Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 08:04
Des chiffres, des chiffres… Et le SMIC ?

Le programme de Jean-Luc Mélenchon n’est pas encore complètement finalisé, il est donc prématuré de lui demander des détails sur le chiffrage de son programme et la manière de le financer. Mais les économistes collaborant avec Jean-Luc Mélenchon n’auront pas beaucoup de difficultés pour résoudre cette question puisqu’ils y réfléchissent depuis 2011 En attendant, abordons l’univers numérique et symbolique du SMIC..

Nous avons sélectionné un libéral particulièrement hargneux pour poser les questions.

 

Sources : le Parti de Gauche Midi-Pyrénées par Hervé Debonrivage

- Donnez-moi le chiffre du montant du SMIC "socialiste" actuel

Le SMIC actuel Au 01/01/2016, le SMIC mensuel brut (base 35 heures) s’élève à : 1 467 €. ce qui correspond à un salaire net de 1 128 € mensuel. (environ 23 % du brut de cotisations à la charge du salarié)

 

 

- Donnez-moi le chiffre des charges écrasantes payées par les entreprises . Ça double le montant ?

Les charges patronales après abattement (Réduction Fillon) et en intégrant une mutuelle s’élèvent à 13 %, soit + 195 €. Le CICE s’élève à 6% du salaire brut et doit être déduit du coût du SMIC, soit - 88 € . Le SMIC mensuel chargé (base 35 heures) coûte donc au total 1574 € à l’entreprise.

 

 

- Donnez-moi le chiffre de l’augmentation "mécanique" du SMIC en juillet 2016.

C’est en janvier 2016 que le SMIC avait été revalorisé de 0,6 % mais augmentation n’a eu lieu que cet été. Son montant horaire est passé de 9,61 euros à 9,67 euros bruts entre 2015 et 2016.

Source : http://www.net-iris.fr/indices-taux...

 

 

- Quel est le chiffre vertigineux de l’augmentation du le SMIC "socialiste" entre 2012 et 2016

Entre 2012 et 2016 le SMIC horaire brut a augmenté de 0,27 € soit une augmentation de 2,87 % en 5 ans. Cela correspond à une augmentation de 40,95 euros bruts mensuels soit environ une augmentation de 32 € nets par mois (sur les 5 ans) soit environ une augmentation moyenne de 6 euros nets par an du SMIC mensuel.

Source INSEE http://www.insee.fr/fr/themes/table...

 

 

- Donnez-moi le chiffre du SMIC envisagé par l’extrémiste populiste Mélenchon. C’est 3000 € ?

Dans son programme de 2012, "L’humain d’abord" (page 5) il était proposé un SMIC de 1700 € bruts pour 35 heures hebdomadaires de travail.

Source : L’humain d’abord, page 5 http://www.jean-luc-melenchon.fr/br...

 

  • C’est énorme !

Cela correspond à un salaire net de 1310 € environ et rappelons que le montant moyen des loyers en France en 2014 s’élevait à 614 €.(Charges comprises). Il reste dans ce cas moyen 696 € par mois pour vivre.

Source : Montant des loyers : Nouvel Obs immobilier http://tempsreel.nouvelobs.com/immo...

 

  • C’est intenable, c’est plus élevé que le salaire médian en France !

Le salaire net médian s’élève à 1 772 euros par mois en 2014 en France. Le SMIC net proposé par Mélenchon est était donc 26 % moins élevé que le salaire médian.

 

Si l’on considère le salaire brut moyen en France en 2014, il s’élevait à 2912 €. (L’écart considérable entre le salaire médian et le salaire moyen s’explique par l’existence de très hauts salaires qui tirent la moyenne vers le haut.)

Le SMIC brut proposé par Mélenchon est donc de 42 % moins élevé que le salaire brut moyen. Source : INSEE http://www.insee.fr/fr/themes/docum...

 

  • Oui mais tout cela est insupportable pour les chefs d’entreprise dont le revenu moyen est de 2500 €.

Le salaire mensuel d’un dirigeant d’entreprise de moins de 20 salariés s’élevait en moyenne à 4.248,33 euros nets en 2010, soit 50.980 euros annuel, selon l’Insee.

Source : l’Express . INSEE http://lentreprise.lexpress.fr/rh-m...

 

Selon la CGPME la rémunération moyenne des patrons de TPE est de 4 249 euros par mois, soit deux fois moins que les dirigeants de plus grandes entreprises, les disparités sont importantes entre les secteurs.

Source : les Échos du 15/02/2013 http://business.lesechos.fr/entrepr...

 

Si l’on s’intéresse spécialement aux dirigeants des entreprises du CAC 40, le revenu annuel moyen s’élève à 4,2 millions d’euros , soit 350 000 € par mois, c’est-à-dire 250 SMIC environ. Leur revenu a augmenté de 11,4 % entre 2014 et 2015. Le dirigeant le mieux rémunéré perçoit environ 1,4 millions d’euros par mois c’est-à-dire environ 1000 SMIC.

Source : La Tribune . On a la liste http://www.latribune.fr/opinions/bl...

 

 

- Des chiffres des chiffres ! Oui des chiffres !

On pourrait examiner le montant et l’évolution des indemnités parlementaires depuis 2012 , sachant, en outre, que 59 % d’entre eux sont cumulards, (339/577) des députés qui considèrent les propositions de Mélenchon comme extrémistes.

Source : les cumulards. Voir la liste. http://www.observatoiredesgaspillag...

 

Si l’on totalise l’ensemble des indemnités, d’un député on obtient le chiffre de 12 860 € bruts mensuels. L’indemnité de parlementaire de base est cumulable avec une autre mandat dans la limite de 2757,34 euros supplémentaires. Le chiffre avancé souvent par les médias est de 7100 € bruts mais il s’agit seulement ici de l’indemnité de base

Pour plus de détails voir JDN http://www.journaldunet.com/economi... et le site droit finances.net http://droit-finances.commentcamarc...

 

Indiquons, par ailleurs, que l’on peut consulter les déclarations de revenus des parlementaires sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique : http://www.hatvp.fr

 

Il ne s’agit pas ici de faire de l’antiparlementarisme primaire, mais simplement de faire remarquer aux parlementaires de droite et aux médias qui s’insurgent contre des minima sociaux jugés excessifs qu’il y a quelque chose d’indécent dans leurs propos au regard de leurs propres revenus. qui sont largement supérieurs au salaire moyen des Français et même au revenu moyen des chefs de petites et moyennes entreprises. Il faut alors leur retourner la question sur le chiffrage des dépenses publiques : le chiffrage de vos revenus n’indique-t-il pas qu’ils sont excessifs ?

 

Et dans cette présentation, nous n’avons même pas mentionné d’autres revenus de la propriété, d’investissements en actions, de droits d’auteur, etc de certains parlementaires.

 

En consultant quelques déclarations de revenus,sur le site indiqué on s’aperçoit alors des revenus mensuels moyens beaucoup plus élevés.

 

 

- Des chiffres, des chiffres,…

On voit sur cet exemple combien il est difficile pour les libéraux de s’attaquer sur le fond aux arguments de Mélenchon. C’est la raison pour laquelle ils portent tous leurs efforts pour l’attaquer sur la forme.

 

Il est donc clair que l’enjeu de la bataille se joue autant sur le fond que sur la forme des interventions de Jean-Luc Mélenchon.

Repost 0
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 09:28
Charente Maritime : les retraités unis dans la rue le 29 septembre

Jeudi 29 septembre, les retraités donneront de la voix pour protester contre la baisse de leur niveau de vie. Neuf organisations syndicales ont alerté la ministre de la Santé Marisol Touraine : les pensions n'ont pas augmenté depuis 2013 et le taux pauvreté des personnes âgées augmente.

 

 

- Le 29 septembre, les organisations syndicales de retraités appellent à manifester partout sur le territoire pour défendre leur pouvoir d'achat.

Pas de revalorisation depuis avril 2013.

