Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 08:03
26 mai&14 juin.... la Charente Maritime continue la lutte !

Communiqué commun

Amplifier la mobilisation, faire respecter la démocratie : retrait du projet de loi Travail

 

Les journées de mobilisation des 17 et 19 mai 2016 ont confirmé la détermination des salariés, des retraités, des jeunes, des privés d’emploi, pour le retrait du projet de loi Travail.

 

En Charente-Maritime, ces deux mobilisations à la Rochelle, Rochefort et Saintes ont rassemblé plus de 2000 manifestants.

 

La participation en hausse le 19 mai 2016 s’est traduite par diverses actions notamment des manifestations, le blocage des bus RTCR et du dépôt pétrolier de la Pallice.

 

Malgré tout, le gouvernement s’obstine à vouloir passer en force, refusant d’entendre la volonté des 71 % de la population qui s’exprime pour le retrait du projet.

 

C’est pourquoi la mobilisation doit se poursuivre et s’amplifier dans les jours prochains.

 

D’ores et déjà, les organisations syndicales départementales, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNL, UNEF appellent leurs structures locales à se rencontrer afin de faire du 26 mai 2016 une journée de grève et d’actions interprofessionnelles et à organiser des Assemblées Générales dans les entreprises, les établissements et les services.

 

Cette journée du 26 mai 2016 s’inscrit dans la préparation de la grève interprofessionnelle avec manifestation nationale à Paris le 14 juin 2016, début des débats au Sénat.

 

L’intersyndicale départementale se rencontrera pour organiser le déplacement massif le 14 juin 2016 à Paris.

 

Fait le 20 mai 2016

A la Rochelle

26 mai&14 juin.... la Charente Maritime continue la lutte !

 

- L'appel départemental unitaire 26 mai&14 juin en version imprimable

 

 

- L'appel national unitaire 26 mai&14 juin en version imprimable

 

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Initiatives publiques Social Politique
commenter cet article
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 08:32
Face au 49-3, insoumission générale

Sources : Le Parti de Gauche par Danielle Simonnet Coordinatrice du Parti de Gauche le 14 mai 2016

- Le 49-3 est tombé et l’adoption de la loi travail a donc été imposée sans débat lors de son passage en première lecture à l’Assemblée Nationale.

Ce 49-3 est l’arme brutale des faibles, obligés d’user des rouages les plus anti-démocratiques et autoritaristes de la 5ème République. Ce gouvernement est en effet plus qu’affaibli. Sans aucune majorité au Parlement, François Hollande et Manuel Valls ont préféré bâillonner les représentants du peuple que de reconnaître l’illégitimité du gouvernement à imposer un texte rejeté par plus de 70% de la population et contesté sans relâche par un mouvement social et citoyen déterminé depuis plus de 2 mois !

 

 

- Hélas, les 56 député-e-s de gauche opposé-e-s au texte de loi ont manqué de deux signatures pour déposer la motion de censure initiée par les parlementaires du Front de Gauche.

Ils ne furent que 14 pour utiliser l’ultime outil dont ils disposaient pour faire barrage à la loi et censurer le gouvernement : la motion de censure déposée par la droite. Si nous saluons la cohérence de ces 14 parlementaires, et de son initiateur André Chassaigne, nous déplorons l’inconsistance de l’opposition des autres. Comment considérer comme plus grave de voter une motion de censure de la droite que de laisser adopter une loi de droite ?

 

 

- De quoi ont-ils eu peur ?

De se voir censurer leur prochaine investiture parlementaire ? Ce sinistre épisode du 49-3 révèle la logique intrinsèque des institutions de la 5ème République : un régime plus proche de la monarchie présidentielle que du parlementarisme républicain. Un régime autoritaire de concentration des pouvoirs dans l’exécutif au mépris du Parlement, des représentants du peuple et de la délibération collective contradictoire. Un régime à la solde de la caste dominante et de ses intérêts contre le peuple, qui réduit ses partis à de vulgaires godillots, exécutants des basses oeuvres et l’ambition de ses élu-e-s à la seule préoccupation de leur propre réélection, quand un référendum révocatoire aurait dû les évincer de l’assemblée avant la fin de leur mandat.

 

Et dans ce régime oligarchique, son premier valet Manuel Valls n’a pas hésité à revenir sur un des maigres engagements pris en réponse à la mobilisation de la jeunesse et des salariés : la surtaxation des CDD n’aura pas lieu via la loi travail. Le MEDEF n’en voulait pas, Valls l’a retiré de la loi et renvoyé à la négociation des “partenaires sociaux” dans laquelle le MEDEF pourra opposer son véto…

 

 

- Mais rien n’est fini : le texte de loi doit dorénavant passer par le Sénat puis de nouveau à l’Assemblée Nationale

D'ailleurs le gouvernement n’ yaura toujours pas de majorité.

N’oublions pas que le CPE fut retiré après avoir été adopté par le 49-3. La loi travail peut donc être battue soit par une nouvelle motion de censure au Sénat ou à l’Assemblée, soit par la censure du mouvement social et citoyen dans la rue. Si le gouvernement veut jouer la montre et étirer ce calendrier pour exploiter la coupe d’Europe de football et le début des grandes vacances pour enrayer la mobilisation, sachons au contraire la construire et l’amplifier sans relâche. Loin de l’essouffler, la mise sous haute tension du système par un autoritarisme à coup de 49-3 et une mise en scène de violences et de répression policière pourrait bien au contraire accroître la mobilisation comme elle accroît de fait la colère.

 

 

- Les semaines à venir vont être décisives.

D’ores et déjà, deux journées de grève sont appelées les mardi 17 et jeudi 19 mai contre la loi, et des grèves sectorielles sont prévues notamment à EDF, à la SNCF, chez les routiers. Plus que jamais, la convergence des luttes doit être suscitée et encouragée, à l’instar des mobilisations des intermittents, chômeurs et précaires qui ont occupé à Paris le jour de la manifestation du 12 mai le siège de l’autorité des marchés financiers puis l’école des Beaux arts. A l’instar des mobilisations des Nuits Debout qui partout en France se recentrent sur la loi travail et la convergence des luttes locales et nationales.

 

 

- Quelle que soit l’issue de la bataille, cette mobilisation est en train de fédérer le peuple dans sa conscience sociale et politique.

Dans un tel contexte, le défilé des insoumis du 5 juin doit jouer un double rôle bien particulier : contribuer à renforcer la détermination pour le retrait de la loi travail et construire, avec la candidature de Jean-Luc Mélenchon, l’espoir de l’insoumission générale pour 2017.

 

Face au 49-3, insoumission générale
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Social Politique PCF
commenter cet article
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 08:24
Crédit Photo:  Barrage routier lors de la grève générale du 13 avril 2016. DR

Crédit Photo: Barrage routier lors de la grève générale du 13 avril 2016. DR

Sources :   Le NPA  par Jacques Chastaing[1]

La domination française sur les Comores ne s’est pas imposée sans engendrer de nombreuses révoltes. A Mayotte, il y a eu en 1856 un soulèvement des travailleurs des plantations, et des mouvements de résistance spectaculaires ont traversé les trois autres îles, notamment à Anjouan en 1891, avec une véritable révolution des paysans pauvres et des esclaves.

 

En 1968,  la France concédait aux Comores une autonomie interne, tout en réveillant les rivalités entre les îles. Puis Paris poussa un riche d’Anjouan, Ahmed Abdallah, à diriger le pays. Mais à Mayotte, une partie de la population féminine d’origine malgache, moins islamisée et avec des traditions matriarcales, craignait de voir ses droits réduits. Les « mamies chatouilleuses » s’élevèrent alors contre une indépendance qu’elles craignaient anjouane et islamique.

 

Lors du référendum de 1974 sur l’indépendance, les Comoriens se prononcèrent à 95 % pour l’indépendance, mais les Mahorais votèrent contre à 63 %. En 1975, les Nation unies et l’Organisation de l’unité africaine réaffirmèrent « la nécessité de respecter l’unité et l’intégrité territoriale de l’archipel des Comores». Mais la France exigea que la nouvelle constitution soit approuvée île par île. Elle fut rejeté à Mayotte, cependant qu’Ahmed Abdallah proclamait l’indépendance. Moins d’un mois plus tard, il était renversé par un mercenaire français, Bob Denard. Puis le nouveau gouvernement fut à nouveau renversé en 1978 par le même Denard (parfois soutenu par la France et parfois non, qui récidivera encore en 1995). Les Comores, baptisées « République islamique », se trouvaient de fait sous le contrôle des mercenaires français. En 1976, ne voulant pas retrouver le chaos comorien, les Mahorais exprimèrent à nouveau par référendum, à 99 %, leur volonté de rester français.

 

En 1996, Mohéli et Anjouan se séparaient de la Grande Comore, demandaient leur rattachement à la France – qui refusait – et proclamaient alors leur indépendance propre en 1997. L’Union africaine, rejetant toute modification des frontières coloniales, organisa un blocus d’Anjouan dont de nombreux habitants fuirent alors vers Mayotte. Après bien des péripéties, en 2001, la Grande Comore, Mohéli et Anjouan se réunirent dans une République fédérale, non sans coups de force fréquents et même l’invasion d’Anjouan, en 2008, par des troupes africaines venues renverser un gouverneur qui avait proclamé l’indépendance. Soit 23 coups d’Etat en tout depuis 1975, le dernier en 2013, avec encore des émeutes en avril 2016 à Anjouan.

 

Le 31 mars 2011, Mayotte est devenue un département français d’outre-mer après que les Mahorais aient voté pour cette solution à une écrasante majorité dans le référendum de 2009.

 

En 1946, La Réunion, la Guyane, la Guadeloupe et la Martinique étaient devenues juridiquement des départements français. Cependant les  protections sociales y restaient inexistantes ; les maladies, la malnutrition, la misère y régnaient. A partir de la grande grève de 1953, chaque avancée vers « l’égalité réelle » fut gagnée par des luttes, souvent sanglantes, avant d’atteindre une presque égalité – malgré encore bien des séquelles tenaces du colonialisme. Un processus de même type s’est enclenché à Mayotte à partir de 1993.

