la règlementation du télétravail et du nomadisme (présomption d’accident du travail, système d’évaluation du temps et de la charge de travail, limitation des plages horaires durant lesquels le salarié peut être joint,…) ;
  • renforcer la règlementation sur les déplacements professionnels (présomption d’accident du travail, temps de transport considéré comme du temps de travail, compensation obligatoire); • validation des années d’études pour le calcul des droits à la retraire ;
  • augmenter les jours de RTT, pour les salarié-e-s au forfait jours, passer le nombre de jours de référence à 200.

 

-  4) - Travailler moins : un enjeu social et citoyen

Le bilan de la réduction du temps de travail à 35 h a révélé de grandes inégalités quant à l’utilisation de cette RTT. À l’évidence, celle-ci a été différente selon le niveau de salaire, la catégorie sociale professionnelle, ou le sexe du ou de la salarié-e.

 

La RTT doit être facteur de réduction des inégalités entre les femmes et les hommes dans l’articulation vie professionnelle/vie privée.

 

La campagne sur la réduction du temps de travail doit permettre de débattre des conditions d’exercice de la parentalité (dans la petite enfance comme dans le parcours scolaire), de la question des aidants familiaux, ou encore des moyens de favoriser l’activité associative ou citoyenne.

 

La RTT doit bénéficier à toutes et tous, être facteur d’émancipation, d’accès réel aux loisirs et à la culture, de possibilité d’être acteur ou actrice de la cité, et ce quel que soit le salaire ou la situation de famille. La RTT ne doit pas être dévoyée, ce qui nécessite de discuter de :

  • consacrer du temps à la formation professionnelle : pour la CGT, cela doit représenter 10% du temps de travail ;
  • attribuer des jours pour des missions de coopération à l’international ;
  • attribuer du temps pour les activités d’intérêt général (environnemental, enseignement,…) ;
  • allonger les congés de paternité et de maternité ;
  • attribuer du temps pour activité parentale ;
  • attribuer du temps pour les aidants familiaux.

Il va de soi que le dimanche doit être le jour de repos commun à la majorité des salariés.

Partager cet article

Repost0
17 juin 2019 1 17 /06 /juin /2019 16:16
On est en train de sortir de notre modèle de Sécurité Sociale, sans dire aux Français qu’on en sort

Sécurité sociale : « On se dirige progressivement vers un modèle à l’anglo-saxonne sans le dire aux Français » !

 

Alors que le Sénat termine l’examen du budget de la Sécu, les sénateurs LR estiment, eux aussi (mais se gardent bien de rappeler que toutes les mesures qui ont été prises depuis les ordonnances de 1967, l'ont été avec leur soutien) qu’« on se dirige progressivement vers un modèle à l’anglo-saxonne[1], qui n’est pas le modèle français », en raison du financement par l’impôt[3] de la protection sociale, au lieu des cotisations[2].

 

Sources : Public-Sénat le 15 novembre 2018 mis à jour le 21 juin 2019

-En 2007, Denis Kessler, ancien n° 2 du MEDEF avait sonné la charge !

On est en train de sortir de notre modèle de Sécurité Sociale, sans dire aux Français qu’on en sort

-L’alerte ne vient pas de la gauche, mais de la droite. « Il y a un profond changement, qui est déjà perceptible ».

Bruno Retailleau, président du groupe LR du Sénat, met en garde sur le risque d’un changement de modèle dans la protection sociale, alors que la Haute assemblée va terminer d’ici demain l’examen du budget de la Sécu.

 

« Les Français sont attachés à la Sécurité sociale. Les gaullistes, les communistes avaient fondé ce pacte social et national au sortir de la guerre. On est en train de sortir de ce modèle, sans dire aux Français qu’on en sort » selon Bruno Retailleau.

 

Mais pourquoi le gouvernement changerait-il de modèle, sans le dire ? Comme le président LR de la commission des affaires sociales, Alain Milon, le disait déjà il y a un an à publicsenat.fr, « car on voit bien que la part des impôts devient de plus en plus importante, par rapport aux cotisations. Donc on passe dans un système où le ministère des Finances, (Bercy ndlr) aura de plus en plus de poids. Le risque majeur, c’est que Bercy, demain, dise quelles sont les dépenses sociales, médicales, qui doivent être acceptées ou pas » a pointé Bruno Retailleau, lors d'une conférence de presse mercredi 14 novembre sur le budget 2019 et le budget de la Sécu.

 

« On a un filet de sécurité pour les plus pauvres, c'est-à-dire qu’on augmente les minima sociaux. Et les autres se débrouillent »... c'est ça le modèle à l’anglo-saxonne.


Cette « bercysation », selon les mots d’Alain Milon, vient d’un engagement d’Emmanuel Macron : la suppression des cotisations salariales sur l’assurance maladie, financée par une hausse de la CSG[3], autrement dit l’impôt... (avec la promesse, un leurre d'augmentation [fictive] de leur pouvoir d'achat ndlr).

 

On désindexe les retraites, les prestations familiales. C’est une atteinte au principe d’universalité qui veut que  chacun cotise en fonction de ses moyens, de ce qu’il gagne, mais tous reçoivent une prestation équivalente. Ce principe est écorné. On se dirige progressivement vers un modèle à l’anglo-saxonne, qui n’est pas le modèle français » insiste le président de groupe.

 

Bruno Retailleau sait bien que donner l’impression de toucher à la Sécurité sociale est un sujet sensible. Lors de la campagne présidentielle, celui qui était l’un des plus proches lieutenants du candidat Fillon se souvient sûrement que l’ancien premier ministre LR avait été accusé de vouloir mettre en place une privatisation rampante de la Sécu..... (ce qui était une réalité, notamment au travers de la retraite à points[4ndlr)

 

Notes :

[1] Quand Macron a en tête le modèle anglo-saxon

[2] Le salaire, c'est le salaire net + le salaire différé socialisé : c'est quoi le salaire différé socialisé ?

[3] Créée le 30 décembre 1990 sous Michel Rocard, la CSG est un impôt qui finance la Sécurité sociale. Dès l’origine, il a été substitué en partie aux cotisations sociales. Son taux n’a cessé d’augmenter avec le temps : 1,1% en 1991, 7,5% en 2004 puis à 9,2% depuis le 1er janvier 2018. Cette décision est présentée par le gouvernement comme une mesure permettant d’accroître le revenu net des ménages. En effet, elle est associée à une baisse des cotisations salariales de 3,15 points (baisses des cotisations maladie de 0,75 point et des cotisations chômage de 2,4 points).

[4] https://www.youtube.com/watch?v=icvxSUQQl_E

 

 

Pour en savoir plus :

La CSG de Macron : enfumage et menaces sur l’assurance-chômage

- 75 ans de casse de la sécurité sociale..

- Le salaire, c'est le salaire net + le salaire différé socialisé : c'est quoi le salaire différé socialisé ?

Partager cet article

Repost0
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 08:12
1er mai 2019, à La Rochelle : répondons par la mobilisation à la prestation télévisée de Macron
1er mai 2019, à La Rochelle : répondons par la mobilisation à la prestation télévisée de Macron
1er mai 2019, à La Rochelle : répondons par la mobilisation à la prestation télévisée de Macron

-Macron a parlé.... et après ?
- Entre mensonges par omission (ex : je ne touche pas à la retraite à 62 ans.... mais pas dit " je poursuis la réforme des retraites et instaure la retraite à points qui baissera massivement les pensions ") et annonces contradictoires (je ne ferme plus de services publics.... mais poursuit les suppressions d'emplois) ;


- Entre mensonges purs et simples (ex : « Nous devons travailler plus. Les Français travaillent moins que leurs voisins ». Tout faux ! Les Français travaillent plus en emploi que leurs collègues allemands, hollandais, norvégiens ou danois[1]) et sa main tendue au RN par la reprise d'une partie de ses thèses pour s'attirer son électorat... ;
- Rien sur l’évasion fiscale, la revalorisation des salaires, minimas sociaux,....... il n'a répondu a aucune des exigences populaires à la source de la mobilisation des gilets jaunes.

 

Au final Emmanuel Macron aura mis 1 h à annoncer les mesures qu’il s’apprêtait à énoncer en 10 mn il y a une semaine. C’est dire que tout cela aura été bourratif sur la forme et indigeste sur le fond.... et la réponse des français ne s'est pas faite attendre : 77% des sondés par le figaro n'ont pas été convaincus par Macron

 

 

-Il y a urgence à créer des convergences entre le mouvement social, citoyen, associatif et politique 

A cet égard, je soutiens les initiatives de la France insoumise qui se prononce et agit pour réaliser des convergences de lutte dans la rue afin de faire aboutir les exigences populaires et salue les initiatives prises en ce sens et notamment l'appel " Pour faire face aux politiques réactionnaires opposons un front populaire !!!  " qui a le soutien actif de l'espace des luttes de la France insoumise[2].

 

Et à La Rochelle, c'est encore " l'entre soi " qui prévaut pour le 1er mai au détriment de l'intérêt général. Les insoumis sont disponibles, des gilets jaunes aussi et travaillent au rassemblement, mais les forces syndicales sont divisées sur le sujet.

 

 

-Un appel syndical unitaire CGT - FO - FSU - SUD/SOLIDAIRE - UNL  à télécharger

1er mai 2019, à La Rochelle : répondons par la mobilisation à la prestation télévisée de Macron
1er mai 2019, à La Rochelle : répondons par la mobilisation à la prestation télévisée de Macron

Partager cet article

Repost0
8 février 2019 5 08 /02 /février /2019 08:40
Gilets Jaunes et Syndicats

Cet article ci-dessous me semble une excellente analyse de la situation, des enjeux et rapports de forces en action... 

 

Sources : INITIATIVES COMMUNISTES  par Jean-Pierre Page[1]

-

Voici plus de 11 semaines que les gilets jaunes rythment par leurs initiatives la vie politique et sociale française.
Le 26 janvier a été une grande journée de mobilisation à travers toute la France.  Elle a aussi été marquée par une répression sans précédent violente, délibérée et orchestrée.

 

Emmanuel Macron, son gouvernement, le Parlement, les partis politiques, les médias, les analystes commentent et se déterminent quotidiennement en fonction de ce mouvement inédit dans sa forme, ses objectifs et sa durée. La plupart d’entre eux ont été totalement pris au dépourvu et ont toujours autant de mal à le caractériser et plus encore à y faire face, fut-ce par la contrainte et les représailles! Dans les couloirs du pouvoir, on est chaque fin de semaine, proche du mode « panique ».

 

 

-

Les syndicats n'échappent pas à ce constat.

Pire,  bien que par leur rôle, ils se doivent d’être en phase avec les préoccupations et l’état d’esprit réel des travailleurs, ils n’ont pas vu venir cette vague  populaire qui a pris l’ampleur d’un tsunami social et politique. Celui-ci est sans précédent dans l’histoire française. Plutôt, que d’en tirer les conséquences, le choix des dirigeants syndicaux a été de se réfugier dans un rôle d’observateur, non sans espérer fut ce au prix d’un lâche soulagement de voir les choses en finir au plus vite.

 

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, considère toujours « que le mouvement des gilets jaunes n’est en rien capable, de réunir les gens, de les faire débattre entre eux, de hiérarchiser les revendications, de s’engager dans la recherche de solutions. Il n’a rien inventé affirme-t-il, ni est capable de mobiliser en masse. Nous devons éteindre collectivement l’incendie».[2]

 

On ne saurait pas être plus clair, chasser le naturel, il revient au galop ! En fait, et c’est bien là le problème, quand « tout remonte à la surface »[3] , les syndicats ne rêvent-ils pas de continuer à faire comme si de rien n’était! « Il faut que tout change pour que rien ne change »[4].

 

Pourtant et dorénavant tout le monde est au pied du mur et dans l’obligation de se déterminer par rapport à l’existence, aux débats et aux initiatives des gilets jaunes. Leur action est à ce point incontournable que non-content d’ébranler les bases d’un pouvoir politique qui se voulait conquérant, arrogant et sur de lui, elle révèle l’étendue d’une crise sans précédent autant sociale, politique, économique que démocratique. Elle renvoie également à la crise du syndicalisme et pas seulement à la représentation de celui-ci.

 

Macron, quant à lui, cherche à gagner du temps et à reprendre la main, mais de l’avis général les deux mois de débats, et d’enfumage dont il a pris l’initiative ne régleront rien. En guise d’exorcisme et d’incantations, il ne suffit pas d’affirmer qu’on ne changera pas de politique pour s’en persuader. C’est sans doute pourquoi les Français ne se font aucune sorte d’illusions sur les vertus de son « one-man-show », ce long monologue ou il bavarde sans écouter. Les gilets jaunes avec détermination ont décidé de poursuivre leur action contre vents et marées tout en déjouant les multiples pièges qu’on leur tend. Faisant preuve là, d’une rare intelligence politique !