Les retraites de base n’ont pas été revalorisées depuis avril 2013. Elles ne devraient pas l’être non plus au 1er octobre prochain, en raison de mécanismes d’évolution désormais indexés sur les prix et non plus sur les salaires.

Quant aux retraites complémentaires, la revalorisation, qui intervient désormais au 1er novembre, n’aura pas lieu.

Le MEDEF a en effet obtenu leur gel pendant trois ans lors de la dernière négociation sur l’avenir des régimes de retraite complémentaire ARRCO (tous les salariés) et AGIRC (cadres).

 

Pêle-mêle, elles déplorent que le montant des retraites soit, une fois de plus, gelé pour 2016, que du coup, les pensions reculent par rapport aux salaires, et qu'enfin la situation soit aggravée par toute une série de mauvaises mesures fiscales. Une des conséquences les plus graves (mais pas la seule), c'est que beaucoup de retraités ont de plus en plus de mal à se soigner.

 

Le 29 septembre sera l'occasion pour eux d'exprimer leurs revendications, y compris en Charente Maritime. Dans ce sens, le syndicat des retraités CGT du département s'inscrit dans cette journée d'action et mobilise ses adhérents que ce soit une réussite.

 

Appel de la CGT : « Le Medef a obtenu tout ce qu’il réclamait en promettant la création d’emplois qu’il a été incapable d’honorer. Le gouvernement n’en a pas moins maintenu les cadeaux promis au patronat, alors que les suppressions d’emplois se poursuivent de plus belle. Alstom étant le dernier exemple scandaleux en date. Toutes les raisons de manifester le 29 septembre  Le gouvernement osera-t-il priver les retraité-e-s de la revalorisation légitime de leurs pensions ? Les retraité-e-s doivent se faire entendre le 29 septembre et répondre nombreux à l’Appel de la quasi-totalité des organisations de retraité-e-s. »

 

 

- L'appel national unitaire pour le 29 septembre (version imprimable)

- En Charente Maritime : 3 rassemblements

Charente Maritime : les retraités unis dans la rue le 29 septembre
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Social Initiatives publiques
commenter cet article
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 08:14
« Entreprises libérées ». Au bonheur des patrons

Pour la CGT, Les nouvelles formes de management peuvent être pernicieuses :
Un avant-goût de pa­radis socialiste ? Pas tout à fait. Même si le passage en entreprise libérée peut apporter une bouffée d’oxygène bienvenue en misant sur l’esprit d’initiative des salariés, il ne faut pas trop en attendre : le but n’est pas de libérer les travailleurs de l’exploitation capitaliste, mais bien d’augmenter la rentabilité de l’entre­prise

 

Source : L'Humanité Dimanche | Cyprien Boganda

- Si vous en avez marre des plannings imposés et des petits chefs tatillons, l’« entreprise libérée » est faite pour vous !

Ce nouveau modèle managérial un peu fumeux, aussitôt caractérisé de « révolution » par ses promoteurs, colonise les magazines. Que cache-t-il ? Rien de révolutionnaire, malheureusement : si les patrons choisissent de lâcher la bride à leurs salariés, c’est avant tout par intérêt…

 

Le concept fait fureur chez les pontes du management. La notion d’« entreprise libérée » repose sur un principe aussi simple que séduisant : pour fonctionner plus efficacement, une entreprise doit se débarrasser du poids de sa hiérarchie traditionnelle, qui entrave l’autonomie des salariés, au profit d’une structure horizontale, plus égalitaire, qui accorde à tous une grande marge de manœuvre. Jugés contre-productifs, les échelons intermédiaires sont considérablement réduits, voire, dans certains cas, carrément supprimés. Dans l’entreprise libérée, c’en est fini du manager mal embouché qui vous passe un savon le matin parce que vous franchissez le seuil du bureau avec douze minutes de retard. Le salarié décide librement de son emploi du temps et des méthodes à utiliser pour atteindre ses objectifs. Les collectifs de travail pléthoriques sont éclatés en petites unités dans lesquelles les salariés organisent leur planning, partent en vacances quand ils le veulent, élisent des responsables d’équipe pour une durée limitée… Que du bonheur !

 

C’est en tout cas ce qu’explique le grand promoteur de l’entreprise libérée en France, Isaac Getz. Ce gourou du management est professeur de gestion – ou, plus pompeusement, de « leadership et d’innovation » – à l’ESCP Europe. Auteur d’un best-seller traduit dans quatre langues (« Liberté & Cie : quand la liberté des salariés fait le bonheur des entreprises », 2012), il explique son concept par un exemple concret : « “Chef, j’ai un problème !” Que fait le manager dans une entreprise classique ? Il écoute et donne la solution. Le problème, avec cette approche, c’est que, implicitement, le manager renvoie à son subordonné un message disant qu’il a un cerveau inférieur. » Pour le chercheur, la bonne réponse consisterait à dire : « Tu es compétent, trouve la solution et on en discute après ! »

 

 

- bon pour les cost-killers

Dans le monde, nombre d’entreprises assurent avoir « libéré » leurs salariés, les plus connues étant Gore-Tex et Harley-Davidson. En France, une grosse dizaine de sociétés revendiquent également le titre d’« entreprises libérées », comme la biscuiterie Poult, la SSII grenobloise Sogilis (logiciels informatiques) ou l’équipementier automobile Favi (pièces de boîtes de vitesses), basé dans la Somme.

 

Dans ces PME modèles, les pointeuses disparaissent par magie, les salariés créatifs sont récompensés, les patrons desserrent un peu la vis… Un avant-goût de pa­radis socialiste ? Pas tout à fait. Même si le passage en entreprise libérée peut apporter une bouffée d’oxygène bienvenue en misant sur l’esprit d’initiative des salariés, il ne faut pas trop en attendre : le but n’est pas de libérer les travailleurs de l’exploitation capitaliste, mais bien d’augmenter la rentabilité de l’entre­prise. « Au-delà du marketing Bisounours, il s’agit dans bien des cas de faire du cost-killing, résume crûment François Geuze, consultant en RH (relations humaines). En supprimant les échelons intermédiaires – à commencer par les managers –, l’entreprise réduit ses frais de fonctionnement. Les salariés doivent, du coup, assumer des tâches supplémentaires sans être payés davantage… Quant aux responsabilités les plus stratégiques, elles continuent d’être exercées par la direction ! »

 

Par ailleurs, « émanciper » les salariés à la sauce Getz vise surtout à doper leur productivité. Jean-François Zobrist, emblématique dirigeant de la Favi, en convient volontiers. « Mes opérateurs sont 2 % à 3 % plus productifs que les autres, se vante-t-il face caméra [1]. Pourquoi ? Parce qu’ils sont plus heureux. » À la Favi, les salariés bienheureux n’ont plus besoin de pointer tous les matins, mais les cadences ne sont pas pour autant revues à la baisse, loin de là. « Nous ne sommes pas chronométrés, mais on a une cadence horaire à respecter, explique Joanna, opératrice. Nous devons sortir 1 800 pièces en une journée. » [1]

 

Tous les jours, elle quitte son domicile à 4 heures du matin, pour prendre son à 5 heures. S’ensuivent huit d’heures de boulot d’affilée, avant un retour au foyer bien mérité. La semaine suivante, c’est le même rythme, mais de 13 heures à 21 heures. « Je suis très, très fatiguée », avoue-t-elle dans un sourire un peu contraint.

 

 

- du fric et de l’humanisme

Ces cadences élevées font le bonheur de l’entreprise. Le site spécialisé « Dans la cuisine des patrons » (voir encadré) s’est amusé à éplucher les comptes annuels de la Favi sur les douze dernières années. Bilan : « émanciper » l’entreprise sert surtout à débrider les profits ! « Sur 12 ans, la tendance du chiffre d’affaires est à la hausse, celle des effectifs à la baisse, conclut le site. De 66 millions d’euros en 2003, le chiffre d’affaires est passé à 71 millions en 2014 ; de 421 salariés en 2003, la moyenne des effectifs est passée à 385 salariés en 2014. » Par ailleurs, si les bénéfices se portent bien (4 millions d’euros par an, en moyenne), c’est surtout l’actionnaire majoritaire qui en voit la couleur. « Pour 60 % de son montant, le résultat a été distribué à Afica (une société spécialisée dans l’affinage des alliages cuivreux, qui a racheté la boîte en 1971 – ndlr), soit une moyenne annuelle de 2,4 millions d’euros sur les douze dernières années », souligne le site.