 

Après la grève des lycéens de 1984 pour de meilleures conditions d’éducation, ce fut la grève générale de 1993 pour une hausse du salaire minimum ; puis un mois de grève en 2003 contre la réforme des retraites, mais aussi pour l’avenir de l’école ; en 2007, une grève de quatre mois des instituteurs pour ne pas restés bloqués dans une fonction publique au rabais ; en 2008, une grève illimitée dans la santé pour l’intégration dans la fonction publique ; en 2009, des manifestations contre la hausse du coût de la vie à Petite-Terre (la plus petite île de Mayotte) ; en 2011, quatre semaines de grève générale contre la vie chère. A chaque fois, avec de violents affrontements. Enfin, en octobre-novembre 2015 a débuté une nouvelle lutte pour « l’égalité réelle et la justice », pour l’application immédiate et intégrale à Mayotte du Code du travail et des conventions collectives de la métropole, l’alignement immédiat des pensions et prestations sociales au niveau de la métropole.

 

Un moment interrompu, le mouvement a redémarré les 30 et 31 mars 2016, en même temps qu’en France ou à la Réunion contre la loi El Khomri, toujours pour « l’égalité réelle » mais aussi contre la loi travail. Le 16 avril, dans un climat d’affrontements entre jeunes et gendarmes et de grosse pression médiatique contre les « violences », le mouvement a été suspendu par l’intersyndicale, malgré l’opposition de la base ; les avantages des fonctionnaires expatriés sont maintenus mais pour les autres, il n’y a que des promesses et un agenda de négociations : « rien », disait la majorité des grévistes.

 

Comme rien n’est réglé et au vu des luttes passées, on peut être sûr que le 16 avril 2016 n’est pas la fin d’une lutte mais seulement une étape dans un mouvement qui se cherche une direction – dans les deux sens du terme –, entre une mobilisation commune pour « l’égalité réelle » restant dirigée par les notables et un combat de classe où « l’égalité réelle » serait définie par les plus pauvres et la lutte dirigée par ces derniers.

 

 

- Une tumultueuse terre de culture et d’histoire

Située dans l’archipel des Comores qui comporte quatre îles principales (Mayotte, Anjouan, Mohéli et Grande Comore), entre l’Afrique et Madagascar, Mayotte est elle-même constituée de deux îles. Sa population est officiellement d’un peu plus de 220 000 habitants. Vieille terre de culture et d’histoire, c’est un carrefour de civilisations, au croisement des cultures malayo-polynésienne d’Indonésie, africaine – bantoue et swahili –, malgache, arabe et française.

 

La majorité de la population parle une langue d’origine africaine, le shimaoré ; un tiers ou plus parle un ou des dialectes malgaches, dont le shibouski. A côté d’une écriture comorienne réservée aux  textes religieux ou littéraires, l’arabe a été longtemps la seule langue écrite pour l’administration ; le shimaoré comporte ainsi une syntaxe et de nombreux mots arabes. Enfin, le français, qui demeure une langue d’importation, est aujourd’hui utilisé à l’école et dans l’administration, sans qu’il existe une langue créole.

 

Jusqu’aux années 1990, la population a toujours eu l’habitude de se déplacer sans restrictions d’une île à l’autre dans des Comores qui ont une forte unité linguistique, culturelle et historique. Aujourd’hui, bien des familles se retrouvent divisées entre les différentes îles.

 

La majorité des habitants est musulmane sunnite, shaféite et confrérique : un islam très tolérant. Une partie de la population est animiste et de tradition matriarcale polyandre ou polygame. Il n’y a pas de femmes voilées à Mayotte. Le droit islamique, en perdition, est du ressort de 22 « cadis » salariés par le conseil général. L’école coranique encore présente s’efface peu à peu. La polygamie est en voie de disparition chez les nouvelles générations nées après 1985, où elle est interdite.

 

Les Comores ont longtemps été un des pivots du trafic négrier. Les sultans comoriens allaient chercher des esclaves sur la côte africaine, avant de les revendre à des européens ou des arabes, à destination surtout du Proche-Orient. Le sultan qui régnait sur Mayotte, vassal de son voisin d’Anjouan (les Comores étaient en voie d’unification sous l’autorité de l’Etat d’Anjouan) mais en conflit avec lui, appela la France à son secours en 1841 et lui vendit l’île.

 

L’archipel devint protectorat français en 1887, sauf  Mayotte qui resta colonie. L’esclavage y fut aboli en 1848 alors qu’il ne l’était pas dans les sultanats des Comores sous protectorat. Mayotte fut plus imprégnée par la présence française que les trois autres îles, avec une administration d’expatriés et des colons venus de La Réunion, sans qu’apparaisse pour autant une société créole. Après la fin du trafic négrier, les Comores surpeuplées, sans ressources, éloignées des grandes routes maritimes, n’intéressèrent plus guère l’administration coloniale française. 

 

La production agricole ou aquacole est aujourd’hui vivrière à 60 % ; les exportations, vanille,  parfum dérivé de l’ylang-ylang, sont faibles ; l’économie, de type colonial, vit de la commande publique et de la consommation privée autour du BTP et du commerce.

 

Mais tout pourrait changer avec l’exploitation pétrolière sur la zone des « îles éparses ». C’est ce qu’espèrent les notables qui poussent pour cela à la transformation de l’île en zone franche, sans taxes pour les patrons et sans droits pour les travailleurs, avec peut-être, à partir de là, l’idée de l’indépendance.

 

 

- Luttes sociales et question migratoire

En 1993, une importante grève générale pour l’augmentation du salaire minimum fit peur aux  leaders politiques mahorais qui agitèrent alors le chiffon rouge de l’immigration, devenue l’explication de tous les maux. Ils réclamèrent la mise en place d’un visa entre Mayotte et les autres îles. En 1995, Balladur l’instaura pour tout Comorien souhaitant se rendre à Mayotte. Un trajet devenu depuis très difficile, même si la progression – même relative – du niveau de vie à Mayotte et la crise sécessionniste de 1997 à Mohéli et surtout Anjouan ont conduit à une multiplication des départs. Selon les autorités comoriennes, on compte 20 000 morts de 1995 à 2015 pour la traversée maritime du « canal de la mort ».

 

La population de Mayotte est passée de 40 000 habitants en 1975 à officiellement 220 000 en 2016 – mais probablement 350 000, si ce n’est 500 000. Les migrants clandestins, qui selon la législation internationale sont à Mayotte dans leur pays, représentent désormais presque la moitié de la population. En 2005 Sarkozy, en pleine période « kärcher », a déclenché une chasse aux sans-papiers à Mayotte, avec 13 253 expulsions en 2006. Le chiffre n’a fait qu’augmenter depuis. De plus, beaucoup de migrants arrivés avant 1995 n’ont jamais demandé de titre de séjour puisqu’il n’y en avait pas besoin et sont donc aujourd’hui « sans papiers ». Tout le monde héberge des clandestins qui travaillent, cultivent les terres, etc.

 

Les plus grands bidonvilles de l’Etat français ont alors surgi, sans eau ni électricité, avec le règne des maladies et de la malnutrition, des bandes d’enfants abandonnés, d’autant que l’Etat français se met à chasser les Mahorais des bandes côtières où ils habitent majoritairement, sous prétexte de protection du littoral.

 

Mayotte est ainsi devenue une des pires sociétés coloniales. La moitié des Mahorais vit avec moins de 348 euros par mois, 82 % de la population se trouve sous le seuil officiel de pauvreté, avec le coût de la vie le plus élevé de tous les territoires français. Le taux de chômage est de 20 % (46,5 % pour les jeunes), sans compter les clandestins ; le taux d’illettrisme bat des records ; les services publics sont insuffisants et dégradés – tout cela, sur un territoire où 50 % de la population a moins de 20 ans.

 

Face à cette situation explosive, les autorités et les partis qui ont suscité à partir de 1993 la peur du migrant, la cultivent en mettant en avant la délinquance, comme dérivatif social et pour séparer blancs et noirs. Aussi voit-on  souvent des Mahorais qui réclament le renvoi des sans-papiers. Mais bien des manifestants hébergent eux-mêmes des clandestins. Ainsi se créent des milices (de mamans) de protection des villages, dont la lutte contre l’insécurité évolue souvent vers une mobilisation pour plus d’écoles, d’hôpitaux, de MJC, de restaurants populaires pour les enfants pauvres, etc.

 

Note :

[1] Jacques Chastaing, militant du NPA à Mulhouse

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Social Politique Analyse
commenter cet article
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 08:20
17&19 Mai en Charente Maritime : TOUS DEBOUT face au 49-3 !
17&19 Mai en Charente Maritime : TOUS DEBOUT face au 49-3 !

- Qui sème le mépris, récolte la colère :

Alors que l’opinion, les jeunes, les salariés, les privés d’emploi, les retraités restent massivement opposés au projet de loi travail, le gouvernement décide de passer en force en utilisant l’article 49.3.

 

C’EST INTOLÉRABLE !

 

Les mobilisations déjà engagées ces dernières semaines ont contraint le gouvernement à modifier son texte.

 

Cependant, ce dernier reste régressif. C’est pourquoi, la mobilisation doit désormais être amplifiée pour obtenir son retrait définitif.

 

D’ores et déjà, dans plusieurs secteurs professionnels, des appels à la grève et à sa reconduction ont été lancés à travers des assemblées générales.

 

A partir de tous ces éléments, les organisations syndicales départementales CGT, FO, FSU, US Solidaires, et les organisations syndicales de jeunesse UNEF et UNL appellent le mardi 17 mai et le jeudi 19 mai, les jeunes, les salariés, les privés d’emploi, les retraités, à rejoindre le mouvement de grève et de manifestations.

 

 

- POUR le retrait du projet de loi travail et POUR l’obtention de nouveaux droits 2 dates pour AGIR ENSEMBLE !

 

Le MARDI 17 MAI

 

17&19 Mai en Charente Maritime : TOUS DEBOUT face au 49-3 !
Le JEUDI 19 MAI
17&19 Mai en Charente Maritime : TOUS DEBOUT face au 49-3 !