Gilets Jaunes et Syndicats

Ils apprennent vite, tout en faisant face à une répression de masse, déchaînée et meurtrière[5]. Celle-ci est sans précédent depuis presque 60 ans. On se souvient du massacre de Charonne ou celui du 17 octobre 1961[6] qui coûta la vie a des centaines de travailleurs algériens ! Pourtant, le 6 décembre à la stupéfaction et la colère de nombreux militants,  les confédérations syndicales y compris la CGT ont été jusqu’à condamner comme coupables les victimes des représailles policières et« toutes formes de violences dans l’expression des revendications »[7] ! Fallait-il  donner de cette manière choquante une nouvelle justification au concept de « syndicalisme rassemblé » ? 50 ans plus tard Macron n’en demandait pas tant ! Faut il rappeler qu’en 1968 la CGT s’est honoré en appelant à la grève générale contre la répression à l’égard du mouvement étudiant. Depuis, l’initiative de la CGT Paris de saisir la justice contre l’utilisation criminelle de « flash-ball » par les forces de l’ordre, à montrer un rejet net de cette manière de renvoyer tout le monde dos à dos[8].

 

 

-

Dans de telles circonstances, il y a urgence pour le Capital et la bourgeoisie, à trouver une issue à cette crise majeure, ils leur faut anticiper, car les problèmes s’enchaînent les uns après les autres! Alain Minc et Jacques Attali parmi d’autres s’inquiètent du creusement des inégalités.

Comme au sein d’une « Cupola mafieuse sicilienne», les « parrains » de Macron comprennent, que cette situation ne peut perdurer indéfiniment. Déjà, dans un temps très bref, moins de deux ans, elle a fragilisé à l’extrême le pouvoir du jeune banquier de chez Rothschild, dont ils avaient fait le choix .

 

Faut-il ajouter au tableau, que le mouvement peut faire tâche d’huile et devenir contagieux ! Déjà en Belgique, au Portugal, en Pologne, en Grand Bretagne, en Hongrie, aux Pays-Bas, en Irlande, et même au Liban, en Afrique du Sud, en Irak, on revêt le gilet jaune de la colère populaire[9].

 

Dans ce contexte, les instances supranationales comme celle de l’Union européenne déjà à l’avenir incertain, voit celui-ci s’assombrir un peut plus à fortiori avec la perspective des prochaines élections européennes. Le moteur  franco-allemand se met à tousser au point que l’on se demande s’il ne va pas caler. Le traité d’Aix la Chapelle entre la France et l’Allemagne que viennent de signer dans l’urgence et le secret  Macron et Merkel consacre une capitulation française sur sa souveraineté au bénéfice d’une Europe des « Landers » et d’une armée allemande baptisée « européenne ». Comment ne pas remarquer que deux mois auparavant, par anticipation et sans consultations de leurs affiliés les syndicats français et le DGB allemand avaient décidé de soutenir ce grand  projet d’intégration européenne[10] sous le pavillon d’Outre-Rhin.

 

 

-

Pour la France qui est encore admise comme 5e puissance mondiale, l’onde de choc internationale créée par le mouvement des gilets jaunes fait vaciller la crédibilité d’un système en question, plus encore que celle d’un président dont la suffisance et la morgue font dorénavant sourire, tant elle apparaît dérisoire.

A Paris, Macron, à la remorque de Trump soutient les putschistes de l’extrême droite vénézuélienne, il ne tarit pas d’admiration et d’éloges pour leurs manifestants et ordonne à Maduro de respecter la démocratie et des élections sous 8 jours. « Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais ! » Imaginons Nicolas Maduro, exigeant de Macron l’organisation d’élections en France sous 8 jours au risque de voir le Venezuela reconnaître Eric Drouet des Gilets jaunes comme le président en charge.

Gilets Jaunes et Syndicats

Par conséquent, il est difficile de contester que les enjeux se soient singulièrement aiguisés ! On ne choisit pas la période dans laquelle on vit, il faut être à la hauteur de ce qu’elle exige. Pour le mouvement syndical et particulièrement pour la CGT ce nouvel épisode des « luttes de classes en France » n’est pas sans risques. Le paradoxe, c’est qu’il n’est pas non plus  sans opportunités ! A condition, bien sur d’en avoir la volonté politique et de s’en donner les moyens si toutefois l’on veut  créer le rapport de force nécessaire pour gagner. Dans de telles circonstances la seule stratégie qui vaille est donc de  contribuer à fédérer et faire converger les luttes dans les entreprises avec celle des gilets jaunes.  L’objectif, (encore, faut-il avoir un objectif), doit être de bloquer les entreprises, les centres de productions stratégiques, tout autant que les voies de circulation,  faire pression sur le patronat ,le gouvernement et Bruxelles « là ou ça fait mal ! » .

 

 

-

Nous n’en sommes pas tout à fait là, pourquoi ?

Il devrait aller de soit que le mouvement populaire agisse et parle d’une seule voix tant les objectifs légitimes de justice sociale, de démocratie et de respect sont  massivement partagés dans et hors les entreprises, c’est d’ailleurs ce que souligne la CGT. Les gilets jaunes quand ils ne sont pas retraités ou chômeurs sont aussi des salariés. Toutefois,  il ne suffit pas de répéter que les revendications sont voisines sinon identiques, quand toute la question est de savoir quelles conséquences pratiques l’on en tire en termes d’actions. Or, il aura fallu deux mois pour que la direction de la CGT finisse par accepter sous la pression d’un grand  nombre de ses organisations : syndicats, fédérations, régions et départements d’appeler nationalement à la grève et aux manifestations le 5 février. Il faut se féliciter que l’Assemblée des Assemblées de Commercy (Meuse) des gilets jaunes réunissant une centaine de délégations est adoptée un Appel qui soutient une grève reconductible à partir du 5 février[11].

 

Prenons acte positivement de cette importante décision de la CGT soutenu par des gilets jaunes, tout en ajoutant que la question qui se pose dorénavant est celle de la suite qui sera donnée et de quelle volonté l’on va faire preuve pour que cette journée se poursuive en grève générale reconductible.  Doit-on se satisfaire de grèves par procuration, s’accommoder de l’éparpillement des luttes, de leur pourrissement comme d’une fatalité ? Va-t-on reprendre le controversé chemin des « grèves saute-mouton » dont la faillite est consommée ? «Ne faut-il pas reconsidérer les vertus des grèves reconductibles » ? Philippe Martinez, a déclaré que « la mobilisation aux ronds-points, c’est bien, la mobilisation dans les entreprises, c’est mieux »[12]. Prenons-le au mot : Chiche ! Passons des paroles aux actes ! « La preuve du pudding, c’est qu’on le mange »[13]

 

  • En fait-tout cela ne renvoie t’il pas à la capacité des syndicats à anticiper, à apprécier de qui change, bouge à la qualité de leurs liens avec les travailleurs dans leur ensemble et leur diversité, à l’activité depuis le lieu de travail c’est à dire là où se noue la contradiction capital/travail, là où se concrétise l’affrontement de classes ? 
  • Ne faut-il pas par exemple, s’interroger sur la capacité des syndicats à prendre en compte le fait que nous sommes passés en quelques années d’une société de pauvres sans emplois à une société avec en plus des pauvres avec emplois, une société capitaliste dont les jeunes sont les premières victimes. *

A leurs côtés l’on trouve les retraités actifs et présents depuis longtemps dans les manifestations, ils se battent pour le droit de vivre dignement d’autant qu’ils sont de plus sont fréquemment les seuls soutiens matériels et financiers de leurs enfants et petits enfants frappés par la précarité et le chômage de masse. La France compte plus de 11 millions de demandeurs d’emplois et de travailleurs pauvres occasionnels. Dans le même temps, 40 milliardaires pèsent 265 milliards d’euros soit la richesse globale des 40% les plus pauvres. Les 15 ultras riches détiennent 22% de la richesse nationale et bénéficient avec Macron au pouvoir de 300 milliards de cadeaux fiscaux, dont 100 milliard s’évadent chaque année vers les paradis fiscaux.

Gilets Jaunes et Syndicats

-

C’est ce que disent les cahiers de doléances, ils mettent en avant les inégalités criantes sociales et territoriales,  le besoin impératif de rétablir et revaloriser avec des moyens les services publics, en particulier ceux de proximité.

La contradiction capital/travail est posée fortement et l’on revendique l’exigence de justice sociale d’augmentation du salaire minimum à 1800 euros, la revalorisation des retraites et pensions, une fiscalité qui fait payer les riches et les entreprises, l’annulation de la CSG, le rétablissement de l’impôt sur la fortune ou encore l’abrogation du CICE ce crédit d’impôt aux entreprises remplacé par un allègement des charges sociales voulu dès le début de son mandat par Macron. En fait-tout cela traduit l’aspiration à une société française de notre temps, une société de progrès et non de régression sociale

 

Dans ces conditions, le pouvoir d’achat est une priorité vitale pour des millions de gens et leurs familles. Cette exigence légitime doit s’articuler avec une démocratie qui implique l’implication de chacun et chacune à tous les niveaux, la reconnaissance, le recours et l’usage de droits sans privilèges d’aucune sorte. Le peuple veut être entendu et respecté. Cette évidence s’est imposée devant l’unilatéralisme qui caractérise autant la vie dans les entreprises qu’hors les entreprises.  Le moment est venu d’y répondre, par de nouvelles formes de consultations et de prises de décisions comme le revendiquent les gilets jaunes! C’est ainsi pensent-ils que l’on fera reculer dans tous les domaines les injustices croissantes de la société française.

 

Car c’est le système capitaliste qui cadenasse les libertés, c’est le néo libéralisme mondialisé, qui impose la pensée unique et la voix de son Maitre, qui pille les richesses du travail, saccage la nature et l’environnement. Tout cela se fait au bénéfice d’une oligarchie corrompue de riches toujours plus riches, ou encore de ceux qui s’en sortent le mieux ! Faut-il continuer à parler de partage des richesses et des ressources, quand dans la réalité il s’agit de la recette du pâté d’alouettes où le travail enrichit le centile le plus riche de la population et que les inégalités explosent ?

 

La France est passée championne dans la distribution des dividendes aux actionnaires. 46,8 milliards d’euros ont ainsi été distribués en 2018, de loin supérieur à 2017 de plus de 12%. Les groupes automobiles et les entreprises de luxe, dit-on se sont particulièrement montrés généreux[14].

 

N’est-il pas remarquable que le mouvement des gilets jaunes coïncide avec l’inculpation et l’emprisonnement au Japon pour fraude fiscale de Carlos Ghosn le patron de Renault-Nissan au salaire de 15,6 millions d’euros par an. Cette rémunération « surréaliste », n’est-elle pas précédée par celle de Bernard Charles, de Dassault qui gagne 24,6 millions d’euros annuel devant Gilles Gobin de Rubis du groupe Rubis qui lui empoche 21,1 millions d’euros ? Ce sont ceux-là et près de 150 patrons de multinationales, avec qui voici quelques jours, Macron de manière provocatrice a festoyé au Château de Versailles. Comble de l’ironie jour pour jour avec la décapitation de Louis XVI. Ainsi, l’on semble être passer « d’une royauté à une autre. » !

Gilets Jaunes et Syndicats

-

Dans un tel contexte, apparaissent bien dérisoires les arguties de certains dirigeants syndicaux sur les prétendues tentatives de récupération et l’influence de l’extrême droite raciste sur le mouvement des gilets jaunes, comme le répète à satiété les dirigeants de la CFDT et de la CGT.

A ce sujet, les propos affligeants, les rapports, les interviews ne manquent pas et témoignent d’un décalage saisissant comme d’une profonde ignorance de ce que représente un mouvement social ![15] Il est inquiétant de noter que certains dirigeants de la CGT ont cru bon, se saisir de ce contexte pour traquer les idées de ceux qui refusent la mise en conformité,  comme par exemple un regard critique sur l’Europe et l’Euro, le prêt-à-porter de la pensée dominante et de l’air du temps[16]. La pratique de l’amalgame à l’égard de l’historienne Annie Lacroix-Riz[17] accusée de complotisme, et de voisinage avec l’extrême droite a suscité une telle indignation que Philippe Martinez a du lui présenter des excuses et s’engager à retirer de la circulation une note infamante portant le sigle de la CGT[18]. Va-t-on dorénavant faire le tri chez les travailleurs, ou les militants exiger de leur part pour participer aux grèves et manifestations (comme on l’a vu) qu’ils présentent une identification politique ou un laissez passer conforme aux désidératas du dialogue et du partenariat social voulu par un syndicalisme d’accompagnement et de propositions en quête d’«union sacrée ».

 

N’y a t’il pas pour le mouvement syndical à réfléchir autrement et avec modestie sur lui-même sur ses insuffisances, son fonctionnement, ses retards, sur son approche des problèmes dans leur globalité, leur dimension européenne et internationale par ces temps de mondialisation néo-libérale à marches forcée. Se débarrasser enfin de cet esprit de suffisance, de condescendance, de donneurs de leçons qui minent la relation qui devrait être celle entre les syndicats, les travailleurs en général, les gilets jaunes en particulier, ceux dont les sacrifices de toutes sortes méritent le respect. Plutôt que porter sur eux des jugements de valeurs ne devrait-on pas faire preuve de plus de retenue ?

 

Car au départ,  il aura fallu une taxe sur les carburants suscitant la colère pour que cette fois ci, la goutte fasse déborder le vase des mécontentements accumulés, des colères légitimes, des rêves refoulés, des frustrations que l’on taisaient depuis si longtemps. « Une étincelle peut mettre le feu à toute la plaine ».