 

Mais, trêve de mauvais esprit : après tout, on ne va pas reprocher à un honnête PDG de chercher à dégager de l’argent. Jean-François Zobrist le résume lui-même, dans son style inimitable : « Un patron est une machine à faire du fric. Et l’humanisme est le meilleur moyen d’en faire. » Voilà qui est dit !

 

Note :

[1] Voir le documentaire « Question de confiance », de François Maillart, diffusé le 22 avril 2009, sur France 3.

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Si on parlait ECONOMIE Social Analyse
commenter cet article
30 août 2016 2 30 /08 /août /2016 08:42
Le 15 septembre : mobilisation unitaire pour l'abrogation de la loi travail !

L’adoption de la loi EL KHOMRI ne nous fera pas renoncer

 

Sources : La CGT de Charente Maritime

En plein cœur de l’été, le gouvernement a dégainé pour la troisième fois consécutive le 49-3 pour passer en force la Loi Travail. Ainsi, Hollande, Valls et El Khomri évincent tout débat parlementaire, méprisent le monde du travail et une grande majorité de la population.

 

Cette loi vise à aggraver et généralisé la précarité, en facilitant les licenciements. Elle accentue le chantage à l’emploi par le biais des « référendums » d’entreprise, transforme les missions des médecins du travail (ce qui contribuera à dégrader encore la santé des travailleurs), Sans oublier l’attaque la plus violente : l’inversion de la hiérarchie des normes qui permet de déroger au code du travail ou à l’accord de branche par accord d’entreprise, au détriment des salariés.

Le 15 septembre : mobilisation unitaire pour l'abrogation de la loi travail !

Comme pour le Contrat Nouvelle Embauche qui avait été jugé illégal en 2007 au regard des conventions de l’Organisation Internationale du Travail, la loi Travail viole elle aussi les conventions 87 et 98 de l’OIT.

 

L’adoption de la loi ne doit pas nous faire renoncer. En 2006, la rue a fait reculer le gouvernement sur le Contrat Première Embauche (CPE) après la vote et la loi n’a jamais été mise en œuvre !

 

 

- Ce qui a été possible en 2006 doit l’être en 2016.

  • Le gouvernement doit reculer face à la mobilisation
  • L’intersyndicale départementale CGT FO FSU SOLIDAIRES UNEF UNL appelle à poursuivre sans relâche la lutte avec, en perspective dès la rentrée, une nouvelle journée nationale de grèves et de manifestations le Jeudi 15 Septembre.
Le 15 septembre : mobilisation unitaire pour l'abrogation de la loi travail !

Le gouvernement, extrêmement affaibli, entretient la confusion mettant sur le même plan menaces terroristes et contestation sociale (alors même qu’un récent rapport parlementaire démontre le peu d’utilité de l’Etat d’urgence dans la lutte contre le terrorisme).

 

Le gouvernement aux abois vient pourtant de le prolonger pour six mois, se réservant ainsi la possibilité d’interdire les manifestations syndicales.  

Le 15 septembre : mobilisation unitaire pour l'abrogation de la loi travail !

- Le tract CGT pour le 15 septembre dans le 17 (version imprimable)

- La déclaration et l'appel unitaire pour le 15 septembre dans le 17 (version imprimable)

Le 15 septembre : mobilisation unitaire pour l'abrogation de la loi travail !

Pour en savoir plus :

- Mon dossier Loi Khomri/Valls

 

Le 15 septembre : mobilisation unitaire pour l'abrogation de la loi travail !
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Social
commenter cet article
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 08:30
Loi travail : pas de motion de censure de gauche le 21 juillet... et maintenant ?

- La loi travail définitivement adopté sans débats et sans vote

Le 20 juillet, veille de la prorogation de l’état d’urgence, et six jours après l’attentat de Nice, le gouvernement a fait définitivement adopter  la version finale de la loi travail sans vote.

 

La loi, qui a suscité une forte contestation sociale pendant plus de quatre mois (et dont ce site s'est fait l'écho), est désormais adoptée alors que sondages après sondages, le rejet de cette loi régressive est massif et sans appel.

 

Dernier en date, le sondage Odoxa-FTI paru le 18 juillet, relève que 7 français sur 10 sont « mécontents de l’adoption définitive du projet de loi travail » et plus de la moitié d’entre eux « souhaite que les manifestations contre le texte se poursuivent ».

 

 

- Il n'y a pas eu de motion de censure

Il aurait fallu réunir 58 signatures de députés pour que puisse être déposée une motion de censure. Le texte sur la Loi travail a été adopté lors de chaque passage à l'Assemblée nationale sans majorité parlementaire, avec l'utilisation de l'article 49-3, c'est à dire sans vote des parlementaires.

 

Le dépôt d'une motion de censure à l'encontre de ce gouvernement a échoué à chaque fois. En effet, le 20 juillet, ils n'ont été que 28 à signer les 3 textes des motions de censure (voir tableau ci-dessous). On retrouve les députés communistes - Front de Gauche, quelques écologistes, quelques "frondeurs" PS, mais bizarrement certains n'ont signé qu'une fois, mais jamais en nombre suffisant pour atteindre les 58 signatures. Ne me dites pas qu'ils se sont arrangés volontairement . Vous croyez que c'est le genre au PS ?

 

 

- Quant à Olivier Falorni

Le député de la 1ére circonscription de Charente Maritime (La Rochelle/Ré) jouant au chat et à la souris avec la " fronde ", il n'a jamais participé au vote d'une motion de censure considérant parfaitement suicidaire dans les temps ambiants, qu’on ait une dissolution...... laissant passer le texte !

 

Loi travail : pas de motion de censure de gauche le 21 juillet... et maintenant ?

- Et maintenant.... la lutte continue

Ceux qui pensaient en avoir fini avec la loi travail, depuis son adoption définitive, le 20 juillet, se trompent. La bataille engagée contre ce texte se poursuit...

  • Tout d'abord, devant le Conseil constitutionnel. Plusieurs recours ont été transmis à la haute juridiction, jeudi et vendredi (la saisine doit être signée par 60 élus pour être recevable).

- L’un émane de 61 députés de gauche au motif d’un non-respect du débat parlementaire. 

- l'autre a été déposé par les députés du groupe Les Républicains (LR) et du groupe Union des démocrates et indépendants (UDI). Le deuxième a été rédigé par des sénateurs LR.

Le Conseil Constitutionnel a tranché en censurant cinq mesures mineures et en rejetant le recours formulé par les 61 députés de gauche.

  • Les sept organisations syndicales et de jeunesse opposées à la loi Travail, dont la CGT, Force ouvrière, Solidaires et la FSU, appellent à une « journée d'actions interprofessionnelle et d'initiatives de grèves et manifestations » le 15 septembre pour demander l'abrogation de ce texte.

 

Repost 0
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 08:38
Loi travail : 5 juillet, en Charente Maritime, on ne lâche rien !
  • Une note d’un organisme au service de Matignon proposait dès 2013 de faire sauter le verrou de la branche pour donner la primauté à l’accord d’entreprise.
  • Objectif avoué : faire baisser les salaires.
  • Une inversion reprise dans la loi El Khomri qui s’appliquerait à tous les accords collectifs, salaires compris, dès 2019[1].