- L'appel unitaire des 12 et 19 Mai en version imprimable

Pour en savoir plus :

- Mon dossier Loi Khomri/Valls

17&19 Mai en Charente Maritime : TOUS DEBOUT face au 49-3 !
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Social Politique Initiatives publiques
commenter cet article
13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 08:01
Le Parti de Gauche propose une alternative à la Loi Travail et à son monde

Nous exigeons le retrait de la Loi El Khomri, qui va pourrir nos vies. Elle obéit aux exigences de Bruxelles et des traités européens en appliquant la politique de l’offre : baisse du «coût du travail», flexibilisation du marché du travail… Comme les autres lois du même genre adoptées depuis 30 ans, elle ne créera aucun emploi et augmentera la précarité.

A l’inverse, nous portons une alternative radicale et concrète, pour en finir avec le chômage, la misère et la précarité. Notre vie, notre travail, notre créativité valent mieux que ce qu’impose le système actuel.

En finir avec le chômage et la précarité, nous, on peut !

 

Sources :  Le Parti de Gauche par Paul Deboutin et Elyse Lethuillier le 6 mai 2016

- Des salaires décents pour relancer l’activité

Si un patron embauche un salarié, ce n’est pas parce qu’il ne coûte pas cher, mais parce qu’il a quelque chose à produire. C’est la demande qui crée de l’emploi, en stimulant le carnet de commande.

 

  • Pour relancer la demande, il faut garantir à tou-te-s un niveau de vie décent : augmenter le SMIC à 1.700€ brut, mais aussi augmenter le salaire des fonctionnaires pour rattraper le pouvoir d’achat perdu en 5 ans de gel du point d’indice, et augmenter le montant des indemnités chômage et la durée d’indemnisation ainsi que le RSA : aucun des minima sociaux ne devrait être inférieur au SMIC. Cela remplira le carnet de commande des entreprises, entraînant la création de 240 000 emplois.
  • Assurons aussi à tou-te-s des emplois stables : pour lutter contre la précarité, nous titulariserons les milliers de précaires de la fonction publique, nous encadrerons strictement le recours aux contrats courts et précaires (pas plus de 5% de CDD dans les effectifs d’une entreprises, 10% dans les PME et selon les secteurs) aux stages (pas plus de 6 mois, rémunération d’au moins 50% du SMIC) et le recours à la sous-traitance ne devra qu’être exceptionnel et justifié.
  • Nous renforcerons les effectifs et les missions de l’inspection du travail pour garantir les droits des salarié-e-s dans l’entreprise : égalité salariale femmes/hommes plus fortement encadrée, lutte contre les discriminations par l’instauration d’une loi sur les CV anonymes, etc. Face au développement des nouvelles formes de l’économie via le numérique, un encadrement très strict sera opéré pour empêcher le développement du recours aux contrats d’auto-entrepreneurs.
  • Un salaire maximum sera instauré : dans une entreprise, le plus haut salaire ne pourra être plus de 20 fois supérieur au plus bas. Si les dirigeants veulent s’augmenter, ils devront également augmenter leurs salariés. A cela s’ajoutera un revenu maximum de 300 000€ par an, pour permettre à l’argent de circuler dans l’économie réelle plutôt que de s’accumuler (taxation à 100% au-delà de 300.000€/an).

 

 

- L’investissement public pour stimuler l’activité

Plutôt que de tailler dans la dépense publique, l’investissement public doit être largement utilisé afin de stimuler l’activité économique. Son utilisation à la fois massive et ciblée permettra de réorienter la production vers les besoins réels de la population et de planifier la transition écologique pour répondre à l’urgence qui menace notre écosystème. L’investissement public participera ainsi au financement de grands projets dans plusieurs secteurs économiques, comme :

  • la construction de 200 000 logements par an, principalement dans l’habitat social (création de 100 000 emplois) ;
  • la création de 100 000 nouvelles places en crèche ;
  • la mise en place d’un nouveau modèle agricole, tourné vers une agriculture paysanne, biologique et de proximité (création de 300 000 emplois selon la Confédération paysanne) ;
  • le soutien à l’économie sociale et solidaire pour combler les 150 000 postes vacants ;
  • la transition énergétique : développement des énergies renouvelables, isolation énergétique des bâtiments, sobriété (création de 600 000 emplois selon le scénario Négawatt) ;
  • l’économie de la mer (production de plastiques à base d’algues, hydroliennes…)

 

 

- Le renforcement des services publics pour créer du travail

Sarkozy et Hollande ont fracassé les services publics. Il est impératif de revenir sur les 190 000 suppressions de postes opérées depuis 2007 !

 

Au-delà, les besoins sont énormes. De nombreux secteurs manquent de moyens humains pour assurer un service public de qualité dans de bonnes conditions de travail. Nous voulons créer 1 million d’emplois publics, avec un recrutement progressif et une formation de qualité. Ces nouveaux postes viendront renforcer les écoles, les universités, les hôpitaux, les crèches, la police, la défense, la justice, les services sociaux, les douanes et les services fiscaux.

 

Le gouvernement a augmenté de plus de 30 milliards par an de cadeaux aux entreprises et actionnaires du CAC40 via le CICE et le Pacte de responsabilité, sans aucune exigence de création d’emploi et sans aucun résultat. A titre de comparaison, cela correspond à plus d’1,5 millions de SMIC annuels bruts : il serait bien plus efficace de financer directement 1 million d’emplois publics !

 

 

- Avec le protectionnisme, reconstruire un appareil de production national

Avec la libéralisation de l’économie, la compétition exacerbée et le dumping social et fiscal ont ravagé l’appareil productif français. Les délocalisations sont responsables, selon l’Insee, de 36 000 destructions d’emplois par an entre 2000 et 2005, et de 60 000 par an depuis la crise de 2008.

 

Il faut remettre de l’ordre dans ce chaos. Le protectionnisme commercial (quotas, droits de douane…) permettra de réorienter la consommation vers des produits fabriqués localement. La mise en place de normes sociales et écologiques valorisera les produits sains et de haute qualité.

 

Le protectionnisme a également un rôle à jouer dans la définanciarisation de l’économie (contrôle des mouvements de capitaux…). Celle-ci permettra à l’argent d’être réinvesti dans l’économie réelle, tout en réduisant la pression concurrentielle qui étouffe les PME-TPE.

 

 

- Partager le travail pour vivre mieux !

Depuis Balladur, les exonérations de cotisations sociales sont utilisées pour baisser le “coût” du travail. Elles représentent un coût cumulé de 300 milliards € selon la Cour des Comptes, sans impact positif réel pour l’emploi. Il est temps d’arrêter cette gabegie d’argent public.

 

Il faut plutôt partager le temps de travail, qui est aujourd’hui inégalitaire : 80% des temps partiel concernent des femmes. De plus, les 35 heures ne sont pas réellement appliquées: il y a de nombreuses dérogations possibles, régulièrement étendues depuis 2002. De ce fait, la durée moyenne de travail des salariés à temps plein est de 39,5 heures. Nous généraliserons les 35 heures dans des conditions favorables aux salariés, c’est-à-dire sans créer de surcharge de travail.

 

Puis, nous devrons aller vers les 32 heures et la semaine de 4 jours, en conditionnant les aides aux entreprises à des créations réelles de postes. Il sera indispensable d’augmenter en parallèle le pouvoir des salariés dans l’entreprise pour que la baisse du temps de travail ne conduise pas à une flexibilisation de l’emploi ni à une intensification du travail individuel. Pas de partage du travail sans démocratie dans l’entreprise !

 

Plus globalement, la place de l’emploi dans nos vies doit être revue pour penser l’émancipation individuelle et collective. Plaçons au coeur du débat la reconquête du temps libre, avec une 6ème semaine de congés payés, la retraite à 60 ans, ou encore une allocation d’autonomie pour les jeunes en étude ou en formation. C’est garantir à chacun-e d’entre nous un temps personnel réel. C’est aussi valoriser d’autres activités et d’autres formes de travail que l’emploi comme, par exemple, les divers engagements citoyens (associatif, syndical, politique…).

 

Pour en savoir plus :

- Mon dossier Loi Khomri/Valls

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Social Politique
commenter cet article
12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 08:27
Code du travail : le Parti socialiste m'a tuer

Pour la 4e fois, le pouvoir socialiste dégaine l'article 49-3 de la Constitution monarchique régissant la 5e République française. C'est à dire que sans débat au Parlement, il fait feu pour passer en force la destruction du Code du travail.

 

Sources :  le blog de Roger Colombier le 11 mai 2016 | mis à jour le 12 mai 2016

Lorsqu'ils ne sont pas aux affaires -au propre comme au figuré-, les socialistes parlent d'atteinte à la démocratie quand la droite fait fonctionner le 49-3. Mais le graphique ci-contre montre que la social-démocratie française au gouvernement gère pareillement les affaires du capitalisme français, avec les premier ministres qui en ont usé.

 

Code du travail: le Parti socialiste m'a tuer

A l'heure où j'écris ces lignes, nulle défection parmi les encartés rue à Paris, alors que plus de 70% des Français sont opposés à la loi El Khomri.

 

Les députés Fg trouveront-ils 58 députés pour déposer une motion de censure ? Rien n'est moins sûr, tant le groupe que dirige le député Pcf André Chassaigne n'est pas homogène. Et puis, il faut trouver des députés socialistes et écologistes voulant censurer le parti de l'Elysée qui les fait bien vivre.[1]

 

De plus, avec l'arme anti-démocratique de l'article 49-3 de la Constitution, les députés de l'Elysée n'ont plus à voter pour ou contre la loi réactionnaire El Khomri. Et cela en arrange beaucoup.

 

Dans la politique politicienne, summun entre autre de l'hypocrisie, même si un pouvoir prive la représentation nationale de son rôle majeur de législateur, des députés godillots restent jusqu'au bout des députés godillots. CQFD.

 

 

- Communiqué de la CGT :

 

Loi Travail et 49-3 : Le gouvernement affiche sa conception de la démocratie !