 

Si ne pas l’avoir compris ne peut être sans conséquence pour la classe politique, comment ne le serait-elle pas pour les syndicats. Comment s’étonner alors de l’ampleur de cette crise de confiance, car il faut bien reconnaître que ce mouvement des gilets jaunes s’est construit hors de l’intervention et de l’implication syndicale. Par conséquent, on ne saurait pas être surpris à entendre les critiques qui montent d’en bas, qui placent les syndicats et les politiques dans le même sac, et à qui l’on fait payer le prix fort des compromissions. Doit-on faire comme si cela n’existait pas. Déjà en son temps, Benoit Frachon parlait des « porteurs de serviettes, l’air affairé, le plus souvent trônant dans un bureau, parfois hypocritement installé par le patron »[19]. Qu’en est-il aujourd’hui ?

 

C’est vrai en France et ailleurs comme à une tout autre échelle. Ainsi la CES (Confédération Européenne des Syndicats) déjà totalement dévaluée démontre dans ces circonstances et une fois encore sa parfaite incapacité à saisir ce qui est essentiel ! Son silence est assourdissant ! C’est dire, son décalage  avec le monde réel, sans doute parce que sa fonction n’est rien d’autre que celle d’être un rouage des institutions bruxelloises.  Son fonctionnement et sa dépendance financière à cet égard semblent sans limites.

 

On parle beaucoup de l’ignorance dans laquelle Macron tient ce que l’on appelle les corps intermédiaires comme les syndicats. Ce qui est un fait,  mais l’institutionnalisation du syndicalisme, sa bureaucratisation, sa professionnalisation, ne l’a t’elle pas  rendu invisible et inaudible ? Comment alors être surpris de voir aujourd’hui beaucoup de salariés s’en détourner, questionner sa crédibilité, son utilité, son existence même et finir par voir ailleurs ? Pour se rassurer faudrait-il en l’appliquant au syndicalisme reprendre la formule de Brecht « puisque le peuple vote contre le gouvernement, ne serait-il pas plus simple de dissoudre le peuple et d’en élire un autre »[20].

Gilets Jaunes et Syndicats

-

Comment en est-on arrivé là ?

Peut-être faudrait-il se poser la question du pourquoi ? On ne peut évidemment pas se satisfaire de cette situation, elle appelle des réponses autres que la culpabilisation des militants sur lesquels repose l’existence de l’organisation syndicale à fortiori dans les entreprises. Cela ne saurait se réduire à la seule prise en charge des problèmes « de carreaux cassés » dont il faudrait s’inquiéter pour répondre à la crise du syndicalisme ! On a besoin sur ce sujet comme sur d’autres, d’une autre hauteur de vue.  A la lumière d'événements qui sont un formidable révélateur, il y a urgence pour le mouvement syndical de classe à tirer les leçons et à faire les bilans qui s’imposent. Il faut espérer que le prochain congrès national de la CGT[21] apportera des réponses convaincantes, une stratégie et une direction à la hauteur de cette situation. Faire preuve de lucidité ce n’est pas  s’accabler, c’est voir les faits, la réalité telle qu’elle est pour la transformer.

 

Évidemment ce mouvement des gilets jaunes est pétri de contradictions, il est  à l’image de notre société avec ses préjugés, ses faiblesses, ses erreurs, et même ses idées réactionnaires. Faut-il faire comme si cela n’existait pas ? Évidemment non ! Mais dans le même temps,  comment concevoir autrement une lutte de masse qui soit conséquente ?

 

Un grand nombre de gilets jaunes font l’expérience de l’action pour la première fois, la plupart d’entre eux n’a jamais participé à une grève, à une manifestation. On s’étonne de leur spontanéisme, de leur absence d’organisation ce qui semble être de moins en moins le cas, mais comment ne pas voir qu’entre son début et le point où il est arrivé aujourd’hui, ce mouvement a fait un véritable bond qualitatif en avant. C’est vrai, dans la définition de ses objectifs, dans ses méthodes comme dans son organisation. Non sans erreurs ? Certes et alors ? Le mouvement syndical a aussi la responsabilité de partager et faire partager son expérience de la lutte de classes avec tous ceux et toutes celles qui font le choix d’agir collectivement.

 

Pour un grand nombre de gilets jaunes, et même si c’est parfois confusément, ce qui est en question au fond c’est la nature de cette société inégale, brutale, prédatrice et criminelle. Cette société-là, c’est le capitalisme lui-même.  Qui va le dire ? Faut-il le considérer comme un horizon indépassable ou faut il au contraire l’abolir ? Pour le syndicaliste faudrait-il se plaindre d’une telle prise de conscience? On peut comprendre qu’un tel changement des esprits n’est pas sans déranger les tenant d’une adaptation du syndicalisme-partenaire d’un capitalisme à visage humain. Certains, comme la CFDT, préférant négocier le poids des chaines plutôt que d’exiger l’abolition de l’esclavage. Mais, ne doit-on pas voir dans ce mouvement des gilets jaunes une prise de conscience qui s’affirme,  celle  qui conduit à la conscience d’appartenir à une classe et par conséquent des opportunités à saisir ! N’y t’il pas là pour le syndicalisme une responsabilité à assumer pour qu’il en soit ainsi.

 

Aussi et comme cela est souvent le cas dans les grands mouvements sociaux, il y a urgence pour le mouvement syndical à prendre en compte combien les consciences ont progressé quant aux causes, aux responsabilités et à la nature  du système capitaliste lui-même


Ce constat renvoie à la « double besogne », cette double fonction qui doit être celle du syndicat: luttant tout à la fois pour les revendications immédiates comme pour le changement de société. Contrairement à ce qu’affirme Philippe Martinez[22], la CGT n’est pas trop « idéologique ». Cette singularité qui est la sienne, cette identité, elle se doit de la prendre en charge en toutes circonstances. Ne voit-on pas que la CGT paye aujourd’hui 25 années de recentrage, de désengagement du terrain de la bataille des idées, en fait de dépolitisation ?[23] . Ceci, la pénalise grandement aujourd’hui face à un mouvement qui va marquer durablement la période que nous vivons.

Gilets Jaunes et Syndicats

Ce débat nécessaire donne raison à ceux des militants de la CGT qui depuis longtemps alertent, se mobilisent et interpellent leur Confédération  sur la perspective « d’une explosion sociale », hors de toute intervention syndicale, tant la désespérance est à son comble[24]. Il est heureux de constater que parfois à contre-courant des positionnements officiels et de l’impuissance de nombreux dirigeants, ils  sont ceux qui ont fait le choix dès le début de se tourner vers le peuple en lutte, mêlant leurs gilets rouges à ceux des gilets jaunes comme on l’a vu dans bien des ville à Bourges, Créteil, Toulouse, Marseille, Lille, Paris, Montbéliard, Nantes, etc.

 

En fait,  cette insurrection sociale, à laquelle nous assistons, tire sa force dans sa capacité à fédérer le peuple : les ouvriers, les employés, les paysans, les classes moyennes, les petits artisans, les chômeurs, les retraités, les ruraux et les citadins, ceux des banlieues. Fait significatif les femmes sont au premier rang des manifestations, des blocages routiers, des parkings des centres commerciaux. Tout un peuple d’en bas est entré en révolte, la CGT devrait se comporter comme un poisson dans l’eau et considérer qu’en dernière analyse, « il est juste de se rebeller » !

 

 

-

Voici plusieurs années, on parlait de fracture sociale, mais sans en tirer les conséquences.

Celle-ci n’a cessé de s’élargir, au point que ce à quoi nous assistons couvait depuis longtemps, en particulier dans la jeunesse. Cette génération sans perspective, tous ces laissé-pour-comptes réduits à monter à l’échafaud de l’exclusion sociale et parmi eux les précaires, ou encore les enfants d’immigrés de plusieurs générations. Ils sont aux avants-postes de cette bataille. Comment ne pas se trouver à leurs côtés ?

 

L’on sait maintenant qu’à la fracture sociale, il faut associer la fracture politique et démocratique. Elle révèle l’étendue d’une rupture entre le peuple et ses représentants, les institutions nationales et supranationales, les partis politiques, les syndicats, les parlementaires de droite comme de gauche, le gouvernement et singulièrement le chef de l’état sur qui se focalise l’ensemble du rejet exprimé à travers le mot d’ordre « Macron démission ». En une année la confiance dans le président de la République s’est effondrée de 23%. Jamais en France, un homme politique aura fait l’objet d’une telle détestation pour ne pas dire d’une haine. Un récent sondage[25] fait ainsi apparaître que 88% des Français ne font pas confiance aux partis politiques, 73% ne font pas confiance aux médias et 70% aux banques, 55% se déclarent prêt à participer à des manifestations pour défendre leurs idées,. Deux mois après le début de l’action des « Gilets jaunes » 57% continuent à leur apporter leur soutien. Plus de 70% des Français n’attendent rien du grand débat voulu par Macron.

 

Le mouvement des gilets jaunes est fondamentalement une révolte contre la situation intolérable qui est faite aux classes les plus défavorisée, à l’appauvrissement qui touche dorénavant les classes moyennes ceux qui arrivaient encore à s’en sortir, mais dont les fins de mois se terminent dès le 15 et qui n’ont d’autres alternatives que les privations pour presque tout. « Dans les fins de mois, le plus dur ce sont les 30 derniers jours ! » disait Coluche. Le combat des gilets jaunes est aussi une résistance contre ce recul de civilisation voulu par le Capital en crise.

 

Les politiques néo libérales des gouvernements successifs de droite comme de gauche, les injonctions de l’Union européenne  ont détricoté de manière systématique le tissu social. Macron dans un volontarisme aveugle a accéléré ce processus y associant l’insulte, la condescendance, l’humiliation et le mépris du peuple souverain.  La nature monarchique et de classe du régime est ainsi apparue dans toute sa brutalité. Il ne faut pas chercher plus loin le rejet de cette société inhumaine.

 

  • Il ne fait aucun doute que les « Gilets Jaunes » feront leur entrée au Panthéon des grands mouvements sociaux, annonciateur de ruptures avec le système dominant. Leur empreinte est indiscutable et marque déjà notre époque par la radicalité progressiste de leurs objectifs, par leur détermination, leur esprit d’initiative, les formes d’organisation dont ils ont fait le choix, la continuité qu’ils donnent à leur action. Ils ont réussi à gagner la sympathie et la solidarité d’une très large majorité de Français, mais aussi des peuples d’Europe et d’ailleurs.

 

  • Ils font la démonstration de cette exception française, celle d’un pays où comme disait Marx, « les luttes de classes se mènent jusqu’au bout ». La filiation des « Gilets Jaunes » est  bien celle qui trouve ses racines dans les « Jacqueries »[26], dans la grande Révolution de 1789 à 1793, de la Commune de Paris, des combats de la Libération et plus près de nous de 1968, 1995, et de ces milliers de luttes sociales et politiques souvent anonymes, de grèves, de manifestations innombrables. Macron n’a pas tort de reconnaître l’esprit « réfractaire »[27] frondeur et indocile des Français! Non sans raison les « Gilets Jaunes » le revendiquent ! Après tout, « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs »[28]. 225 ans plus tard, les gilets jaunes légitiment et rappellent publiquement souvent d’ailleurs cette vision ambitieuse des révolutionnaires de 1793. L’honneur du mouvement ouvrier français et de la CGT en particulier est d’avoir toujours été fidèle à ces principes. C’est aussi à elle de les défendre !

 

Notes :

[1] Jean-Pierre Page est l’ancien responsable international de la CGT Membre de la Commission Exécutive Confédérale de la CGT, auteur de plusieurs livres dont « CGT: pour que les choses soient dites » (Delga-2018).

[2] « Certains syndicats fragilisent la démocratie » Laurent Berger, Le Figaro, 22 janvier 2019 et JDD du 26 janvier 2019.

[3] « Quand tout remonte à la surface », Serge Halimi, Le Monde diplomatique janvier 2019.

[4] Giuseppe Tomasi de Lampedusa (1896-1957), Le Guépard.

[5] Depuis le 17 novembre, on compte 11 morts, 200 blessés dont plusieurs manifestants seront amputés, plus de 8000 arrestations, des centaines de condamnation y compris à la prison ferme, des emprisonnements. Il faut remarquer toutefois l’initiative de la CGT Paris de saisir la justice contre l’utilisation incontrôlée de « flashball » par les forces de l’ordre.

[6] Le 17 octobre 1961 la police réprima à Paris une manifestation de travailleurs algériens qui avaient répondu à l’Appel du FLN.

[7] Déclaration commune « les syndicats condamnent la violence » CGT-CFDT-CGC-CFTC-FO-UNSA-FSU. 6 décembre 2018.

[8] Déclaration UD CGT de Paris sur la répression. 21 janvier 2019.

[9] « Ces pays en Europe ou les gilets jaunes ont défilé »JDD 18 décembre 2018

[10] Déclaration commune « L’Europe que nous voulons ! »Forum syndical franco- allemand (DGB+CFDT+CGT+CFTC+FO+UNSA) 8 et 9 novembre 2018.

[11] « L’appel pour le 5 février de l’Assemblée des Assemblées de Commercy »(Meuse), Syndicollectif ,28 janvier 2019.

[12] « La CGT est parfois trop idéologique ! » Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, Ouest France, 4 janvier 2019.