 

APPEL UNITAIRE NATIONAL

 

Source :  La CGT Paris, le 30 juin 2016

La journée du 28 juin a été comme toutes les autres journées de mobilisation depuis 4 mois, réclamant le retrait du projet de loi et l’obtention de nouveaux droits, un succès des salarié-es, jeunes, privé-es d’emplois et retraité-es, succès et détermination qui ne s’essoufflent pas ! Ceci malgré certaines conditions de manifestation qui n’ont pas permis à toutes et à tous d’y participer.

 

Les premiers résultats de la votation citoyenne, lancée par les organisations syndicales depuis un mois, ont été remis à l’Elysée au conseiller social du Président de la République le 28 juin au matin ainsi que dans les préfectures pour les votations départementales. Plus de 700 000 votants, 15 796 bureaux de votes principalement dans les entreprises, 92% des votants pour le retrait du projet de loi travail, viennent renforcer l’ensemble des rassemblements, actions et manifestations unitaires.

 

De même, l’opinion publique dans les derniers sondages soutient toujours la mobilisation contre ce projet de loi, 70% disent même qu’ils sont contre l’utilisation du 49.3 pour le faire adopter.

Ce projet est minoritaire à tout point de vue.

 

Le Premier ministre a organisé des rencontres bilatérales le 29 juin. Les organisations signataires déplorent qu’il ait exclu de ces rendez-vous certaines organisations syndicales et de jeunesse, notamment celles engagées dans la lutte contre le projet de loi travail.

 

Pour autant, le gouvernement reste sourd aux propositions, particulièrement destinées à établir de nouveaux droits et à lutter contre le dumping social. Les amendements au projet de loi avancés par le gouvernement ne sont pas de nature à modifier profondément ce texte, même si certaines modifications sont à mettre au crédit des mobilisations.

 

Par ailleurs, ce projet de loi contrevient aux conventions internationales de l’OIT et vient d’être sanctionné par le Comité des droits économiques et sociaux et culturels de l’ONU au regard des effets sur la protection sociale des salariés et la précarité qu’il engendre.

 

Compte tenu de cette situation, les organisations signataires appellent à poursuivre la mobilisation contre ce projet de loi, sur des formes à déterminer localement, durant le débat parlementaire, notamment le 5 juillet.

 

Les organisations syndicales et de jeunesse conviennent de se retrouver le 8 juillet afin de discuter des suites à donner après le débat parlementaire.

 

Paris, le 30 juin 2016

 

 

- Et en Charente Maritime ?

Deux rassemblements sont organisés par les Unions Locales qui se chargeront de diffuser les informations.

Loi travail : 5 juillet, en Charente Maritime, on ne lâche rien !

- L'appel unitaire départemental pour le 5 juillet en version imprimable

- Le tract CGT pour le 5 juillet à La Rochelle (version imprimable)

- Le tract CGT pour le 5 juillet à Saintes (version imprimable)

 

- L’étude d’impact de la Loi Travail ? Une étude bidon !

La ministre du Travail, Myriam El Khomri, s’appuie sur les 400 pages de l’étude d’impact annexée au projet de loi Travail pour faire croire que le gouvernement a étudié précisément quels pourraient être les effets de celle-ci, notamment sur l’emploi.

La lecture du document laisse pantois : rien que du vent !

 

- Une explication de "L'inversion de le hiérarchie des normes", conséquence de la loi El Khomri

Loi travail : 5 juillet, en Charente Maritime, on ne lâche rien !
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Social Initiatives publiques
commenter cet article
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 08:25
loi El Khomri : Rencontre du 29/06 entre la CGT, le Premier ministre et la ministre du Travail

INTERVENTION LIMINAIRE de la délégation CGT

 

Philippe Martinez, Catherine Perret, Fabrice Angeï, Mohammed Oussedik


 

Monsieur le Premier ministre, Madame la ministre du Travail,

 

Vous connaissez notre position sur le contenu de la loi qui mobilise, aujourd’hui, contre elle une majorité de l’opinion publique, une majorité des organisations syndicales représentatives de notre pays et qui ne parvient pas à réunir une majorité de députés à l’Assemblée nationale.

 

Vous connaissez aussi nos propositions en faveur d'un Code du Travail du XXIe siècle, à même de protéger les salariés contre les effets de la course au moins-disant social sur fond de précarisation du travail et de ceux qui l’exercent.

 

Je vais donc concentrer mon propos sur ce que, peut-être, vous ignorez encore : avant même son éventuelle adoption, la loi dite travail que porte votre gouvernement viole de façon magistrale les conventions fondamentales de l’OIT.

 

En effet, en 2012, le comité de la liberté syndicale de l’OIT a jugé une affaire très similaire concernant un projet de réforme du gouvernement grec de l’époque organisant la décentralisation de la négociation collective au niveau des entreprises. Souvenez-vous, la Grèce était alors dans le viseur de la Troïka qui avait imposé au pays un bouleversement des règles de négociation collective ressemblant à s’y méprendre à l’article 2 de votre projet de loi.

 

Les conclusions du comité ne laissent aucun doute possible quant à l’infraction que constitue ce type de réforme par rapport aux conventions de l’OIT. Je me permets de vous en citer un court extrait qui résonne comme un avertissement :

« Le comité souligne que la mise en place de procédures favorisant systématiquement la négociation décentralisée de dispositions dérogatoires dans un sens moins favorable que les dispositions de niveau supérieur peut conduire à déstabiliser globalement les mécanismes de négociation collective ainsi que les organisations d’employeurs et de travailleurs et constitue en ce sens un affaiblissement de la liberté syndicale et de la négociation collective à l’encontre des principes des conventions 87 et 98 ».

 

Pour la CGT, la signification de cette jurisprudence est claire. Elle transforme en avorton l’article 2 du projet de loi dit travail.

 

Si le gouvernement s’entêtait à le maintenir, il est clair qu’il exposerait la France à une violation grave et immédiate des conventions fondamentales 87 et 98 de l’OIT qui, je vous le rappelle, protègent les libertés syndicales et la négociation collective dans le monde.

 

Il serait irresponsable de demander la semaine prochaine aux députés d’adopter une loi bafouant aussi clairement le droit international du travail, et encore davantage d’utiliser une nouvelle fois le 49-3 à cette fin.

 

Nous prendrions alors immédiatement nos responsabilités en alertant l’opinion publique sur ces violations et en portant plainte devant les instances habilitées de l’OIT. Et croyez-moi, nous trouverons une majorité des organisations syndicales de ce pays pour le faire.

 

De notre point de vue, vous n’avez par conséquent, pas d’autre choix que de retirer immédiatement l’article 2 de la loi.

 

Mais il y a plus grave encore, Monsieur le premier ministre. Il n’y a pas que l’article 2 qui contrevient aux engagements internationaux de la France.

 

Le projet de loi dans son ensemble viole le Pacte des Nations Unies relatif aux droits économiques, sociaux et culturels.

 

Si vous lisez les communiqués de la CGT, vous savez sans doute que nous sommes intervenus le 5 juin dernier à Genève lors de l’examen de la France par le Comité des Droits Économiques, Sociaux et Culturels des Nations-Unies. Nous avons alerté ce comité sur le climat social en France, la stigmatisation et la répression du fait syndical, les dispositions du projet de loi Travail ainsi que son processus d’adoption.

 

Il y a quelques jours, les experts du comité ont rendu leur rapport. Il est accablant pour la France. Là encore, je me permets d’en citer de courts extrait. Voici ce que disent les experts des
Nations-Unies de votre projet de loi de manière générale :

« Le Comité est préoccupé par les dérogations à des protections acquises en matière de conditions de travail proposées dans le projet de loi travail (…), y compris pour accroître la flexibilité du marché du travail, sans qu’il ne soit démontré que l’État partie a considéré toutes les autres solutions possibles. Le Comité engage l’État partie à s’assurer que les dispositifs proposés pour accroître la flexibilité du marché du travail n’ont pas pour effet la précarisation du travail et la diminution de la protection sociale du travailleur. Il l’exhorte également à s’assurer que toute mesure rétrograde concernant les conditions de travail :

a) Est inévitable et pleinement justifiée (…) ;

b) Est nécessaire et proportionnée à la situation, (…) ;

c) N’est pas discriminatoire (…). »

 

Et voici ce que ces mêmes experts onusiens disent des atteintes aux droits syndicaux en France :

« Le Comité déplore les actes de représailles contre les représentants syndicaux signalés. Il constate aussi avec inquiétude que l’espace démocratique de négociation des conventions collectives s’amenuise. Le Comité engage l’État partie à prendre des mesures efficaces de protection des personnes engagées dans des activités syndicales, et de prévention et de répression de toute forme de représailles. Il l’engage également à assurer l’effectivité de la négociation collective et du droit de bénéficier d’une représentation syndicale conformément aux normes internationales afin de protéger les droits des travailleurs (…) ».