 

Depuis maintenant près de trois mois, une mobilisation exceptionnelle a pris racine en France pour combattre le projet de loi Travail et porter l’exigence de nouveaux droits sociaux pour les salariés.

 

Quelle est la réponse du gouvernement ? Le passage en force !

 

Ce projet de loi ne figurait pas dans le programme du candidat Hollande.

 

L’utilisation du 49-3 pour faire adopter une loi rejetée par plus de 70% de la population est inadmissible, une véritable honte ! Cette décision ne vient que s’ajouter à un processus antidémocratique depuis le début. Faut-il rappeler la non consultation des organisations syndicales avant l’écriture du texte, les rencontres éclair avec la Ministre du travail, le blocage des votes à l’Assemblée nationale ?

 

Les salariés sont méprisés, les citoyens bafoués et leurs représentants ignorés.

 

La CGT condamne ce déni de démocratie et la brutalité affichée par le gouvernement.

 

Elle poursuivra et amplifiera la mobilisation et appelle tous les salariés à s’inscrire dans le mouvement, se réunir en assemblées générales pour décider ensemble la poursuite de la mobilisation jusqu’au retrait et pour un code du travail du XXIème siècle.

 

Plus que jamais, l’urgence est à la mobilisation.

 

Montreuil, le 10 mai 2016

 

Note :

[1] Les députés FdG n'ont pas trouvé 58 députés pour déposer une motion de censure

Voir ci-dessous la liste des 56 signataires (sur 58 nécessaires) de la "motion de censure" initiée par les 13 députés Front de Gauche.
Ne reste plus qu'à voter la motion de la droite pour faire échec au projet de loi porté par la ministre du Travail Myriam El Khomri... ce que feront les députés Front de Gauche !
Mais les "frondeurs" du PS et les élus EELV ont d'ores et dèja annoncé qu'ils ne le feront pas !
Seul aspect positif, les "frondeurs" d'opérette et autres EELV ont définitivement tué les "primaires de la gauche" ! L'heure de vérité a sonné pour eux.. ! Quand on est de gauche on s'oppose jusqu'au bout au recul social !

Code du travail : le Parti socialiste m'a tuer
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Social Politique
commenter cet article
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 08:32
12 mai : poursuivons l'action unitaire en Charente Maritime

Communiqué commun en Charente Maritime
Appel aux manifestations le 12 mai 2016


- Renforcer le rapport de force pour gagner le retrait du projet de loi travail.
Nous sommes dans une étape importante du mouvement marqué par un processus unitaire qu’il faut conserver malgré les tentatives de division les actes de répression commandités par le gouvernement, les campagnes médiatiques menées contre nos organisation et la stigmatisation « d’actes de violence » n’ont pas détourné l’attention des salariés.

 

Au contraire, le mouvement social en cours a permis de renforcer l’hostilité contre le projet de loi dans l’opinion publique.


Le 12 mai 2016 reprendra le débat parlementaire prévu pour se poursuivre pendant plusieurs semaines.


 

Les organisations syndicales départementales CGT, FO, US Solidaires, FSU et les organisations syndicales de Jeunesse, UNEF, UNL appellent à une mobilisation le 12 mai 2016 :

  • À la Rochelle à 14h30 Place de la Motte Rouge, suivie d’une manifestation
  • À Saintes à 17 h devant la permanence de la députée Catherine Quéré

 

L’heure est à la tenue d’assemblée générale dans les entreprises, établissements et services pour mettre en discussion la poursuite de la mobilisation y compris par la grève jusqu’au retrait du projet de loi Travail El Khomri.
 

La Rochelle, le 10 mai 2016

 

Pour en savoir plus :

- Mon dossier Loi Khomri/Valls

- Loi travail, interpellez votre député(e) !

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Social Politique Initiatives publiques
commenter cet article
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 08:43
Bernard Thibault : La troisième guerre mondiale est sociale

- Résumé

Le travail et les règles qui l’organisent sont au cœur des débats. Faut-il assouplir la loi pour s’adapter aux contraintes du marché ? Faut-il, au contraire, faire progresser les droits sociaux et soumettre le marché au respect des normes qui assurent à tous un travail décent ?

 

Dans son livre "La troisième guerre mondiale est sociale", Bernard Thibault[1], secrétaire général de la CGT de 1999 à 2013 et administrateur de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), affirme la « primauté des aspects humains et sociaux sur les considérations économiques et financières ». Truffé d’informations sur l’état social du monde, ce livre propose que le respect des normes sociales de l’OIT conditionne les accords internationaux et s’impose aux multinationales et aux États. Ces normes peuvent devenir un levier pour faire progresser les droits sociaux en France et dans le monde.

 

A quelques jours du troisième anniversaire de la catastrophe du Rana Plaza qui avait fait plus de 1100 victimes parmi les ouvriers et ouvrières du textile le 24 avril 2013 au Bangladesh, la lecture de ce livre incite à sortir du repli nationaliste et à construire une mondialisation qui donne la primauté aux droits humains sur le défilé ininterrompu des cours des bourses mondiales.

 

Dans cet ouvrage, Bernard Thibault dénonce ce culte du moindre coût qui sacrifie les salariés du monde sur l’autel de la concurrence. Contrairement au sentiment largement répandu, la solution à cette dérive n’est pas le repli sur soi nationaliste mais la promotion de l’égalité des êtres humains par l’adoption dans les divers pays du monde de normes protectrices tant du point de la rémunération par un salaire décent qu’en termes de conditions du travail.

 

- Par : Bernard Thibault

Éditions : Editions de l’Atelier

Pages : 224

Parution : 15 avril 2016

Disponibilité : en librairie ou chez l'éditeur Editions de l’Atelier
Prix TTC : 15 €

 

Note

[1] Il a écrit ce livre avec le concours de Pierre Coutaz.

 

Pour en savoir plus :

- Bernard Thibault : « La précarité sociale est à la source de nombreux conflits dans le monde »

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Choix de lecture - Culture Social
commenter cet article
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 08:44
12 mai : nouvelle journée d'actions et de manifestations contre la Loi Travail

Faisons du 12 mai une journée d’initiatives et d’interpellations des parlementaires.

 

Communiqué commun CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL et FIDL

 

Les organisations syndicales de salarié-es, lycéen-nes et étudiant-es, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL FIDL réunies le 2 mai 2016 réaffirment leur détermination à obtenir le retrait du projet de loi travail et à gagner de nouveaux droits.

 

Elles rappellent une fois encore que manifester est un droit et que les pouvoirs publics doivent garantir la sécurité des manifestants dont l’objectif est d’obtenir le retrait du projet de loi. Elles contestent la stratégie du maintien de l’ordre mise en place dans certains départements.

 

Les organisations signataires en appellent encore au gouvernement avant l’ouverture du débat parlementaire.

 

Elles interpellent les députés qui vont examiner le projet dès le 3 mai en leur rappelant leur courrier du 31 mars 2016 et les exhortent à rejeter ce projet de loi qui accentue la précarité, marque la remise en cause des conventions collectives, ruine les garanties collectives. Elles exigent le maintien de la hiérarchie des normes et du principe de faveur protecteur des droits des salarié-es.

 

Ce 3 mai, elles s’exprimeront publiquement lors de meetings, notamment à Paris pour rappeler aux parlementaires leurs revendications. Elles tiendront des rassemblements sur tout le territoire pour parler d’une seule et même voix.

 

Elles demandent aux salarié-es dans les entreprises et les administrations de multiplier les assemblées générales pour débattre de l’amplification de la mobilisation, y compris par la grève, pour obtenir le retrait du projet de loi.

 

Elles demandent à leurs organisations régionales, départementales et locales de poursuivre les actions, manifestations ou grève pour faire pression pendant le débat parlementaire.

 

Elles conviennent de faire du 12 mai une journée d’initiatives et d’interpellations des parlementaires.

 

Une nouvelle réunion des organisations syndicales se tiendra dès le début de la semaine prochaine pour décider de nouvelles mobilisations.

 

Paris, le 2 mai 2016

 

Pour en savoir plus :

- Mon dossier Loi Khomri/Valls

- Loi travail, interpellez votre député(e) !

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Social Politique
commenter cet article
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 21:51
Loi travail, interpellez votre député(e) !

Le projet de loi travail, contre lequel la pétition (Loitravailnonmerci) a recueilli plus d’un million de signatures. Mardi 3 mai débute le débat à l'Assemblée Nationale débute, et, dans les semaines qui viennent, les élu-e-s vont être amenés à voter sur le texte de loi.

 

Prenez quelques minutes pour interpeller votre député(e) !

 

 

- Des outils pour agir :

  • Une plateforme est à votre disposition sur internet vous permettant de contacter votre député par mail ou sur Twitter pour lui demander de voter contre la loi travail.
  • La possibilité d’appeler également les parlementaires directement à leur permanence au 01.40.63.60.00 sera activée.

 

- A vous de jouer !
Vous trouverez ci dessous les liens vers :
- Un tutoriel pour appeler les parlementaires ICI ;
- Un document avec quelques arguments pour convaincre les député.e.s ICI ;

  • Toutes les coordonnées des député.e.s, par département, sont disponibles ICI

 

Les député-e-s ont été élu-e-s en 2012 pour mettre en oeuvre un programme politique dans lequel il n’y avait aucune trace d’un allongement du temps de travail ou d’une facilitation des licenciements. Nous leur demandons de respecter notre vote en votant contre la Loi travail.

 

Les prochaines élections sont dans 1 an. Nous nous souviendrons de leur vote en 2017.

Loi travail, interpellez votre député(e) !
Loi travail, interpellez votre député(e) !
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Social Politique
commenter cet article
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 08:00
1er Mai unitaire en Charente Maritime pour le retrait du "projet de loi travail" !

Les nombreuses initiatives, grèves, manifestations et rassemblements qui se sont multipliés depuis le 9 mars renforcent la détermination des organisations syndicales de salariés, de lycéens et d’étudiants à obtenir le retrait du projet de loi travail et gagner de nouveaux droits pour les salariés.

 

Le mouvement est majoritaire dans l’opinion. Le gouvernement doit enfin entendre ces revendications et cesser de répondre aux exigences du patronat.