[13] Friedrich Engels (1820-1895)

[14] « CAC40 : 46,8 milliards  d’euros de dividendes versés en 2018 », Le Revenu, 9 mars 2018

[15] Intéressant de ce point de vue l’interview croisée et l’approche divergente de deux dirigeants de la CGT, Sonia Porot des Yvelines et Cedric Quintin du Val de Marne. NVO de janvier 2019 « Gilet jaune, du social au syndical »

[16] Rapport de Pascal Bouvier, commission exécutive confédérale de la CGT du 8 janvier 2019

[17] Au sujet d’Annie Lacroix Riz, voir le dossier complet que l’on peut consulter sur le site du Front Syndical de classe en date du 28 janvier 2019,

[18] CGT-Activité confédérale 009 du 14 janvier 2019, lettre de Philippe Martinez à Annie Lacroix Riz.

[19] « Parlons des porteurs de serviettes » Benoit Frachon (1883-1975), ancien Président de la CGT, l’Humanité, 1 er janvier 1949.

[20] Bartold Brecht (1898-1956)

[21] Le 52e congrès national de la CGT aura lieu du 13 au 17 mai 2019 à Dijon.

[22] Philippe Martinez : déjà cité.

[23] Stéphane Sirot, Regards, 21 septembre 2017

[24] « Le spectre des jacqueries sociales » Michel Noblecourt, Le Monde, mars 2013

[25] « CEVIPOF » (Centre d’étude de la vie politique française) pour qui le rejet de la classe politique a atteint un niveau historique. 11/01/2019

[26] « Les Jacqueries » révoltes paysannes dans l’Occident médiéval et l’Ancien régime. La « grande Jacquerie » de 1358 conduite par Jacques Bonhomme, fût violemment réprimée.

[27] En voyage officiel au Danemark en aout 2018, Macron avait affirmé que « les Français sont des Gaulois réfractaires au changement ».

[28] Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793

 

 

Pour en savoir plus :

- Les gilets jaunes et les « leçons de l’histoire »

5 février à La Rochelle les #GiletsJaunes reçoivent le renfort des organisations syndicales CGT, FSU, SNUipp, Solidaire... en nombre tous ensemble dans l'action sur le dépôt pétrolier de La Rochelle, et à prés de 2000 en manifestation en ville.
5 février à La Rochelle les #GiletsJaunes reçoivent le renfort des organisations syndicales CGT, FSU, SNUipp, Solidaire... en nombre tous ensemble dans l'action sur le dépôt pétrolier de La Rochelle, et à prés de 2000 en manifestation en ville.
5 février à La Rochelle les #GiletsJaunes reçoivent le renfort des organisations syndicales CGT, FSU, SNUipp, Solidaire... en nombre tous ensemble dans l'action sur le dépôt pétrolier de La Rochelle, et à prés de 2000 en manifestation en ville.
5 février à La Rochelle les #GiletsJaunes reçoivent le renfort des organisations syndicales CGT, FSU, SNUipp, Solidaire... en nombre tous ensemble dans l'action sur le dépôt pétrolier de La Rochelle, et à prés de 2000 en manifestation en ville.
5 février à La Rochelle les #GiletsJaunes reçoivent le renfort des organisations syndicales CGT, FSU, SNUipp, Solidaire... en nombre tous ensemble dans l'action sur le dépôt pétrolier de La Rochelle, et à prés de 2000 en manifestation en ville.
5 février à La Rochelle les #GiletsJaunes reçoivent le renfort des organisations syndicales CGT, FSU, SNUipp, Solidaire... en nombre tous ensemble dans l'action sur le dépôt pétrolier de La Rochelle, et à prés de 2000 en manifestation en ville.
5 février à La Rochelle les #GiletsJaunes reçoivent le renfort des organisations syndicales CGT, FSU, SNUipp, Solidaire... en nombre tous ensemble dans l'action sur le dépôt pétrolier de La Rochelle, et à prés de 2000 en manifestation en ville.
5 février à La Rochelle les #GiletsJaunes reçoivent le renfort des organisations syndicales CGT, FSU, SNUipp, Solidaire... en nombre tous ensemble dans l'action sur le dépôt pétrolier de La Rochelle, et à prés de 2000 en manifestation en ville.
5 février à La Rochelle les #GiletsJaunes reçoivent le renfort des organisations syndicales CGT, FSU, SNUipp, Solidaire... en nombre tous ensemble dans l'action sur le dépôt pétrolier de La Rochelle, et à prés de 2000 en manifestation en ville.
5 février à La Rochelle les #GiletsJaunes reçoivent le renfort des organisations syndicales CGT, FSU, SNUipp, Solidaire... en nombre tous ensemble dans l'action sur le dépôt pétrolier de La Rochelle, et à prés de 2000 en manifestation en ville.
5 février à La Rochelle les #GiletsJaunes reçoivent le renfort des organisations syndicales CGT, FSU, SNUipp, Solidaire... en nombre tous ensemble dans l'action sur le dépôt pétrolier de La Rochelle, et à prés de 2000 en manifestation en ville.
5 février à La Rochelle les #GiletsJaunes reçoivent le renfort des organisations syndicales CGT, FSU, SNUipp, Solidaire... en nombre tous ensemble dans l'action sur le dépôt pétrolier de La Rochelle, et à prés de 2000 en manifestation en ville.
5 février à La Rochelle les #GiletsJaunes reçoivent le renfort des organisations syndicales CGT, FSU, SNUipp, Solidaire... en nombre tous ensemble dans l'action sur le dépôt pétrolier de La Rochelle, et à prés de 2000 en manifestation en ville.
5 février à La Rochelle les #GiletsJaunes reçoivent le renfort des organisations syndicales CGT, FSU, SNUipp, Solidaire... en nombre tous ensemble dans l'action sur le dépôt pétrolier de La Rochelle, et à prés de 2000 en manifestation en ville.

5 février à La Rochelle les #GiletsJaunes reçoivent le renfort des organisations syndicales CGT, FSU, SNUipp, Solidaire... en nombre tous ensemble dans l'action sur le dépôt pétrolier de La Rochelle, et à prés de 2000 en manifestation en ville.

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2018 2 04 /12 /décembre /2018 10:21
Gilets jaunes : les tergiversations de la CGT font débat en son sein

La CGT de Philippe Martinez est-elle indépendante des politiques ?

  • Certains disent : le " mouvement populaire n'est pas syndical " et alors les syndiqués ne font pas partie du peuple ? On gagnera en rassemblant, pas en divisant ou en renvoyant à une manif seuls !
  • D'autres disent encore : " regardons ailleurs, ce mouvement est manipulé par le RN ex FN ! "... Mais parmi les électeurs de la CGT, parmi ses adhérents il n'y a pas d'électeurs du RN ? Qui peut jurer le contraire ?
  • On nous dit aussi : " Pas question de manifester avec le RN "... on peut le comprendre, mais qui a vu une seule banderole ou sigle RN sur les point de lutte ?

Alors soyons clairs :
. la nature a horreur du vide !
. En dehors de quelques rares cas de racisme ou xénophobie condamnable montés en mayonnaise par la presse aux ordres, les exigences sont sociales et portées par des citoyens comme vous et moi et sans discours politique !
. C'est parce-que tous les salariés actifs, retraités chômeurs n'y sont pas en MASSE, que les syndicats n'y sont pas,... que Le Pen peut parader et tenter d'en revendiquer la paternité !

  • N'attendons pas le 14 décembre !
  • Allons y en masse en respectant l'absence d'étiquette ostentatoire et les quelques Lepénistes seront noyés dans la masse du peuple en colère !
  • NE LEUR LAISSONS PAS LE TERRAIN... et ne divisons pas sous prétexte que.....

 

Sources :  par Yves Mestas[1]

À la manifestation CGT du 1er décembre 2018 à Paris, Philippe Martinez est au coude à coude avec Fabien Roussel, secrétaire du PCF et Ian Brossat, tête de liste du PCF aux européennes (photo ci-jointe).

 

Pourtant P. Martinez, il y a quelques mois, refusait toutes manifestations avec des partis politiques au nom de « l’indépendance syndicale[2] [3]». Martinez serait-il en campagne pour les européennes ?

 

Ian Brossat qui conduira la liste PCF est adjoint à la mairie de Paris auprès de Mme Hidalgo. Une majorité municipale très composite, puisque nous retrouvons une alliance entre : des communistes, des socialistes et des écologistes qui ont soutenu Hollande, des centristes et des LREM qui soutiennent Macron.

 


- Un exemple d’alliances qui provoquent le rejet des politiques et qui s’expriment dans le mouvement des gilets jaunes.

Un mouvement remarquable que les syndicats, dont la CGT, sont incapables de construire. Un mouvement  qui ne veut pas de récupération politique et syndicale, une volonté d’indépendance qu’il faut respecter.

 

Pourtant la CGT de P. Martinez a été méprisante et insultante à l’égard de ce mouvement des GJ et des adhérents CGT qui y ont participé. Dans son communiqué du 29 octobre, il était écrit : « plusieurs partis d’extrême-droite semblent être à la manœuvre », « c’est dangereux pour le monde du travail ». Dans une note aux organisations CGT il est écrit : « la présence de la CGT dans des initiatives d’extrême-droite est contraire à notre démarche ». Et enfin, la déclaration de Martinez dans une vidéo du 17 novembre : « je ne me vois pas manifester aux côtés du patronat et du RN de Mme Le Pen [4] ».

 


- Ces propos reflètent le décalage qui existe entre les apparatchiks de la confédération et le monde du travail et les retraités.

Pour avoir participé à toutes les manifestations depuis le 17 novembre et les blocages filtrants chaque jour à Dijon, je confirme que ce mouvement est composite. Il rassemble des jeunes, des salariés, des retraités, des chômeurs, des artisans…. de toutes opinions. Pour la très grande majorité ce sont des citoyens très fâchés mais pas fachos. Il suffit de regarder le contenu des cahiers de doléances.

 


- Ce manque d’indépendance de la CGT n’est pas une nouveauté.

En 2016/2017, pour la présidentielle, un grand nombre de dirigeants CGT (Thibault[5], Cailleteaux….) ont milité durant 12 mois pour des primaires de la gauche pour une candidature unique, qui n’était autre que socialiste et pour contrer la candidature de Mélenchon. Dans les publications de la CGT (NVO et Vie Nouvelle), alors que le bilan du quinquennat Sarkozy avait été très largement commenté, en 2012, avec un dossier de plusieurs pages, en 2017, aucun bilan du quinquennat Hollande n’a été fait (Il ne fallait pas nuire au « soldat socialiste »).

 

De même, aucun article n’a été publié en 2017 sur le programme des candidats à l’élection présidentielle. Pourtant, ce que fait Macron aujourd’hui était clairement annoncé dans son programme (CSG, ISF, loi travail, CICE...). Il n’y eut qu’une prise de position de la CGT lors du 2e tour entre Macron et Le Pen : « faire barrage à l’extrême-droite ».

 

  • Aujourd'hui, je vous propose de dire « stop ça suffit, je veux une CGT indépendante, qui ne soit pas, en catimini, la courroie de transmission du PCF. Une CGT qui joue pleinement son rôle de syndicat pour la défense des intérêts individuels et collectifs des salariés, sans emploi et retraités. »
  • J’invite tous ceux qui partagent ce point de vue, à l'exprimer au sein des réunions statutaires qui se tiendront dans le cadre de la préparation du congrès d'avril 2019.
  • Et si on créait un collectif « les gilets rouges pour l’indépendance de la CGT » ?
  • Pour répondre : yves.mestas@orange.fr

 

Notes :

[1] Retraité, adhérent CGT depuis 1974, Ex-responsable CGT région Bourgogne EDF/GDF, Ex-membre du conseil d’administration de Gaz de France.

[2] La CGT n’ira pas à la manifestation du 5 mai, proposée par François Ruffin

[3] Mais le 26 mai, la CGT appelait à une large mobilisation

[4] Gilets jaunes: «impossible pour la CGT de défiler à côté du FN» (Martinez)

[5] Primaire de la gauche, ça s'organise

 

Pour en savoir plus :

- CGT : l’opposition à Philippe Martinez présente une alternative

- Une occasion historique : syndicalisme et gilets jaunes

P. Martinez avec F. Roussel, secrétaire national du PCF et I. Brossat, tête de liste PCF aux européennes

P. Martinez avec F. Roussel, secrétaire national du PCF et I. Brossat, tête de liste PCF aux européennes

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2018 4 22 /11 /novembre /2018 13:13
17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général
17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général
17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général
17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général
17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général
17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général
17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général
17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général
17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général
17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général
17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général
17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général
17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général
17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général
17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général
17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général
17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général
17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général
17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général
17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général
17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général

17/11/2018 Les gilets jaunes rochelais en action au service de l'intérêt général

Quand la mobilisation sociale, syndicale, populaire et citoyenne se rejoignent tout est possible !

 

C'est ça que l'on attend d'un syndicat !

  • Certains disent : le " mouvement populaire n'est pas syndical " et alors les syndiqués ne font pas partie du peuple ? On gagnera en rassemblant, pas en divisant ou en renvoyant à une manif seul le 1er décembre ou le 1er avril !
  • D'autres disent encore : " regardons ailleurs, ce mouvement est manipulé par le RN ex FN ! "...

Alors soyons clairs :
. la nature a horreur du vide !
. En dehors de quelques rares cas, montés en mayonnaise par la presse aux ordres, les exigences sont sociales et portées par des citoyens comme vous et moi et sans discours politique !
. C'est parce-que tous les salariés actifs, retraités chômeurs n'y sont pas en MASSE, que les syndicats n'y sont pas,... que Le Pen peut parader et tenter d'en revendiquer la paternité !