 

Je vous épargne, Monsieur le premier ministre, les infractions qu’auraient pu constituer au regard du droit international les éventuelles interdictions de manifestation que vous vous êtes permis d’agiter la semaine dernière.

 

Vous l’aurez compris, le projet de loi « travail » est hors-la-loi internationale.

Il l’est doublement : devant l’Organisation internationale du Travail et devant les Nations-Unies.

 

Vous n’avez pas d’autre option que de le retirer. Sans quoi, nous n’aurons pas d’autre choix que de poursuivre la mobilisation contre un projet injuste et illégal.

 

La CGT. Montreuil le 29 juin 2016.

 

Pour en savoir plus :

- Mon dossier Loi Khomri/Valls

- 28 Juin: Au contraire de l’essoufflement, une détermination croissante

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Social
commenter cet article
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 20:31
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Initiatives publiques Social
commenter cet article
22 juin 2016 3 22 /06 /juin /2016 08:04
La Rochelle : le 23 juin et Le 28 juin grèves et manifestations !
  • Pour le retrait de la loi El Khomri ;
  • Pour la défense du droit démocratique à manifester ;
La Rochelle : le 23 juin et Le 28 juin grèves et manifestations !

- Le 23 juin.....

Pour aller dire à son patron, qui n’est autre que le président du Medef, ce que nous pensons de ce projet.

La Rochelle : le 23 juin et Le 28 juin grèves et manifestations !

- Dans vos entreprises, organisez la consultation

  •  Pour tout savoir sur les modalités..... c'est ICI
La Rochelle : le 23 juin et Le 28 juin grèves et manifestations !
La Rochelle : le 23 juin et Le 28 juin grèves et manifestations !
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Social Initiatives publiques
commenter cet article
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 08:24
Un vrai Code du travail, c’est l’égalité devant la loi

Maître de conférences à l’université de Rennes-I, Josepha Dirringer est membre du Groupe de recherche pour un autre Code du travail (GR-PACT). Ce groupe, constitué par une quinzaine de chercheurs, milite pour une refonte du droit du travail, afin d’accorder des droits nouveaux aux salariés.

 

Source :  L'Humanité Dimanche par Cyprien Boganda

- L'Huma Dimanche : En quoi le projet de loi travail constitue-t-il une régression pour les salariés ?

Josepha Dirringer : On pourrait émettre des critiques à l’égard de chacun des articles du projet, mais c’est surtout la philosophie générale du texte qui inquiète. Le projet de loi dessine une nouvelle architecture du droit du travail, dans laquelle l’accord d’entreprise primerait sur la loi. Cela contrevient au principe même d’universalité du droit, puisque cela supposerait un traitement différencié selon les entreprises. Dans le texte, cette inversion semble cantonnée au temps de travail. Mais ce n’est qu’un début : bientôt, tous les droits des salariés seront touchés, depuis les congés payés jusqu’aux licenciements, en passant par la période d’essai.

 

 

- L'Huma Dimanche : Comment rebâtir un Code du travail plus protecteur ?

Josepha Dirringer : Il faut tout d’abord réaffirmer le caractère universel de la loi : cette dernière a pour but d’apporter des garanties à l’ensemble des salariés. Cette universalité est remise en cause par le projet de loi travail, qui accroît le dumping social entre les entreprises d’une même branche professionnelle. Si chaque employeur peut négocier son accord dans son entreprise afin de baisser le « coût » du travail, cela tire tout le monde vers le bas car les autres entreprises se mettront au diapason pour ne pas rester à la traîne.

 

Depuis trente ans, l’empilement de dérogations a rendu le Code illisible tant par le salarié que pour l’employeur. Prenez l’exemple du temps partiel. En principe, la durée minimum légale est fixée à 24 heures par semaine ; en pratique, il est possible de déroger à ce seuil par accords de branche dans certaines conditions, par accord avec le salarié dans d’autres… Bref, la loi devient indigeste.Contre cela, il existe une solution simple : en revenir au principe de faveur, selon lequel on peut négocier dans l’entreprise, à la seule condition que la norme négociée collectivement soit plus favorable au salarié que la loi ou le contrat de travail.

 

 

- L'Huma Dimanche : Quels droits nouveaux faudrait-il introduire, pour tenir compte des récentes évolutions du monde du travail (arrivée des plateformes de type Uber, notamment) ?

Josepha Dirringer : Je suis favorable à la création d’un droit du travail non salarié. Je pense à tous ces travailleurs juridiquement indépendants mais qui sont placés, dans les faits, en situation de dépendance économique – à l’égard de plateformes de type Uber, par exemple. Il s’agirait de constituer un véritable socle de droits sociaux communs à l’ensemble des travailleurs subordonnés et parasubordonnés, intégrant chômage et retraite. Cela supposerait au passage que le travailleur indépendant mais qui est économiquement intégré à un réseau ou à une plateforme soit informé et consulté avant chaque événement susceptible de bouleverser sa situation. Quand l’application UberPop a été déclarée illégale, les chauffeurs ont appris par SMS le jour même qu’ils n’avaient plus de boulot ! Un tel pouvoir économique, exercé sans aucune limite, n’est pas socialement acceptable.

 

J’aimerais souligner, enfin, un point fondamental : on peut écrire le Code du travail le plus parfait du monde, si la justice sociale (prud’hommes, tribunal des affaires sociales, etc.) n’est pas en état de le faire appliquer, alors ce Code restera lettre morte. Il est anormal qu’un salarié qui saisit les prud’hommes doive attendre jusqu’à deux ans pour obtenir une première décision. Redonnons les moyens à cette justice de fonctionner. Des conseillers prud’homaux de Paris m’ont raconté qu’ils n’avaient qu’un Code du travail par étage… C’est indigent.

 

Pour en savoir plus :

- Mon dossier Loi Khomri/Valls

- Droit du travail : contre-projets CGT pour un Code du travail du XXIe siècle

- Loi Travail : Propositions de la CGT remises à la Ministre du travail et du dialogue social le 17 juin  2016

- Lettre économique n° 19 (juin 2016) : Face aux arguments fallacieux en faveur de la loi El KHomri

 

 

- La CFDT et son premier responsable, Laurent Berger tourne le dos à la première mission d'un syndicat : défendre les intérêts des travailleurs !
La preuve… en 2008 elle défendait la hiérarchie des normes remise en cause par le projet de loi Valls/El-Khomri.... que la même CFDT soutient ! Voir débat en Commission des affaires sociales du Sénat

Un vrai Code du travail, c’est l’égalité devant la loi
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Social Loi Khomri-Valls Droits & libertés
commenter cet article
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 08:29
Paris 14 juin, j'y étais, j'ai vu, j'accuse...

1 million de manifestants à Paris contre la Loi Valls/El-Khomri qui n'auront pour la majorité d'entre eux, vu qu'une partie du défilé, et n'auront des "événements" :

  • que pu constater les dégradations ;
  • que senti l'odeur des lacrymogènes ;
  • que percevoir les déflagrations des grenades ;
  • avec comme explications que celles des médias qui préparaient déjà, dans leur présentation des événements, l'annonce d'Hollande de vouloir interdire les manifestations.