 

 

- Gagner le retrait du projet de loi travail est possible !

La grève et les manifestations dès 28 avril et 1er mai seront un moyen supplémentaire pour avancer vers cet objectif.

 

La tenue d’assemblées générales dans les entreprises, les services, les lieux d’étude pour débattre de la grève, de son ancrage dans la durée, des modalités d’action doit permettre d’aller plus loin jusqu’au retrait de la loi et l’obtention de nouvelles garanties collectives porteuses de progrès social.

 

Des luttes et mobilisations se développent et se construisent dans de nombreux secteurs autour des questions de conditions de travail et d’études, de salaires et de précarité... Elles doivent être entendues.

 

 

- Le 3 mai va s’ouvrir le débat parlementaire, qui se poursuivra pendant plusieurs semaines.

Les organisations syndicales appellent à faire de cette journée un nouveau temps fort de mobilisation et d’initiatives.

 

Ce 3 mai les organisations syndicales prendront la parole publiquement pour exiger des parlementaires réunis à l’Assemblée nationale le rejet du projet de loi et faire entendre leurs revendications.

 

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU appellent  les salariés, les privés d’emploi, les retraités les étudiants, les lycéens à participer massivement aux manifestations du 1er mai en Charente Maritime

1er Mai unitaire en Charente Maritime pour le retrait du "projet de loi travail" !

- L'appel unitaire du 1er Mai en version imprimable

 

Pour en savoir plus :

- Mon dossier Loi Khomri/Valls

1er Mai unitaire en Charente Maritime pour le retrait du "projet de loi travail" !
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Social Initiatives publiques Loi Khomri-Valls
commenter cet article
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 08:25
Les 80 ans du Front Populaire… Et maintenant ?

Pascal Bavencove est syndicaliste, ancien dirigeant de l’Union départementale de la CGT du Nord, et auteur d’ouvrages sur le mouvement social publiés aux éditions Geai Bleu. Fin connaisseur de l’Histoire sociale et syndicale, il revient pour Le Bilan sur le contexte et les victoires du mouvement ouvrier sous le Front Populaire, à l’occasion des 80 ans de ce dernier. Il évoque notamment le travail qu’a été celui de la CGT dans les années précédant 1936, sous sa formule « le blé semé, l’heure de la récolte arrive », et revendique l’héritage du Front Populaire pour nos luttes d’aujourd’hui.

 

Sources :  Le Bilan par Pascal Bavencove, entretien Par Benoit Delrue  | le 16 avril 2016

- Le Bilan : Quel est le contexte, au printemps 1936, dans un pays qui va connaître un mouvement sans précédent ?

Pascal Bavencove : Tout d’abord, la situation internationale avec le régime fasciste de Mussolini en Italie dés le début des années 1920, le crash boursier de 1929 suivi de la récession aux États-Unis et la prise du pouvoir de l’extrême-droite hitlérienne en Allemagne en 1933 pèsent profondément sur la situation économique, politique et sociale de la France.


Grâce au développement de son agriculture, le pays était jusqu’alors relativement épargné. Il va être frappé par les répercussions de la crise boursière. Les ligues d’extrême droite comme les « Croix de feu » ,les « comités de défense paysanne » vont vite s’affronter au mouvement ouvrier.

 

Celui ci, divisé entre réformistes de la CGT de Jouhaux et la SFIO d’une part et la CGTU de Frachon et le Parti Communiste, sera dans l’obligation vitale de rechercher l’unité d’action. L’action de syndicalistes comme Martha Desrumaux ou Charles Tillon, notamment dans les gréves du Textile et les « marches des Chômeurs » en 1933-1934, va donner le ton à une mobilisation qui n’aura cesse de grandir. Au même moment, les scandales financiers comme celui de l’affairiste Stavisky renforcent l’antisémitisme.

 

Huma

 

 

- Le Bilan : Qui composait le Front populaire, et quel était le programme de cette coalition politique ?

Pascal Bavencove : En réaction aux émeutes de l’extrême-droite du 6 février 1934 et aux grandes manifestations de riposte qui suivent, un pacte d’Unité d’Action contre le fascisme sera signé lors du meeting populaire le 24 juillet entre le Parti Communiste de Thorez et la SFIO de Blum.
Son élargissement aux Radicaux, à la CGT et à la CGTU, comme au mouvement associatif (Ligue des Droits de l’Homme-Comité des Intellectuels Antifascistes et associations d’Éducation Populaires), permettra d’élargir le mouvement lors d’un meeting qui rassemble 500.000 personnes le 14 juillet 1935.

 

Des chants et des cris scandés par la foule, retenons “Du Travail et du pain !”, “L’unité vaincra !”.

 

Ainsi,le programme de ce qui deviendra le Front Populaire se construit à son origine à partir des aspirations du peuple. Maurice Thorez vient d’imprimer ce changement au Parti Communiste ; s’il continue à être le parti de la classe ouvrière, il travaille au rassemblement de toutes les couches populaires avec la participation militante de grandes figures intellectuelles du pays. En cela, il prend de court la SFIO, engluée depuis de nombreuses années dans ses relations avec le parti radical.

 

Ainsi, en janvier 1936, les partis radical, socialiste et communiste signent, avec l’appui de la CGT qui sera réunifiée en mars 1936, et aussi avec de nombreuses organisation du mouvement social, un programme de Rassemblement Populaire dans l’objectif d’une victoire aux élections législatives. Celle-ci aura bien lieu le 3 mai. Ce programme, en retrait de la plate-forme adoptée par le PC et la SFIO en juin 1935, fait la part belle aux radicaux, par souci de ne pas se mettre à dos la petite bourgeoisie. Ses propositions les plus hardies sont la semaine de 40 heures sans diminution de salaire et la nationalisation des usines d’armement.

 

Le 3 mai, le Front populaire remporte la majorité des suffrages : 2 millions de voix à la SFIO, 1,5 million au Parti Communiste qui double son score de 1932, et 1,4 million aux radicaux.
Léon Blum, chef du parti ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages est appelé à former le nouveau gouvernement. Les communistes, après débat, décident de soutenir ce gouvernement sans toutefois y participer.

 

 

- Le Bilan : Un mouvement de grève s’est lancé au lendemain de la victoire du Front populaire aux élections législatives. Pourquoi à ce moment-là ? La représentation politique de la classe ouvrière, au pouvoir, ne suffisait-elle pas à garantir des avancées sociales ?

Pascal Bavencove : Les premiéres grévistes n’attendent d’ailleurs pas la formation de ce gouvernement pour se lancer dans le mouvement, ni même un quelconque mot d’ordre de gréve venu d’en haut.

 

Chez Bréguet, au Havre, le motif initial est pour empêcher le licenciement de deux militants ayant fait gréve le 1er Mai. Vont suivre Latécoêre à Toulouse puis Bloch à Courbevoie. Ces mouvements sont généralement impulsés par des syndicalistes issus de la CGTU, dont le poids est prépondérant dans l’industrie. La gréve va s’étendre en vagues dans tout le pays jusqu’aux 30 000 ouvriers de Renault Billancourt.

 

En réalité, le gouvernement Blum, de par sa composition sociologique, n’a pas d’attaches avec le mouvement syndical .Il n’aura donc pas le rôle essentiel dans le conflit sauf à jouer un rôle d’arbitre au soir du 7 juin, date de l’Accord Matignon.

 

front_populaire_014

 

- Le Bilan : Quelles étaient les revendications des grévistes ?

Pascal Bavencove : L’augmentation des salaires liés à l’attribution d’un contrat collectif de travail (c’est ainsi que verront le jour les Conventions Collectives) sont au cœur du mouvement. Beaucoup d’aspects en découlent, comme celle de l’élection de « délégués du personnel » pour défendre les revendications.

 

Les grévistes expriment profondément leur désir de liberté… Les Congés Payés n’étaient pas au centre du débat, mais cette aspiration, certes une revendication syndicale, n’a pu trouver son sens que par le mouvement d’occupation des usines, au son de l’accordéon, quand la parole enfin se libère, quand les travailleurs usés à la tâche découvrent la joie d’être ensemble pour autre chose que le turbin. Ce qui n’était pas,et de loin, dans le programme du Front populaire sera réalité deux mois plus tard.

 

 

- Le Bilan : Les grèves de mai-juin 1936 ont été inédites à plus d’un titre. Quantitativement, parce que 12.000 entreprises en grève ont été recensées équivalentes à deux millions de salariés en grève. Qualitativement, parce que pour la première fois la classe ouvrière en grève occupait les lieux de travail, en investissant les usines et les grands magasins, en organisant des bals populaires, des repas collectifs. Pourquoi une telle évolution des pratiques à cette date ?

Pascal Bavencove : Déjà, la taille des entreprises. La concentration du capital, le taylorisme, le Fordisme exigent des unités de travail regroupant des quantités importantes d’ouvriers, comme les grands magasins une noria de vendeuses et de « petites mains ». Des travailleurs qui, contrairement à ceux d’avant 1914, sont moins nombreux dans l’agriculture et la « boutique », chez notre bon maître, chez notre Monsieur, pour citer Jacques Brel dans « JAURÉS ».

 

L ‘essor des communications revêt une grande importance dans la vision de la société des années 1930.Un réseau de Chemin de Fer qui irrigue maintenant toutes les villes et les bourgs de campagne et bien sûr l’électrification généralisée qui permet le développement de la TSF : la radio met chacun à égalité dans une certaine connaissance des réalités du pays et du monde.

 

En même temps, le mouvement ouvrier s’est structuré dans les quinze dernières années. 1936 n’est pas l’orage dans un ciel serein. De grandes figures ratissent le terrain depuis des années tels Pierre Semard chez les Cheminots, Henri Martel chez les Mineurs tout comme Gaston Monmousseau et Benoît Frachon dans les luttes interprofessionnelles. Les paysans rouges ont leur tribun, Renaud Jean qui jouera un rôle important à l’assemblée en 1936. Le blé semé, l’heure de la récolte arrive.