- N'attendons pas le 1er décembre !
- Allons y en masse en respectant l'absence d'étiquette ostentatoire et les quelques Lepénistes seront noyés dans la masse du peuple en colère !

- NE LEUR LAISSONS PAS LE TERRAIN... et ne divisons pas sous prétexte que.....

 

Sources : Blog de Manon Le Bretton par Manon Le Bretton[1]

-

Quelques jours après le lancement de la mobilisation du 17 novembre un peu partout en France, les ronds-points de métropole et d’outremer n’ont pas dit leur dernier mot.

Dans de nombreux secteurs ruraux et péri-urbains, les gilets jaunes tiennent la barricade en se relayant, en s’auto-organisant, dans une démarche qui étonne les manifestants eux-mêmes presqu’autant qu’elle agace une bonne partie des commentateurs bien pensants. Après les sourires entendus face à une mobilisation record des réseaux sociaux – « on verra bien si tous ces énervés du clavier auront le cran de sortir » ; après les procès en récupération, en beaufitude ou en nihilisme environnemental (car c’est à présent entendu : le Français moyen-moyen est vulgaire, d’extrême-droite, et jette sans vergogne ses gobelets Mac Do par la fenêtre de sa voiture diesel) ; voici les accusations de nuire à l’économie française – elle qui, il faut le reconnaître, se portait jusque-là à merveille. Ce matin, notre ministre de l’Intérieur nous explique même que les gilets jaunes sont en voie de « radicalisation » (Ciel ! Des ultra-jaunes ?), et qu’ils fragilisent le pays face au terrorisme ! N’en jetez plus, la coupe est pleine.

 

" Les jaunes " à Limoux

" Les jaunes " à Limoux

-

Après tout, pourquoi s’étonner de ces réactions de la part des porte-voix plus ou moins assumés de ceux-qui-ne-manquent-de-rien

Les chantres de la mobilité en marche, ceux qui ont le bon goût de se déplacer en avion ou en 4×4 hybride, et qui ont lancé sur les réseaux sociaux le hashtag #SansMoiLe17 dans un élan quasi spontané de mépris décomplexé, mêlant indistinctement les grandes leçons d’écologie aux appels à forcer les barrages routiers. Dans le paysage bigarré des attroupements spontanés, le mot d’ordre le plus communément partagé jusque sous les fenêtres de l’Elysée n’est-il pas « Macron, démission ! » ? Il fallait une riposte ambitieuse : c’est de bonne guerre.

 

 

-

On peut en revanche s’interroger sur les échos troublants que cette petite musique a pu trouver chez ceux qui étaient il y a peu ciblés par les mêmes.

Je veux parler d’une partie des représentants syndicaux qui ont eu à s’exprimer sur la question, et de certains de mes amis, que je pourrais désigner comme militants expérimentés. Ceux-là qui ont allègrement relayé le fameux #SansMoiLe17 sans s’aviser du fait qu’il s’agissait d’un vecteur assez nauséabond de la propagande gouvernementale, ironisant sur l’improbable concrétisation de la colère numérique en mobilisation physique.

 

Qui, constatant le jour J que leurs pronostics étaient invalidés, ont poursuivi en pointant l’absence d’organisation, et ont crié « On vous l’avait bien dit ! » lorsqu’une manifestante a été tuée sur un barrage par une automobiliste.

 

Comme si eux-mêmes n’étaient pas régulièrement visés par ce genre de comportements dangereux, dans les manifestations pourtant encadrées par les Services d’Ordre expérimentés (un militant CGT en fit la triste expérience le 26 mai 2016 à Fos-sur-mer). Comme s’il n’y avait pas eu sur place, aux côtés des gilets jaunes, un nombre conséquent de gendarmes et policiers tout à fait aptes à assurer la sécurité, hors comportements particulièrement imprévisibles d’automobilistes chauffés à blanc par les appels à rentrer dans le tas. Ceux-là même qui sur les réseaux sociaux entonnent avec panache : « Cher gilet jaune, Lorsque je suis venu te chercher pour défendre les services publics, tu n’es pas venu, tu n’étais pas fonctionnaire… », dans une litanie qui veut renvoyer les néophytes aux heures sombres de la collaboration passive – rien que ça.

 

 

-

Entendons-nous bien : mon propos n’est ni de minimiser l’importance des organisations syndicales, ni d’idéaliser niaisement le mouvement populaire des gilets jaunes.

Bien sûr notre histoire sociale doit beaucoup aux organisations syndicales, et leur savoir-faire n’est plus à démontrer (en tout cas pas à moi). Bien sûr les gilets jaunes comptent dans leurs rangs un certain nombre de citoyens hargneux et revanchards, spécialement agressifs à l’encontre des étrangers ou des homosexuels : dénonçons leurs actes avec fermeté. Mais qui peut sérieusement croire qu’il pourrait en être autrement, lorsqu’on regarde en face le paysage social, et la recrudescence de comportements racistes et discriminants au quotidien ? Est-ce une raison pour condamner d’avance la mobilisation populaire et refuser de s’y mêler ? Ce mouvement est divers, il est à l’image de la société française dans ses composantes populaires et moyennes, et ne saurait être exempt de ses aspects les moins glorieux. Ne sommes nous pas face à une phénomène de " lumpenprolétariat " en révolte [2] [3] ?

 

 

-

Mais qu’espèrent les experts en mobilisation sociale, en opposant cette colère à celle des grévistes et manifestants de la loi Travail ou de défense des cheminots ?

C’est non seulement absurde mais totalement contre-productif. D’abord parce que beaucoup de celles et ceux qui étaient dans les manifestations perlées, à l’appel des intersyndicales plus ou moins larges, n’ont pas hésité à rejoindre les rangs des gilets jaunes, si l’on veut bien regarder les choses telles qu’elles sont. Ensuite parce que le fait que beaucoup de nos concitoyens, en effet, se mobilisent ici pour la première fois, devrait non seulement les rassurer sur la prétendue indifférence des Français aux attaques gouvernementales, mais surtout les interroger : pourquoi les mêmes n’ont-ils pas eu ce déclic avant, lorsque les très sérieuses organisations syndicales et/ou politiques les appelaient à une révolte labellisée ?

 

 

-

Pour ma part, je constate que cette mobilisation séduit justement parce qu’elle est absolument transversale.

Aucune bannière ne vient exclure en identifiant les initiateurs – c’est d’ailleurs bien ce qui laisse perplexe les commentateurs. L’emblème du gilet jaune, imposé par le code de la route dans tous les véhicules sans distinction, strictement exempt de tout signe d’appartenance particulière, est un de ces signifiants vides théorisés par Laclau. Et l’on va sur les ronds-points rencontrer un voisin qu’on croisait sans le connaître, tisser des liens de proximité tout en se reconnaissant dans un rejet commun du gouvernement. C’est vague, me direz-vous. Mais c’est justement ce qui permet à tous de s’y retrouver.

Les Jaunes !

Le résultat, ce sont des ébauches de comités citoyens, une occupation de ronds-points et de parkings souvent étonnamment organisée et inventive, dont les formes et les rituels sont en train de s’écrire. Des débordements et de vrais dérapages aussi. C’est, dans les zones rurales autour de chez moi, une mobilisation inédite dans la moindre petite ville où rien de tel ne s’était vu depuis Je suis Charlie, avec une détermination évidente dans la durée. Ce sont des gendarmes et policiers qui, bien souvent, travaillent en bonne entente avec les manifestants dans l’esprit des polices de proximité supprimées par Sarkozy en 2003, contrairement à ce qui a pu se passer dans les grandes villes où les bataillons de CRS sont intervenus parfois violemment. Ce sont des riverains qui se relaient même la nuit, qui viennent apporter les croissants ou une soupe chaude à partager, à présent rejoints par les lycéens que l’on disait perdus à tout jamais dans leurs smartphones, dans des secteurs que l’on croyait éteints, et où Nuit Debout n’avait jamais pénétré. Et surgissent certains mots d’ordres au défi de tous les mépris : rétablissement de l’ISF, revalorisation du smic, justice fiscale, souvent aussi défense des services publics.

 

 

-

Un excellent terreau pour convaincre de l’importance des transports en commun de proximité, ou des structures collectives, pour qui veut bien s’en donner la peine.

Convaincre aussi ceux qui se trompent de colère, ce qui est la plus ardue de nos tâches. Sinon quoi ? Continuer à distinguer les colères pour les opposer, se compter par branche et par syndicat,  en espérant marquer des points aux prochaines élections professionnelles ? Et après avoir bien sermonné les manifestants pour leur manque structuration, leur faire la leçon parce qu’ils ne veulent pas défiler sous la bannière de l’inter-syndicale ? L’exemple des Lip à Besançon, entre autres, a montré que lorsqu’elles savaient prendre le train en marche, les organisations traditionnelles avaient tout leur rôle à jouer dans le succès historique d’une mobilisation inventive.

 

Gageons donc que les centrales syndicales et les militants politiques les plus aguerris finiront par aller y voir de plus près et mettront leur savoir-faire au service d’un élan qui pourrait bien marquer l’histoire des mobilisations sociales : ce serait à mon sens la meilleure preuve qu’ils savent entendre les aspirations populaires. 

 

Note :

[1] Manon Le Bretton : Engagée dans la France Insoumise pour l'Avenir en Commun depuis 2016. Co-responsable de l’École de Formation Insoumise #eFI. Enseignante en Lettres Modernes en collège. Culture, agriculture paysanne, circuits courts, écologie dans l'#Aude et ailleurs. Et en Europe, Maintenant le peuple ! Voir tous les articles par mlebretton

[2] " lumpenprolétariat "

[3Le lumpenprolétariat (de l'allemand Lumpenproletariat : « prolétariat en haillons ») est un terme marxiste, parfois traduit « sous-prolétariat », désignant les « éléments déclassés, voyous, mendiants, voleurs, etc. » du prolétariat.

 

01/12/2018 Les gilets jaunes occupent le port pétrolier de La Rochelle/La Pallice
01/12/2018 Les gilets jaunes occupent le port pétrolier de La Rochelle/La Pallice
01/12/2018 Les gilets jaunes occupent le port pétrolier de La Rochelle/La Pallice
01/12/2018 Les gilets jaunes occupent le port pétrolier de La Rochelle/La Pallice
01/12/2018 Les gilets jaunes occupent le port pétrolier de La Rochelle/La Pallice
01/12/2018 Les gilets jaunes occupent le port pétrolier de La Rochelle/La Pallice
01/12/2018 Les gilets jaunes occupent le port pétrolier de La Rochelle/La Pallice

01/12/2018 Les gilets jaunes occupent le port pétrolier de La Rochelle/La Pallice

- " Appel de Saint-Nazaire "

Ce texte m'a immensément touché. Chaque phrase, chaque mot a fait mouche. On pourrait le signer tant il met en mot ce que nous, et beaucoup d’autres humains en France et ailleurs, ressentons.

➡️ C’est pourquoi je diffuse cet " Appel de Saint-Nazaire ".
Il mérite d’être entendu, diffusé et surtout suivi.

 

-

Gilets jaunes : le discours époustouflant de Jean-Luc Mélenchon à l’Assemblée nationale

Pour en savoir plus :

- La France en colère...site officiel du Mouvement des Gilets Jaunes

- « Gilets jaunes » : Mélenchon dénonce «l'aveuglement» de la gauche

- "On est ensemble car on est tous dans la merde" : paroles de gilets jaunes

- Le politologue Jérôme Sainte-Marie, fondateur de PollingVox, voit dans la mobilisation du 17 novembre un mouvement né de la base qui pourrait avoir une traduction politique de grande importance.

- GILETS JAUNES : LE SOULÈVEMENT DE LA FRANCE D’EN-BAS

- Jean-Luc Mélenchon : Le mouvement révolutionnaire en jaune

- Gilets jaunes : LA COCOTTE A FINI PAR EXPLOSER

- L’espace des luttes de la France insoumise appelle à rejoindre l’action du 24 novembre des #giletsjaunes

- LA CGT du Cher soutient les gilets jaunes !

- Les travailleurs syndiqués du Havre rejoignent les gilets jaunes

- Mouvement des « gilets jaunes » : la patience récompensée du populisme par Bastien Lachaud

- Syndicalistes contre la vie chère : agir maintenant !

- Philippe Martinez secrétaire général de la CGT : « Notre responsabilité c’est de mettre tout le monde en grève »

- "Gilets jaunes" : qui sont les tenants du mouvement ?

- « Gilets jaunes » : une enquête pionnière sur la « révolte des revenus modestes »

- PHILIPPE MARTINEZ : « GILETS ROUGES OU JAUNES, POUR GAGNER IL FAUT ÊTRE PLUS NOMBREUX »

- Le mouvement des « Gilets jaunes » en France. Une revendication de justice sociale et fiscale

- Une occasion historique : syndicalisme et gilets jaunes

- Avec les gilets jaunes, sommes nous dans un phénomène de " lumpenproletariat " (Le lumpenproletariat est donc une véritable armée, une armée civile, une armée intérieure, dont la violence sert les intérêts des puissants. L'image est à la fois banale et simple : On brûle les voitures de son quartier, pas celles des quartiers riches.) ?

- Karl Marx, Friedrich Engels et le lumpenprolétariat

- Gilets Jaunes et Syndicats – par Jean-Pierre Page

- Macron Président : quelle légitimité ?