 

- 11 H 30 :

Arrivé par le train de la Charente Maritime, j'ai rejoint le point de rassemblement des picto-charentais à l'angle de la place d'Italie et du Bd. de l'Hôpital.

 

Alors que des milliers de manifestants sont déjà arrivés, je quitte la Place d'Italie pour le haut de l'Avenue des Gobelins (croisement Bd Saint Marcel) ou va se situer le carré de tête de la manifestation avec les personnalités.

 

Paris 14 juin, j'y étais, j'ai vu, j'accuse...
Paris 14 juin, j'y étais, j'ai vu, j'accuse...

- 12H00 : la souricière se met en place

De la Place d'Italie, toutes les rues donnant sur la totalité du parcours de la manifestation sont petit à petit interdites, hermétiquement fermées avec le même dispositif policier.... sauf pour entrer sur la manifestation (on entre, mais on ne peut plus sortir...) on ne peut qu'aller de l'avant,.. le piège se referme !

les rues hermétiquement fermées

les rues hermétiquement fermées

- 12H30 :

Le carré de tête de la manifestation est en place.

Le carré de tête de la manifestation est en place

Le carré de tête de la manifestation est en place

De toutes les rues adjacentes des milliers de personnes pénètrent devant le carré de tête et s'engagent Bd. du Montparnasse, je les suis ;

  • Parmi eux des groupes en noir, cagoulés, sac à dos plein, certains parlent allemand et sont connus des forces de police.... ils viennent là pour en découdre. Des Black Blocs selon Valls "ces amis de monsieur Coupat, toutes ces organisations qui au fond n’aiment pas la démocratie, qui la contestent, qui en contestent les principes, trouveront la plus grande détermination de l’Etat, de la police et de la justice.» ;
  • Aucun contrôle des forces de l'ordre alors qu'il suffirait de faire ouvrir les sacs à dos pour y trouver le "nécessaire à casser" ! Pourquoi ? Acte délibéré de la hiérarchie policière ou pas ?
çà des manifestants syndicaux ? Non des casseurs !
çà des manifestants syndicaux ? Non des casseurs !

çà des manifestants syndicaux ? Non des casseurs !

- 13H00 :

  • Je retourne en tête de la manifestation qui prend du retard à cause des médias ;
  • Le service d'ordre des syndicats de la manifestation (CGT et FO notamment) appelle régulièrement les arrivants à se ranger derrière le "cordon de tête".... pour ne pas se mélanger aux "groupes suspects".

 

 

- 13H30 le cortége se met en mouvement

Alors que l'on s'engage Bd. du Montparnasse, de chaque côté du Bd. sur les trottoirs, longeant les bâtiments on voir un cordon déroulant d'une centaine de CRS, dos au mur s'engager et rejoindre les milliers de manifestant qui étaient partis avant le cortège "officiel" et dans lequel se trouve.... les casseurs.

  • Je les suis à nouveau ;
  • L'apparition des CRS déchaine la violence ;
  • Toutes les vitrines de ce qui représente "l'ordre en place", les "institutions financières" (banques, assurances) sont brisées..... quelques commerces aussi,... les CRS laissent faire ;
  • Loin derrière la manifestation est stoppée par le service d'ordre syndical ;
  • Devant moi, un "jeune" court, perd son sac à dos ouvert, le contenu s'étalle : fronde, cocktail molotov artisanal, pétard, marteau ;
  • Une voiture qui n'avait rien demandé git sur le dos ;
  • Tout ce qui a été cassé sert maintenant de projectile contre les CRS qui essuient une pluie de peinture, cailloux, pavets, barres de fer, pétards, matériaux incendiés ;
  • Les forces de l'ordre prennent une position "en triangle" dos au mur, pour se protéger, et riposter avec tout leur arsenal.. l'un d'entre eux prend un morceau de béton en pleine figure, il git au sol.. ;
  • Je reçois des caillous, des restes de grenades, j'étouffe, je pleure et me réfugie sous un porche, un manifestant vient me laver le visage ;
  • La charge de police est violente et sans discernement, personne ne peut s'échapper les rues adjacentes étant bouclées par les barrières de police, des blessés sont au sol ;
  • Sur ma droite, un "casseur" mégaphone en main donne des directives.... "on s'arrache".... ils partent en courant.... plus haut sur le boulevard, se glissant parmi les manifestants... pour une nouvelle occasion de se livrer au sacage ;
  • Un grand vide sur cette portion Bd. du Montparnasse ;
Paris 14 juin, j'y étais, j'ai vu, j'accuse...
  • Loin derrière la manifestation syndicale stoppée, reprend sa marche ;
  • Les CRS (des jeunes fraichement sortis de l'école de police et que l'on envoie au casse pipe "on prend ce que l'on trouve comme boulot" me dira l'un d'entre eux...) reprennent la formation de cordon déroulant sur le trottoir.... à leur apparition la casse reprend... et un nouveau cycle de violence provoqué...
  • Qui donne les ordres.... ou ne les donne pas, et à décidé de ce dispositif de "sécurité" provocateur plus répressif que préventif ?
Paris 14 juin, j'y étais, j'ai vu, j'accuse...

- 16H30 le cortége se met à nouveau en mouvement.... pour être coupé en deux

La manifestation, derrière le cordon de tête officiel, est à nouveau stoppée par le service d'ordre, puis reprend..... pour être, ultime provocation, scindée en deux et bloquée.

  • Et pourtant, à ce moment là, il n'y a pas de violence dans ce face à face ! Certes des mots fusent, mais pas de projectiles, pas de contact humain.
  • A 1 m de moi, un jeune CRS, me dit "reculez monsieur il vont nous faire charger" !
  • J'attends.  5mn après, c'est la charge qui nous fait reculer de 50m. Pourquoi ?
  • La manifestation, elle n'atteindra jamais son terme.

 

A noter que durant cette journée, je n'ai jamais vu le matricule d'un agent des forces de l'ordre... et pourtant !

Paris 14 juin, j'y étais, j'ai vu, j'accuse...

- En définitive, j'accuse

J'accuse le gouvernement Hollande, Valls, Cazeneuve d'utiliser les vieilles ficelles inventées par la droite hier au pouvoir :

- en se servant des forces de l'ordre à des fins de provocation ;

- en laissant entrer les casseurs et en laissant faire la casse ;

pour ine-fine interdire l'expression du mouvement social et tenter de passer sa loi en force.

 

Nous ne nous laisserons pas faire ! RÉSISTANCE !

 

 

- Résister, c'est ce qu'ils font eux aussi !

Paris 14 juin, j'y étais, j'ai vu, j'accuse...
Paris 14 juin, j'y étais, j'ai vu, j'accuse...

Pour en savoir plus :

- Mon dossier Loi Khomri/Valls

- Responsabilité du gouvernement dans les violences : un CRS donne raison à Mélenchon.

- La CGT-police critique la gestion du maintien de l'ordre

- syndicat policier majoritaire Alliance : Un syndicat de policiers dénonce les consignes reçues pendant les manifs

- CGT police : « Tout est mis en place pour que ça dégénère »

- La tenace volonté de proposer la paix entre policiers et manifestants

- La tenace volonté de proposer la paix entre policiers et manifestants

- Chiffres, violences... La manifestation que les médias n’ont pas montrée

- Paris. Témoignage d’un docker du Havre sur la manifestation du 14 juin

- Le 14 juin, j'y étais, j’affirme et je confirme, les flics ont laissé faire les casseurs !

- Réaction de la CGT

Communiqué de la LDH : Ne pas se tromper de responsabilité

- "Les casseurs sont instrumentalisés par le pouvoir", accuse la CGT Police

- Le FN contre le droit de manifester

- La Confédération syndicale internationale dénonce la répression qui sévit en France

- Loi Travail : «Valls est un pyromane», accuse Mailly pour FO

- La CGT avec la FSU, Solidaires, SAF, UNEF, FIDL, UNL et la LDH demandent l’ouverture d’une enquête parlementaire sur les choix opérés par le ministère de l’intérieur quant au maintien de l’ordre durant les manifestations.