 

86534683_o

 

 

- Le Bilan : Quelles ont été les victoires obtenues début juin, avec notamment les accords de Matignon ? Étaient-elles suffisantes pour cesser le mouvement – Maurice Thorez avait-il raison de déclarer, le 11 juin, qu’ « il faut savoir arrêter une grève dès que satisfaction a été obtenue » ?

Pascal Bavencove : Retenons l’augmentation des salaires de 12 % en moyenne, les contrats collectifs, les libertés syndicales et leur exercice, les 2 semaines de Congés Payés et les 40 Heures. Ce qui loin d’être négligeable. Les gréves vont d’ailleurs durer dans certaines entreprises jusqu’à la première semaine de juillet : tout simplement parce que dans ces « taules », le patron refuse de se résoudre aux accords Matignon du 7 juin.

 

Les propos exacts de Maurice Thorez sont :  « il faut savoir terminer une grève, dès l’instant où les revendications essentielles ont été obtenues ».

 

Nous sommes en 1936 sur un formidable mouvement revendicatif visant à obliger le patronat de répondre aux revendications ouvrières. Le rôle du gouvernement Blum n’est pas essentiel dans ce conflit. La question se serait posée nécessairement d’une autre façon vis à vis d’une gréve visant à défaire le pouvoir politique, insurrectionnelle (comme en 1944) quand l’imbrication entre le patronat, Pétain et les nazis était avérée. L’expérience du mouvement syndical peut aussi permettre de répondre à cette question, dans le sens où il faut savoir ne pas s’épuiser, reconstituer ses forces et augmenter le niveau de conscience des travailleurs pour repartir à l’action le moment venu sur les revendications non résolues.

 

 

- Le Bilan : 1936 a été une date-clef dans l’organisation de la classe ouvrière, dans le développement de la conscience de classe chez une majorité de salariés. Pourquoi ce mouvement émancipateur n’a pas su s’inscrire dans la durée – avec le retour au pouvoir du radical Daladier dès 1938 ?

Pascal Bavencove : Comme nous l’avons noté plus haut, le danger de l’extrême-droite a été l’une des motivations essentielles des prémisses du Rassemblement Populaire. Dès le mois d’août 36, les premières failles du gouvernement Blum apparaissent avec son refus d’équiper en armes la République Espagnole contre Franco, soutenu par Hitler et Mussolini.

 

Dés lors, les capitalistes n’auront de cesse de préparer leur revanche. Leur formule glaçante « Plutôt Hitler que le Front populaire » résume parfaitement l’état d’esprit de la bourgeoisie.
La majorité réformiste de la CGT refusera le combat antifasciste et plusieurs de ses dirigeants comme Belin et Dumoulin rejoindront le camp défaitiste qui les mènera dans la collaboration.

 

Quand, en septembre 1938, les sinistres « accords de Munich » permettent l’invasion de la Tchécoslovaquie par Hitler avec le soutien de Mussolini, le radical Daladier, succédant à Blum, démissionnaire ainsi que l’anglais Chamberlain, vont donner au nazis le champ libre pour envahir l’Europe et l’Union Soviétique.

 

 

Dés lors, s’ensuivent l’interdiction de la presse puis du Parti communiste, l’expulsion de ses députés à l’assemblée, la mise au pas de la CGT par l’exclusion des anciens dirigeants ex-CGTU, prélude à sa dissolution par Pétain auquel Daladier va remettre le pouvoir.

 

La courte période du Front Populaire aura pourtant formé toute une génération de militants. Nous les retrouverons, pour beaucoup dans la clandestinité, dans les combats de la Résistance, et certains aux postes de ministres dés la Libération : Marcel Paul comme Ambroise Croizat, dirigeants du mouvement syndical dès 1936, mettront en œuvre des projets avortés sous le Front populaire comme la Sécurité Sociale, les Nationalisations, ou encore la naissance des Comités d’Entreprise.

 

numerospecial

 

 

- Le Bilan : Que devons-nous, aujourd’hui, aux travailleurs en lutte il y a de cela 80 ans ? Quel a été leur héritage ? Comment s’en inspirer aujourd’hui alors que la mobilisation contre la loi Travail bat son plein ?

Pascal Bavencove : Croizat résume honnêtement les choses dés la Libération, au moment où le Parti Communiste réalise 25 % des suffrages et met tout son poids dans l’application du Programme du Conseil National de la Résistance. Le Ministre des Travailleurs nous dit : « Ne parlez pas d’acquis sociaux, mais de conquis sociaux, parce que le patronat ne désarme jamais », et aussi, « Rien ne se fera sans vous »…

 

Ainsi,dés 1947, sous l’impulsion des États-Unis, le capital sort du trou. La classe capitaliste, la seule à avoir majoritairement pactisé avec l’occupant va dès alors tarauder l’unité populaire réalisée à la Libération avec la complicité active des successeurs de Blum à la SFIO.
Il va falloir Mai 1968 pour que les travailleurs alliés au mouvement de la jeunesse étudiante se mettent en gréve (dans des proportions plus importantes qu’en 1936) afin d’obtenir des avancées sociales de grande ampleur.

 

Les grandes victoires du mouvement social du Vingtième Siècle (36-45-68) se sont produites en riposte à un vécu devenu intolérable pour une bonne partie de la population.
C’est l’un des aspects communs avec la naissance du mouvement contre la loi-travail qui aurait pour effet de revenir à la situation de 1935.

 

Renaissent alors les convergences à renforcer entre une jeunesse précarisée, en études ou pas, et un mouvement syndical divisé avec d’un côté une dynamique de lutte certes importante, mais contrariée par certaines organisations syndicales pataugeant dans le marais du renoncement et de soumission aux intérêts du capital.

 

La reconstruction d’un rapport de forces et la conscience que celui-ci peut changer la donne mérite une réappropriation, non seulement de connaissances historiques, mais d’une culture de « mise en commun » de forces atomisées ou disséminées. Ce qui peut permettre la maturation et l’extension du mouvement vers ceux qui en ont l’intérêt, sans aujourd’hui avoir la possibilité d’y participer. A ce titre, les initiatives « Nuit Debout » semblent en représenter les prémices.

 

Pour en savoir plus :

- Le front populaire..... HORIZONS !

- Les congés payés soufflent leurs 80 bougies

- « Front populaire ». Visionnez l'intégralité des Agoras de l'Humanité

- Comment un rapport de forces bascule : Aux origines ouvrières du Front populaire

Les 80 ans du Front Populaire… Et maintenant ?
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Social Pages d'Histoire Politique
commenter cet article
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 08:02
Loi El-Khomri : Appel du 51eme congrès de la CGT

Les 1 000 délégués réunis en congrès à Marseille du 18 au 22 avril 2016 ont analysé la situation économique et sociale, le contexte des mobilisations désormais ancrées dans le pays depuis plus d’un mois et demi.

 

La CGT lance un appel fort et déterminé à l’ensemble des salariés du privé et du public, des jeunes, des privés d’emploi, des retraités et de ses syndicats, à poursuivre et amplifier partout le rapport de force jusqu’au retrait du projet de la loi dite « Travail » dynamitant notre modèle social.

 

Il s’agit d’organiser dans toutes les entreprises et les établissements des réunions d’information, des rencontres afin de s’opposer encore plus fort à tous les mauvais coups et à imposer de nouvelles conquêtes sociales. Un espoir immense s’ouvre pour le monde du travail grâce à la lutte unitaire menée par une CGT moderne, porteuse de propositions en phase avec l’ensemble des travailleurs-euses), à l’image du rejet massif du projet de loi El Khomri exprimé par 70% de l’opinion publique. Un mouvement qui fait face à un gouvernement désavoué, en rupture profonde avec la population et singulièrement toute la jeunesse. Un exécutif à l’écoute d’un patronat rétrograde et menaçant, privilégiant la finance à la réponse aux besoins sociaux et ambitionnant de détruire toutes les garanties collectives en fixant comme seul horizon la précarité généralisée, l’incertitude du lendemain.

 

Le désespoir est dans le renoncement, l’espoir est dans la lutte.

 

Dans ce cadre, la CGT appelle toutes les organisations à amplifier la riposte, dès le 28 avril, par la grève interprofessionnelle et les manifestations pour obtenir dans un premier temps le retrait du projet de loi de casse du code du travail.

 

D’ici le 28 avril, la poursuite de la construction de l’action implique la tenue d’assemblées générales dans les entreprises et les services publics pour que les salariés décident, sur la base de leurs revendications et dans l’unité, de la grève et de sa reconduction pour gagner retrait et ouverture de véritables négociations de progrès social.

  • Pour un code du travail du 21ème siècle ;
  • Pour la mise en œuvre d’une réelle sécurité sociale professionnelle ;
  • Pour la réduction du temps de travail à 32 heures.

 

Le 28 avril, comme le 1er mai, journée internationale de lutte des travailleurs-euses sont autant d’étapes vers la victoire.

 

Marseille, le 20 avril 2016

 

 

- Appel du 51éme Congrès de la CGT en version imprimable

 

Pour en savoir plus :

- Mon dossier Loi Khomri/Valls

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Loi Khomri-Valls Social Politique
commenter cet article
21 avril 2016 4 21 /04 /avril /2016 08:04
28 avril 2016 : action en Charente maritime contre le projet de loi "travail El Khomri"

Les organisations syndicales de salariés (CGT ; FO ; FSU ; US Solidaires) et de jeunesse (UNL ; UNEF) réunies en intersyndicale le 15 avril 2016, ont décidé d’un appel commun pour demander le retrait du projet de loi « travail » dite « El Khomri ».

 

Elles appellent l’ensemble des salariés, des lycéens, des étudiants, des retraités, à se mobiliser massivement.

 

Dans cette perspective, et elles invitent à organiser des assemblées générales dans les entreprises, les services et les établissements, afin de préparer l’action et préparer la poursuite du mouvement.

 

 

- Il est prévu sur notre département 4 rassemblements :

28 avril 2016 : action en Charente maritime contre le projet de loi "travail El Khomri"

- Tract d’appel de l'intersyndicale de Charente Maritime en version imprimable

 

- Appel du 51éme Congrès de la CGT

"... la CGT appelle toutes les organisations à amplifier la riposte, dès le 28 avril,  par  la  grève  interprofessionnelle  et  les  manifestations  pour  obtenir  dans  un premier temps le retrait du projet de loi de casse du code du travail.