- Le Pen, Salvini, Orban : ces projets populistes contraires aux intérêts des Gilets Jaunes

- Gilets jaunes, le soulèvement français : la puissance insoupçonnée des travailleuses

 

Sur le RIC

- Le référendum d’initiative citoyenne : la solution à la crise démocratique ?
- Article 3 : Le référendum d'initiative citoyenne, c'est maintenant !

Les Jaunes !

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2018 3 17 /10 /octobre /2018 17:09
Alstom Aytré/La Rochelle : les syndicats interpellent une nouvelle fois les élus !

A l'attention :

. De la Direction Générale des Entreprises, service rattaché au ministère de l'Economie et des Finances,
. Du Délégué Général de la Fédération des Industries Ferroviaires,
. De la Direction Générale du Travail,
. Du cabinet de la ministre chargée des Transports, service rattaché au Ministère de la transition Ecologique et Solidaire,
. Des Député(e)s de la Commission d'Enquête sur les décisions de l'Etat en matière de politique industrielle, notamment dans les cas d'ALSTOM, ALCATEL, STX,
. Des Présidents de groupe de l'Assemblée Nationale,
. Des Sénatrices et Sénateurs de la Mission Sénatoriale d'Information sur ALSTOM et la stratégie industrielle du pays,
. Des Présidents de Régions,
. De la Députée de la 2ème circonscription de Charente-Maritime,
. Des Sénateurs de la Charente Maritime,
. Des maires des communes d'Aytré, de La Rochelle,
. Des élu(e)s de la Communauté D'Agglomération de La Rochelle

 

Aytré, le 17 Octobre 2018.

Mesdames, Messieurs,

 

Comme suite à nos précédents courriers relatifs à ALSTOM, nous souhaitons réitérer nos inquiétudes quant à la situation future de l'entreprise et plus particulièrement pour notre établissement d'Aytré.

 

  • En tout premier lieu, la confirmation récente de la signature du TGV du Futur, dit 2020, pour une commande de 100 rames de TGV est une bonne nouvelle pour notre établissement dans le long terme, il n'empêche que sur le court terme la situation est très préoccupante, car la fabrication de ces rames de TGV du futur ne fait pas du tout la jonction avec la commande que nous fabriquons actuellement, les TGV Océane.

En effet, les courbes de charges qui nous sont présentées par notre direction depuis maintenant un an lors des différents CE mensuels, confirmées lors du dernier CCE du 04/10/2018, montrent un trou de charges conséquent qui représente 2 ans de sous-activité pour une partie des salarié(e)s. La production des rames actuelles de TGV Océane se termine en 2019 pour le début des chaines de fabrication mécano-soudure et la fabrication du TGV du futur ne reprendra qu'à partir de 2021. Certes, il y'a une pré-série de 3 rames qui est prévue dans le plan de charges de 2019 et 2020, mais cette fabrication n'occupera qu'une très infime partie des salarié(e)s qui vont être impactés par la sous-activité. A ce jour, nous estimons que cette sous activité va impacter environ 250 salarié(e)s, toutes catégories socio-professionnelles confondues, avec une part plus importante dans la catégorie ouvrière.

  • En second lieu, au vu des récents appels d'offres gagnés par ALSTOM, les projets sont nombreux et volumineux et il existerait des solutions pour palier à ce trou de charges. Notamment, sur les annonces gouvernementales qui ont été faites en leurs temps, mais qui aujourd'hui ne sont toujours pas actées et aussi sur la redéfinition du schéma industriel qui est choisi par ALSTOM. Aujourd'hui, une partie de plus en plus importante de ces fabrications n'étant pas réalisée sur le territoire national.


Quelques exemples / solutions :

  • Premièrement, l'établissement d'ALSTOM Katowice (Pologne) qui se trouve en surcharge de production sous-traite à d'autres entreprises polonaises ou étrangères une partie de sa production mécano-soudure sur les Tramways, les REGIOLIS, les Métros, etc..., alors que dans le même temps des établissements français vont subir de sérieuses baisses de charges. ALSTOM étant même en réflexion sur la possibilité de sous-traiter à SKODA des éléments mécano-soudés que Katowice ne peut gérer.

Nous souhaitons vous rappeler que SKODA était en discussions avancées il y'a quelques temps, avec un possible rachat par CRRC. CRRC qui est le soi-disant concurrent majeur pour notre direction générale et qui fait qu'ALSTOM et SIEMENS doivent s'unir !!! 

  • Deuxièmement, une partie de la fabrication mécano-soudure est effectuée par l'établissement d'ALSTOM Barcelone (Espagne) sur des commandes de tramway CITADIS pour des villes françaises (CAEN L1/L2/L3, AVIGNON, NICE L2/L3, IdFM T9T10) et même sur des appels d'offres en cours (NANTES, ANGERS L2, MARSEILLE, IDF TW20).  

  • Troisièmement, il y a aujourd'hui une réflexion générale d'ALSTOM de délocalisation de parties d'études, notamment sur le ''COE Electrical'' (Centre d'excellence). Nous avons déjà vécu cela avec le ''COE Interiorism'' CITADIS. La direction a fait le choix stratégique d'enlever le savoir-faire des sites intégrateurs et de diluer la responsabilité de la conception, du suivi et des montages des fonctions vers BANGALORE (Inde), ou ailleurs.

 

Les Organisations Syndicales d'ALSTOM Aytré continuent de s'indigner de ces choix stratégiques faits par la direction et nous nous opposons à ces délocalisations d'études ou de fabrications. Les pouvoirs publics doivent dénoncer cette situation. Pour les Organisations Syndicales d'ALSTOM Aytré, il est inconcevable et intolérable que de l'argent public servent à rémunérer des salarié(e)s mis en chômage partiel, alors que l'entreprise ALSTOM, qui vit en majorité des commandes publiques, envoie en grosse partie le travail se faire à l'étranger !!!

 

Nous demandons que le schéma industriel choisît par ALSTOM soit redéfini en favorisant la part et la contribution française, notamment dans des périodes et des contextes de sous activités.

 

  • Quatrièmement, en 2016 sous la présidence de François HOLLANDE celui-ci s'était engagé sur une commande de TGV3UI qui permettait à notre établissement de faire en partie la jonction avec ce trou de charges. Nous savons aujourd'hui pour des raisons de normes technologiques que cette commande ne peut se faire.

Lors d'une récente discussion avec notre direction centrale sur la situation future critique en termes de charges de l'établissement d'Aytré, celle-ci nous a invités à partager et d'insister auprès des différents élu(e)s de la république que cette commande de TGV3UI ne tombe pas dans les oubliettes et qu'elle se transforme en TGV Océane. D'autant plus, que nous savons que des discussions, allant dans ce sens, sont en cours entre les deux Présidents Directeur Général d'ALSTOM et de la SNCF.

 

Une fois n'est pas coutume, les Organisations Syndicales d'ALSTOM Aytré constatent et dénoncent qu'il existe des écarts entre une communication enthousiaste faite et la réalité des actes.

 

Nous vous invitons à demander au gouvernement de tenir ses engagements, d'expliquer pourquoi ceux-ci ne sont pas tenus et d'activer la transformation de cette commande de TGV3UI en TGV Océane, car celle-ci solutionnera en partie la sous activité pour notre établissement.

 

Avec toutes ces analyses, nous souhaitons vous alerter sur les conséquences et les risques que ce trou de charges va inévitablement créer sur la production et le bureau d'études.

 

Alors que nous sommes un des derniers fleurons industriels mondialement reconnus sur des technologies de pointes et enjeux d'avenir, nous perdons des compétences techniques et du savoir-faire chaque année et les politiques industrielles de destructions qui sont menées actuellement, continuent à être appliquées par nos dirigeants sans que cela choque qui que ce soit.

 

C'est dans ce contexte très particulier que nous souhaitons encore une fois vous solliciter, vous faire part de nos inquiétudes et de nos positions sur ces sujets très importants, mais aussi, car nous sommes convaincus que le dialogue est encore plus nécessaire en pareilles circonstances.

 

En espérant que vous répondrez favorablement à nos demandes, nous vous prions de croire, Mesdames, Messieurs les élu(e)s, en l'assurance de notre haute considération.

 

- Eric BALLOT : Délégué Syndical CFE-CGC ALSTOM Établissement d'Aytré

- Fabrice COTREL : Délégué Syndical FO ALSTOM Établissement d'Aytré

- Philippe MASSE : Délégué Syndical CGT ALSTOM Établissement d'Aytré                          
                                          

- Déclaration de la France insoumise

Sources : La France insoumise

Le 18 octobre 2018 Bastien Lachaud, député France insoumise déclare :

Alstom Aytré/La Rochelle : les syndicats interpellent une nouvelle fois les élus !

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2018 1 24 /09 /septembre /2018 13:40
Pourquoi les capitalistes ont une « aversion » pour le plein-emploi : l’explication de Kalecki

Trop méconnu, Michal Kalecki[1], né en Pologne en 1899 et fortement influencé par Karl Marx et Rosa Luxembourg, est un des auteurs dont les travaux, avec John Maynard Keynes, sont au fondement de la théorie post-keynésienne. Ici, nous montrons l’acuité et l’actualité de sa vision de l’économie politique.

 

Source : Le Vent se lève

Auteur en 1933 d’un livre remarquable intitulé Essai sur la théorie du cycle des affaires, Michal Kalecki est souvent présenté, à juste titre, comme celui qui a anticipé de nombreux développements théoriques que Keynes abordera trois ans plus tard dans la Théorie Générale, à commencer par l’importance de l’investissement et du rôle de l’Etat dans l’économie.  Mais nous allons plutôt ici nous intéresser à un autre article majeur de Michal Kalecki, publié en 1943 et intitulé « Political Aspects of Full Employment » (Political Quarterly, 4), où l’auteur développe sa vision de l’économie politique, qui est comme vous allez le voir, toujours d’actualité.

 

 

-

Le paradoxe du refus du plein-emploi

Le but de Kalecki est de montrer que si le plein emploi est réalisable de fait via une augmentation des dépenses gouvernementales, il n’en demeure pas moins qu’une opposition politique au plein-emploi est possible. C’est pourquoi Kalecki écrit : « Parmi les opposants à cette doctrine, il y avait (et il y a encore) d’éminents prétendus « experts économiques » étroitement liés aux banques et aux industries. Cela suggère qu’il y a un arrière-plan politique dans l’opposition à la doctrine du plein emploi, même si les arguments invoqués sont économiques ». Notons avec un certain plaisir que les “prétendus experts économiques”, que l’on trouve aujourd’hui dans de nombreux médias faisaient, semble-t-il, déjà rage en 1943.

 

Pour étayer son argumentation, Kalecki invoque l’opposition des grandes entreprises aux programmes d’augmentation des dépenses gouvernementales mises en œuvre lors du New Deal du président Américain Roosevelt, ou lors de l’expérience du Front Populaire en France. Il s’agit là d’un paradoxe, car une augmentation des dépenses publiques bénéficie en théorie autant aux travailleurs qu’aux entreprises, puisque la dépense gouvernementale supplémentaire conduit à une augmentation des profits. Michal Kalecki cherche donc à résoudre ce paradoxe et invoque pour cela trois raisons principales.

 

 

-

La Résolution du paradoxe

Tout d’abord, Michal Kalecki affirme que les capitalistes n’ont pas intérêt au plein emploi, du fait des changements politiques et sociaux qu’il induit. On retrouve là dans une certaine mesure la théorie de “ l’armée de réserve ” de Karl Marx[2]. En effet, lorsque le plein emploi est atteint, la menace du licenciement n’agit plus comme contrainte disciplinaire, et produit une modification du rapport de force en faveur des salariés, qui conduira, à travers l’essor de la syndicalisation par exemple, à une hausse des salaires. Pourtant, une hausse de la part des salaires, pour Kalecki, est plus de nature à augmenter les prix et à générer de l’inflation (au détriment des rentiers) qu’à baisser les profits en tant que tels. Ainsi Kalecki conclut : « la discipline dans les usines et la stabilité politique sont plus appréciées que les profits par les chefs d’entreprises. Leur instinct de classe leur dit qu’un plein emploi durable est malsain, et que le chômage fait partie intégrante d’un système capitaliste normal ».

 

La seconde raison consiste en une « aversion » des capitalistes contre l’intervention de l’État en matière d’emploi. En effet, lorsque l’État n’intervient pas, l’économie est selon Kalecki tributaire du « niveau de confiance » des capitalistes, et tout ce qui pourrait l’affecter est par conséquent à bannir, puisqu’il en résulterait une chute de l’investissement et de la production.

 

Les capitalistes ont de ce fait un « contrôle indirect » sur le gouvernement. Or, à partir du moment où l’État utilise la dépense publique pour redresser l’économie, les capitalistes perdent le contrôle, et l’économie n’est dès lors plus dépendante du niveau de confiance. Ainsi Kalecki écrit : « la fonction sociale de la doctrine des « finances saines » est de rendre le niveau d’emploi dépendant du niveau de confiance ». Comment ne pas faire ici le parallèle avec les mentions incessantes d’une partie de la classe politique et des milieux d’affaires à la “confiance” (“restaurer la confiance”, “climat de confiance”), qui serait dès lors l’élément clé, la condition sine qua non d’une reprise économique ? En réalité, l’explosion de la référence à la “confiance” est le pendant, la conséquence de l’affaiblissement de la maîtrise de l’économie par la puissance publique qui trouve son origine dans tournant néo-libéral à partir de la fin des années 1970.