- Un syndicat de policiers dénonce les consignes reçues pendant les manifs

- Oui, le port du matricule est obligatoire pour les policiers et les gendarmes

 

- Rapport de la Mission civile sur les actions de maintien de l’ordre depuis le début des manifestations contre la loi travail, dangereuse dérive !

Repost 1
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Droits & libertés Social Politique
commenter cet article
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 09:25
Les vraies causes de l’entêtement de François Hollande et Manuel Valls sur la loi travail

7 citoyens sur 10 opposés à la loi El Khomri, 3 mois de luttes syndicales et le succès de la grosse manifestation à Paris, des initiatives en province le 14 juin en pleine compétition européenne de football, des milliers de policiers et gendarmes mobilisés en permanence, certains très fatigués qui « pètent les plombs », d’autres qui matraquent à tout va, des députés socialistes totalement discrédités par leur attitude de « petits toutous » qui avalent sans problème le 49-3, la cote de François Hollande à 11% de satisfaits et celle de Valls à 14%...le bon sens ne peut qu’interroger sur cette démarche suicidaire pour l’avenir politique de tous les futurs candidats socialistes. En effet, qui peut penser aujourd’hui qu’aux présidentielles et aux législatives tout ce beau monde ne va pas subir une raclée mémorable ?

 

Source :  Regard-Actu par Michel Beaune

Il y a à l’évidence des intérêts « supérieurs » qui guident nos gouvernants, ou plutôt des injonctions. Les plus importantes, les plus évidentes sont celles de la Commission européenne.

 

En effet, il est important de mieux connaître certains aspects de la gouvernance européenne et son articulation avec les « réformes » nationales. Chaque année, le cycle du semestre européen redémarre, en prenant en compte les épisodes précédents. Tout au long du processus les gouvernements rendent compte à la Commission de ce qu’ils ont fait et celle-ci énonce de nouvelles recommandations. Ainsi, la Commission a « inspiré », pour la France :

• Le CICE et le Pacte de Responsabilité.

• La loi Macron.

• La loi Rebsamen.

• La réforme territoriale.

• La loi santé.

• Les réformes des retraites.

• Les réformes de l’assurance-chômage.

• La loi El Khomri.

Pour 2016, la Commission Européenne a produit de nouvelles "recommandations".

 

Elles traitent notamment des déficits publics, du système de santé et de retraite, de la rémunération du travail, du contrat de travail, du droit du travail et de la hiérarchie des normes, des liens entre les systèmes d’éducation et le monde du travail, de l’apprentissage et de la formation professionnelle, de la libéralisation des services et des professions réglementées, du système d’assurance chômage, des obstacles pour les entreprises, des effets de seuil pour les Institutions Représentatives du Personnel, des impôts.

 

On voit bien que la Commission « s’intéresse » à tout ce qui compose le modèle social français pour le faire exploser, conformément au Traité de Maastricht et aux autres qui ont suivi. Petit à petit, elle avance ses pions à une vitesse qui dépend des résistances des Peuples. C’est sûr qu’en ce moment le mouvement social unitaire contre la loi El Khomri freine beaucoup le rouleau compresseur. Il est donc fondamentalement important que celui-ci continue et même s’amplifie. Dans ce contexte, il a été intéressant d’apprendre jeudi 2 juin que la CFE-CGC modifiait son appréciation et dénonçait à présent la loi travail. Le groupe des syndicats béni oui-oui de la loi travail se rétrécit…

 

La situation est relativement inédite car cette grande bataille se déroule contre un pouvoir qui a été mis en place sous le label « Gauche », contrairement à 2010 avec la bataille des retraites face à un pouvoir sarkoziste. Certes, il ne faut pas avoir beaucoup d’illusions sur la capacité des parlementaires à modifier leur attitude, quoi que. Evidemment, très peu d’entre eux connaissent la réalité du vécu des salariés du privé et du public car les ouvriers se comptent sur les doigts d’une main à l’intérieur de l’hémicycle.

 

Il ne faut pas que cette réalité de l’emprise des institutions européennes sur la politique des Nations soit un élément de résignation, comme quand on voudrait nous faire croire que « le Marché » est tout puissant, que la mondialisation financière est inéluctable. Ce que des traités basés sur la concurrence des salariés européens entre eux, le moins-disant social, la libre circulation des capitaux, ont établi, peut être annulé et remplacé par des politiques de coopération, de développement harmonieux et respectueux des hommes et de l’Environnement, de création d’emplois, d’augmentation du pouvoir d’achat.

 

Il faut pour cela du courage, une conviction forte que l’Intérêt Général ne peut pas être résumé à celui des privilégiés mais qu’il est celui de la masse du Peuple. Celles et ceux qui gouvernent notre Pays ne possèdent visiblement pas ces qualités. Il faut donc très vite les remplacer, et en même temps mettre à bas, par des voies pacifiques et démocratiques, la Vème République et son régime de monarchie présidentielle, pour construire une VIème vraiment démocratique et sociale.

 

Une utopie ? Bien sûr que non. Voyons l’Histoire de France : elle est plein de moments où des hommes et des femmes désintéressés ont su bousculer l’ordre établi, et souvent dans des conditions bien plus difficiles qu’aujourd’hui. A nous toutes et tous, femmes et hommes de bonne volonté, de dépasser les querelles de « boutique » et de savoir nous unir sur l’essentiel.

Les vraies causes de l’entêtement de François Hollande et Manuel Valls sur la loi travail
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Politique Analyse Loi Khomri-Valls Europe VIe République Social
commenter cet article
12 juin 2016 7 12 /06 /juin /2016 08:37
Loi travail : des arguments pour agir le 14 juin
Loi travail : des arguments pour agir le 14 juin
Loi travail : des arguments pour agir le 14 juin
Loi travail : des arguments pour agir le 14 juin
Loi travail : des arguments pour agir le 14 juin

- Le 14 juin, on ne se déplace pas pour rien à Paris

Le 14 juin marque une nouvelle étape dans la mobilisation pour le retrait du projet de loi Travail Valls/EL-KHOMRi et un code du travail du 21ème siècle

 

La CGT considère que l'URGENCE EST A LA MOBILISATION et dans ce cadre l'UD CGT de Charente Maritime organise un départ massif vers Paris pour la grande manifestation nationale.

 

Inscrivez-vous auprès de votre syndicat d'entreprise ou de l'UD CGT17 :

 

 

- L'appel départemental CGT pour le 14 juin en version imprimable

 

- Pour un départ sur Paris en co-voiturage, c'est ICI

 

 

- Le succès de la mobilisation :

Plus d'un million.... 6 cars de Charente Maritime + une centaine par le train... le succès de la mobilisation.... et la présence de courageux militants CFDT ovationnés !


Le gouvernement doit entendre le peuple et ne pas répondre par la provocation policière en plaçant les manifestants dans une souricière et en laissant les "casseurs" œuvrer loin devant la tête du cortège... pour mieux justifier de possibles interdictions de manifester !


On lâche rien !

 

Loi travail : des arguments pour agir le 14 juin
Loi travail : des arguments pour agir le 14 juin
Loi travail : des arguments pour agir le 14 juin
Loi travail : des arguments pour agir le 14 juin
Loi travail : des arguments pour agir le 14 juin
Loi travail : des arguments pour agir le 14 juin
Loi travail : des arguments pour agir le 14 juin
Loi travail : des arguments pour agir le 14 juin
Loi travail : des arguments pour agir le 14 juin
Loi travail : des arguments pour agir le 14 juin
Loi travail : des arguments pour agir le 14 juin
Loi travail : des arguments pour agir le 14 juin
Loi travail : des arguments pour agir le 14 juin
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Social Analyse
commenter cet article
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 16:35
9 juin : mobilisation réussie des territoriaux rochelais

A l'appel des syndicats SUD et CGT, les agents territoriaux de la communauté d'agglomération de La Rochelle se sont une nouvelle fois mobilisés contre la politique sociale de la municipalité.