D’ici le 28 avril, la poursuite de la construction de l’action implique la tenue d’assemblées générales dans les entreprises et les services publics pour que les salariés décident, sur la base de leurs revendications et dans l’unité, de la grève et de sa reconduction pour gagner retrait et ouverture de véritables négociations de progrès social.

 

  • Pour un code du travail du 21ème siècle ;
  • Pour la mise en œuvre d’une réelle sécurité sociale professionnelle ;
  • Pour la réduction du temps de travail à 32 heures.

 

Le 28  avril,  comme  le  1er mai,  journée  internationale  de  lutte  des  travailleurs-euses sont autant d’étapes vers la victoire."

 

- Appel du 51éme Congrès de la CGT en version imprimable

28 avril 2016 : action en Charente maritime contre le projet de loi "travail El Khomri"
Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Social Loi Khomri-Valls Initiatives publiques Politique
commenter cet article
15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 08:31
La loi travail, apothéose d’un quinquennat (Frédéric Lordon)

Nous ne revendiquons rien !

 

Sources :   Le Parti de Gauche Midi-Pyrénées  par Frédéric Lordon [8] | le 12 avril 2016

Au point où nous en sommes, il faut être épais pour ne pas voir qu’il en va dans les mouvements sociaux actuels de bien plus qu’une loi et ses barèmes d’indemnités. Mais l’épaisseur, en tout cas en ce sens, c’est bien ce qui manque le moins à ceux qui nous gouvernent et à leurs commentateurs embarqués. Aussi tout ce petit monde continue-t-il de s’agiter comme un théâtre d’ombres, et à jouer une comédie chaque jour plus absurde, les uns affairés à peser au trébuchet leurs concessions cosmétiques, les autres leurs gains dérisoires, les troisièmes à faire l’éloge du raisonnable ou à préparer gravement « la primaire ». Et tous se demandent quelle est la meilleure couleur pour repeindre la clôture du jardinet qu’ils continuent d’entretenir sur les flancs du volcan déjà secoué de grondements.

 

"Par un paradoxe caractéristique des époques finissantes, ce sont les seigneurs du moment qui accélèrent eux-mêmes le processus de la décomposition, dont on reconnaît les étapes aux seuils de corruption du langage enfoncés l’un après l’autre. On a pour habitude en cette matière de faire d’Orwell une référence. Mais Orwell était un petit joueur qui manquait d’imagination. Soyons juste : il n’était pas complètement sans talent, il a d’ailleurs fallu attendre un moment pour que son clou lui soit rivé. Enfin c’est fait. Et c’est Bruno Le Roux, président du groupe « socialiste » à l’Assemblée, qui s’est chargé de lui enseigner à quels sommets on peut emmener le prodige du renversement des mots : « il faut que le CDI ne soit pas une prison pour le chef d’entreprise [1] ». Il faut admettre qu’on peine à faire le tour d’un trait de génie pareil et qu’il faut être bien accroché pour ne pas céder complètement au vertige. Ceux qui s’en souviennent penseront également à cet extrait des Nouveaux chiens de garde [2] où Bénédicte Tassart (RTL), croyant vitupérer les séquestrations de patrons, s’exclamait qu’il « est inadmissible de retenir des personnes contre leur volonté dans des bureaux », manifestement sans se rendre compte qu’elle livrait par-là même un point de vue éditorial aiguisé sur le rapport salarial (sans doute limité au secteur tertiaire mais aisément généralisable). La malheureuse cependant était tout à fait innocente. Les évocations carcérales de Bruno Le Roux sont bien mieux pesées. Tellement bien d’ailleurs qu’elles donnent considérablement à penser — quoique peut-être hors de ses intentions de départ.

 

Il se pourrait en effet que tout ce qui se passe en ce moment se joue précisément autour de la connexion, puissamment mise en évidence par Bruno Le Roux, du contrat salarial et de la prison. Qui se trouve enfermé vraiment, c’est bien sûr là le point de controverse résiduel, auquel par bonheur ne s’arrêtent pas trop longtemps tous ceux qui, bombes de peinture à la main, réélaborent pour leur propre compte, et de manière assez vigoureuse, la grande intuition rouquinienne.

 

Et pas seulement celle-là. Car c’est décidément un gouvernement qui ne manque pas de philosophes et s’y entend dans l’art de donner à penser. On se souvient d’Emmanuel Macron méditant sur les fins dernières et qui suggérait qu’« il faut des jeunes qui aient envie de devenir milliardaires ». Passer à l’article indéfini pour lui faire dire qu’il faudrait que « les jeunes aient envie de devenir milliardaires » serait-il faire violence à une pensée que, visiblement, seule la crainte de réactions arriérées retient de la conséquence ? De l’un à l’autre en tout cas — de Le Roux à Macron — et quoique par des voies différentes, c’est bien une idée générale de l’existence qui nous est proposée.

 

"Il y a là une invitation et il faut y être sensible. Prenons donc les choses au niveau même de généralité où elles nous sont soumises — le seul moyen de leur apporter une réponse adéquate. Disons avec honnêteté que celle-ci a pris du temps à murir. Il est vrai que tant la brutalité de l’assaut néolibéral que l’effondrement de l’« alternative communiste » n’étaient pas propices à reprendre rapidement ses esprits. Cependant trois décennies d’expérimentation soutenue en vraie grandeur ne pouvaient pas ne pas produire quelques aperceptions. Le travail du réel fait son chemin, et il le fait d’autant mieux que se développent les lieux de mise en commun (au tout premier chef le site #OnVautMieuxQueCa), où les gens découvrent que ce qu’ils vivaient chacun par devers soi est en fait très largement partagé.

 

Et puis, mais il faut en savoir gré à ce gouvernement dont les stimulations à penser n’ont jamais cessé, ladite « loi travail » vient là, comme une sorte d’apothéose, qui aide considérablement à ce que s’opèrent les dernières clarifications. L’idée de la vie que ces personnes nous offrent nous apparaît maintenant avec une grande netteté. C’est pourquoi, désormais en toute connaissance de cause, et y ayant bien réfléchi, nous pouvons leur répondre que non. Soulignons-le à l’usage des mal-entendants, qui se sont toujours comptés en grand nombre du côté du manche : c’est de cela qu’il est question aujourd’hui. Pas de CDD télescopiques, de comptes rechargeables, ou de barèmes à mollette : de cela, une idée de l’existence.

 

On peut convaincre avec des principes, on le peut encore mieux avec des images. Pour qui n’aurait pas encore les idées bien fixées quant au type de monde que la philosophie gouvernementale désire pour nous — en tous les sens de l’expression : à notre place et pour nous l’imposer —, il suffirait de regarder une ou deux choses dont le pouvoir d’éloquence posera un rude défi à la pédagogie ministérielle. Il y a bien sûr, mais tout le monde les a vues, ces images d’une controverse entre trois policiers et un lycéen parisien surarmé, celles également d’un retour des CRS sur les bancs de la faculté de Tolbiac, qui font entendre une résonance particulière des propos de François Hollande en 2012 — « Je veux redonner espoir aux nouvelles générations » — ou bien plus récemment de Najat Vallaud-Belkacem (24 mars 2016) — « Education : ce que nous faisons pour la jeunesse ». A moins qu’il ne s’agisse en fait de leur note tout à fait juste.

 

La réalité de l’ordre social se trouve pourtant autrement mieux figurée dans deux vidéos dont la première, de pur témoignage, a été faite par Fakir et laisse Henri (son nom n’est pas donné) raconter comment, employé d’un sous-traitant, il s’est trouvé dénoncé par Renault où il intervenait pour avoir, depuis sa messagerie personnelle, fait la promotion du film Merci patron ! auprès des syndicats du Technocentre… Dénoncé et puis, il va sans dire, interdit d’accès au site… et maintenant en procédure de licenciement auprès de son propre employeur. Plus confondante encore, cette scène filmée au bureau de Poste d’Asnières, lors d’une réunion syndicale à laquelle des étudiants sont venus participer pour informer de leur mobilisation… tous se retrouvant face à des policiers armés de flashball, semble-t-il appelés par la direction, et que seule la cohésion du groupe, emmené par une grande gueule de Sud PTT, armée de ce qu’il reste de droits syndicaux, permet de refouler.

 

Et c’est peut-être celle-là la scène canonique, celle qui dit tout : la hantise du pouvoir — la réunion des étudiants et des salariés ; la surveillance en dernière instance policière du salariat rétif, c’est-à-dire la fusion de l’Etat et du capital, paradoxalement — ou à plus forte raison — quand il s’agit du capital public ; l’alternative radicale de la soumission ou de la lutte collective. Il est bien certain qu’avec de pareils spectacles la clarté de l’entendement reçoit un puissant renfort de l’imagination. Une fameuse poussée des affects aussi. Et voici ce que cette belle propulsion nous permet de leur dire : comprenez bien que nous ne revendiquons rien. Entendez qu’après quelques décennies à faire, vous et vos semblables, la démonstration de vos talents et de votre hauteur de vue, l’idée de négocier quoi que ce soit avec vous nous apparaît absolument sans objet. C’est que « revendiquer » n’a de sens que dans un certain cadre qu’on reconnaît par-là implicitement comme légitime, et tautologiquement comme hors du champ de la revendication elle-même — puisqu’il en est le cadre… Or, vient fatalement un moment où, à force de combats dérisoires pour des miettes, et même en l’occurrence pour simplement résister à la diminution des miettes, l’impensé du cadre revient à la pensée. Non plus comme objet de « revendication » mais comme objet de renversement.