 

La dernière raison consiste en une méfiance des capitalistes envers les investissements étatiques, mais aussi envers les subventions à la consommation. Dans le cas des investissements étatiques, les capitalistes craignent que l’État, en nationalisant un secteur donné par exemple, n’empiète sur des débouchés réservés aux « affaires privées ». Nous pouvons ici remarquer que depuis le début des années 1980, c’est par ailleurs bien une dynamique inverse de privatisation des grands groupes publics qui est à l’oeuvre dans nos économies. Concernant les crédits à la consommation, Kalecki écrit : « on pourrait s’attendre à ce que les hommes d’affaire et leurs experts soient d’autant plus favorables aux subventions à la consommation de masse qu’à l’investissement public ; puisque celle-ci ne s’engage dans aucune sorte d’entreprise ». Or, comme le remarque l’auteur, il n’en n’est rien, car on toucherait alors au plus profond de « l’éthique capitaliste », qui veut que « chacun gagne son pain à la sueur de son front ». Là encore, nous pouvons constater que le texte de Kalecki est toujours éminemment d’actualité compte tenu des références permanentes au mérite, au rejet de “l’assistanat”, ou encore à la valeur travail.

 

Pression à la hausse sur les salaires, discipline des salariés, volonté de rendre l’économie tributaire du “niveau de confiance”, et donc du bon vouloir des capitalistes, peur de voir des débouchés potentiels aspirés par la puissance étatique, maintien de l’éthique capitaliste du mérite, voilà autant de raisons qui expliquent la méfiance, voire l’aversion des capitalistes pour le plein-emploi. Et voici aussi pourquoi le problème du chômage de masse, qui pourrait, dans une économie mondialisée, être combattu par des actions étatiques coordonnées, n’est pas résolu.

 

Note

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Micha%C5%82_Kalecki

[2] L'Armée de réserve de travailleurs est un concept d'économie politique étudié par Karl Marx. Il est développé dans le chapitre 25 de son livre Le Capital. Ce concept entretient des rapports avec le phénomène du chômage dans les sociétés capitalistes. ... Le terme « chômeurs » suppose un filtre idéologique particulier.

 

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2018 6 22 /09 /septembre /2018 11:09
9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron
9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron
9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron

En Charente Maritime, comme ailleurs, la riposte sociale contre la politique à Macron s'organise pour le 9 Octobre, porteuse d'exigences fortes.

  • Les insoumis s'en félicitent et y apporteront leur contribution !

 

 

-

Mais est-ce suffisant ?
La forme et la tactique de résistance à la politique du gouvernement ne peut plus rester enfermée dans le « chacun de son côté ». Il est plus que temps d’organiser la jonction des efforts entre le mouvement social, associatif et les forces politiques de la résistance au coup d’État social permanent.

  • Il s’agit de mener une lutte avec clarté sur l’objectif et les moyens de l’atteindre : faire reculer le pouvoir, sauver nos conquis sociaux et une manière de vivre en société !

 

  • A cette fin, les insoumis considèrent qu'il nous faut, avant qu’il ne soit trop tard, reprendre et poursuivre ce que nous avons commencé à construire les 5 et 26 Mai 2018... un mouvement syndical, social, associatif et politique en capacité de gagner !

 

-

Tract d’appel unitaire de Charente Maritime en version imprimable

 

-La France insoumise rochelaise appelle à la mobilisation

9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron

 

-

Le 24 septembre se tenait une réunion nationale CGT/FI

Pour Philippe Juraver de la France insoumise cette réunion " scelle une convergence dans le monde du travail ".

9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron

-9 Octobre, 1 800 rochelais étaient dans la rue

9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron
9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron
9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron
9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron
9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron
9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron
9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron
9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron
9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron
9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron
9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron
9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron
9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron
9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron
9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron
9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron
9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron
9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron
9 octobre 2018 pour une riposte de masse contre la politique à Macron

Partager cet article

Repost0
29 août 2018 3 29 /08 /août /2018 14:25
« Il est faux de dire que les profits sont la condition de l’emploi »

Ni « théorème de Schmidt »... ni « théorème de Macron »

 

Rappel : Le « théorème de Schmidt » est un slogan politique devenu célèbre, énoncé par le chancelier ouest-allemand Helmut Schmidt le 3 novembre 1974 : « Les profits d'aujourd'hui sont les investissements de demain et les emplois d'après-demain[2] ».

Or, l'orientation économique donnée aujourd'hui à la France serait plus proche du « théorème » de Macron » : «  Les profits d’aujourd’hui sont les dividendes de demain et l’évasion fiscale d’après-demain[3] ».

Ceci étant dit, pour Nasser Mansouri-Guilani, économiste et syndicaliste, les normes de rentabilité toujours plus élevées du CAC 40 jouent contre le travail en alourdissant le coût du capital (voir entretien)

A noter que pour près de 7 Français sur 10, le rôle principal de l'entreprise c'est de créer de l'emploi avant de dégager du profit[1]

 

Sources : L'Humanité par  Sébastien Crépel

- Sébastien Crépel : Selon le recensement de l’Humanité, les entreprises du CAC 40 sont engagées dans des plans de suppression d’au moins 15 000 emplois. Il n’y a donc pas de corrélation entre profits et emploi ?

Nasser Mansouri-Guilani : Le discours libéral selon lequel il faut que les profits s’améliorent pour que l’on crée des emplois est infondé. C’est un discours idéologique, à l’instar du théorème de Schmidt (chancelier de la RFA de 1974 à 1982 – NDLR) qui dit que « les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après-demain ». Depuis au moins trois décennies que ce théorème est appliqué, la part des profits monte sans que l’investissement et encore moins l’emploi n’augmentent nécessairement. Il n’y a pas de mystère : si ça augmente pour le capital, ça baisse pour le travail. Depuis les années 1980, la part des salaires a chuté dans la valeur ajoutée. On est toujours dans ce schéma qui fait que la priorité est donnée aux profits. Dans ce conflit entre les intérêts du travail et ceux du capital, les libéraux disent qu’il faut réduire le coût du travail en quantité et en qualité de l’emploi, mais aussi en termes de rémunérations. La contrepartie, c’est la hausse du coût du capital, c’est-à-dire qu’une part croissante des richesses produites par les travailleurs est mobilisée pour rémunérer les détenteurs de capitaux, et notamment les actionnaires.

 

 

- Sébastien Crépel : Les outils qu’Emmanuel Macron a inventés par ordonnances, comme la « rupture conventionnelle collective[4] » qu’utilisent les banques ou encore PSA, donnent-ils des possibilités nouvelles à ces entreprises très profitables pour réduire encore le « coût du travail » ?

Nasser Mansouri-Guilani : Ce qui est nouveau, ce sont en effet les politiques du gouvernement, et notamment les ordonnances Macron, qui donnent plus de facilité aux patrons pour réduire le « coût du travail » en se débarrassant des travailleurs dont ils ne veulent plus. D’autres facilités nouvelles sont accordées aux détenteurs de capitaux, en particulier les plus riches, comme la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune, là aussi sous prétexte de favoriser l’investissement et l’emploi. Cela participe de la même logique. Mais, quand on regarde concrètement, on voit que l’emploi n’augmente pas et que la croissance économique ralentit. On reste dans une phase de faiblesse de l’activité en regard des besoins de la population, avec un chômage officiellement à 9 %, mais en réalité deux fois plus élevé si l’on compte tous les exclus du travail pour des raisons économiques, c’est-à-dire, en dernière analyse, parce que les détenteurs de capitaux demandent plus de profits.

 

 

- Sébastien Crépel : Certaines sociétés du CAC 40 qui suppriment des postes affichent des profits en baisse : exemple BNP Paribas ou Sanofi. Une perte de profitabilité est-elle une raison acceptable pour se résigner aux destructions d’emplois ?

Nasser Mansouri-Guilani : Ce phénomène est typique de la logique de la financiarisation de l’économie, qui, pour résumer, correspond à la généralisation de l’exigence de rentabilité des capitaux les plus puissants. Ainsi, si la norme pour ces derniers est un rendement de 10 %, alors tout le monde doit se caler dessus : dans ce cas, 7 %, ce n’est pas suffisant. Cette logique de rentabilité maximale et à court terme joue contre le monde du travail, en termes d’emplois mais aussi de conditions de travail et de salaires. Cette financiarisation va aussi de pair avec la désindustrialisation. On nous sert toujours l’argument qu’être plus compétitif va nous permettre d’exporter davantage, mais l’état de notre commerce extérieur montre que cela ne se vérifie pas. Plus cette financiarisation se développe, plus s’affaiblit le potentiel productif du pays, et plus le commerce extérieur se dégrade.

 

 

- Sébastien Crépel : Une récente étude montrait que 93 % des entreprises se refusent à procéder à des augmentations collectives de salaires[5] . Est-ce un effet de cette financiarisation de l’économie que vous dénoncez ?

Nasser Mansouri-Guilani : La financiarisation se traduit par la réduction des droits et protections collectives des travailleurs, et donc par l’individualisation des rémunérations. Les négociations collectives ont des conséquences sur le long terme : c’est autre chose que de payer à la tête du client. Tout cela est cohérent. De même, la désindustrialisation affaiblit l’ensemble des travailleurs, dans la mesure où les conventions collectives dans l’industrie sont plus protectrices pour les salariés. En affaiblissant l’industrie, on tire l’ensemble des travailleurs vers le bas.

 

- Sébastien Crépel : Que faudrait-il faire pour sortir de cette logique ?

Nasser Mansouri-Guilani : Il faut valoriser le travail et dévaloriser le capital. C’est tout l’inverse de ce qu’ont fait les gouvernements depuis plusieurs décennies. Quand on dit « valoriser le travail », cela veut dire améliorer la qualité de l’emploi, les salaires, l’avancement, les conditions de travail… Cela passe par exemple par appliquer l’égalité femmes-hommes au travail. Tant que la moitié de la force de travail est dévalorisée par les bas salaires et la précarité ou le blocage des carrières, on ne peut pas parler de valorisation du travail. 

 

Note :

[1] https://fondation-entrepreneurs.mma/news/174653/le-role-des-entreprises-c-146-est-de-creer-de-l-146-emploi-avant-de-degager-du-profit.htm

[2] " Les profits d'aujourd'hui sont les investissements de demain et les emplois d'après-demain" : 40 ans après, quel bilan réel pour le théorème d’Helmut Schmidt en Allemagne

[3] Jean-Luc Mélenchon : C’est la reprise ! La re-crise approche

[4] Les ruptures conventionnelles en hausse de 3,7% en un an

[5] Salaires, une augmentation en trompe-l'oeil

 

Pour en savoir plus :

- La " théorie du ruissellement ", fable des années 1980, moteur de la politique à Macron

- 407 milliards, des profits sans partage

Partager cet article

Repost0
23 août 2018 4 23 /08 /août /2018 13:05
Méthode Alinsky ou comment politiser les colères du quotidien ?

Pour la France insoumise, c'est : " L’auto-organisation au service de la révolution citoyenne[1] "

 

En France comme aux États-Unis, les classes populaires boudent les urnes et semblent exclues du jeu politique. Pour y remédier, des militants misent sur la méthode imaginée par l’intellectuel américain Saul Alinsky, qui promet de rompre avec la résignation grâce à l’« organisation communautaire ».

 

Sources : LE MONDE Diplomatique par  Clément Petitjean[2]

- En cette soirée de novembre 2017, une centaine de personnes sont réunies dans une salle de l’Est parisien à l’invitation du pôle auto-organisation de La France insoumise.

L’atelier du jour est consacré à la méthode Alinsky, du nom du théoricien de l’« organisation communautaire » (community organizing). Cette forme de militantisme de quartier est apparue aux États-Unis il y a près de quatre-vingts ans, mais demeure largement méconnue en France. Les deux intervenants, M. William Martinet et Mme Leïla Chaibi, louent une « méthode d’auto-organisation citoyenne » qui part « des préoccupations immédiates et concrètes » des habitants afin de leur « redonner du pouvoir ». « J’ai été bluffée par la capacité du community organizing à aller chercher les gens », explique Mme Chaibi ; la méthode Alinsky, « ça marche ».

 

En France, l’intérêt pour Saul Alinsky (1909-1972) n’a cessé de croître ces dernières années. Ses principaux écrits ont été traduits ou retraduits[3] ; des colloques, des ouvrages universitaires ou des numéros de revue lui ont été consacrés. Et des collectifs qui s’en réclament ont vu le jour, telles l’Alliance citoyenne de Grenoble et celle d’Aubervilliers, les associations Zonzon 93 de Villepinte ou Stop le contrôle au faciès, qui combat les pratiques discriminatoires de la police. La République en marche commence également à s’y intéresser : en novembre dernier, elle a invité l’universitaire américain Lex Paulson à vanter les vertus de l’organisation communautaire auprès de ses militants[4].