 

Tous les  services comme la médiathèque ou la voirie sont concernés par ce mouvement de grève. Il s'inscrit dans le cadre du conflit qui dure depuis plusieurs mois entre les agents territoriaux et la mairie de La Rochelle portant principalement sur la réorganisation du temps de travail et l'application des 35 heures hebdomadaires. Les agents territoriaux s'opposent à juste titre à la réorganisation des services voulue par Jean-François Fountaine (maire de La Rochelle et président de la CDA) qui, sous couvert des politiques d'austérité, comme de nombreux élus locaux de droite et "socialistes" souhaite augmenter leur temps de travail.... au détriment de l'emploi.

 

 

- Rappel des raisons de la colère

 

- A La Rochelle : pour les personnels territoriaux, deux semaines de congés en moins, c'est toujours NON !

- La Rochelle : personnels territoriaux, les raisons de la colère !

 

Les agents en grève dénoncent également les méthodes de management de la mairie, le non-remplacement des agents partant à la retraite, la perte de 9 jours de RTT et la réorganisation du service des concierges dans les écoles publiques. Une modification qui va conduire à supprimer les concierges dans chaque école en organisant un pool municipal ce qui va conduire à la suppression de leur logement de fonction.

 

 

- Une mobilisation réussie

  • de nombreux services fermés ou en activité restreinte ;
  • plus de 600 manifestant-e-s ;

Grâce à ces actions, l’après-midi, les syndicats ont été reçus par Mme Fleuret-Pagnoux, première adjointe, Mme Desveaux, Vice-Présidente à la CDA et Mr Milhiet, directeur de cabinet.

 

Ils ont formulé la demande d’arrêt immédiat de toutes les discussions sur le temps de travail et l'ouverture de véritables discussions et négociations sur les conditions de travail (réorganisations, suppressions de postes, promos, souffrance au travail … tout ce que nous avons évoqué hier matin), la réponse est renvoyée au 20, la Mairie et la CDA prenant le risque d'une poursuite de la mob.ilisation d'ici là ! Inacceptable !

 

 

- En conclusion : de nouvelles perspectives d'actions avec comme slogan...... ON LÂCHE RIEN !

  • Mobilisation le lundi 20 juin à 10h45 devant l’hôtel de ville (Comité technique de la Ville avec pour question à l’ordre du jour : notre temps de travail) ;
  • Mobilisation le lundi 20 juin à 13h45 devant l’hôtel de la CDA (Comité technique de la CDA avec la même question à l’ordre du jour).

 

Pour en savoir plus :

- La Rochelle : 400 agents territoriaux se font entendre

- Agents territoriaux à La Rochelle : toujours dans l’impasse

- "Mais vous voulez faire mes heures ?!" : le dircab du maire de La Rochelle se lâche

- La Rochelle : la mairie propose plus d'argent et moins de repos aux agents territoriaux

- Agglo de La Rochelle : la réforme du temps de travail sera-t-elle adoptée ?

- La Rochelle : ambiance tendue au Conseil communautaire

- Agglo de La Rochelle : la réforme du temps de travail des agents a été adoptée : "La CDA de La Rochelle vient d'adopter l'augmentation du temps de travail des territoriaux sans aucune négociation et sous protection de vigiles...Pours 38, contres 31, blancs 11. Le groupe de gauche a voté contre. Les élus de la majorité "de Gauche" de La Rochelle ont voté majoritairement pour. Les élus "Europe écologie les verts" (au moins ceux de La Rochelle) ont voté l'augmentation du temps de travail et l'ont même défendu (Brigitte Desvaux)."

9 juin : mobilisation réussie des territoriaux rochelais
9 juin : mobilisation réussie des territoriaux rochelais
9 juin : mobilisation réussie des territoriaux rochelais
9 juin : mobilisation réussie des territoriaux rochelais
9 juin : mobilisation réussie des territoriaux rochelais
9 juin : mobilisation réussie des territoriaux rochelais
Repost 0
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 14:19
9 juin 2016 : les retraités de Charente Maritime dans l'action
  • Alors que le gouvernement rabâche dans les médiasque maintenant «la relance est revenue», que «ça va mieux», la situation des retraité-e-s ne cesse de se dégrader.

  • Depuis maintenant plus de 30 mois, notre pouvoir d’achat diminue sous le double effet du quasi blocage des pensions et retraites complémentaires, et des mauvaises mesures fiscales.

 

9 juin 2016 : les retraités de Charente Maritime dans l'action
9 juin 2016 : les retraités de Charente Maritime dans l'action
9 juin 2016 : les retraités de Charente Maritime dans l'action

- Les points de rassemblement en Charente Maritime

9 juin 2016 : les retraités de Charente Maritime dans l'action

- L'appel unitaire départemental pour le 9 juin en version imprimable

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Social Initiatives publiques
commenter cet article
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 08:44
Projet de loi Travail :  le 14 JUIN les picto-charentais prennent PARIS !

Sources :  UD CGT Charente Maritime

- TOUS ENSEMBLE !

74% des français souhaitent le retrait du texte.

 

Depuis maintenant 3 mois, salariés, retraités, jeunes et privés d’emplois restent massivement mobilisés contre le projet de loi Travail/El KHOMRI.

Face à cette mobilisation d’ampleur, le gouvernement a choisi le déni de démocratie et le passage en force à coup de 49.3.

 

 

- LA GREVE : Solution pour obtenir le retrait !

Les différentes journées de grèves et de manifestations engagées ces dernières semaines, ont contraint le gouvernement à modifier son texte. Cependant, ce dernier reste régressif.

 

C’est pourquoi, la mobilisation doit se poursuivre !

 

D’ores et déjà, plusieurs secteurs professionnels, ont engagé, démocratiquement, avec les salariés en assemblée générale, un processus de grève reconductible illimité.

 

A partir de tous ces éléments, l’Union Départementale CGT de Charente-Maritime invite toutes ses structures et les salariés, à tenir des assemblées générales afin de généraliser la grève dans les entreprises et de préparer la grande journée de grève et de manifestation nationale à Paris le 14 Juin.

 

 

- Le 14 juin, on ne se déplace pas pour rien à Paris

Le 14 juin marque une nouvelle étape dans la mobilisation pour le retrait du projet de loi Travail Valls/EL-KHOMRi et un code du travail du 21ème siècle

 

La CGT considère que l'URGENCE EST A LA MOBILISATION et dans ce cadre l'UD CGT de Charente Maritime souhaite organiser un départ massif vers Paris pour la grande manifestation nationale.

 

Inscrivez-vous auprès de votre syndicat d'entreprise ou de l'UD CGT17 :

 

 

- L'appel départemental CGT pour le 14 juin en version imprimable

Projet de loi Travail :  le 14 JUIN les picto-charentais prennent PARIS !
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Initiatives publiques Social Politique
commenter cet article

Présentation

  • : blog INSOUMIS. INFORMER pour MOBILISER et AGIR ENSEMBLE
  • Contact

La France insoumise, L'AVENIR EN COMMUN

N'attendez pas la consigne !

Rejoignez la France insoumise  ICI

 

 

-

Programme de la France insoumise 2017 " L’avenir en commun "

 

 

  • Visitez ICI la page programme du site de la France insoumise
  • " L’avenir en commun " en version téléchargeable ICI

 

-

Le journal de la France insoumise 2017 :

 

- La chaîne télé de la France insoumise 2017 :

 

Pour vous abonner gratuitement, cliquez ICI

Recherche

Le blog de Cédric RUFFIÉ candidat de la France Insoumise aux législatives pour la 1ère cir. de Charente Maritime La Rochelle/Ré

 

Accéder au site : ICI

NON au Grand Marché Transatlantique

 

Tout sur le GMT : ICI

Le site du Parti de Gauche

 

Manifeste pour l'Ecosocialisme

Mouvement pour la 6e République

Des outils pour combattre le FN et l'idéologie d'extrême droite française