 

"Certes, nous le savons, pour continuer d’entretenir l’illusion, vous pouvez compter sur le syndicalisme du bouton d’or, celui qui voit des « ambitions de progrès [3] » au fond des plus notoires régressions, et dont la science héraldique a maintenant établi aussi bien les armoiries — « de serpillière sur balais de pont croisés » — que l’éternelle devise : « Affalé toujours déjà ». Contre un certain syndicalisme couché, ce qui naît en ce moment serait plutôt de l’ordre du mouvement debout. Comme on sait, le mouvement, entendu en ce sens, commence par le rassemblement. Des gens ont opiné que simplement manifester une fois de plus sur des trajets convenus, c’est-à-dire « revendiquer », ne serait plus suffisant. En conséquence de quoi, ils ne rentreront pas chez eux et se retrouveront quelque part pour commencer quelque chose de tout autre. Nuit Debout [4], est le nom de cette initiative, et son exposé des motifs, décalqué à même le message du film Merci patron ! dit assez son nouveau rapport au « cadre » : « leur faire peur »… Nous rassembler, ne pas rentrer, ne pas revendiquer : concentré d’inquiétante étrangeté en effet pour les administrateurs de cadre.

 

Et c’est vrai que, même si nous ne connaissons pas encore bien notre force, ce qui ne fait peut-être que commencer ici a tout du cauchemar pour l’Etat, qui voit ses grand-peurs s’aligner dans une conjoncture astrale du pire : la hantise de la convergence, l’abandon « en face » de la revendication, son remplacement par des affirmations.

 

Il se pourrait en effet que nous soyons sur le point de vivre un de ces moments bénis de l’histoire ou des groupes ordinairement séparés redécouvrent ce qu’ils ont de profondément en commun, ce commun massif institué par le capitalisme même : la condition salariale. Salariés maltraités d’aujourd’hui, lycéens et étudiants, maltraités de demain, précarisés de toutes sortes, mais aussi toutes les autres victimes indirectes de la logique générale du capital : objecteurs aux projets d’aménagement absurdes, mal-logés, sans-papiers corvéables à merci, etc.

 

Mais que peut faire un ministre, ou son directeur de cabinet, de tous ces gens qui en ont soupé de revendiquer ? Rien, absolument rien, ils le savent d’ailleurs, et c’est bien ce qui leur fait peur. C’est que, quand ils abandonnent le registre infantile de la revendication, les gens retrouvent aussitôt le goût du déploiement affirmatif — effroi de l’Etat qui s’est réservé le monopole de l’affirmation. Pour son malheur, la loi El Khomri aura peut-être été l’abus de trop, celui qui fait passer un point de scandale et produit dans l’esprit des gens un remaniement complet de la vision des choses, des places et des rôles. Nous n’avons aucune intention de nous battre pour des codicilles : nous voulons affirmer de nouvelles formes de l’activité et de la politique [5].

 

"Il faut entendre le poignant appel de Michel Wieviorka à « sauver la gauche de gouvernement [6] » pour mesurer le degré d’inclusion des desservants intellectuels du « cadre », et par suite leur incompréhension radicale, fussent-ils sociologues, de ce qui se passe dans la société. Dans une tentative de redéfinition performative des catégories politiques qui dit tout de la glissade à droite de ce personnel d’accompagnement (à la suite de leurs maîtres auxquels il s’agit de toujours bien coller), Wieviorka fait désormais représenter « la gauche de la gauche » par… Benoît Hamon et Arnaud Montebourg ! Manière d’indiquer où se situent à ses yeux les bords du monde fini — car par définition, à gauche de la gauche de la gauche… il n’y a plus rien. Ou plutôt si : il y a les fous. « La gauche folle », c’est l’expression préférée de tous les éberlués de gauche passés à droite qui n’en reviennent pas qu’on puisse ne pas se rendre à la simple raison qui donne à choisir entre « la gauche libérale-martiale de Manuel Valls » (sic), « la gauche sociale-libérale d’Emmanuel Macron », et donc « la gauche de la gauche, de Benoît Hamon à Arnaud Montebourg ». Et qui s’efforcent sans cesse, repliés dans leur peau de chagrin, de ramener toujours plus près d’eux le commencement du domaine de la folie. Alors il faut le dire à Wieviorka et à tous ses semblables, Olivennes [7], Joffrin, etc. : c’est vrai, nous sommes complètement fous. Et nous arrivons.

 

Note :

[1] LCP, 10 mars 2016.

[2] Les nouveaux chiens de garde, film de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, Epicentre films éditions, 2011.

[3] Laurent Berger, « La loi Travail “peut répondre à une ambition de progrès” », L’Obs, 24 mars 2016.

[4] Voir également sur le site Convergence des luttes.

[5] Voir « Pour la république sociale », Le Monde Diplomatique, mars 2016.

[6] Michel Wieviorka, « Il faut sauver la gauche de gouvernement », entretien, L’Obs, 27 mars 2016.

[7] Denis Olivennes, La maladie de la gauche folle, Plon, 2000.

[8] Frédéric Lordon

 

Pour en savoir plus :

- Mon dossier Loi Khomri/Valls

- convergences des luttes

- Nuit debout, ou la démocratie méticuleuse

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Analyse Social Politique Loi Khomri-Valls
commenter cet article
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 08:37

Sept syndicats appellent à une nouvelle journée de grève et de manifestations le 28 avril

La mobilisation commence à porter ses fruits, raison de plus pour l'amplifier le 28 avril !

Sources : L'UGICT-CGT et l'UD CGT de Charente Maritime

Après plus d’un mois de mobilisation des jeunes et des salariés, le Premier ministre a annoncé des premières mesures. Certaines d'entre elles reprennent des propositions portées par la CGT et l'Unef depuis de longues années (voir la proposition de loi cadre pour l'emploi des jeunes formulée par l'UGICT-CGT et l'Unef), comme l'aide à la recherche du premier emploi ou l'augmentation de la rémunération des apprentis et la réforme du mode de calcul pour intégrer la qualification. Mieux vaut tard que jamais ! 

 

Les modalités de financement, et notamment de l'accompagnement des jeunes par l'Apec (Association pour l'Emploi des Cadres), restent encore à préciser. Quant à la surtaxation des contrats précaires, il s’agit d’une exigence de longue date de la CGT, mais dont l’effectivité dépend de l’assiette (qui doit inclure tous les contrats précaires, CDD, CDD d’usage, Interim…) et du taux qui doit permettre de générer des recettes nouvelles pour l’assurance chômage[1].

  • Pas question que cette surtaxation s’accompagne d’exonérations supplémentaires pour les CDI !

 

- Malheureusement, le gouvernement refuse toujours d'entendre la première revendication des jeunes et des salariés, le retrait du projet de loi Travail.

Cette revendication est soutenue par une majorité de français, qui considèrent que ce projet de loi remet en cause les droits des salariés et ne fait que répondre aux revendications du MEDEF.

 

En inversant en effet la hiérarchie des normes, ce projet de loi permet de « travailler plus pour gagner moins », notamment avec l'extension des forfaits jours et la baisse de la rémunération des heures supplémentaires. Il facilite considérablement les licenciements avec les accords compétitivité et la réforme des PSE et va généraliser les logiques de dumping social en tirant les salaires et le paiement des qualifications vers le bas. 

 

Il faut donc s'appuyer sur ces premiers reculs du gouvernement pour amplifier la mobilisation (en Charente Maritime et dans tout le pays) le 28 avril et obtenir le retrait du projet de loi ! Nous pouvons gagner !

 

 

- Appel national unitaire des syndicats CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL

Les organisations syndicales (CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL) appellent l’ensemble des salarié-es, privé-es d’emploi, étudiant-es, lycéen-nes, retraité-es à se mobiliser à nouveau par la grève et à participer massivement aux manifestations le 28 avril prochain.

 

Dès à présent, elles appellent à l’organisation d’assemblées générales dans les entreprises et administrations pour assurer le succès de cette journée et décider de la poursuite de l’action pour obtenir le retrait de la loi et l’obtention de nouveaux droits.

 

- Communiqué national unitaire en version imprimable

 

- Communiqué de l'UD CGT de Charente Maritime en version imprimable

 

- Tract de l'UD CGT de Charente Maritime en version imprimable : "Après le 9 avril"

Note :

[1] Pour rappel, la mesure de surtaxation des CDD mise en place lors de la convention assurance chômage de 2013 a coûté à l’assurance chômage : elle n’a rapporté que 70 millions d’euros (du fait du faible taux et des multiples exonérations prévues, les CDD d’usage et l’intérim n’étant pas concernés) et s’est accompagnée de 74 millions d’euros de baisse de cotisations pour les recrutements de jeunes en CDI. Bilan : 4 millions d’euros de dépenses supplémentaires pour les caisses UNEDIC alors que l’objectif était de dégager des recettes supplémentaires !

 

Pour en savoir plus :

- Mon dossier Loi Khomri/Valls

- Après le 31 mars : communiqué de l'intersyndicale de Charente Maritime

- Nuit Debout fait tache d’huile : La nouvelle génération casse les codes et toute la France la suit !

- Par le Parti de Gauche : Loi Travail, Une loi au service du Medef

Loi Travail

 

Une loi au service du Medef

Repost 0
Published by La Rochelle à gauche par les actes - dans Social Loi Khomri-Valls Politique
commenter cet article

Présentation

  • : Blog INSOUMIS.
  • Blog INSOUMIS.
  • : INFORMER pour MOBILISER et AGIR ENSEMBLE
  • Contact

La France insoumise, L'AVENIR EN COMMUN

N'attendez pas la consigne !

Rejoignez la France insoumise  ICI

 

 

-

Programme de la France insoumise 2017 " L’avenir en commun "

 

 

  • Visitez ICI la page programme du site de la France insoumise
  • " L’avenir en commun " en version téléchargeable ICI

 

-

Le journal de la France insoumise 2017 :

 

- La chaîne télé de la France insoumise 2017 :

 

Pour vous abonner gratuitement, cliquez ICI

Recherche

Le blog de Cédric RUFFIÉ candidat de la France Insoumise aux législatives pour la 1ère cir. de Charente Maritime La Rochelle/Ré

 

Accéder au site : ICI

NON au Grand Marché Transatlantique

 

Tout sur le GMT : ICI

Le site du Parti de Gauche

 

Manifeste pour l'Ecosocialisme

Mouvement pour la 6e République

Des outils pour combattre le FN et l'idéologie d'extrême droite française