 

Mais La France insoumise a été le premier mouvement politique à revendiquer explicitement l’héritage d’Alinsky. En août 2017, plusieurs ateliers de ses « amphis d’été » ont exploré cette technique supposée permettre « la reconquête des quartiers populaires[5]  ». Le pôle « auto-organisation » — terme choisi par La France insoumise pour traduire community organizing — a alors été créé. En plus de mettre sur pied des ateliers publics, il a récemment édité une note présentant les « principes pour développer l’auto-organisation populaire » : « frapper aux portes », « tisser les colères », « cibler les puissants » et « agir nous-mêmes ».

 

Théorisée et mise en pratique par Alinsky, l’organisation communautaire se présente comme une méthode très codifiée pour mobiliser les classes populaires. Un petit groupe de permanents salariés — les community organizers organisateurs communautaires ») — doit d’abord s’immerger dans un territoire. Puis, grâce au porte-à-porte ou à des entretiens individuels, ces professionnels recueillent les doléances des habitants afin de faire jaillir leurs revendications concrètes. Une fois ce travail accompli, ils élaborent une stratégie d’intervention, planifient des réunions préparatoires, imaginent des actions collectives et inventives, des techniques originales de lobbying, tout en relançant les membres bénévoles pour s’assurer de leur participation. Les campagnes doivent être gagnables — inutile de vouloir mettre à bas le racisme ou le capitalisme — et découler des préoccupations immédiates des habitants : les expulsions locatives, la fermeture d’un lycée, l’accès à la santé…

 

Cette méthode permettrait, selon Alinsky, de faire émerger des « organisations d’organisations » qui se rassemblent autour d’un programme élaboré en commun. Cet « ensemble de principes, de buts et de pratiques sur lesquels le peuple s’est mis d’accord[6]  » ne doit pas être trop détaillé : « Après tout, le véritable programme démocratique, c’est un peuple qui s’intéresse à la démocratie », écrit Alinsky. Dans cette perspective, la participation citoyenne n’apparaît pas comme un moyen pour la mise en œuvre de mesures politiques (de redistribution, par exemple), mais comme sa propre fin.

 

 

- Autonomie et indépendance

La méthode Alinsky naît formellement en juillet 1939 à Chicago, avec la création du conseil de quartier de Back of the Yards (Back of the Yards Neighborhood Council, BYNC), un territoire ouvrier du sud de la ville où vivent une majorité d’immigrés. Ancien travailleur social, Saul Alinsky s’associe à un dirigeant communiste du syndicat des travailleurs des abattoirs et à un évêque catholique progressiste pour le mettre en place. Il regroupe les représentants de diverses organisations du quartier (Églises, associations d’entraide, groupes de riverains, syndicats…) autour d’un double objectif : lutter contre les problèmes sociaux des habitants, divisés en fonction de leurs origines nationales, en les fédérant autour d’intérêts communs, et faire ainsi émerger un contre-pouvoir populaire et des porte-parole légitimes, capables de faire pression sur les élus pour défendre ces intérêts. La presse locale, puis nationale, encense le BYNC, s’émerveillant devant un « miracle démocratique » qui pourrait « sauver le mode de vie américain »[7], menacé à la fois par les fascismes européens et par le communisme soviétique.

 

Fort de ce succès inattendu, et afin de pérenniser le type d’intervention qu’il a expérimenté à Chicago, Alinsky crée en 1940 la Fondation des espaces industriels (Industrial Areas Foundation). Il s’appuie pour cela sur certaines fractions des classes dominantes : la philanthropie et les milieux d’affaires réformateurs, les professions libérales et la puissante Église catholique. Proche du philosophe catholique français Jacques Maritain (1882-1973), Alinsky bénéficie des généreuses subventions de l’archidiocèse de Chicago. Ces relations privilégiées avec l’Église lui permettent d’échapper à la répression maccarthyste après la seconde guerre mondiale et de poursuivre son entreprise de « participation citoyenne ». Il peut ainsi voyager à travers le pays, multiplier les conférences, créer plusieurs structures comparables au BYNC et former des dizaines de personnes à l’organisation communautaire.

 

Mais sa proximité avec la hiérarchie catholique dépasse les seuls liens institutionnels. Sa méthode — s’immerger dans un quartier, recueillir des doléances, et mettre en œuvre une action collective à visée réformiste — évoque la pédagogie du « voir, juger, agir », au fondement de la doctrine sociale de l’Église. De plus, la notion de « communauté », au cœur de ses interventions, n’est pas sans rappeler les paroisses qui structurent historiquement la vie locale aux États-Unis.

 

L’organisation communautaire connaît une forte expansion dans les années 1970. Les militants étudiants, noirs ou pacifistes, les hippies et les féministes des sixties n’ont pas fait advenir la révolution sociale, politique et culturelle tant attendue. Les mobilisations nationales pour de grandes causes laissent place à ce que l’historien Michael Stewart Foley appelle les « front porch politics[8]  » politiques de proximité »), des luttes concernant des problèmes purement locaux, volontairement dissociées de questions stratégiques plus larges : les expulsions de locataires à New York, l’accaparement des terres par l’industrie agroalimentaire dans le Midwest, les déchets toxiques en Californie… De nouveaux groupes voient le jour, dans lesquels on retrouve d’anciens militants qui ont troqué leur fougue révolutionnaire contre une vision plus réformiste et moins radicale du changement social. Souvent formés en sociologie, en histoire ou en science politique à l’université, ces militants érigent l’organisateur en expert de la mobilisation des pauvres, tout en s’écartant parfois des préceptes d’Alinsky. Mais ce métier manque encore de reconnaissance sociale.

 

Au même moment, le tournant néolibéral amorcé par M. James Carter en 1977, puis durci par Ronald Reagan quatre ans plus tard, confère une place croissante à la « société civile » et aux associations. Au nom de l’autonomie et de l’indépendance des « communautés » — un thème cher aux milieux libéraux comme aux mouvements de libération noirs —, les pouvoirs publics se désengagent de certains services destinés aux pauvres et les délèguent à des « organisations communautaires » locales, qui fournissent divers services sociaux[9]. Loin de s’opposer au démantèlement de l’État social américain, déjà bien maigre, la méthode Alinsky s’y adapte parfaitement.

 

Ce n’est donc pas un hasard si les organisateurs acquièrent leur légitimité institutionnelle à partir des années 1980, en même temps que leur nombre se multiplie. L’élection de M. Barack Obama en novembre 2008 achèvera d’imposer cette stratégie d’intervention comme une pratique politique de référence. Lui-même ancien professionnel de la mobilisation à Chicago dans les années 1980, M. Obama utilise ces techniques bien rodées pendant sa campagne. Alors que, cinquante ans plus tôt, « se présenter comme organisateur communautaire revenait à dire qu’on était un touriste d’Alpha du Centaure[10]  », cette figure est désormais reconnue nationalement.

 

La période néolibérale révèle à la fois les forces et les failles de ce modèle. Au cours des trente dernières années, l’organisation communautaire s’est affirmée comme l’un des rares canaux de représentation populaire dans le champ politique américain, dans un contexte où les syndicats sont moribonds et où le Parti démocrate et le Parti républicain s’apparentent toujours davantage à de simples machines électorales. On lui doit, au niveau local, un certain nombre de victoires récentes. À Chicago, des groupes qui s’en réclament — tout en se montrant critiques de l’héritage alinskien — ont par exemple obtenu la réouverture par l’université, après plus de vingt-cinq ans d’interruption, d’un centre de soins pour blessures graves (trauma center) dans le sud de la ville, ou encore empêché la fermeture du lycée Walter H. Dyett, le dernier lycée public du quartier noir historique de Bronzeville. Par ailleurs, plusieurs figures de la nouvelle génération militante ont fait leurs premières armes en tant qu’organisateurs communautaires. C’est le cas de Mme Patrisse Cullors, l’une des trois fondatrices du mouvement Black Lives Matter (Les vies des Noirs comptent), ou de M. Carlos Ramirez-Rosa, jeune conseiller municipal à Chicago et membre du parti Socialistes démocrates d’Amérique (Democratic Socialists of America), proches de M. Bernie Sanders.

 

 

- Refus des idéologies

Toutefois, face au glissement à droite de l’échiquier politique américain, l’organisation communautaire a témoigné d’un opportunisme politico-stratégique en définitive assez inoffensif. Alinsky a toujours explicitement refusé toute idéologie, vantant les mérites d’une realpolitik pragmatique : peu importe qui gouverne, tant qu’il est possible de négocier et d’obtenir des victoires, aussi maigres soient-elles. Dans ses écrits, le théoricien se montre obsédé par la question du pouvoir, qu’il n’envisage jamais en termes de prise de l’appareil d’État, mais de constitution de contre-pouvoirs populaires. La tâche politique principale de l’organisateur se limite ainsi à mobiliser le « peuple » pour réformer la démocratie américaine. « Le feu, l’énergie, la vie de la démocratie réside dans la pression populaire, affirme-t-il. La démocratie elle-même est un gouvernement répondant constamment aux pressions continues de son peuple[11].  »

 

Le « peuple » d’Alinsky n’a toutefois d’existence qu’au travers de ses représentants. Selon le théoricien, l’organisateur doit s’appuyer sur les logiques de notabilités locales afin d’identifier les « leaders naturels » d’un quartier, car eux seuls seraient capables de faire bouger les foules. « La seule manière d’atteindre le peuple est de passer par ses représentants ou ses leaders, écrit-il. (…) Connaître l’identité de ces leaders naturels, c’est comme connaître le numéro de téléphone du peuple. Parler avec ces leaders naturels, c’est comme parler avec le peuple. » L’auto-organisation est donc bien encadrée.

 

Notes :

[1] L’auto-organisation au service de la révolution citoyenne

[2] Doctorant en civilisation américaine à Sorbonne Université.

[3] Saul Alinsky, Être radical. Manuel pragmatique pour radicaux réalistes, Aden, Bruxelles, 2012, et Radicaux, réveillez-vous !, Le Passager clandestin, Lyon, 2017.

[4] Julien Martin, « Le peuple de Macron », L’Obs, Paris, 16 novembre 2017.

[5] Quentin Laurent, « Méthode Alinsky : comment les “insoumis” veulent reconquérir les quartiers », Le Parisien, 26 août 2017.

[6] Saul Alinsky, Reveille for Radicals, Vintage, New York, 1989 (1re éd. : 1946)

[7] Chicago Daily News, juillet 1940 ; New York Herald Tribune, 21 août 1940. Cité par Sanford D. Horwitt, Let Them Call Me Rebel, Saul Alinsky, His Life and Legacy, Vintage, 1992 (1re éd. : 1989).

[8] Michael Stewart Foley, Front Porch Politics : The Forgotten Heyday of American Activism in the 1970s and 1980s, Hill and Wang, New York, 2013.

[9] Olivier Zunz, La Philanthropie en Amérique. Argent privé, affaires d’État, Fayard, Paris, 2012.

[10] Nicholas von Hoffman, Radical : A Portrait of Saul Alinsky, Nation Books, New York, 2010.

[11] Saul Alinsky, Reveille for Radicals, op. cit.

Partager cet article

Repost0
12 juin 2018 2 12 /06 /juin /2018 08:30

- Le 15 mars, à l’appel de 9 organisations, 200 000 retraité-e-s ont exprimé le mécontentement et la colère de millions d’autres face à cette ponction de CSG et exigé la revalorisation de leurs pensions

Le gouvernement, obligé de tenir compte de la force de ces rassemblements, imagine qu’en annonçant un allègement de CSG pour certaines personnes fera taire la colère de millions de retraité-es mécontents.

 

Environ 100 000 ménages dont le revenu fiscal de référence (RFF) se situe juste au-dessus du seuil retenu pour cette augmentation, soit 14 404 euros, seraient concernés.

 

Le comble du mépris c’est que cette décision ne serait effective qu’en 2019 !!

 

Dans leurs circonscriptions, les parlementaires font face à la colère de ces millions de retraité-es.

 

Loin d’être des « nantis » de la « génération dorée », les retraité-es ne méconnaissent nullement la solidarité intergénérationnelle qu’ils pratiquent tous les jours dans leur entourage. Quand le gouvernement offre des milliards de cadeaux fiscaux aux grands patrons et aux plus riches, c’est aux retraité-e-s qu’il demande de compenser la baisse du pouvoir d’achat des salariés !!

 

L'heure est à la poursuite de l'action...

 

En Charente Maritime aussi, le jeudi 14 juin 2018, les retraités seront dans la rue
  • Pour signer la pétition, c'est ICI

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Blog INSOUMIS.
  • : INFORMER pour MOBILISER et AGIR ENSEMBLE
  • Contact

La France insoumise, L'AVENIR EN COMMUN

-N'attendez pas la consigne !

✅ Rejoignez la France insoumise (cliquez ci-dessous) 👇

-" NOUS SOMMES POUR " le site de la campagne des présidentielles 2022

Ensemble, tout est possible !
Nous sommes déjà plus de 183 000, rejoignez nous
 ( pour nous rejoindre, cliquez ci-dessous) 👇

 

-

" L’AVENIR EN COMMUN ", programme de campagne 2022

✅ Visitez  le programme de 2022 (cliquez ci-dessous) 👇

" L’avenir en commun " est en version téléchargeable ICI

 

-

Le JOURNAL de L'INSOUMISSION (cliquez ci-dessous) 👇

 

- La chaîne télé de Jean Luc Melenchon (cliquez ci-dessous) 👇

Pour vous abonner gratuitement, cliquez ICI

Recherche

La France insoumise à l'Assemblée Nationale